Review

Le venin de l’ennui

Maintenant les RAW durent trois heures, hé ben bon courage Smackdown pour tenir la comparaison. Le pari est osé mais peut-être pas impossible quoique là je ne me fais point d’illusion malgré quelques talents. La grande surprise c’est que Rey Mysterio qui avait dynamisé les shows bleus habituellement mornes, mais qui vont bénéficier d’un autre retour, celui de la vipère.

Review de Smackdown du 3 août 2012

Sans surprise vu que c’était annoncé, voilà Vince McMahon qui vient nommer le general manager de Smackdown. Bon c’est strictement professionnel et sans suspens, il emballe ça vite fait et nomme Booker T sans surprise, forcément on ne s’en serait pas douté, la WWE le disant déjà avant. Ce dernier arrive et promet de l’action. Ouais c’est pas pour tout de suite, autant regarder un match de Ligue 2 c’est aussi passionnant ce premier segment. Alberto Del Rio arrive, et rappelle surtout qu’il est le plus fort…sans être champion. Alors évidemment que pensez-vous qu’il va se passer ? Sheamus arrive, pas de bagarre tout est cordial (rappelez-vous, match de Ligue 2) et au bout du compte, Booker T force un match dont personne ne se serait jamais douté je pense.

Alberto Del Rio se frottera à Randy Orton. Mais le Booker scripte un autre match (nom idéal pour un general manager faut dire) pour Sheamus tout de suite. Tensai se pointe et bonjour l’ennui ensuite. Pourtant j’aime bien les deux catcheurs mais alors là dans le genre Sheamus s’en prend basiquement tout le match et s’en sort par un brogue kick assisté par un coin de ring, ce n’est pas aussi affriolant qu’une tenue de joueuse de beach volley.

Scott Armstrong, victime de somnambulisme est en plein rêve.

Les belles jambes d’Eve sont ensuite sur l’écran, elle tente de la lèche à Booker T mais ô surprise, Vincent, euh non pardon Theodore Long arrive et évidemment colle le numéro du copinou. c’est gentillet, encore un peu Khali pourrait se pointer et danser là. Mais Booker T nomme Long signal advisor, les ouvriers de PSA apprécieront de ne pas avoir été sollicités dans l’affaire.

Un polyglotte est ensuite sur le ring. Celle à côté de lui ne parle aucun langage sinon celui de la prostitution mais Antonio Cesaro lui sait dire bonjour en 16 langues. Et manifestement cela est sensé provoquer des huées. A bas la culture et la connaissance des langues étrangères ! Manifestement Cesaro se pose en challenger de Santino la prochaine fois, car là réchapper au cobra et encore gagner pour la deuxième fois de suite face au champion des  Etats-Unis montre déjà la faiblesse de cette ceinture mais aussi la faiblesse dans la gimmick de celui qui la porte.

« Azy toi, tu regardes pas ma meuf, t’es fou! »

En coulisses, Matt Striker veut remuer le couteau dans la plaie du tourmenté Daniel Bryan qui devient carrément fou car halte aux YES il veut du No car le YES y a que lui qui a le droit. Il participe dans la foulée au match le plus intéressant de la soirée. Un fourre tout de catcheurs talentueux, entre mélange d’expérience et avenir. Parait que Christian était dans le match, envoyez-moi un sms si c’est le cas. Un match rapide, foufou, où les heels forcément entre un Christian dans l’isoloir et un Kane sorti dehors, c’en est trop pour Jericho surpris par un roll up par Bryan. Détestant les roll ups, je ne suis pas dans le ravissement.

Retour en coulisses avec un Randy Orton qui arracherait presque des larmes en disant que la WWE est toute sa vie. En même temps avec le contrat en or qu’il a, normal de dire ça. Il annonce le retour du RKO pour ce soir.

Alors là magie sur le ring, Ryback voulait plus, le voilà servi, il a du mal avec Jinder Mahal qui le frappe et s’en va encore. Bon là c’était avec un micro donc DQ. Grosse feud intéressante à suivre, prochain chapitre haletant je sens… au moins les deux ont une présence quasi garantie à SummerSlam par une magie surnaturelle du directoire qui aime mettre Ryback dans les PPVs.

Don’t feed him anymore.

Retour en coulisses, avec une pauvre table et un type qui se fait légèrement reprocher par les Prime-Time Players de ne mettre à l’affiche que des tee-shirts à l’effigie des champions par équipe Kofi Kingston et R-Truth. vive les tee-shirts AW !

Ce dernier ne casse d’ailleurs pas trop les oreilles pour une fois, il distrait même Kofi en dehors du ring vers la rampe pour que Darren Young en fouine batte R-Truth. 2-0 pour les PrimeTime Players en 1 contre 1 cette semaine, ils sont toujours donc bien là les millions of dollars.

 

En coulisses, Layla la championne des Divas sans vraiment de garantie d’apparaitre chaque semaine s’en sort cette semaine en félicitant Booker T pour son poste de GM. Cody Rhodes arrive et rappelle qu’il a mis fin à la carrière de Booker T sur le ring mais que ça n’entachera pas leurs rapports professionnels. bon il se voit offrir Sin Cara la semaine prochaine, soit le chouchou de Booker T.

Nous voilà au main event Alberto Del Rio contre Randy Orton. pas bien long, pas de RKO pour gagner mais une disqualification, match bien moyen, en effet Del Rio ne devrait plus lutter jusqu’à SummerSlam je confirme. Mais il se fait remettre sur le ring par Sheamus pour quand même le RKO, faut pas exagérer non plus un Smackdown sans RKO c’est pas que ça manquait c’est surtout que voilà, Randy Orton dans le coin = RKO.

Un show sans saveur, avec la mystérieuse non présence de Rey Mysterio, des matchs sans réelle signification, un nouveau GM qui ne bouleverse pas grand chose en faisant appel à du vieux. La vipère n’a pas appliqué le venin de la qualité mais plutôt celui de l’ennui, même s’il n’est aucunement responsable d’un booking d’un show de Smackdown dont les scripteurs ne veulent plus s’occuper. Raw c’est déjà assez de boulot de nos jours.

Cliquez pour commenter

Les plus lus

En haut