Gaming

Test de WWE ’12 : It’s time to play the game!

wwe 12 test jeu

Il est sorti, WWE ’12 est peut-être déjà entre vos mains et vous avez déjà passé quelques heures dessus. Nous aussi, nous nous sommes procuré le jeu et avons déjà pu en tirer quelques conclusions. Test à quatre mains du nouvel opus des jeux de la WWE.

WWE/THQ/IGN

Les fans de catch, depuis la nuit des temps, sont des gros geeks. Et nous ne dérogeons pas à la règle. Dans un précédent article nous évoquions les nouveautés et attentes dans une présentation de WWE ’12.

THQ et Yuke’s ont pris un pari assez fou, remanier de A à Z le gameplay de la franchise, ce qui est assez couillu, mais est-ce que ça marche ? Petit test à quatre mains du jeu.

Un nouveau gameplay

Gus: Au niveau du GamePlay, La principale chose à signaler c’est que presque tout a changé ! Effectivement, le jeu de la WWE est beaucoup plus fluide que ses précédentes moutures. Quelques touches changent de place sur la manette également. Les habitués de la licence repartent donc de zéro avec ce nouveau jeu.

***

Publicité

Pierre: Yuke’s est en effet parti de zéro avec la licence, refonte totale du gameplay, du rythme des matchs, désormais bien moins unilatéraux que ceux des Smackdown vs Raw.

Les habitués devront subir un sacré temps d’adaptation pour maîtriser le système élaboré par les développeurs. On soulignera aussi une cohérence avec le style de chaque catcheur sans trop de copier/coller entre les catcheurs de même poids.

Un moteur graphique de qualité

Pierre: Tout a changé dans cet épisode et un nouveau moteur « Predator Technology » rentre en jeu. Les catcheurs principaux de la WWE sont plus fins en comparaison à SmackDown vs Raw 2011 et le jeu est très agréable à l’œil. Le public est plus beau et on appréciera les pancartes associées aux catcheurs toujours présentes et aussi personnalisables.

On regrettera quelques défauts du moteur de collision, notamment lorsque les deux courent l’un vers l’autre et font semblant d’être assommés, ce qui n’est absolument pas réaliste. On note aussi les quelques loupés habituels des jeux de combat avec une hit box pas toujours propre. Au final ce moteur graphique est de bonne facture mais des améliorations sont encore à apporter.

***

Publicité

Gus: Graphiquement parlant, le jeu est beau, très beau, le public est également bien fait, mais il reste encore des choses à améliorer. Cependant on reste extrêmement déçu de certains Skins de personnage. Exemple avec Triple H qui est le même depuis Smackdown vs. RAW 2010, comparé à celui de Randy Orton qui a été à 100% modifié.

Des bases tout de même conservées

Gus: Tous les modes de jeux sont conservés à l’identique mais il y a une bonne raison à cela : Les modes de combat sont déjà très complets. La seule véritable déception réside dans l’absence d’un 6-Pack Challenge.

Le mode création de personnages reste inchangé mais il est tout de même déjà très complet. Identique également le mode scénario que l’on a vaguement essayé, mais pas exploité de fond en comble parce qu’il faut avoir une patience hors du commun pour créer son propre scénario.

Publicité

Ce que demandaient les fans depuis quelques années, c’est la création d’arènes, et elle est maintenant possible grâce à THQ qui a introduit cette possibilité à son jeu. Il ne manque maintenant plus que la création de titre et le mode création sera le plus complet de l’histoire des jeux vidéo de la WWE.

Le mode WWE Universe 2.0 a vraiment été amélioré de A à Z. On peut désormais changer un pay-per-view de place, remplacer un pay-per-view par un ancien. On a par exemple remplacé Night Of Champions par Clash of The Champions. Les équipes qui se forment sont assez crédibles puisque dans notre partie Awesome Truth s’est formée.

Le mode Online a été revu pour nous les Européens, puisque l’ouverture d’un serveur sur le vieux continent est l’évènement à signaler malgré la persistance de certains bugs. Le jeu a beaucoup moins de latence que ses aînés. L’éditeur a enfin donné un sens à ce mode Online qui manquait cruellement d’intérêt.

Le mode Road To WrestleMania est également revu et pas qu’un peu, puisqu’il est désormais impossible de choisir son catcheur au début de la partie. Cette année vous commencerez avec Sheamus dans une histoire qui commencera un mois avant Bragging Right et cela jusqu’à WrestleMania. Ensuite vous utiliserez Triple H pour une durée très longue également pour ensuite vous tourner vers un rookie victorieux de NXT, Jacob Cass, qui est tout simplement le CAW que vous avez créé.

***

Publicité

Pierre: Gus a très bien résumé le tout. Mais ce que l’on retient aussi de ce jeu, c’est une stabilité au niveau des modes de jeu mais aussi des nouveautés bienvenues au niveau création.

De plus, la Road To Wrestlemania vous tiendra en haleine malgré des moments assez surprenants. C’est un peu comme si les bookers avaient soudainement craqué leurs slips. D’ailleurs, l’une des interventions de Kevin Nash est assez cocasse, mais on vous laissera découvrir le pourquoi du comment.

Vous en aurez pour votre argent en termes de durée de vie, rien qu’avec le mode WWE Universe, qui tourne à l’infini et est assez cohérent.

Un Roster exhaustif et intergenerationnel

Pierre: Comme vous pouvez le voir, on ressuscite les morts dans WWE 12′! Quelques grands noms sont à débloquer et sont déjà dans le jeu, dont le légendaire Eddie Guerrero — alors que la mode est en général plus aux contenus DLC. Heureusement, le roster déjà présent est assez important avec une soixantaine de Superstars et Divas.

On notera la présence de vieux de la vieille comme Stone Cold Steve Austin ou le tout récemment retraité Edge. De plus, on aura le droit à deux équipes légendaires dont les fabuleux Road Warriors intronisés cette année au Hall of Fame.

Bref, un gros roster est à notre disposition. On notera l’absence de jobber comme Trent Barreta ou JTG. Est-ce qu’ils nous manqueront ? Certainement pas.

***

Gus: Le roster est particulièrement imposant cette année puisque 77 Superstars seront jouables avec les DLC. Trois packs de DLC sortiront pour ce numéro. Un pack de commentateurs, un pack divas et un pack légendes regroupant Batista et Mick Foley.

À lire aussi : Test de WWE ’13 : Une (r)évolution ?

Note de la rédaction : 18/20

On peut qu’être satisfait face à ce revirement dangereux mais réussi par THQ et Yuke’s, le tout est de qualité et satisfera chaque fan de catch à la recherche d’une bonne simulation, on regrettera quelques imperfections sur le online et de la part du moteur, mais pour un reboot d’une série. On peut clairement être satisfait du contenu proposé.

C’est pour ces raisons que nous décidons à l’unanimité (à deux ce fut rapide) de donner un 18/20 au jeu. Le challenge lancé par les développeurs est relevé avec brio, toute l’ambiance de la WWE est retranscrite pour une immersion assurée chez les fans de catch.

Pour ceux qui ne sont pas trop fans, WWE 12′ reste un jeu de combat de grande qualité avec un panel de prises impressionnant et une personnalisation de personnages poussée à l’extrême. WWE 12′ est définitivement une satisfaction.

Voir aussi

En haut