Review

La cloche a sonné

Après le Raw de lundi qui avait laissé Vince McMahon KO suite à un coup de poing du Big Show, des excuses étaient attendues. Car tout acte mérite d’être pardonné dit-on. Sinon on avait laissé dans l’épisode du lundi AJ embrasser un Kane plus que jamais sensible au sexe dit faible qui pour le coup a remporté des batailles que CM Punk et Daniel Bryan aimeraient bien gagner. Pour tout vous dire, ce Smackdown n’a pas vraiment emballé. Orbaz étant encore absent, je m’y colle à nouveau pour raconter les derniers évènements avant No Way Out. Un pay-per-view à l’entrée de l’été que l’on espère chaud.

Et Kane, la chaleur ça le connait !

Review de SmackDown du 15 juin 2012

En parlant de chaud, tiens voilà AJ qui déboule sur la rampe du show bleu. Elle a quelque chose à dire. Dur de résister en même temps à ce regard, donc parle mon enfant. Elle a embrassé Kane car… EXCUSE ME! Là c’est beaucoup moins enfantin d’un coup avec la voix de castafiore de Vickie Guerrero qui retentit. Non mais, le coup de poing du Big Show sur Vince O’Mac histoire de la semaine ? Non. Encore moins AJ qui embrasse Kane. Pour Vickie l’histoire c’est bien sûr son cher Dolph Ziggler qui a gagné le droit de se glisser dans la peau de l’adversaire de Sheamus dimanche. Dolph Ziggler le revanchard, c’est comme cela qu’il se présente, car enfin il a pu montrer ce dont il était capable lundi. Là j’aurais tendance à être d’accord. Moins quand il reproche à ce petit bout d’AJ de lui voler la lumière. Celle-ci ne se démonte pas et se demande comment Dolph Ziggler peut prétendre à un quelconque prestige vu qu’il va perdre dimanche. Et puis avec sa grand-mère d’à côté…BIM claque de Vickie, qui a tendance à faire sourire AJ.

Le premier chevalier servant arrive à la rescousse, j’ai nommé CM Punk. Ce dernier dit que Vickie demande à être excusée à chaque fois mais personne ne l’excuse. En effet, inexcusable de gueuler à chaque fois. Et puis on monte dans la delorean et on arrive au Royal Rumble 2012. Ziggler déjà visait une ceinture et c’était celle de Punk mais il ne l’avait pas obtenue. Et dimanche idem il n’y arrivera pas davantage contre Sheamus. Ni là dans le match par équipe à venir.

Un Dolph Ziggler un peu débordé vocalement voit l’arrivée de Daniel Bryan. Ce dernier pointe tout de suite AJ qui fait perdre tous les hommes dont elle fait tourner la tête, il en sait quelque chose (Wrestlemania 28 ?) et elle est du même coup la chance de l’adversaire donc lui. C’est Sheamus qui se joint à la fête pour lui rappeler qu’il devrait arrêter de ressasser sa déception du 1er avril dernier et de ne la mettre que sur la seule personne vraiment responsable de l’échec, Daniel Bryan lui-même. Et concernant Dolph Ziggler, Il aura le bonheur de gouter au brogue kick dimanche en lieu et place d’Alberto Del Rio (ah ce Khali)

C’est pas tout ça, on parle on parle mais faudrait un peu lutter. Ce bon Sheamus le rappelle et on va y aller, allez. Quand même AJ a une dernière chose à dire, et tentative de catfight ! Mais elle est retenue à la volée.
Le match par équipe entre CM Punk et Sheamus d’un côté et Daniel Bryan et Dolph Ziggler de l’autre peut débuter et autant dire qu’il y a de la qualité. Ça ne rigole pas beaucoup pour Ziggler mais pour les autres un peu plus. Ce qui débouche sur un match animé où finalement Daniel Bryan se jette sur CM Punk à l’extérieur. Sur le ring, Sheamus se prépare à placer le brogue kick le plus préparé de tous les temps quand Vickie bien sûr l’accoste un chouilla. Elle est poussée sur le ring par AJ ce qui décontenance Sheamus pris comme un bleu par un simple roll up de Dolph Ziggler et qui du coup poursuit dans le public son challenger adoré.

Mais avec tout ce petit monde qui n’est pas sorti des abords du ring depuis le début du show, il reste de l’action avec AJ qui emmène Vickie sur le ring et c’est catfight ! Non pas tellement en fait, car Vickie s’échappe et réussit par un geste salvateur à repousser AJ qui a du coup un peu mal au dos. Et voilà le chevalier servant qui accourt, à savoir Kane. Disons-le tout net, cela ne plait pas à CM Punk, mais Kane démontre une force qui le fait aligner des chokeslams sur Bryan et Punk.

Après ces 25 premières minutes folles autour des deux grosses ceintures, on revient au calme, enfin non pas tellement car c’est Funkasaurus et ses Funkettes qui se pointent. Mais Brodus Clay n’a pas envie de rigoler et veut que John Laurinaitis lui envoie son fleuron….Heath Slater, qui déjà lundi ne s’était pas amusé face à Vader, et là pas davantage, balayé en 30 secondes par l’ouragan Brodus. Toutefois, il y a un match sur YouTube dimanche donc David Otunga bien malin affaiblit sérieusement Brodus en le touchant à la jambe gauche. Du suspens en perspective pour dimanche… en pré-show.

Mouais, bon c’est pas non plus avec des coups de tête dans les talons qu’il va réussir à l’affaiblir hein.

Sans transition ensuite, le thème de Layla retentit. Le comble c’est qu’elle est aux commentaires alors que sur le ring Beth Phoenix et Alicia Fox sont prêtes à s’affronter. Bon ben puisque tout le monde s’en moque, Glamslam et en 30 secondes page Diva du show tournée.

C’est maintenant John Laurinaitis qui se pointe en haut de la rampe et qui s’excuse pour lundi, publiquement. Mais bon en même temps faut pas s’approcher de son nounours de trop près, et ça Vince McMahon ne l’a pas compris. Donc il faut bien remontrer les images de lundi. Puis Laurinaitis découvre que son job de general manager des deux shows est un CDD, sans arrêt remis en cause à chaque PPV, soit il gagne soit il est viré, donc pas de raison qu’il laisse son job à un étudiant cet été après avoir réussi trois fois en trois mois à conserver sa place. Donc Big Show va régler le compte de Cena.

Big Show présenté arrive alors. Il n’a pas l’intention de mentir sur son intention ou pas de mettre le coup de poing à Vince mcMahon. Car s’il veut après tout, viré et hop il se la coule douce dans sa grotte. Mais d’abord, il rappelle son parcours dans l’ombre de Ric Flair, Hulk Hogan et Sting à la WCW, oui Sting le grand nom de la TNA vous avez bien entendu. Et après, zut ! À la WWE depuis 14 ans c’était pareil avec ces morveux qui lui sont passés devant. Donc stop à tout ça. Et contrairement à lundi il fera exprès avec Cena dimanche, ça va faire mal. Et c’est le début de sa carrière dimanche en fait (à plus de 40 ans quand même) donc victoire garantie. Les bookmakers vous savez maintenant quoi miser.

Tout sur Cena dammit!

Mais Michael Cole lié par les ondes de la sauce barbeuc’ à John Cena annonce que ce dernier vient de partir de chez lui pour venir ici. On est dans le Massachusetts faut préciser. Qu’à cela ne tienne, Big Show attend Cena.

Un classique de l’époque ECW se pointe avec Christian contre Jack Swagger. Un affrontement plaisant mais de trois minutes à peine, bon au moins ce sera la deuxième plus long combat de la soirée. L’honneur est sauf pour le champion Intercontinental qui a décidé de faire du frog splash son nouvel étendard final.

John Cena va venir…

Puis c’est l’instant Ryback, enfin l’instant jobbeurs d’abord qui se permettent la blague du « toc toc qui est là ? » une défaite de Ryback. Et c’est ainsi que 1min20 plus tard ils sont couchés l’un sur l’autre et le match est terminé. Il faut lui en donner plus, même le public commence à le réclamer, et je serais aussi d’accord. Il n’y a plus de catcheur amateur aux USA maintenant. Attention Cole et Mathews…

Du coup ils sont en train de rédiger leur testament.

John Cena va venir…

Alléluia Dieu est là. Celui dont le niveau est LV1 Anglais renforcé fait son arrivée. Damien Sandow parle toujours de guérir le monde de sa bêtise. Bon courage. Mais le prof en culotte rose ne se décourage et veut bien donner un autre cours. Dans ce Smackdown spécial Beat The Clock Challenge, Sandow a un peu tardé contre Tyson Kidd, un élève fort rebelle. 45 secondes c’est bien trop long. Mais une roue tout de même pour fêter ça.

John Cena va venir bon sang vous n’avez pas compris ? Ah il est là déambulant en coulisses et forçant la porte du bureau de John Laurinaitis. Personne. Faut donc bien aller voir sur le ring ils étaient là la dernière fois qu’on les a vu. Zut toujours pas, hé ben tant pis. Big Show a appelé Cena qui est venu. Donc maintenant Cena appelle Big Show. Le téléphone c’est plus pratique quand même. Mais l’appel vers la grotte de l’ours n’a de résonance que pour le dresseur, John Laurinaitis. Ce dernier a renvoyé son ours mal léché chez lui afin d’éviter toute baston avant le match de ce dimanche. Dommage pour Cena qui aurait bien aimé lui en mettre une, mais après tout le deuxième nom sur sa check-list est devant lui sous ses yeux. Johnny a l’assurance du patron mais celle-ci s’envole quand il est révélé que le directoire a décidé que quoi qu’il arrive il y aura match dimanche.

Bah tant pis alors, Big Johnny bombe le torse et annonce une irréelle raclée. Tout de même, il essaye de raisonner Cena qui dit que de toute façon il peut se faire un petit plaisir mais peine perdue, tout finit par un coup de poing cette semaine et c’est aussi le cas ici. Un gong final à un SmackDown mi-figue mi-raison.

1 commentaire

Les plus lus

En haut