Review

La chambre des surprises

Voilà, on est bien installé dans son canapé pour regarder le dernier pay per view avant WrestleMania. Les choses se passent ce soir. Et des bonnes choses, plutôt surprenantes parfois, mais le résultat est positif, et c’est ce qui compte.

 

 

Review d’Elimination Chamber 2012

Après une superbe intro en vidéo comme la WWE les fait si bien, le show démarre direct avec l’Elimination Chamber Match de RAW, pour le titre de la WWE. C’est la première surprise de la soirée, un match qui aurait pu/dû faire le main-event se retrouve relégué en opener. Jericho entre en premier, suivi du Miz, de Ziggler avec un joli slip rose suivi par R-Truth puis par Kofi Kingston et enfin par CM Punk. Les deux anciens partenaires tag-team CM Punk et Kofi Kingston commencent le match.

Ce match est un véritable spotfest, de ce côté il n’y a vraiment rien à dire. Kingston joue bien le rôle du John Morrison, même s’il prend tous les bumps. Pour rappel, le John Morrison c’est celui qui est là pour le spectacle, pour les OMG Moments du match. Autre lutteur qui s’est bien fait voir dans cet Elimination Chamber, c’est Dolph Ziggler avec beaucoup de belles actions dans le début avec Kofi Kingston. The Miz, à la grande surprise générale ne s’est pas fait éliminer dès le début, bien au contraire même puisqu’il est resté jusqu’à la fin face à CM Punk, et c’est d’ailleurs ce qui nous amène à la suite. Chris Jericho, que beaucoup voyait sortir de ce match avec le titre s’est fait éjecter de la chambre sans avoir été éliminé. Un coup de CM Punk l’envoie à l’extérieur et l’assomme complètement. Un bon moyen de faire gagner CM Punk et conserver son titre sans décrédibiliser Chris Jericho.

 

 

Une petite vidéo de John Cena avec des catcheurs en développement de la FCW est diffusée. C’est bien, ça leur donne un peu d’exposition en pay per view, surtout Seth Rollin qui attend toujours son tour depuis bientôt plus d’un an…

La deuxième surprise de la soirée, c’est le match des Divas. Beth Phoenix défend son titre face à Tamina Snuka. Bon c’est une demi-surprise, on se doutait bien que Beth Phoenix face à Tamina Snuka ça ne devait donner que quelque chose de très bon. C’est incroyable ce que peuvent faire deux catcheuses quand on les laisse catcher (cherchez pas captain obvious, vous avez bien compris ce que je veux dire).

Bon le match aurait pu être encore mieux si le public avait suivi, mais bon, ne lui en voulons pas si vite, faut dire que quand on est habitué à des matchs de cinq minutes tellement mauvais, au ras du sol, on finit toujours par regarder ailleurs. Bon, on pouvait quand même s’attendre à plus, comme une intervention de Kharma à la fin, mais une rivalité Beth vs Kharma n’a pas l’air d’être en projet, dommage.

Santino qui se prend pour Rocky c’était un peu le fil rouge #LOL de la soirée, histoire de préparer et de chauffer les fans à sa participation dans l’Elimination Chamber de SmackDown. Et il faut dire que oui, en plus d’être réussi, c’était plutôt drôle.

Encore des surprises ce soir, puisqu’on a vu le retour de non pas un, mais deux blessés pendant un segment de John Laurinaitis. En effet Alberto Del Rio et Christian sont revenus. Entre deux est apparu Mark Henry, et ces trois-là ne sont pas ici ensemble par hasard. Tous trois sont venus se plaindre de Theodore Long avec John Laurinaitis. Une sorte d’alliance anti-Teddy Long se met en place laissant présager un match Team Long contre Team Laurinaitis à WrestleMania.

 

The A(ce) Team ! (cliquez sur l'image pour la surprise)

 

Retour à l’action, et c’est avec l’Elimination Chamber Match que ça commence. Barrett et Big Show sont les deux premiers lutteurs à commencer le match. Un match où l’on sent bien que le Big Show a toujours envie d’en découdre avec Daniel Bryan, si bien qu’il n’attend pas que ce dernier entre dans le combat pour s’en prendre à lui en brisant les chaînes au sommet de la cabine où est enfermé Bryan pour entrer dedans. Khali lui n’a servi à rien, mais ça ne surprend personne.

Mais il y a quand même beaucoup de (bonnes) surprises aussi dans ce match: Wade Barrett qui fait une bonne partie du match et qui se débrouille plutôt bien jusqu’à ce qu’il se fasse éliminer par… Santino. Oui l’autre surprise de ce match, c’est Santino Marella. Quand on est habitué à le voir faire le guignol à longueur de show, ce que l’on a vu dans cet Elimination Chamber match surprend. Santino est resté jusqu’au bout, jusqu’à affronter Daniel Bryan et résister comme il pourra. Bon il ne survivra quand même pas à un Lebell Lock qui permet à Bryan de conserver le titre.

On passe à l’awkward moment de la soirée. Si vous suivez bien SmackDown ces temps-ci, vous avez pu remarquer l’une des nouvelles idées bizarres des scripteurs de la WWE. Oui, la WWE fait péter Natalya. Il y a donc eu un jour, un mec, dans une réunion ou un bureau qui s’est dit « Les gars, j’ai une d’idée géniale, les gens vont adorer: on va faire péter Natalya, mais pas des petits pets discrets hein, non non, elle va flouser sévère la Neidhart ». Comprenez la consternation. Pourquoi ? On ne sait pas trop, certains pensent que c’est pour le côté « familial » du show qu’il faut faire de l’humour simple (bah oui, LOL la méchante elle pète), d’autres pensent que c’est une manière douce de la faire de nouveau tourner face. Cela ressemble surtout à de l’humiliation et à un message subliminal, tel qu’on a pu le faire à Mickie James avant son départ à propos de son poids, et ce n’est guère rassurant…

Awkward moment donc où Natalya est avec Hornswoggle qui mange du fromage à la cafétéria – normal hein, on va dire que c’est elle qui a la garde du petit – quand ce dernier lui fait des blagues sur les pets. Au passage l’expression « Cut the cheese » en anglais signifierait « lâcher une perle », d’où la blague. C’est vraiment drôle tout ça quand même. Entre alors Justin Gabriel, Jack Swagger et Vickie Guerrero qui commencent à se chamailler. Ils sont rejoints par Theodore Long, toujours là quand il faut. Nous sommes donc dans une cafétéria, avec un nain, deux mecs en slip/tenue de ring, Captain Obvious et une cougar. Tout ça pour nous annoncer que Jack Swagger va défendre son titre des Etats Unis ce soir, face à Justin Gabriel. Formidable, qu’on me présente le booker qui a écrit tout ça, je veux le féliciter moi-même.

 

 

Le match en question commence et… et bien c’est le match sans intérêt de la soirée en fait. Il aurait pu être bon s’il avait été un minimum travaillé mais non, impossible, les bookers avaient apparemment tout mis dans le segment précédent donc on s’est retrouvé avec un match plat, sans intensité. Bref on l’expédie vite, Swagger gagne et conserve son titre et tout va bien dans le meilleur des mondes. Bon ça ne valorise carrément pas le titre des Etats-Unis, mais ça, c’est une autre histoire…

On oublie vite ce qu’il vient de se passer parce que vient le moment du main-event et là c’est loin d’être mauvais. Cena affronte donc pour la deuxième et dernière fois Kane, dans un ambulance match. C’est le deuxième dans l’histoire de la WWE, le premier avait vu Shane McMahon affronter Kane. C’est donc aussi le deuxième pour le Big Red Monster, est-ce que cela lui a été bénéfique ? Non. Mais on lui doit à lui et à John Cena d’avoir fait de ce match un des meilleurs de la soirée. John Cena remporte ce match d’un Attitude Adjustement depuis le toit de l’ambulance. Tellement impressionnant, tout comme John Cena le fut pendant ce match, qu’on avait l’impression que le personnage de super héros qu’il trainait depuis des années était de retour après quelques mois d’absences. Encore une surprise dis donc.

Le show se termine ici et quoi qu’on en dise, c’était plutôt bon. Vu les résultats, on aurait pu croire à une catastrophe mais on retiendra de ce pay per view que le positif. On oubliera donc l’ordre des matchs totalement aléatoire, le match entre Jack Swagger et Justin Gabriel et le segment qui le précède.

 

 

Côté positif on retiendra le match des Divas, dont on espère d’autres de la même qualité voire mieux, que la feud ne sera pas trop vite abandonnée et pourquoi pas menée jusqu’à WrestleMania, malgré les rumeurs qui disent qu’il n’y aura pas de match féminin au Grandest Stage Of Them All. On retiendra aussi l’excellente prestation de Santino non seulement pendant ces segments assez fun ou il se prend pour Rocky mais aussi dans l’Elimination Chamber jusqu’au bout. Ça personne ne s’y attendait et c’était plutôt réussi. Et puis le match Kane vs Cena, qui aurait pu être raté fut un très bon spectacle.

On entame maintenant la dernière ligne droite de la Road To WrestleMania, la plus longue période. Certaines rivalités sont déjà là, CM Punk contre Chris Jericho, Triple H contre Undertaker et John Cena contre le Rock, et il peut se passer beaucoup de choses en un mois et demi.

 

3 commentaires

Les plus lus

En haut