Review

No Way Out 2012 : Par ici la sortie !

Bon, il faut bien s’y mettre à un moment, et ce n’est pas facile. No Way Out c’était ce dimanche et en gros, ce n’était pas très beau à voir. Alors certes, vous allez me dire qu’il y avait de beaux matchs, mais ensuite ? Cela suffit-il ? Et bien non, la preuve…

Je l’avais vu venir, ce pay per view allait être dur à regarder. La carte n’était déjà pas bien alléchante, et cette fois même la théorie du « mauvaise carte = possible bon PPV » des dernières fois n’a pas fait son effet, aucune surprise cette fois. Les matchs ajoutés à la dernière minute sont d’un chiant, certains déjà prévus ne sont pas mieux, et  les autres, malgré leur qualité, peinent à susciter un intérêt.

Commençons par le plus dur, ce qui fut difficile à regarder, parce qu’il y en avait, là. Je vais vous épargner le match de Ryback. Mieux encore : plus jamais dans mes reviews vous n’entendrez parler des squash-match du glouton, j’ai décidé de bouder chacun de ses matchs tant que je ne verrai pas un vrai affrontement, parce que ça va bien cinq minutes, faut savoir passer aux choses sérieuses maintenant.

L’autre match chiant, annoncé la semaine dernière, voit David Otunga affronter Brodus Clay. On pensait d’abord, au moment de l’annonce, à un squash du Funkasaurus sur Otunga, mais à SmackDown ce dernier a changé la donne en s’acharnant sur la jambe de Brodus. On aurait pu alors croire qu’Otunga aurait toutes ses chances de battre Brodus Clay, ce qui ne serait pas un mince exploit,… mais non, après un match peu intéressant – en même temps avec Otunga dans un ring tu ne peux pas faire de miracle – Brodus Clay gagne par Count-Out.

Ensuite, on a le Fatal 4-Way pour désigner les challengers aux titres par équipe. On y a mis tout ce que la WWE avait en tag-team, c’est à dire pas grand-chose. Mais heureusement il y a du bon niveau catchesque : Tyson Kidd & Justin Gabriel sont de bons catcheurs, les Usos aussi. Primo & Epico aussi pourraient se vanter d’être de bons catcheurs, sauf qu’ils ne dégagent rien d’intéressant, et pour bien nous couper l’envie de voir ce match, on y ajoute Darren Young & Titus O’Neil.

Le match est difficile à suivre, ça part dans tous les sens, la confusion est totale. Mais le pire reste le résultat. Alors que deux équipes méritent vraiment les titres vu leurs compétences sur le ring, Kidd/Gabriel et les Usos, on préfère donner une chance à… Titus O’Neil & Darren Young. J’ai vraiment besoin qu’on m’explique pourquoi, qu’est-ce que la WWE peut bien leur trouver d’intéressant ? Moi qui croyais à une nouvelle chance de revoir les titres par équipes mis en avant, j’ai perdu tout espoir.

Je vous laisse légender cette photo, vous voyez ou je veux en venir de toute façon. #bite #twitter #pasfaitexprès

On a eu le droit aussi à un match entre Sin Cara et Hunico from out of nowhere, un match bouche trou. Il n’y a que ça dans ce PPV on dirait. Ce n’est pas un mauvais match, certes, mais le manque de storyline, l’inutilité totale de la présence de ce match en pay per view et le fait qu’on aurait pu avoir autre chose à la place fait qu’on a pas envie de s’y intéresser. Un match sans promo, sans histoire ne fait vraiment pas envie, même s’il est bon.

Il y a aussi le match des Divas, assez décevant. Pourtant à Over The Limit Layla et Beth Phoenix nous avaient offert une belle performance. Cette fois c’était tout le contraire, avec un match à la limite du niveau d’un weekly. Grosse déception. Difficile de savoir pourquoi, mais comme déjà dit dans la review du pay per view précédent, il serait temps de changer de challenger, vraiment.

Ouais ! Et je prends la première que je vois dans le public !

Et puis il y a ce Tuxedo Match, chose que je ne croyais pas possible avant la semaine dernière. Ayant forcément plus des allures de comedy match évidemment, le but étant de mettre l’adversaire en slip. Bon évidemment, j’ai ri devant ma TV, moins devant Twitter en lisant les gens crier leur haine envers deux catcheurs qui essayaient de divertir. Enfin bon, tout cela ne serait pas grave si ce match n’était pas pour le titre des Etats-Unis. Oui parce que si l’on retire le négatif, ce match a été buildé, promo, segments etc., tout y était. Dommage que l’on en fasse pas autant pour les autres matchs…

Mais la soirée n’a pas été aussi horrible que cela, on a quand même eu le droit à de bons matchs, comme celui pour le titre intercontinental entre Christian, champion depuis Over The Limit et Cody Rhodes. Un match bien dynamique, avec deux bons techniciens du ring de deux générations différentes. Le moment surprenant du match reste celui où Cody Rhodes se relève d’un Killswitch, assez hallucinant. Du coup Christian termine Rhodes avec un spear, une prise qu’il utilise de plus en plus, il ne serait pas étonnant de le voir en faire sa nouvelle prise de finition. Juste une dernière chose, le t-shirt de Christian ce n’est pas possible par contre, faut changer, vite.

« Hey mais c’est quoi qui s’envole, la-bas ?
– Ton charisme Christian, il pouvait pas supporter ce t-shirt »

Il y a eu aussi le match pour le titre de champion du monde poids lourd, qui aurait dû voir Sheamus affronter Alberto Del Rio, mais qui à cause d’une blessure, fut remplacé par Dolph Ziggler. J’ai presque envie de dire tant mieux vu la qualité du match et la hargne dont a fait preuve Ziggler. On en aurait presque oublié qu’il était juste là pour remplacer un blessé. Un match qui jouait le rôle d’opener, je n’aime pas tellement voir le WHC en opener, c’est quand même un des deux titres les plus prestigieux de la WWE, mais c’est presque devenu une habitude depuis quelques temps.

Dolph Ziggler utilise beaucoup de soumissions dans ce match, mettant Sheamus en grande difficulté, et sera plusieurs fois à deux doigts de remporter le titre. Mais non, Sheamus se relève même d’un joli facebuster de Ziggler depuis le poteau. S’en suit un Brogue Kick pour la victoire. Joli match. On peut cependant reprocher au public de huer le face et d’acclamer Ziggler, Lawler essayant d’ailleurs de rattraper le coup en disant que le public acclame Sheamus… Sheamus qui est de plus en plus – et injustement – détesté dans l’IWC. Les gens changent vite d’avis quand même…

L’homme du match reste quand même Ziggler, il a réussi à démontrer grâce à ce match qu’il est capable de mener un grand match sans problèmes. Je mets ma main à couper qu’il est l’un des prochains Mr MITB, mais par pitié, éloignez Vickie de lui. D’abord parce ça devient assez insupportable de l’entendre hurler, et aussi parce qu’il a besoin de continuer en solo.

Autre excellent match de la soirée, c’est le triple threat entre CM Punk, Daniel Bryan et Kane. Il est vrai que j’aurais aimé ne pas voir Kane s’immiscer dans cette rivalité entre Punk et Bryan, et voir ce soir un grand match entre ces deux-là, mais la storyline est très bonne et l’implication d’AJ, aussi effrayante soit-elle, fait d’elle la lutteuse la plus intéressante du moment. Qui aurait cru cela il y a encore quelques mois ?

C’était donc certainement le match le plus attendu de tous pour cette soirée. C’était aussi la première fois que l’on pouvait douter d’une victoire de CM Punk, étant champion depuis assez longtemps, ce qui n’est pas une mauvaise chose. Et étant menacé par deux personnes cette fois, on pouvait croire que ses deux adversaires allaient remporter le titre, aidés pourquoi pas par AJ, qui aurait dû prendre un peu plus part à ce match qu’elle ne l’a fait.

Elle a préféré piquer un roupillon.

Punk remporte donc le match grâce à un GTS sur Kane après avoir malencontreusement projeté AJ en dehors du ring. C’était un bon match, LE match de la soirée. La déception vient encore du public, un peu trop smark, qui acclame Bryan comme pas permis, plus que CM Punk. Bientôt ils le hueront, comme sur Internet où les vagues de haines commencent déjà de frapper sur Twitter pendant les lives (et pas seulement), avec de sales comparaisons à John Cena et sa forte présence dans le main-event ces dernières années.

Et puis le main-event, John Cena contre le Big Show. Le fossé entre le match précédent et celui-ci est énorme, heureusement – si je puis dire – entre les deux il y avait celui de Ryback, mais je préfère oublier. Je n’ai pas vraiment l’intention de me plaindre du match, il n’était pas mauvais, même si la raison de sa place dans le main-event n’est que ce qui se passe après le match, il n’y avait pas tellement de quoi se plaindre.

« A vot’ service »

Mais c’est au moment où Brodus Clay intervient pour attendre Big Show à la sortie de la cage – alors que ce dernier a assommé l’arbitre – que tout part un peu dans le n’importe quoi. On y fait venir ensuite Santino Marella, Alex Riley (le voir dans un main-event de pay per view reste assez dingue), Kofi Kingston qui le fera tomber du haut de la cage et Zack Ryder qui se fera jeter au sol en très peu de temps.

Après plusieurs tentatives c’est John Cena qui remporte le match. Alors que John Laurinaitis tentait de l’empêcher de sauter de la cage à coup de béquilles, Brodus Clay attrape ce dernier, laissant le champ libre à John Cena. Si ce match est en main-event, c’est pour ce qui va suivre. John Cena porte ensuite Laurinaitis, et Vince McMahon, présent depuis le début du match, annonce à Laurinaitis qu’il est viré. Le show se termine ici et heureusement.

Ah oui, j’ai failli oublier, Triple H est venu faire une promo comme prévu, et comme attendu il a réclamé un match contre Brock Lesnar à SummerSlam. Pourquoi pas, tant que le but n’est pas de faire saigner Triple H dès les premières secondes du match et que Brock se comporte en vrai catcheur et non en combattant de MMA comme il l’a fait à Extreme Rules. Bon, je reste sceptique, mais j’ai bien envie de le voir quand même ce match.

Au final, même si ce show comporte trois bons matchs, voire très bon pour le triple threat, le pay per view gagne sa place de plus mauvais de l’année. Des matchs bouche-trous en veux-tu en voilà, sans aucune histoires derrière et même sans intérêt pour le show. Un  Fatal 4-Way par équipe est une mauvaise idée d’ailleurs, cela donne surtout l’impression de chercher des nouveaux champions à la va-vite pour remplacer Kingston et Truth (récemment blessé lui aussi). Un tournoi en weekly aurait été plus judicieux, ce n’est pas comme si l’on était pressés.

On est maintenant en route pour Money In The Bank. Atteindre le niveau du précédent numéro sera certainement difficile, mais il va falloir relever le niveau des storylines pour tenter de nous faire oublier ce No Way Out assez mauvais. Ça tombe bien, CM Punk et Paul Heyman nous ont promis quelque chose il n’y a pas longtemps.

 

 

4 commentaires

Les plus lus

En haut