Review

No Chance in Hell

Bienvenue à tous et à tous pour une review un peu spéciale, je ne suis pas Vincent, je suis Orbaz, le gars du dessus et je vais m’occuper de la TNA! Retour sur une semaine en enfer…

 

« Désolé Orbaz, mais nous ne sommes pas responsable des dommages cérébraux que va te causer ce show »

 

Review d’Impact Wrestling du 10 mai 2012

 

Dimanche 6 mai 2012 – 17h

Apparition du dernier Cutting Orbaz, où j’annonce que je vais analyser l’épisode de TNA Impact à la place de Vincent, je regrette déjà mon geste, je suis fébrile, j’ai peur de mes retrouvailles avec Jeff Hardy, Rob Van Dam ou Mr. Anderson anciennement Kennedy. De plus, la lecture des précédentes reviews de Vincent ne m’encourage pas à regarder les shows, je préfère conserver encore un comportement mental correct pendant mes heures de cours.

 

La première fois que j’ai vu le Joker dans Batman, je me disais que ça faisait un peu bizarre de voir Jeff Hardy en bon état.

Mercredi 9 mai 2012 – 23h

Je dis à Vincent que j’appréhende l’épisode d’Impact, afin de me rassurer, ce dernier me dit que c’est normal, qu’en plus j’ai fait le bon choix en prenant un épisode précédent un Pay Per View, car ils sont généralement bien pourris. Je note: acheter de la vaseline pour que le tout passe mieux.

On approche alors du jugement dernier, je me décide à regarder les résultats du show précédent histoire de pas trop être perdu. Wikipédia d’un côté et les résultats de l’autre, j’observe la tronche de mes futurs tortionnaires. Ils ont l’œil du Malin, on sent en chacun d’eux la volonté de faire de ce show une bouse encore plus infâme de jour en jour. Je pense fortement à Showtime, un membre des Cahiers du Catch, fan inconditionnel d’Eric Young, actuel champion par équipe chez… les Knockouts. Encourageant.

 

Jeudi 10 mai 2012 – 22h30

Je sors d’une rediffusion de Ghostbusters (Vive Bill Muray !) et je me dis que c’est peut-être ça la solution, peut-être que la TNA est tout simplement hantée ! Non pas seulement par des ancêtres comme Hulk Hogan ou Ric Flair. Mais surement du slime à énergie négative ! Malheureusement, Bill Muray a perdu son âme en jouant dans Space Jam. Terrible, que pouvons-nous faire pour la TNA ? Impact se déroulera cette nuit, je vais profiter de ma dernière nuit d’innocence avant de souiller mon esprit à jamais.

 

Après ça, je pense qu’un passage à la TNA ne ferait même pas de mal à sa carrière, c’est déjà trop tard.

 

Vendredi 11 mai 2012 – 19h

À chaque fois que je met une date dans cet article, j’ai le bruitage de « New York: Unité Spéciale » qui détonne dans ma tête, comme si regarder Impact était finalement un crime. Je me munis des outils recommandés par Vincent: Une corde, un Revolver, des balles, une photo de Gail Kim nue qu’il m’a donné, et au cas où je serais vraiment au fond du gouffre, des bonbons.

Je tente de me convaincre, un peu à la manière de Samy dans Scoubidou: « Je suis courageux. Je suis courageux… JE SUIS TOTALEMENT INCONSCIENT! » Bref, ça marche pas vraiment…

 

« Dans la rédaction de VoxCatch, les crimes catchesques sont considérés comme particulièrement monstrueux. Dans des caves, des rédacteurs analysent ces shows et font parti d’une unité d’élite, appelés unité spéciale TNA pour les victimes. Voici leur histoire!

 

Ce même jour-21h

Je cherche les vidéos d’Impact, n’ayant pas l’habitude de regarder le show, Vincent, décidément très serviable cette semaine, s’empresse de me donner des liens. Aucun moyen de faire demi-tour, Je lance la première partie. Il faut savoir que je ne suis pas allé voir un Impact sans savoir à qui j’avais affaire, j’ai lu les reviews de Vince’, regardé la tronche des forces en présence, et si je ne sais pas de qu’il s’agit, un petit coup de pause et je check, donc pas de soucis.

Et c’est donc Jeff Hardy qui commence le show, ah non c’est qui lui ? Rob Van Dam ? Je suis sûr de l’avoir vu quelque part ! Ah oui ! Hulk Hogan ! Ah non il a une ceinture à l’épaule je suis bête… Devon bien sûr ! De quoi, Devon est noir ? Ah, bon ça doit être Bobby Roode.  Ce dernier offre un speech classique de heel champion, déclarant qu’il est le plus dominant. Son règne me paraît assez similaire à celui du Miz en tout cas, vaniteux et gagnant que grâce à la chance ou une intervention extérieure. Malgré tout, une chose me gêne. Y a-t-il un public dans la salle ? Non parce que même Roode n’a pas l’air de s’en rendre compte, s’adressant constamment à la caméra, et non au public.

 

« Mais je te reconnais toi, t’es super pote avec Randy Orton, c’est ça?

 

Bien sûr, Roode ne s’en tira pas si bien que ça après avoir dit tant de bonnes choses sur son compte, quelqu’un devait rétablir la vérité, et ce fut Rob Van Dam. Vieux, t’as morflé depuis la dernière fois qu’on s’est vu, c’est impressionnant ! Il est rapidement rejoint par Hardy et Anderson, qui finissent par se battre, étant en rivalité. Finalement, Hulk Hogan arrive, je charge mon revolver. Ce dernier a l’air d’avoir fait un stage chez Teddy Long durant l’été. Quatre hommes sur le ring qui ne savent pas se voir! Et si j’en faisais un Fatal 4 Way! #ThanksCaptainObvious.

Ceci, à la différence de tous les GM, Hulk Hogan demande à RVD s’il peut faire ce match, oui, un General Manager qui demande s’il peut donner des conditions à un match. Vite, plutôt que de me suicider, je mange des haribos pour tenir le choc. Donc, si RVD gagne, il choisit la stipulation du match, si Hardy ou Anderson, qui ont déjà un match à deux, gagne, le vainqueur remplace RVD et si Roode gagne, il peut choisir son challenger parmi les trois. Tiens Roode, je t’offre la vaseline, parce que des quatre, c’est vraiment toi qui te fait enculer.

 

« Si vous parlez vaseline, moi avoir tout ce qu’il faut avec suisse ami à moi! »

 

La suite passe par une interview de Bully Ray en backstage. Et là, nouveau choc, POURQUOI le caméraman zoom et dé-zoom le plan ! J’ai envie de vomir mes croques bordel ! Ce dernier est en rivalité avec Aries et veut donc le défoncer. Austin, si ça t’intéresse, c’est Roode qui a le pot de vaseline.

On passe à un autre segment coulisses où l’on voit Gail Kim parler de Tessmacher à une Madison Rayne qui s’en tape. Et je crois avoir compris le but des angles de caméra. La TNA est filmée de manière a ce qu’on est l’impression que ce soit de la télé-réalité. Les spectateurs sont pris pour des personnes crédules, pensant que le catch est vrai, ce que ne fait plus la WWE depuis un bail, cette dernière étant dans un période plus « réaliste » avec des personnages plus communs. Une chose est sûre, cette manière de filmer à la TNA est horrible et donne l’impression de regarder un mauvais soap espagnol.

Malgré tout, au moins ici il y a une vraie rivalité entre les Knockouts, certes, très minime mais c’est déjà ça. Muni de ma photo de Gail Kim nue, je vérifie s’il n’y a pas Tessmacher ou Velvet Sky de dispo sur le net, vue que ce sont elles qui sont sur le ring. Heureusement pour moi, elles sont limites moins habillées que les divas de la WWE, je ferme donc mon onglet. Un match court, mauvais techniquement. Tessmacher gagne logiquement et tout aussi logiquement, Kim intervient après le match pour la corriger. Le booking est simpliste mais suffit pour un match de seconde zone qui ne sera pas celui qui vendrait un Pay Per View.

 

Et puis un show est toujours de meilleur qualité quand il y a un bon angle. (Vanne à ressortir si un match de Kurt Angle est bon à la TNA. On fera ce que l’on pourra.)

 

Plusieurs petits moments backstages, très courts, qu’un téléspectateur lambda doit se repasser plusieurs fois pour comprendre ce que chacun disait. On passe d’AJ Styles à Hardy puis ensuite à un match entre Crimson et Matt Morgan très rapidement, c’est assez perturbant quand on ne connait pas bien le show.

Crimson arrive puis Matt Morgan, le match ne commence pas car Bully Ray arrive et attaque Matt Morgan puis dit à la caméra « Ce sera toi Austin Aries, ce sera toi ». Je fais tourner le barillet de mon revolver. Pourquoi ? Le manque de conviction qu’a Bully Ray en annonçant ça. Ce dernier prend une chaise et frappe le poteau, mais on va faire comme si Matt Morgan l’avait pris dans la tête et qu’on avait pas entendu le bruit du choc avec le poteau. J’applique l’arme contre ma tempe. On voit ensuite Matt Morgan saigner, trembler et être évacué en civière. Je tire, je me loupe, je jette le flingue de colère, le coup part. Je suis sourd pour cinq minutes, ce qui me permet de ne pas entendre Crimson mais de comprendre qu’il gagne le match par décompte à l’extérieur. Forcément, si le mec part en civière en sang, tremblant alors qu’il a même pas reçu le coup de chaise, comment veux-tu qu’il puisse tenir un match ?

On passe au premier vrai match de la soirée, celui pour le titre de la X-Division, entre SanGok… euh pardon Zema Ion (Quand on y pense, ça fait quand même personnage de Dragon Ball ce nom) face à Austin Aries. Un match de bonne facture, pas dégueulasse pour un show hebdomadaire. Par contre, le public s’emballe pour rien ou je rêve ?  Un chant « This is Awesome » pour une saut à l’extérieur ? Un « This is Wrestling » pour six minutes de combat? Faut qu’il se calme le public, j’imagine pas en PPV, au moindre Atemi ça doit être bluffant !

 

Voilà ce qui se passe quand on laisse un catcheur sur le ring d’un match de Knockouts!

 

On voit Chistopher Daniels et Kazarian parler d’un secret qui va être révélé à propos d’AJ Styles, l’histoire à l’air de tourner depuis quelques semaines. Les deux s’amènent donc sur le ring et demandent à AJ Styles de dire le secret, sinon c’est eux qui le feront. AJ Styles arrive, dit qu’il n’a rien à cacher et finalement… le secret est… vous êtes prêts ? Mentalement… ça va ? Ok. Le secret d’AJ Styles c’est qu’il se tape la patronne, Dixie Carter. Bon, la semaine prochaine, retrouvez la sex-tape qui va concurrencer celle de Hogan !

On passe ensuite à l’hebdomadaire match pour le titre TV, Devon bat de nouveau son adversaire et va affronter Robbie E (l’adversaire du soir) et Robbie T en Pay Per View. Il a fait quoi sérieusement pour que Hogan face ça ? De plus, c’est pas comme si c’était des bons catcheurs, non, le match devait être pourri, bien sûr ! Sinon, à quoi cela sert de faire des matchs pour le titre contre des adversaires différents au lieu d’offrir le MÊME temps d’antenne et proposer une storyline au public ? C’est trop dur les bookers ? Vous avez pas envie de vous faire mal à la main à force d’écrire ?

Je tente de prendre une pilule de cyanure, j’ai confondu avec le viagra de mon grand père. Bon, bah vu qu’on en est là, autant prendre la photo de Gail Kim nue… On voit un fermier parler du match de James Storm à Lockdown. C’est vrai que c’était bien con la manière dont il a perdu, n’est-ce pas monsieur ? Monsieur ? Ah, vous êtes James Storm, excusez-moi. Tenez, ma corde, vous en aurez plus besoin que moi. (Éliminer un catcheur de la TNA en représailles d’avoir subi ce show : fait !)

 

« Quitter l’enfer de la TNA pour l’enfer tout court, c’est plutôt des vacances. »

 

Joseph Parks, frère d’Abyss, cherche son frère depuis des mois et ne le trouve toujours pas. En même temps, quand tu vois qu’il ne sait même pas où est le ring de l’Impact Zone, avec un sens de l’orientation aussi fin, tu t’étonnes qu’il ne trouve pas son frère ! Le frangin arrive donc sur le ring et dit que tout conduit vers Bully Ray après avoir fait quelques remarques bien désopilantes. Un exemple? « Oh, qu’est-ce que c’est grand l’Impact Zone! »… Bully Ray arrive, c’est pas comme si on l’avait déjà vu deux fois dans ce show, et surjoue à mort le heel énervé face à un Parks qui joue bien son personnage de frère à côté de la plaque. Par contre, le rire de Parks après s’être pris une torgnole par Bully Ray, c’est vraiment pas très subtil. Qui, ayant plus de 12 ans, n’a pas deviné que Joseph Parks et Abyss étaient la même personne ? QUI ?

En ce moment la TNA parle de son 10ème anniversaire, et comme moment historique, la TNA diffuse… l’arrivée de Hulk Hogan en janvier 2010 ! J’ai beau ne pas beaucoup connaître la TNA, s’il y a bien un mauvais truc qui soit arrivé à la TNA, c’est voir Hulk Hogan se pointer. On relèvera la phrase très drôle: « Tout le monde devra mériter sa place dans cette compagnie ». Signe que Hogan et Bischoff se foutait déjà bien de la tronche des fans.

D’ailleurs, pas de Garrett Bishoff ce soir, de peur que je décide de vraiment passer à l’acte sans doute. Ou que je me mette à aider Vincent dans sa quête de supprimer ce « catcheur » des écrans. Je constate aussi qu’il y a eu encore moins de catch que lors d’un show WWE, je suis impressionné !

 

Ah bah oui, un seul idiot par show, c’est largement suffisant.

 

Dans un Main Event rythmé mais TRÈS court vu les forces en présence, Rob Van Dam gagne et va chercher une échelle sur le ring, annonçant la stipulation! Wow! Nous sommes vraiment tous surpris! Non pas que la décision semblait évidente de la part de RVD, mais surtout que ce dernier l’avait annoncé au milieu du show… Leçon de booking: QUAND ON DIT LA STIPULATION QUE L’ON VEUT APPLIQUER! ON NE FAIT PAS COMME SI C’ÉTAIT UNE P***** DE SURPRISE! ET LE CHAMPION N’A PAS À L’ÊTRE!

On garde son cal.. et WHAT THE FUCK? Abyss revient ! Il va les défoncer ! Ouais ! De quoi ? Non ? Tu viens juste dire à ton frère qu’il s’est trop approché du feu et qu’il ne doit pas se brûler? Bon, outre le fait que Abyss va postillonner sur la caméra à tel point qu’on aura l’impression que les shows sont tournés en extérieur dans le Nord, qu’est-ce que ça à foutre en fin de show ? Alors qu’on avait le Main Event qui était en train d’être mis en avant, en quoi Abyss est si important s’il n’a aucun rapport avec le Main Event et s’il ne défonce pas tout le monde sur le ring ? C’est un peu comme chercher à donner des incohérences à un show qui en comporte déjà beaucoup ! C’est incompréhensible en terme de logique, car de toute manière il n’y en a pas !

Un show, qui est pas super nul, on est pas non plus devant un truc effarant, mais la réalisation façon « télé-réalité », des incohérences à se cogner la tête contre les murs, des catcheurs qui semblent déconnectés d’un public qui lui même est hors du coup. Non, la TNA n’est pas un bon show de catch. Et encore, je n’ai surement pas vu le pire et même une des meilleures semaines depuis un moment à mon avis.

 

Oulah, le temps se gâte, je ferais mieux de sortir mon parapluie avant qu’il pleuve.

 

Il faut espérer pour la compagnie que le Pay-Per-View rattrape tout cela, mais sachant qu’elle reste à Orlando la quasi-totalité de l’année, c’est assez dur de s’étendre de cette manière, et jauger différents publics.

 

Samedi 12 mai 2012 –  00h30

Je me rends compte que ma review est parfois loin du PG-Rated, mais vu que c’est la TNA et que ça fait du bleeding pour un coup de chaise dans un poteau, je pense que j’ai bien le droit.

Fini, enfin la liberté, un peu à bout face à un show par moment consternant, Au loin le rire moqueur d’un Vincent enfin sorti de l’asile. Ah, il va bien se marer quand je vais lui dire qu’il doit reprendre les reviews à Sacrifice puis tous les shows TNA ad vitam aeternam. Je repense à cette semaine faite de crainte, d’angoisse et d’horreur et me tourne vers l’avenir ensoleillé d’un énième squash de Ryback, d’une division tag team en perdition tout comme sa section diva ou son titre US… Comme quoi, la WWE est par moments dans ses shows aussi fortes que son ennemi juré…

On se retrouve la semaine prochaine pour un Cutting Orbaz « Home Sweet Home » qui promet d’être assez gentil envers la WWE après cette expérience… Ou pas.

 

3 commentaires

Les plus lus

En haut
//ad6media