Review

WrestleMania XXVII : DisorderMania

Quand on pense WrestleMania, on pense au plus grand PPV de l’année. On pense aussi a des matchs énormes, et une Road To WrestleMania ou les feuds sont les plus passionnantes. Malheureusement cette année, l’awesomness du Grandest Stage Of Them All n’était pas au rendez-vous. Retour donc sur un WrestleMania pas si super qu’attendu.

Commençons donc par la première déception de la soirée : on apprend en effet quelques heures avant le PPV que le match entre Sheamus et Daniel Bryan pour le titre des États-Unis n’aura finalement pas lieu. Pourquoi? Tout simplement (en tout cas, c’est ce que la WWE a dit) par manque de temps, ce que je trouve assez dommage quand on voit le temps laissé aux promos et autres segments pas vraiment utiles ou encore désolant pour certains catcheurs, comme l’espèce d’X-Factor avec Snoop-Dog, Teddy Long et d’autres superstars à qui le seul « WretleMania Moment » a été ce segment. Dommage aussi pour Daniel Bryan qui méritait quand même une place à WrestleMania. Triste un peu.

Après un long et classique discours du Rock où ils nous annonce une grande soirée, voilà le moment de l’opener. Justin Roberts nous annonce que le match est pour le titre de champion du monde poids lourd.. oh wait, déjà ? Choix surprenant quand pendant plusieurs semaines on nous a rabâché que le gagnant du Royal Rumble gagnerait sa place dans le main event de WrestleMania. Bien sur que ce n’est pas la première fois qu’un gagnant du Rumble n’a pas son match en main-event, l’année dernière le main-event avait vu The Undertaker mettre fin a la carrière de Shawn Micheals. Mais de mémoire, je n’ai jamais vu le gagnant du Rumble participer à un opener de WrestleMania. Du coup, on aurait pu se dire qu’une surprise est en préparation, qu’il va se passer autre chose dans la soirée en rapport avec le titre de champion du monde poids lourd, que l’on aura peut-être un second match dans la soirée, mais non. Déception.

Le match en lui même n’était pas mauvais, mais pas non plus a la hauteur de l’évènement. Quelques belles actions de la part des deux lutteurs mais pas assez bien pour que l’on puisse classer ce match parmis les meilleurs de la année, dommage pour un match de championnat du monde poids lourd à WrestleMania. Le résultats lui est assez surprenant. Comment peut-on, après avoir mis en avant un bon catcheur pendant plusieurs semaines, voir des mois si l’on compte tout le teasing sur son arrivée, lui faire perdre un match d’un enjeu aussi énorme? Toute cette histoire de « Destiny » c’est déjà oublié ? Soit, espérons au moins que la feud continue jusqu’à Extreme Rules. Autre chose, beaucoup attendait un heelturn de Christian, on y a même cru (surtout moi) au moment ou il est apparu une bar de fer à la main. Et bien non, encore déception.

 On poursuit avec le match qui aurait dû être l’opener de la soirée, Cody Rhodes vs Captain America… pardon, Rey Mysterio. Un match super, bien orchestré qui nous tiens en haleine tout du long avec de jolis moves des deux cotés. Même si je trouve que Cody a eu du mal à démarrer ce match, il en sort vainqueur et grandi. Cody à l’air d’être a un tournant de sa carrière et ça fait plutôt du bien. On a pu le voir durant les quelques semaines de rivalité qui les a opposés, Cody Rhodes s’améliore beaucoup avec le temps. Ce changement récent de gimmick lui a été bénéfique et on espère beaucoup pour lui à l’avenir. Quand à Rey lui a bien sur se mettre à sa place dans ce match, laissant un Cody Rhodes brillant gagner.

J’en attendais pas autant pour le match qui suit. The Corre et Kingston, Santino Marella, Kane & The Big Show. Ce match était présent sur la carte uniquement pour faire apparaitre ces superstars à WrestleMania. Ben oui, sinon pourquoi faire? C’est vraiment dommage, d’abord parce qu’on a là une stable qui possède à elle seule presque la moitié des titres de la WWE (IC et Tag Team), et que Barrett, récemment devenu champion méritait mieux dans un évènement comme WrestleMania. C’est d’ailleurs aussi décevant de voir le titre Intercontinental autant oublié que le titre des États-Unis. Bref ce match a été ce qu’il devait être : du divertissement. Et j’ajouterais que ce n’est pas non plus très bon pour l’avenir de Kofi Kingston qui semblait pourtant bien parti il y a encore quelques mois, et a finalement été complètement mis à l’écart pendant cette Road To WrestleMania. Pareil pour Kane, qui il y a encore quelques mois était en feud contre Edge avec un personnage qui lui allait parfaitement, enchainant des superbes promos. Le voila aujourd’hui air-trompettiste avec Santino Marella. Bad.

Deuxième bon match de la soirée, CM Punk contre Randy Orton. Je vais être franc, j’en attendais pas autant de Randy Orton, tellement il nous avait habitué à des matchs lents ces derniers temps et j’avais assez peur que ce match en souffre. Du coup, avec un CM Punk aussi excellent dans son rôle, se concentrant pendant pratiquement tout le long du match sur la jambe déjà endolorie de Randy Orton, on a eu le droit ici à quelque chose d’assez bon. Malheureusement, et encore une fois, on notera un public trop absent, ce qui handicape pas mal les belles actions de ce match qui passeraient inaperçue si l’on venait à se déconcentrer du match. Autre chose assez gênant, c’est la façilité dont Orton se sort facilement de certaines situations. Passant du mec qui souffre comme une bête venant de se faire renverser par un 4×4 à un mec super en forme capable de te courir un marathon. On aurait pu penser que toutes les prise infligées par CM Punk à la jambe d’Orton aurait suffit pour faire perdre ce dernier mais non. Un RKO from out of nowhere plus tard et Randy Orton remporte le match, comme si de rien était, comme si sa jambe n’avait en rien souffert des multiples coups reçus durant le match. Assez dérangeant pour ma part.

Jerry Lawler contre Michael Cole. Ce dernier entre dans une tenue qui semble tout droit sortie du film Legendary. Entre ensuite Jack Swagger, très vite interrompu par Stone Cold Steve Austin qui manque de l’écraser. Oui parce que Stone Cold est entré en quad. Normal quoi… Le match commencera lentement, avec un Cole suppliant Lawler de le pardonner en lui tendant la main, mais Lawler n’en fera rien et le match commencera réellement dans la Cole Mine. Cole enfin sur le ring, Lawler se fait ensuite attaquer par Swagger, laissant à Cole du temps pour récupérer et ensuite pouvoir dominer pendant quelques minutes le match. Lawler reprendra le dessus une dizaine de minute plus tard après une altercation entre Swagger et Austin.

Lawler aurait pu en finir après un dropkick mais en décidera autrement en relevant lui même les épaules de Cole et le fera abandonner sur un ankle-lock. Le temps de célébrer la victoire de Lawler, Stone Cold aura encore eu le temps de stunner tout le monde. La fête se termine là, puisque l’alerte AGM retentit dans le Gorgia Dome. Pour cause d’arbitre trop impliqué dans le match, l’AGM décide de donner la victoire à Cole. Lawler furieux enverra Josh Mattews sur le ring se faire stunner par Stone Cold, c’est la tradition apparemment. Ce qu’on pourra retenir de ce match, c’est que Lawler a été excellent et que malgré son âge, il est encore dans une forme olympique. Ce que j’espère par contre, c’est que cette feud est belle et bien terminée. J’ai pas envie de revoir Cole en tenue de lutteur. Plus jamais !

Voilà, c’est l’heure. L’heure du match le plus attendu malgré le résultat déjà connu à l’avance. Je parle bien sûr de The Undertaker contre Triple H. Mais commençons d’abord par un mauvais point : la feud. Elle a été bien trop pauvre pour un match d’une telle envergure. Constituée uniquement de deux confrontations, dont une silencieuse et de deux ou trois discours interposé, le tout en 5 semaines, je trouve ça trop peu. Mais ne nous attardons pas la dessus, passons au match. Alors après de longues mais superbes entrées (bah oui parce que d’une Johnny Cash et parce que de deux, les entrées du King Of Kings à WrestleMania sont toujours géniales), le match peu commencer.

Ce match est carrément différent des deux derniers WrestleMania, ce n’est en rien dérangeant même si les deux HBK/Taker fûrent très bon, surtout celui de WM 26. Dés le début les deux lutteurs ont posé les bases. Enchainement rapide de coup de points, projections dans les corde et destruction de la Cole Mine par Triple H qui y enverra l’Undertaker y faire un séjour. On a eu ensuite le droit à un brawl assez brutal entre les deux lutteurs. Trois pedigree sur le Taker plus tard, Triple H tente le tombstone sur l’Undertaker, et sur ce coup j’ai faillit y croire. Triple H mettant fin à la Streak de l’Undertaker… mais non, reprenons nos esprits, le Taker s’en sort. Quelques coups de chaise plus tard, dont un sur la tête de l’undertaker(pas bien) qui fera parler de lui dans les jours qui suivront, Triple H est à terre et l’Undertaker porte son Hell’s Gate forçant Triple H à abandonner quelques minutes plus tard. 19-0.

Si l’on se place du coté spectateur, nul doute que le match figurera parmi les meilleurs de l’année car en plus d’avoir été très bon techniquement, il fut psychologiquement très fort en nous tenant en haleine jusqu’au bout. Les deux hommes auront réussi à impressionner pas mal de monde, surtout l’Undertaker, se jetant par dessus la 3e corde pour ensuite atterrir contre la table des commentateurs, ou encore les mulitples Pedigree, Tombstone, Last Ride, coup de chaises ect. dont les deux hommes se seront relevés.
On notera quand même l’exagération de l’état de l’Undertaker après le match qui personnellement m’a fait froncer les sourcils. Je veux bien que ce genre de match soit éprouvant pour un catcheur comme l’Undertaker, vu son âge et l’état de son corps que l’on connait tous, mais ce fut un peu trop exagéré à mon gout.

Dolph Ziggler & LayCool contre John Morrison, Trish Stratus & Snooki est un des match dont on aurait très bien pu se passer. Tiens pile la place pour y mettre un match pour le titre US! non? bon ben tant pis. Bref je ne vais pas trop m’y attarder, les gentils ayant gagnés contre les méchants. Je regrette juste de ne pas avoir vu John Morrison et Dolph Ziggler s’affronter plus longtemps. Ces deux derniers pu élever le niveau du match. Je terminerai simplement en disant que ce match avait autant sa place a WrestleMania que le 8-Man Tag Team de tout à l’heure. Le divertissement vous disais-je plus haut.

C’est le moment du main-event, John Cena contre The Miz. Ce dernier entre après une magnifique vidéo-promo comme la WWE sait bien les faire, racontant toute l’histoire du Miz, de son personnage et de son parcours à la WWE avec « Hate Me Now » de NAS en fond sonore, c’est au tour de John Cena qui lui entre sur une chorale gospel accompagné d’une vidéo promo aussi impressionnante. Des huées se font entendre à la suite de la chorale, et John Cena lui n’est pas plus acclamé par le public. On avait l’habitude de voir le Marine se faire huer, mais jamais de la sorte, jamais autant. Miz, aprés avoir été présenté par Justin Roberts a reçu plus d’acclamation que John Cena. Un bon match, qui aura mis du temps quelques minute a démarrer, mais qui au final était assez sympa a regarder. Juste quelques temps morts par moment, mais qui ne sont pas trop handicapantes.

La partie la plus impressionnante du match et qui m’aura personellement fait bondir, c’est la fin. En effet, le Miz, debout sur la barricade se fait projeter au sol par John Cena en un coup de corde à linge. La décision des arbitre, à savoir compter les deux hommes a l’extérieur m’a semblé avoir été précipité, le Miz étant réellement K.O a l’extérieur du ring (on apprendra le lendemain qu’il a subit une commotion cérébrale). Alors qu’on imaginait le match terminé, The Rock arrive et annonce que le match doit reprendre et qu’il est maintenant sans aucune disqualification. Le Miz encore sous le choc de sa chute sur la tête, tenant à peine debout n’aura rien eu à faire. En effet, The Rock portera son RockBottom sur le Marine, laissant ensuite The Miz faire le tomber sur John Cena. The Miz, tenant toujours à peine debout, surement  pour les raisons mentionnées plus haut, célèbre sa victoire, mais le Rock n’ayant pas dit son dernier mot, remonte sur le ring et attaque The Miz. Le Show se fermera sur la musique du Rock.

Le résultat de ce match n’est pour moi en rien étonnant. The Miz ne pouvait absolument pas perdre après toute cet hype créée autour de lui, de son personnage. je suis d’ailleurs certain que s’il y a une revanche à Extreme Rules, ou même un autre match ou The Miz devra défendre son titre, il ne perdra pas.

Une fois WrestleMania finit, on reste sur notre faim. Ce show a souffert de plusieurs erreurs, dont l’ordre étrange des matchs, voyant ainsi un match à vocation de main-event en opener et un match plus axé entertainment en avant dernière position. Le public aussi a beaucoup joué sur la qualité du show, en effet à plusieurs reprise le public m’a semblé endormi, nottamment pendant les match Orton/Punk et Cena/Miz. Et bien sur un des plus mauvais point du show, c’est la disparition de la carte du Sheamus/Bryan pour le titre des USA qui aurait pu être un des meilleurs match de la soirée, si ce n’est LE match de la soirée. Espérons que la suite des évènements rattrape bien les erreurs produites lors de ces dernières semaines et pendant ce show. Restons optimiste quand même et rendez vous à Extreme Rules !

5 commentaires

Articles populaires

En haut