Review

WWE SummerSlam 2011 : Destiny

Dimanche avait lieu le deuxième plus gros pay per view de l’année, le WrestleMania de l’été, SummerSlam. Le destin de certains catcheurs à continué de se tracer, et pour d’autres, il s’est accompli. Money In The Bank avait fait fort le mois dernier, très fort. SummerSlam a-t-il fait mieux?

Le Show s’est donc ouvert sur l’une des pires prestations de guitariste que j’ai pu voir durant toutes mes années de passionné musique. Adam Jones donc, du groupe Tool que vous connaissez peut-être si vous êtes fan de métal progressif. C’est dans ces moments là que l’on préfère entendre Lilian Garcia chanter America The Beautiful.

On enchaîne ensuite avec une superbe promo vidéo basée sur « l’Effet Domino », le premier domino étant le tout premier discours de CM Punk, et les suivants les événements qui ont secoués la WWE ces dernières semaines : la victoire de Punk à MITB, le départ de Vince, le « sacre » de Triple H en tant que COO de la WWE, la nouvelle victoire de John Cena pour le titre de champion de la WWE.

Kofi Kingston, John Morrison et Rey Mysterio stars de l’opener

The Miz entre en premier après les annonces des commentateurs pour le premier match de la soirée, un match 3 contre 3, heel contre face. Entrée bien soigné, passant à travers une structure « Awesome » gonflable. Il arrive avec un micro et fait étrange, il remercie le public qui lui a permit d’être là. Si vous doutiez d’un future faceturn du most must-see WWE Champion, c’est le moment d’y croire. Il est ensuite interrompu par R-Truth qui revient encore nous parler de conspiration. Arrive maintenant Alberto Del Rio, acclamé par le public.

Entre ensuite Kofi Kingston, John Morrison et Rey Mysterio. Voilà, vous avez maintenant un match pour caser toutes les superstars dont on ne peut se passer mais qu’on a pas eu le temps ou l’envie de booker dans des rivalités importantes. Le match était bon. Bon oui, mais pas exceptionnel, mis à part les quelques belles actions de Morrison, Mysterio et Kingston, toujours là pour assurer le spectacle dans ce genre de match. Il aura quand même bien joué son rôle d’opener et c’est le principal.

 Nous sommes maintenant backstage, John « Don Corleon » Laurinaitis demande des excuses auprès de Punk à propos de ce qu’il s’est passé à RAW le lundi précédent ce SummerSlam. Punk s’excuse d’une manière que l’on pourrait bien qualifier de fausse. Le meilleurs moment de ce segment arrive ensuite avec Stephanie McMahon, elle vient souhaiter bon courage à Punk pour le match de ce soir, lui tend la main mais lui la refuse, sachant ou cette main a traînée.

Mark Henry est sur une pente ascendante et est malheureusement parti pour le Main Event. Ce n’est pas tellement gênant, mais d’autres méritent beaucoup plus cette place. Toujours est-il que le match contre Sheamus fut bien plus intéressant à suivre que celui contre le Big Show à Money In The Bank. Ce match fut quand même très dominé par Mark Henry, à tel points qu’à la moitié de ce match, mes espoirs de voir le Celtic Warrior remporter le match furent proches de zéro. Et c’est donc le World Strongest Man qui remporte le match par count out après avoir envoyé bien fort  Sheamus dans les barricades qui ne s’en relèvera pas.

J’aime beaucoup Cee Lo Green personnellement et j’adore le groupe Gnarls Barclay. Donc quand j’ai su que Bright Light Bigger City allait être le theme song de SummerSlam, j’ai plutôt adoré. Ce genre de petit concert rend le catch un peu plus cool à regarder et sort un peu le catch de son coté renfermé sur lui même. Bon je passerais sur le fait que ce ne soit pas la version original de Fuck You mais la version lite, Forget You qui a été interprétée. Ça n’a surpris personne.

 L’heure du match des Divas arrive, et Ô surprise, il était plutôt sympa à voir. Kelly Kelly, si on retire les cris stridents qui auraient plus leurs place dans un film d’horreur de série B s’est bien débrouillé face à Beth Phoenix. Beth Phoenix, tout comme Natalya vient de passer du coté des heels et forment les « Sisters of Destructions », pour notre plus grand plaisir. Au final, c’est Kelly Kelly qui l’emporte en contrant le Glam Slam de Beth. Match plutot sympa donc, mais la feud n’est certainement pas terminée.

Retrouvailles entre Wade Barrett et Daniel Bryan

Deuxième match surprise de la soirée, Wade Barrett affronte Daniel Bryan. A noter le nouveau theme de ce dernier, soit disait qu’il colle mieux au personnage de geek qu’il est, mais le soucis c’est qu’il passe trop inaperçu par rapport à la chevauchée des Walkyrie.

Daniel Bryan qui, souvenez vous il y a tout juste un an faisait son retour à la WWE en trahissant la Nexus, rejoignant ainsi le clan WWE dans la feuds qui opposaient ces deux derniers. Un an plus tard, il est toujours là, en Mr Money In The Bank. Le match démarre assez vite et est trés technique et esthétique, agréable a voir. On y voit beaucoup de soumissions. Le match est logiquement remporté par Barrett, dans un genre de match que l’on voudrait voir plus souvent.

Randy Orton reprend le titre poids lourds

On passe maintenant aux choses sérieuses et attaque le match pour le titre de champion du monde poids lourd. Christian, champion depuis Money In The Bank contre Randy Orton. Il fallait quelque chose d’unique, car c’est quand même le cinquième du nom. Et premiere chose pour marquer le coup, Edge est présent ce soir ! Il est là, en apparence pour soutenir son ami Christian. Mais ce qui est présenté comme un discours de félicitations devient vite un enchaînement de reproches. Edge lui reproche de ne pas avoir gagné clean et l’insulte de « lil’ bitch » avant de partir. Il laisse un Christian furieux et quitte le ring. Orton fait ensuite son entrée.

Le match est un No Holds Barred. Si on ne le savais pas, il aurait été difficile de s’en rendre compte jusqu’à la moitié du match ou les objet font enfin leur entrée. Le match est en partie dominé par Randy Orton, malgré une bonne présence de Christian et quelques moments ou ce dernier aura quelques minutes le dessus sur Orton. Orton tiens aussi sa revanche sur la spannish announce table qui cède enfin sur l’un de ses RKO. Le match se terminera sur un magnifique RKO sur un Christian élancé depuis le poteau du ring qui permettra la victoire d’Orton. Christian aura donc eu un court règne encore, mais c’est ainsi que la feud devait se terminer.

Kevin Nash s’en prend à CM Punk, Alberto Del Rio en profite

C’est l’heure du main-event, qui débute par une nouvelle superbe vidéo de présentation résumant le derniers mois de feud entre CM Punk et John Cena. Le match est assez semblable au premier, il commence lentement, beaucoup de tentatives de soumissions, pas mal de technique et on aime. Le public est malheureusement trop silencieux à cet instant, ce qui nous donne une impression de vide. Triple H est très impartial en tant qu’arbitre, ça en est presque surprenant. Le match commence à être un peu plus mouvementé, on sens que la fin approche. Beaucoup de nearfalls, ajoutant un suspense au match. Punk l’emporte finalement sur un GTS. Mais là il y a un problème, pendant le tombé, le pied de Cena était sur la corde, Triple H ne l’avait pas vu.

Punk célèbre donc sur le ring quand, Oh surprise, Kevin Nash – annoncé comme tel, et non comme Diesel comme au Royal Rumble – apparaît et s’en prend à Punk, lui infligeant une Power Bomb. Deuxième surprise, Del Rio accourt et encaisse sa mallette. Il lui suffira d’un coup de pied pour mettre  Punk hors de nuire et remporter le titre de la WWE. Son destin, dont il nous parle depuis plus d’un an et demi s’est enfin accompli.

Super SummerSlam donc. Beaucoup de bonnes choses, quelques surprises. Bon, on est pas au niveau de MITB, dont on ne retrouvera pas un égal avant quelques temps, mais SummerSlam était un bon pay per view. Mark Henry est sur une bonne route et semble parti pour devenir challenger n°1, Une vraie feud entre Divas a l’air de se mettre en place, Barrett et Bryan sont aussi sur une bonne route, la feud n’est certainement pas terminée. La Feud Christian vs Orton semble ENFIN terminée après 5 matchs entre les deux, il était temps. La feud Cena vs Punk, plus courte mais tout aussi bonne semble elle aussi terminée, le Summer of Punk se termine ici. Et le fameux destin d’Alberto Del Rio s’est enfin accompli pour notre plus grand plaisir.

 Quelques points négatifs quand même: d’abord le public, celui de Chicago nous a laissé un très bon souvenir, on avait pas vu pareille ambiance depuis bien longtemps. On ne peux pas en dire autant pour celui de Los Angeles, présent que dans les « grands moments » de ce Pay Per View, dommage. Ensuite, la façon dont la WWE a de caser ses midcarders dans des matchs randoms, comme ici un 3 vs 3 face contre heel alors que l’on a vu aucun match pour les titres secondaires. Seule le titre des Etat Unis fut défendu pendant cette soirée… mais en dark match contre Alex Riley, Ziggler a remporté le match. On notera aussi, encore une fois l’absence de match pour les titres par équipes. Et enfin, pour la dernière fois s’il vous plait WWE, dégagez moi ce Booker T des commentaires. Y’a pas plus insupportable de cette voix rauque qui hurle des « OOOH mah gudness » ou encore des « Waidaminute » à chaque fois qu’il joue la surprise. Jim Ross aurait du être à cette place, surtout qu’il est maintenant officiellement de retour à la WWE.

Night Of Champion c’est dans moins d’un mois, et de nouvelles feuds devraient voir le jour: Punk contre Nash, qui j’en suis presque sur est envoyé par McMahon qui n’a certainement pas dit son dernier mot. Del Rio va devoir quand à lui défendre son titre, Cena va-t-il vouloir le récupérer? Sûrement, mais j’ai peur des matchs entre ces deux là, j’ai de mauvais souvenir d’un Cena vs Del Rio qui m’avait pas mal endormi, esperons qu’ils puissent nous servir mieux.

2 commentaires
En haut