Review

La purge du lundi soir

Ce n’est pas possible. Je venais à peine de reprendre un peu d’enthousiasme devant du catch en ayant vu l’excellent Destination X, et voilà que la WWE nous sert un RAW des plus horribles. Je rage.

« Merde, on va en prendre plein la tronche dans cette review, Santino. »

Review – à charge – de RAW SuperShow du 9 juin 2012

Il y avait comme un sentiment d’horreur après avoir vu ce show, comme quand on a vu un film tellement pas drôle, qu’en sortant du cinéma on regrette d’avoir payé sa place pour ça. Sauf que là oui, c’était gratos, ça en dit long… J’ai eu envie de maudire les mecs qu’on pondu le script de ce show. Si vous connaissez un sorcier vaudou qui pourrait faire quoi que ce soit je suis preneur.

Parlons d’abord de cette idée stupide sortie de nulle part de ramener l’Anonymous General Manager, une des choses les plus insupportables de l’année 2011 que l’on croyait définitivement enterrée pour toujours, comme un mauvais souvenir. Ce même GM qui décide d’un WrestleMania rematch entre Jerry Lawler et Michael Cole. Il est sympa, il laisse le choix aux téléspectateurs de voter si le match doit avoir lieu ou pas. En sachant bien sûr qu’il aura lieu, le public ne refusera pas une occasion de voir Cole se faire humilier de nouveau. Et puis si le public vote non, on truquera les résultats ! Il n’y avait plus rien à faire d’autre alors on y a casé ça, un pauvre match qui dure – heureusement – quelques minutes remporté par Lawler, dont la décision de l’arbitre est changé, Cole est déclaré vainqueur suite à l’intervention de Booker T pendant le match.

Et puis comme si ça ne suffisait pas, on amène Santino Marella – toujours champion des Etats-Unis, au cas où vous l’auriez oublié – qui depuis le début de la soirée a décidé d’enquêter, déguisé en Sherlock Holmes, sur ce fameux Anonymous General Manager. Tout ça pour nous dire que l’AGM, c’était Hornswoggle. Poker face.

Il y a aussi ce match, dont on n’a même pas vu le début, la WWE trop occupé à nous annoncer que The Rock serait là pour la 1000e de RAW, qui voit Christian et Tyson Kidd faire équipe face à Tensai et Dolph Ziggler. Pardon, qui voit Christian et Tyson perdre honteusement avec un tombé de Tensaï sur Christian. Comme si ça ne suffisait pas, Tensaï attaque Kidd à la fin pour le laisser totalement KO ringside.

Non mais ne partez pas, ce n’est pas fini. Il y a aussi eu un match de Brodus Clay. Et c’est Drew McIntyre qu’ils ont mis face au Funkasaurus. J’ai envie de mettre ma tête dans un four là.

Aussi, parce qu’il fallait meubler un peu avec des gens de SmackDown, on a eu le droit à un rapide match entre Sheamus et Jack Swagger qui se termine sur un brogue kick à peine deux minutes après le début, puis on fait apparaitre Alberto Del Rio dans l’écran géant pour lui faire dit tout simplement qu’à Money In The Bank ce dimanche il prendra le titre. Et puis pour le fun, parce que Jack Swagger se relève, un second brogue kick. C’est les soldes, deux pour le prix d’un.

Cette soirée a aussi vu Sin Cara se qualifier pour le Money In The Bank du World Heavyweight Championship face à Slater. Heureux je fus, croyant que l’on n’aurait pas à supporter un awkward moment avec une ancienne superstar face à Slater. Erreur, Bob Backlund arrive. Bon c’est vrai, Bob Backlund c’est la classe… ou plutôt c’était. Voir un sexagénaire en slip sur le ring perso ça me tente pas. On en a eu assez avec Flair pendant des années. Enfin bon, Slater perd, comme d’hab.

Le malaise en une image.

Et puis pour builder le Money In The Bank du WWE Championship, on book un tag-team match entre les quatre participants, John Cena et Kane d’un côté, Jericho et Big Show de l’autre. Mais n’allez pas espérer le retour de la meilleure équipe de 2009, JeriShow. L’idée est pas mal, même si un Fatal 4 Way aurait peut-être été plus approprié. Le match dure une petite dizaine de minutes, puis se termine sur un Cena on fire… qui ne gagne pas le match, puisque le Big Show qui n’est pas l’homme légal sur le ring se met à frapper tout le monde et l’arbitre décide d’arrêter le match. Mais n’ayez crainte, Cena se relève et frappe le Big Show puis célèbre. Vintage Cena.

Finalement le seul truc intéressant dans ce show c’est en quelques sortes le fil rouge de ces dernières semaines, la storyline entre le champion CM Punk, Daniel Bryan et AJ. C’est d’ailleurs ce qui a ouvert ce show, laissant croire encore une fois qu’il aurait pu être cool. AJ donc est la première à entrer, se rendant d’abord compte que ses actions d’aujourd’hui auront une répercussion sur le match entre Bryan et Punk ce dimanche. D’ailleurs, elle n’hésite pas à le demander en mariage, ouais, elle est comme ça la AJ. Plus rien ne nous étonne venant d’elle maintenant. Evidement Bryan n’est pas d’accord – alors que Punk n’a toujours pas dit non – et vient troubler la demande en hurlant « NO! NO! NO! ».

Bryan fait tout pour empêcher AJ, il lui dit que Punk ne l’a jamais aimé, qu’il ne s’inquiète que pour son titre et fini lui aussi par faire sa demande en mariage. Punk, laissant entrevoir un air jaloux les interrompt bien évidemment, ce qui créé un petit échauffement entre les deux hommes. Et c’est là que l’Anonymous General Manager fait son « apparition » pour annoncer ce qui sera le main-event de la soirée : CM Punk & AJ contre Daniel Bryan et Eve.

#prestige #enfinpresque

Match Intéressant, si ce n’est que l’on se demande ce qu’Eve fait là. CM Punk et AJ remporte le match, Bryan dit qu’il a perdu pour AJ, Punk dit qu’il ne se mariera pas avec elle, AJ se met à pleurer et à mettre des baffes aux deux mecs pour ensuite partir en hurlant « YES! YES! YES! ».

RAW se termine là-dessus, j’ai envie de me taper la tête contre un mur pour oublier. Je n’arrive pas à comprendre comment on peut laisser booker un show comme celui-ci, même Vince Russo doit trouver ça mauvais. On continue d’utiliser des mecs comme Tensaï qui ne serve mais alors à rien. On meuble avec un Lawler vs Cole, ça plait forcement au WWE Universe, c’est le principal, et on ose nous ramener l’Anonymous General Manager qui finalement s’avère être le nain le plus détestable du monde après Sarkozy. Je crois qu’ils l’ont fait exprès, ce n’est pas possible autrement. Imaginez la même chose dans un RAW de trois heures… J’arrête cette review ici, si vous me cherchez je suis dans un bar en train de me saouler pour oublier.

3 commentaires

Les plus lus

En haut