Review

Tables, Ladders & Chairs 2011 : Daniel Bryan contre Kim Jong Il

Un seul être vous manque et… Ah non, non il n’a manqué à personne. Oui, pour la première fois depuis des mois, John Cena était absent lors d’un pay per view et la WWE se faisait un plaisir de le rappeler, comme si c’était un détail important. Les smarks s’en réjouissait déjà, les autres portaient un œil attentifs et cherchait la « raison » de cette absence. Pour le reste, on s’attendant à un bon show, et c’est un très bon show que l’on a eu.

Le show s’ouvre avec le match pour le titre des Etats-Unis. Dolph Ziggler, introduit comme souvent par Vickie Guerrero, doit défendre sont titre contre la deuxième star la plus cocu du moment, Zack Ryder. S’il était certain que Ryder allait remporter le titre ce soir, le match aussi divertissant fût-il a été largement dominé par Dolph Ziggler. De l’autre coté, Zack Ryder ne se contentait que de coup de pied et de clothelines pour se sortir de situations ou il était dominé par Ziggler.

Ce n’est pas nouveau, Ryder n’est pas un grand catcheur, sa popularité étant plus basée sur son personnage que son catch. Il méritait dans un sens le titre. Ne pas lui donner aurait été faire un doit d’honneur à lui et aux milliers de fans qui sont derrière lui depuis des mois. Et puis fallait permettre à Ziggler de passer à autre chose pour pouvoir monter sur la carte et atteindre le main-event de 2012. Il y a aussi un avantage à cette victoire, c’est que si la WWE désire pusher un lowcarder ou un midcarder heel, elle n’a qu’à démarrer une rivalité contre lui et il aura à coup sûr de la heat facilement.

Nous somme backstage et Booker T – qui n’est pas aux commentaires ce soir, joie intense – discute de son match avec Alicia Fox quand Rhodes débarque et l’attaque par derrière.

Deuxième match de la soirée, et c’est cette fois les titres tag teams qui sont en jeu. AirBoom affronte Epico et Primo accompagnés par la fausse mexicaine Rosa Mendes. Deux high-flyers contre deux lutteurs mexicains, ça ne peux qu’être bon. Pas de temps mort, des actions qui s’enchaînent assez rapidement… Mais ça reste assez banal au final. Si bien que si ce match avait été diffusé à RAW ça n’aurait rien changé. Kingston et Bourne restent champion et ça s’arrête là. Tout ce que je retiens c’est que d’une, la WWE en a toujours rien à faire de ses titres tag-team et c’est triste, et qu’ensuite, Rosa Mendes fut insupportable du début à la fin en hurlant « me gusta! me gusta! ». Lawler lui était aux anges, comme d’habitude. Plus le temps passe, plus je me dis qu’il devrait commenter sous bromure en fait.

Nous voilà de nouveau en backstage en compagnie de Teddy Long et Horswoggle, dans un segment frolant le malaise et limite raciste. Hornswoggle, qui peut maintenant parler dit à Long que le Père Noël ne peut pas être noir et qu’il a des… des testicules matures. Bonne ambiance. Puisqu’à la WWE on ne peut plus faire de blague sur les gays parce que c’est pas bien, c’est la GLAAD qui l’a dit, on se lance dans l’humour raciste. Teddy lui offre ensuite un livre, pour rester dans la thématique, intitulé Ebonics, de Rosetta Stone.

Le Table Match entre Randy Orton et Wade Barrett commence. Randy Orton nous avait habitué à du bon cette année, ses match étaient devenu moins ennuyeux depuis son faceturn. Malheureusement ce soir, et ben ce n’était pas ça. En plus d’être le énième Barrett vs Orton, ce match était décevant. Pour deux raisons principales: d’abord parce que l’on savait dés le départ qu’Orton n’allait pas perdre, son égo ne pouvant pas le faire perdre deux fois de suite en pay per view, et qu’en plus, à part un RKO dans les airs, il n’y avait pas d’autre moyen de faire passer Barrett à la travers la table, ce qui rendait la chose encore plus prévisible. Mais il a fallut qu’en plus, Barrett loupe sa chut et tombe trop loin, heureusement ses jambes on suffit pour briser la table. Il manquerait plus qu’elle ait résisté, on aurait été bien, tiens.

Retour avec Long en backstage, les Bellas Bitches sur ses genoux. Les deux soeurs se disputent à propos de qui est la meilleure jumelle. Ce boulet de Long les excuses de s’être mal comporté et leur offre son numéro au cas où elles voudraient « jouer », en se prenant ensuite une baffe bien méritée. Useless segment is useless.

Viens ensuite Swagger, énervé suivi de Sheamus. Les deux lutteurs s’énervent et se provoquent jusqu’à ce que que Long leurs annonce qu’ils s’affronteront ce soir. Encore un match surprise, un!

C’est l’heure des Divas. Un match basé sur une feud de quelques jours. Oui, juste parce que Kelly a mis une baffe à Beth aux Slammy Awards. Formidable. Bon, la feud est aussi basée sur ces derniers mois, mais étant donné qu’on ne sait plus trop qui est censé être en course pour le titre, une fois Kelly, une fois Eve, une fois Alicia… C’est confus tout ça. Bref le match commence et… oh merde l’horrible match. Le pire match de Divas en PPV de l’année. Beth est malheureusement la fautive dans ce ratage complet: On entend Beth demander des instructions à l’arbitre, elle vend un peu trop les coups de Kelly, si bien qu’elle en vend un de trop quand Kelly lui claque la tête au sol. Rajoutez à tout cela les cris de truie de Kelly, il en résulte un mauvais moment à passer. Beth remporte le match quand même, on peut se rassurer.

Retour encore en backstage, et cette fois c’est avec Alberto Del Rio et Ricardo Rodriguez que nous somme. Horreur, Ricardo a oublié de préparer la voiture d’Alberto, Alberto est furieux! Ricardo par chercher de la nourriture pour El Patròn, et Miz arrive. Les deux heels parlent du fait qu’ils ne sont plus amis dorénavant, Del Rio dit qu’ils n’ont même jamais été amis. Le pauvre Ricardo revient avec de la nourriture que Miz lui envoit gentillement dans la figure.

C’est le moment du match entre Booker T et… Oh wait, non. Cody Rhodes arrive pendant l’entrée de Booker T et attaque ce dernier dans le dos. POURQUOI ? Okay je veux bien, Cody est heel et tout les moyens sont bon pour gagner et mettre son adversaire hors d’usage, mais c’est pas comme si on avait déjà assisté à la même scène une heure avant en backstage, NON. Pourquoi avoir fait ça? c’est tellement inutile.

Un des matchs que je redoutais le plus, Triple H contre Kevin Nash, est sur le point de commencer. Je le redoutais parce que d’une, la rivalité est des plus horribles, digne d’une rivalité de la TNA entre Hogan et Flair. Horrible parce que les promos de Nash n’en finissaient pas et étaient de plus en plus ennuyeuses, tout comme celles de Triple H qui pourtant me déçoit rarement de ce côté. Je n’avais pas non plus envie de voir deux mecs usés jusqu’à l’os se foutre sur la tronche. Nash est dans un tel état que même monter sur le ring est un supplice pour ses genoux. Et puis le match a commencé. Pas bien spectaculaire, mais la psychologie était telle que le match restait captivant, un peu à l’image du Triple H contre l’Undertaker à WrestleMania 27. Bref je m’attendait à bien pire, je reste juste dans l’incompréhension dans la stipulation de ce match, j’imagine les mecs qui en ont eu l’idée, étrange. Il fallait décrocher le Sledge-Hammer à l’aide d’une échelle, mais décrocher le Sledge-Hammer ne suffisait pas pour remporter le match, le décrocher donnait juste le droit de l’utiliser, soit. Le match se termine bien sûr sur une victoire de Triple H, qui a décroché le Sledge-Hammer.

En backstage, CM Punk est interviewé par John Laurinaitis et dit à quel point il est dégouté du fait que Laurinaitis soit venu chercher son Slammy à sa place. Chose difficile à croire, Punk se souciant d’un Slammy Award, mais gimmick oblige… Bref il a continuer en parlant de Miz et Del Rio et termine en disant qu’il va gagner ce soir.

Troisième match surprise de la soirée, annoncé un peu plus tôt, Sheamus affronte/règle le compte de Jack Swagger. C’était un bon match, on pouvait s’attendre à un massacre en règle de Swagger, mais l’action fut bien partagé entre les deux finalement. Bon par contre ce match était totalement inutile. Le même aurait pu avoir lieu – et a surement déjà eu lieu- à SmackDown que ça ne m’aurait pas fait grand chose.

Le Big Show est en backstage, interviewé par Josh Matthews, et dit que ce soir, il le sent bien. Le règne de Mark Henry va prendre fin. Il a pas totalement tort, mais…

Le match entre Mark Henry et le Big Show commence tout de suite. C’est un Chair match, match où les chaises sont autorisées, énorme. Les chaises pleuvent sur le ring, lancées par le Big Show. Après quelques échanges de coups de chaises, le Big Show remporte le match grâce à un KO Punch qui lui a bien fait mal à la main, et devient le nouveau champion du monde poids lourd. Pas beaucoup d’action, pas de rebondissement, si bien que la suite était prévisible. Tout aurait bien pu s’arrêter là mais non, Mark Henry « termine » le Big Show avec un DDT directement sur une chaise. Oh mais vous aussi vous l’avez sentit venir ?

Le theme song de Daniel Bryan retentit et les smart commencent déjà à avoir une demi-molle. Bryan arrive pour encaisser sa mallette sur un Big Show encore groggy aprés l’attaque d’Henry, et réussit. DANIEL BRYAN EST CHAMPION DU MONDE POIDS LOURD. Grand moment, aprés la victoire de Ryder plus tôt dans la soirée, c’est encore l’IWC qui gagne. Bon on apprendra par la suite que ce n’était pas prévu mais que Mark Henry est blessé et qu’il devait laisser le titre. C’est dommage car perso j’attendais un grand match à WrestleMania comme prévu au départ. Et j’ai un gros doute, Bryan va-t-il conserver jusqu’à WrestleMania pour pouvoir y avoir un grand match ? Pas sûr… Mais bon, Daniel Bryan est champion, c’est mérité après tout, alors je vais me contenter de dire que c’est génial, voilà.

Le match entre Booker T et Cody Rhodes a enfin lieu. On a bien pris soin de faire entrer Rhodes en premier, comme ça plus de soucis pendant l’entrée de Booker T. J’avais vraiment envie de voir ce match, j’aime bien Booker T – tant qu’il n’est pas aux commentaires -, il avait quitté la WWE quand j’ai commencé à m’y intéresser, en 2007. Bref c’était pas un mauvais match, au contraire. Match marqué par ce méchant coup de genou dans le visage de la part de Rhodes pour Booker T, qui je suis sur aurait presque pu lui péter la mâchoire. Evidemment Booker T ne devait pas gagner, ça n’aurait pas de sens. Mais une victoire par DQ, si la WWE souhaite continuer la rivalité n’aurait pas été de trop.

On passe direct au main event sans perdre de temps. CM Punk défend sont titre de la WWE contre le Miz et Alberto Del Rio dans un TLC. Rien qu’avec cette phrase, on peut dire que cela va être un bon match. CM Punk obtient sans surprise une pop énorme dés son entrée. Le match commence, et malgré le peu de suspense à propos du vainqueur – puisqu’il est évident que Punk allait gagner – le match est excellent. Beaucoup d’action, de belles actions même, assez violentes par moment, donnant de l’intensité au match. Un match aussi marqué par l’impressionnante chute de Ricardo Rodriguez du haut de l’échelle sur une table placée à l’extérieur du ring, alors qu’il tentait de prendre le titre pour son Patròn. Punk est à un moment menotté par Miz sur le coin du ring, et c’est là que je commence à me dire qu’il faut pas en faire trop. J’aime beaucoup CM Punk, mais restons dans la réalité et n’essayons pas de nous faire croire que CM Punk peut dévisser un ring à la main, ce n’est pas John Cena, là. Au final et sans surprise, CM Punk remporte le match aprés un affrontement entre les trois au sommet des échelles et un GTS sur le Miz. Excellent match, comme le sont souvent les TLC. Punk, Miz et Del Rio nous ont certainement offert LE match de la soirée.

Le show terminé, un seul truc me vient: WOW. Dans la lignée de Money In The Bank et les Survivor Series, TLC était un très bon Pay Per View. Un Pay Per View cadeau pour l’IWC qui a vu en une seule soirée leur chouchou Zack Ryder remporter le titre des Etats Unis, Daniel Bryan encaisser sa mallette de Mister Money In The Bank et devenir champion du monde poids lourds et CM Punk conserver son titre de champion de la WWE en remportant le main-Event de cette soirée, et nous offrir un magnifique TLC avec l’aide du Miz et Alberto Del Rio. On nous annonçait aussi, pendant le pay per view que le dicateur Nord Coréen venait de mourrir. C’est la deuxième fois qu’un tyran meurt pendant un bon pay per view, la dernière fois Christian devenait Champion du Monde Poids lourd, Ben Laden venait d’être tué.

Du coup il y a peu de points négatifs dans ce show, même si MITB se place loin devant, il mérite bien sa place de second meilleurs PPV de l’année. Les seuls points négatifs du show, c’est l’ordre mal choisi des matchs, et les attaques de Rhodes sur Booker T, une aurait suffit, Rhodes n’en serait pas moins heel si c’était le but recherché.

On sort donc du pay per view heureux, la WWE nous écoute, nous les fans d’Internet et c’est génial. Mais une crainte s’installe quand même, cette joie va-t-elle continuer ou Vince « Troll » MacMahon va-t-il revenir à ses bonnes vieilles methodes, le doute s’installe un peu quand même, d’autant plus qu’un scripteur de la WWE, Seth Mates, annonçaient sur Twitter que la période des fêtes de fin d’année était propice aux « essais » et que les champions qui le devenaient pendant cette periode ne l’étaient pas pour longtemps. Alors, nouvelle ère à la WWE ou fausse joie ?

PS: non le titre de cette review n’est pas du tout inspiré d‘une vidéo qui a déjà bien tournée sur Internet mettant en scène Hogan et Randy Savage qui rappe contre Kim Jong Il et qui a été vue par dix sept millions d’internautes, pas du tout.

2 commentaires

Les plus lus

En haut