Review

TNA Victory Road 2012 : Une route parsemée de nids de poules

Sting

TNA Victory Road, le pay-per-view qui avait fait polémique l’an dernier, présentait un programme plus que correct hier. A-t-il répondu aux attentes des fans ? Qui est ressorti plus fort du match sans disqualification entre Bobby Roode et Sting ?

Sting

 Avant le début officiel du pay-per-view, une vidéo retrace la rivalité entre Roode et Sting.

Alors qu’on pense débuter directement ce show, Bully Ray vient réclamer un match pour la place de challenger face à James Storm. Un match de ce genre avait déjà eu lieu lors d’Impact Wrestling où Storm était sorti vainqueur, victoire que Bully n’accepte toujours pas. Des chants « We Want Devon » surgissent de la foule. C’est vrai que ça fait un moment qu’on l’a pas vu celui-là. Bully dit qu’il est à l’instant le sujet principal des conversations sur Twitter, non pas parce qu’il est le bâtard le plus coriace du monde du catch (ce sont ses propos), non pas parce qu’il est Cavzilla, mais parce qu’il prend en otage le pay-per-view. Nous n’aurons rien tant que Bully n’est pas satisfait. Il en a rien à faire si les arbitres, les catcheurs, la sécurité ou même la police viennent le chercher, il cassera la figure de chacun d’entre eux jusqu’à ce qu’on lui donne son match. James Storm dit qu’il sera très facile de faire sortir Bully du ring avec son coup de pied légendaire. Bully n’avait pas besoin de faire perdre le temps aux gens dans la salle car son match il lui donne, et de suite.

Bully Ray

« Et même toi là, devant ta télé, si t’es pas content, je viens te péter la gueule! -La caméra est de l’autre coté, Ray »

Le match ne dure même pas deux minutes. Après quelques échanges de droites, Bully attrape la bière apportée plus tôt par Storm pour lui cracher à la figure, mais c’est sans le Last Call Super Kick de Storm qui couche Bully pour le compte de trois. Ce match n’était pas là pour offrir un beau spectacle, mais bien pour faire grimper la popularité de James Storm déjà élevée au près des fans, et le conforter dans sa position de numéro #2 de la fédération.

Jeremy Borash interviewe Austin Aries, qui va défendre son titre face à Zema Ion. Borash pose une question d’un fan via Twitter à Aries. Avant même la réponse de Double A, Eric Bischoff se mêle de ce qui ne le regarde pas, en interrompant Borash. Si vous avez lu les dernières infos de la TNA, Bischoff a plus ou moins qualifié Borash de sous-merde qui devrait s’estimer heureux d’avoir un emploi à la TNA, ce qui a provoqué quelques réactions des fans et de personnes travaillant à la TNA. Bischoff mène alors l’interview à la place de Borash, en demandant à Aries pourquoi Sting ne le met pas en main-event. Aries répond qu’il n’a pas besoin d’être en main-event pour être main-eventer. À chaque fois, qu’il entre dans un ring, il vole la vedette.

Premier vrai match de la soirée, Austin Aries vs Zema Ion pour le prestigieux titre de champion X-Division. Ce match m’a beaucoup déçu car j’attendais une réelle performance en solo pour Ion. On l’a déjà vu briller dans certains matchs par son agilité mais il n’a jamais vraiment eu de matchs référence en solo. Avec ce match, il avait l’opportunité de montrer aux fans et aux dirigeants qu’on pourra compter sur lui dans quelques années. Au lieu de cela, Aries est apparu beaucoup plus talentueux que Ion. La TNA avait-elle peut de risquer la blessure de Aries avec un Ion flamboyant ? Le match reste tout de même agréable à voir.

Austin Aries

« Oh, Austin t’as un match là! -Attends, je tweet un truc: « Zema, tu pues, LOL! » »

À noter que pendant le match, Aries a publié un message sur Twitter, pour se moquer de Ion. Twitter semble être encore plus ancrée dans la politique TNA car non seulement par le biais de segments où elle cite le réseau social, elle met en avant Twitter avec les derniers tweets des fans sur un écran derrière les commentateurs, et la signature au dessus des gradins affiche #VictoryRoad. Après faut pas me dire qu’ils s’inspirent jamais de la WWE ! C’est pas comme si Stamford le faisait depuis 6 mois. On dirait que la TNA vient de découvrir les capacités de communication de Twitter et autres réseaux sociaux.

Promo en noir et blanc avec des images de Get Cap, Wear Cap, Fly et de la ville de Détroit. Un texte simple: « When Detroit needs heroes, we were there. You have yet to see the best of us. This is the beginning of the rise. Motor City Machine Guns. Coming soon » (Lorsque Détroit avait besoin de héros, nous étions présent. Vous n’avez encore rien vu de nous. C’est le début de l’ascension. Motor City Machine Guns. Bientôt de retour). Chris Sabin a été blessé pendant plus d’un an, il va revenir sur les rings de la TNA avec son pote Alex Shelley. Une rivalité face à Aries ou Joe et Magnus ?

Le match par équipe pour les titres. On avait eu le droit à un bon match de Morgan et Crimson au dernier PPV, c’était pas possible d’avoir cela deux fois de suite. Le match sert plus à faire comprendre aux gens que cela ne va plus entre les deux manchots et que Crimson est désormais heel qu’à nous donner un bon match et valoriser les ceintures par équipes. Sinon pour parler un peu ce qui s’est passé dans le match, Crimson a fait presque tout le match, ne voulant pas faire le tag à Morgan, et à la fin, Morgan montre ses deux majeurs à Crimson, Crimson exécute un spear, ce qui laisse Samoa Joe et Magnus finir le match, si on peut parler de match.

Crimson, Matt Morgan

« Putain Crim’, tu peux pas me faire ça?! -Et bah si, et même que là, je vais me taper ta femme! »

Borash, en coulisses, s’excuse de l’intervention de Bischoff de tout à l’heure et interviewe Bobby Roode sur sa stratégie face à Sting ce soir, puis face à James Storm le mois prochain à Lockdown. Roode demande d’abord si Borash veut vraiment poser une question provenant de Twitter au champion. Il dit que les jeux d’esprit sont finis, plus de temps pour discuter. Il ajoute que ce soir, il met fin à la carrière de Sting et que Storm ne l’a jamais battu en un contre un. Storm vient couper Roode en plein discours. Il dit qu’à Lockdown, ce ne sera pas un match, mais un combat.

Robbie E, le champion télévision, a de mauvaises nouvelles pour nous (il a changé de gel ?). Tous les catcheurs présents dans les vestiaires sont déjà programmés dans un match. Il semble donc que l’Open Challenge pour le titre n’aura pas lieu. Mais après une proposition de Robbie T, il décide d’élargir son Open Challenge aux fans. Après quelques recherches à travers la foule (même SoCal Val a été envisagé), Robbie trouve que personne ne mérite un match pour le titre. C’est alors que Devon, présent dans la foule, vient sur le ring. L’arbitre Brian Hebner officialise le match, alors que Robbie venait de l’annuler. Après trois petites minutes de match, Devon remporte le titre. Je suis content pour Devon qui obtient son premier titre solo à la TNA, mais quel règne ridicule pour Robbie E. Déjà que celui d’Eric Young n’était pas génial, mais alors là. Et dire qu’AJ Styles a eu à une certaine époque la ceinture autour des hanches. À voir ce que va donner Devon en champion solo et quels adversaires il va affronter.

Dixie Carter, présidente de la TNA, a une annonce à faire au micro de Jeremy Borash. Le 10 mai prochain, la TNA fêtera ses dix ans d’existence dans le monde du catch. Comme chaque année, à travers son pay-per-view Slammiversary, elle célèbrera cette évènement. Pour les dix ans de la fédération, Slammiversary aura lieu cette année à Arlington, au Texas, ville natale de Dixie, où la TNA n’a jamais fait escale.

Dixie Carter

Dixie Carter vient juste de réaliser que si la TNA allait au Texas, son père verrait dans quel état est la fédération qu’il finance depuis des années.

Borash demande ensuite l’avis de Dixie Carter sur le main-event de ce soir entre Sting et Roode. Elle dit qu’elle a toujours été présente pour Sting, depuis ses débuts à la TNA. Elle sera ce soir à ces côtés pour le supporter dans son match face au champion du monde Bobby Roode, qui manque de respect à Dixie, Sting, la TNA, les fans, le titre de champion poids lourd, qui a craché au visage de Dixie. Elle espère que tout cela prendra fin ce soir.

Les deux anciennes amies et championne par équipe, Madison Rayne et Gail Kim s’affrontent pour la ceinture des Knockout. Au début de ce match, j’ai eu très peur, le match partait plus dans le sens d’une simulation de catch, quelque peu made-in WWE, qu’un réel match. Finalement, mes peurs se sont volatilisées. Certes, ce n’est pas le meilleur match féminin que la TNA nous a proposé, mais il faut dire que la prestation de Madison Rayne, qui telle une heel a dominé Gail Kim dans ce match, est à saluer. Elle, qui nous offre plus souvent des cris tout droit sortis de films d’horreur que de belle prises, nous a gratifié d’une belle performance. Les deux Knockouts vont surement se retrouver le mois prochain dans un match en cage à Lockdown. C’est le cinquième match de la soirée, et seulement le premier satisfaisant. Quand on pense que cela vient en plus des demoiselles…

Mr Anderson fait son retour en PPV aux côtés de AJ Styles face à Christopher Daniels et Kazarian. Le match est bon, sans être exceptionnel. Faute d’avoir une rivalité passionnante, au moins nous avons de la qualité dans le ring.

Kurt Angle salue son fils, Cody, et lui demande de regarder toute la violence qui va avoir lieu, parce qu’il va détruire son héros, Jeff Hardy. Il va prouver au monde entier pourquoi Jeff Hardy représente tout ce qui ne va pas dans le catch professionnel. Kurt Angle déteste le look de Jeff Hardy et ce soir, Angle va lui faire un relooking extrême.

Jeff Hardy

Il dit qu’il voit pas où est le problème.

Jeff Hardy contre Kurt Angle donc, mais quel booking foireux ! Le match est bien huilé, étonnement mené par Hardy, surtout au vu de la promo d’avant match. Kurt remporte le match, ce que je ne reproche pas à la TNA, au contraire, vu le match de Hardy de l’an passé, c’est normal. Mais Angle gagne par triche, en faisant un roll-up et en maintenant les cordes. Je sais pas, mais si je dis que je vais défoncer quelqu’un dans un combat, je vais vouloir avoir le dessus sur lui pendant tout le combat, et avant tout avoir une victoire claire et net, peut-être même de façon brutale. Mais là ! Il y aura forcément une revanche à Lockdown. On parie un paquet d’Haribo que Angle va tenter un Moonsault du haut de la cage, et va se louper ? Les gens ont quand même vite pardonner Jeff Hardy pour ses erreurs quand on voit les acclamations qu’ils récoltent à chacune de ses entrées. J’aurais jamais parié cela il y a un an (sa situation niveau catch et personnelle).

La question Twitter du jour pour Sting: la différence entre être catcheur et être le patron. Sting en a marre de parler, il est temps de se battre, d’être un catcheur.

Sting parait en bonne forme au début du match. Le match se déroule pas trop mal vu les qualités techniques de Sting et son âge. Encore un fois, la TNA foire complètement son main-event à cause d’une fin ridicule. Bobby Roode sort de dessous le ring une chaise pour pouvoir l’utiliser, ce qui est complètement légal dans ce match. Sting l’en empêche, mais quelques secondes plus tard, Sting effectue son finish, le Scorpion Death Lock (qui est un DDT inversé, Youtube est votre ami si ça ne vous dit toujours rien). Lors de ce finish, où le public chante ‘Bullshit », l’arrière de la tête de Sting heurte la chaise, que Roode avait précédemment placé. Vous allez pas me faire croire que les gens peuvent croire à cette maladresse ? Pas avec Sting, un catcheur de plus de 20 ans d’expérience ! Parce que c’est sur ce geste que Roode remporte la victoire dans ce match sans disqualification qui n’a de commun que le nom, car hormis cette chaise amenée dans le ring, rien d’illégal n’a été fait. Si ce n’était pas assez décevant de voir Roode gagner une fois de plus sans légitimité, celui-ci va chercher la présidente de la TNA, Dixie Carter, pour attacher Sting dans un coin avec du scotch de compétition, la traitant de pute. Sting, qui semblait « so alive » ressemble à une loque. Personne dans les vestiaires, un James Storm par exemple (c’est pas comme si il était fatigué de son match de tout à l’heure le cowboy), ne s’est senti concerné par cette situation humiliante pour la patronne de la fédération ? Une fin de match scandaleuse.

Sting, Dixie Carter

Sting a pourtant l’air d’apprécier le « geste ».

Est-ce que ce Victory Road 2012 a su faire oublier sa petite sœur de 2011 ? Non. Je dis même qu’elle a fait pire, car en 2011, sur les huit matchs proposés, seulement deux furent vraiment à éviter. Ici, seul quatre matchs sur huit méritent le coup d’œil, mais cela n’a rien non plus d’extraordinaire. Le pire c’est qu’on a eu la chance de pas avoir de match avec Garrett Bischoff. Imaginez cela en plus ! Les ceintures par équipes et la ceinture télé on en fait n’importe quoi, la X-Division ne tient pas ses promesses, on a un opener de deux minutes. De plus, toutes ces erreurs ne peuvent être mises sur le dos de Vince Russo, il est parti de la TNA. Alors, s’il vous plait, vous dirigeants de la TNA, ne nous faites pas revenir en 2010 ! Victory Road est pour l’instant le pire PPV de la TNA en 2012, est de loin.

Cliquez pour commenter

Articles populaires

En haut