Review

Le masque du mystère

Entre le Raw 999 et le Raw 1000, que peut-il rester de Smackdown ? Là est la question et le challenge à relever, sachant que c’est juste un show passerelle en hommage à Rey Mysterio. Mais pourquoi pas, les talents réunis peuvent-ils faire tourner la roue et faire exister le show bleu ?

Review de Smackdown du 20 juillet 2012

Comme on est à San Diego et si vous avez vu Raw lundi dernier, vous savez surement qui va arriver… le héros local en bref, revenant d’une fumette et s’étant équipé d’un nouveau genou bionique REYYYYYYY MYSTERIO. Bon faut pas le cacher, ça fait du bien à Smackdown, le Rey Rey n’a pas vu Sin Cara lui succéder donc il revient là où il avait laissé, c’est-à-dire à régler le compte de son copinou Alberto Rodriguez qui justement arrive. Oui faire un mix des deux j’ai trouvé ça cool, c’est comme le twin magic encore là quoi.

Bon OK, je vais éviter d’être sanctionné pour le code de la wellness policy du site et dire qu’Alberto Del Rio veut bien défoncer Rey Mysterio mais ce dernier n’a pas de titre alors il s’en moque finalement. Lui il veut Sheamus encore. Mais Rey Mysterio la ramenant, il sera le premier défoncé d’un Alberto Del Rio futur champion du monde poids lourd. Un futur pas immédiat clairement, puisque Dolph Ziggler se pointe et en a après Alberto Del Rio qui le calme, enfin calme Vickie, « l’ânesse » (si, je sais parler espagnol). Rey Mysterio la ramène encore mais là forcément il devient le centre d’intérêt. C’est sans compter sur Sheamus qui arrive – et voilà notre main event of the evening constitué – et qui ne passe pas vraiment à quatre chemins, autant y aller franco. Del Rio fuit, pas Ziggler qui s’en prend, mais Vickie lui évite le 619. Pour l’instant…

#NoHomo

Voilà quatre des cinq équipes de la WWE en un seul match c’est-y pas beau ? Hunico me fait avoir les larmes aux yeux, abandonnant le célèbre marcel pour une tenue de festayre du Sud ouest. Il fait d’ailleurs d’abord le boulot avec Camacho sur le pauvre Kofi Kingston désigné comme chair à canon du camp face opposé. R-Truth par contre a le beau rôle, mais au bout du compte, tiens les Prime Time Players gagnent assez proprement avec Hunico et Camacho. Big Show arrive ensuite, alors là pfff WHAT et compagnie. Ben lui il se paye R-Truth, Epico, Primo, Camacho et Hunico. « Et quoi ? » Non mais il fait ce qu’il veut au prix qu’il est payé, et surtout n’importe quoi tant qu’à faire.

Après un  petit retour vidéo sur John Cena Money in the bank man, Damien Sandow arrive pour un match. Il veut se faire à nouveau Zack Ryder et…ça marche sans problème. Et une roue pour fêter ça ! Dure semaine pour l’Internet champion, squashé deux fois.

C’est ensuite le Peep Show. Je vais être honnête, je me demande encore ce que Christian faisait là. Décidément la WWE n’est pas vraiment intéressée pour lui donner un vrai rôle, lui le champion Intercontinental, donc autant le mettre en questionneur des réels sentiments du couple le plus chou de la WWE AJ et Daniel Bryan. Ben il reçoit une claque d’AJ au bout du compte. Au fait, dépêchez-vous pour votre dulcinée d’acheter le petit haut XS, YES YES YES! Mais tel le general manager du soir qu’il n’est pas, Christian rappelle Daniel Bryan qui s’en allait avec sa dulcinée pour un match contre Kane.

Le match est plutôt équilibré quoiqu’à l’avantage finalement de Kane. C’est là qu’AJ intervient en lui sautant dessus, tel un sparadrap qui s’accroche même quand Kane met un chokeslam à Bryan. Kane retourner la scène à son avantage, tel un clip de Dirty Dancing. Mais pas de bisou d’AJ qui en douceur mais quelque peu ébranlée quitte les bras rouge et noir. Elle est consolée par un bisou de Daniel Bryan sous les yeux d’un Kane bien dépité. Tournez la roue du passé et vous mettez Lita à la place d’AJ. C’est pas pour spoiler le Raw prochain mais….

Heath Slater arrive à Smackdown ! Après le même clip qu’à Raw, il dit que la chance va lui sourire là, et c’est Smackdown baby pas Raw. Mais déjà grogne le Road Warrior Animal et ses épines qui bat rapidement Heath Slater avec un joli powerslam enchainé par un simple elbow des familles. Sympa ma foi de revoir ces anciens, et puis lui, de le revoir après l’avoir vu en clair sur les écrans de Canal +, ça me change.

« I dig crazy gingers. »

Un petit segment en coulisses bien marrant entre Ricardo Rodriguez et Vickie Guerrero. Vickie faut avouer qu’elle s’y met à fond, gueulant comme une totale hystérique. Honnêtement la meilleur manageuse de tous les temps. D’ailleurs dans la foulée pour le main event, elle ne se laisse pas faire et coupe Ricardo Rodriguez dans son intro traditionnelle « Albertooooooooo… ». ça va être sympatoche de faire cohabiter deux mecs qui se foutent sur la tronche quand même, Dolph Ziggler et Alberto Del Rio.

Et pourtant, sur le ring, ils ne font pas de cadeau à un Rey Mysterio qui claque ses traditionnels moves et retournements spectaculaires. Il passe la main à Sheamus qui déchante vite, s’en prenant une bonne à l’extérieur par Del Rio. Mais finalement à l’issue d’un match enlevé et intéressant comme souvent les main events de Smackdown le sont, les faces ont l’avantage et là Ricardo Rodriguez s’accroche tel un scotch en cravate au pied d’un Sheamus s’élançant pour un Brogue kick qui aurait émoustillé un public motivé. Alberto Del Rio règle le compte de Sheamus alors (ça finit en disqualification si vous voulez tout savoir) et comme dimanche dernier, Dolph Ziggler présente la mallette à l’arbitre, mais décidément tout le monde lui en veut c’est pas possible.

« Ca suffit Dolph, il va falloir que tu consultes pour ces problèmes de casheur précoce ! »

Non mais a-t-on déjà vu un détenteur d’une mallette se faire empêcher à deux reprises de casher ? C’est Rey Mysterio qui joue l’empêcheur de tourner en rond cette fois en claquant le 619 qui chauffait en début de show, le voilà servi après 1h au micro ondes. Et si ce n’était pas suffisant pour le pauvre Ziggler, nouveau brogue kick. Et comme à chaque fin de Smackdown, tout est bien qui finit bien.

Un Smackdown un peu plus court que d’habitude, hé oui la priorité là c’est Raw 1000, mais c’est plutôt pas mal en fin de compte. Même si on a vu un squash (comme d’habitude, un match inintéressant mais sympa (comme d’habitude), un autre squash (comme d’habitude), un truc inexplicable (comme d’habitude), un bon main event d’où les faces sortent grandis (comme d’habitude). Cela dit le show était pas mal donc, mais en passerelle entre deux gros Raw, dur d’exister. Comme d’habitude.

Cliquez pour commenter

Les plus lus

En haut
//ad6media