Review

Le Ying ou le Yang, telle est la question

Pour le contexte avant le show, je vous rappellerai simplement que CM Punk est donc bien heel, et qu’il se frottera donc au Big Show et à John Cena à Summerslam, ce qui ne le réjouit pas. Sinon le jeu des chaises musicales continue avec les Superstars phares qui ont reçu le renfort de Randy Orton et de Rey Mysterio plus un Daniel Bryan tourmentée par son ex ex AJ qui va donc nous pondre un nouveau show de trois heures. Tout le roster de la WWE est donc une nouvelle fois sur le pont pour le rendez-vous phare de la semaine : Monday Night RAW.

Non non, ce n’est pas une rediff de l’année dernière.

Review de Monday Night Raw du 6 Août 2012

Et c’est la General Manageuse qui ouvre le show. AJ Lee en blanc cette fois après ses tenues noires de la semaine dernière. Comme le Ying et le Yang. C’est un peu ce que CM Punk est devenu, enfin surtout quand il se frotte à John Cena il a tendance à devenir heel. Là il vient rouspéter bien sûr tout en présentant ses excuses. S’en suit une petite joute verbale avec John Cena puis le Big Show rentrant tranquillou se fait envoyer bouler par la frèle AJ Lee qui ne veut pas de bordel. Une pure démonstration d’autorité où elle fixe les matchs de chacun des trois hommes qui sera sur le pont. Et un match de CM Punk choisi par le public, évidemment à San Antonio, ça scande HBK qui est d’ailleurs dans le coin, mais ça on en reparlera…

Choix démocratique à base de hashtags et retour de Rey Mysterio après une pleine semaine de repos. C’est un grand classique, un bon match garanti, on peut sans souci de remémorer la rivalité d’il y a deux ans avec un match à WrestleMania. Décidément les gentils portent le blanc avec une tenue moins bariolée qu’à l’habitude. Donc comme prévu précédemment, le match est bon, mais muscle finalement bien le statut d’un CM Punk décidément très solide et qui finit par aller envoyer au lit son ex némésis juste après avoir résisté au 619. Best in The World.

Best In The World peut-être, mais pour le rasage faudra repasser.

Tiens dans l’annonce de Randy Orton vs Big Show et John Cena vs Daniel Bryan je découvre que les annonces sont toutes facebookées et tweetées désormais. La vague des médias sociaux fait des ravages à la WWE.

En coulisses, c’est le bazar avec un Alberto del Rio pas content du tout et un Ricardo qui règle le créneau d’une Ferrari dans un parking pourri…

Un fantôme anglais. tiens on en soupe assez des Jeux Olympiques et d’un coup l’Anglais Wade Barrett revient dans une vidéo avec son barrage qui s’annonce brutal.

Del Rio et Ricardo sont dans le bureau d’AJ Lee. Ce dernier est ravi qu’AJ Lee n’ait pas eu de match prévu pour lui. Au départ il venait juste complimenter, et un blanc lui coute un match immédiat du coup. De toute urgence donc, Ricardo file présenter son patron qui à la façon d’un Clark Kent retire ses habits en civil pour dévoiler son slip blanc de retour. Toujours prêt à catcher. Bon évidemment vainqueur face à Christian, je n’en suis pas surpris. Un peu plus surpris, c’est qu’après le match, Sheamus réalise un rêve en s’emparant de la Ferrari. Pas Laurence, la voiture si vous avez bien suivi. Cout de la location inconnu.

Be a star, steal a car.

Passons à Randy Orton vs Big Show, le match dont on sait à l’avance comment il finit. Double décompte à l’extérieur, quelque peu boring, mais bon avec Big Show on n’envoie pas de la magie tous les jours. Un match nul Raw-Smackdown. Et un Big Show pas très souverain car à l’arrivée il se mange le RKO obligatoire qui est dans le ticket d’entrée, tout en précisant qu’un chokeslam a tout juste étourdi une Vipère qui gigote bien.

Sans transition on passe au moment Ryback. faut bien qu’il ait droit à s’amuser parfois. Et encore une fois ses punching balls s’appellent Curt Hawkins et Tyler Reks. Oulah on a droit à un discours vidéo avant le match de Ryback. Tiens il n’a pas de mémoire, il n’arrive pas à battre Jinder Mahal mais il demande à être plus nourri.

Zut, AW est toujours là. Pourtant sous le coup d’une réprimande après son clash envers Kobe Bryant il introduit ses boys. Alors en solo ils arrivent à battre les champions par équipe mais en équipe dès qu’ils affrontent Epico et Primo qui viennent un peu quand la lumière est allumée, ils perdent. Toujours aussi claire la hiérarchie du catch par équipe à la WWE.

Quand l’idiot montre une meuf, l’autre idiot ne la voit même pas.

Damien Sandow n’aime pas les danseurs et il règle donc le compte de Brodus Clay, halte aux amuseurs publics, soyons sérieux.

Nouveau match de Summerslam annoncé lors d’une petite discussion entre une AJ Lee vissées sur le mode sérieux et un Daniel Bryan visé sur le mode No, qui se retrouve donc à se colletiner Kane. Bon au moins on aura échappé au pire, l’affrontement avec Charlie Sheen.

Un retour qui va exciter bon nombre de mâles. Kelly Kelly en effet revient d’un coup. Face à elle, Eve celle qui ne rigole plus depuis longtemps et qui perd à peu près tout (sauf sa virginité, quoique). En deux mois et demi, Kelly Kelly n’a toujours pas appris une autre manière de gagner que le roll up en attendant. L’ivresse sans les bulles car le match était assez long pour ce que ça a donné.

Et la salle explosa ! En effet, une rare apparition de Shawn Michaels, il est vrai à domicile mais aussi avec une fiesta à son honneur après le show. Mais là il vient pour revenir sur sa réunion des vieux de la D-Generation X il y a deux semaines. Il se parle tout seul quand Brock Lesnar le ventriloque qui parle à travers Paul Heyman arrive. Une discussion de grand suspens s’engage avec un pronostic vraiment très surprenant d’HBK qui mise sur Triple H et il ajoute qu’il sera dans son coin. Oulah quelle différence quand Lesnar parle vraiment de sa bouche, ça met un sérieux blanc que l’entrée de Triple H enlève. Mais c’est juste histoire que Lesnar donne rencard pour Summerslam. Un buil up de main event du deuxième grand PPV de la WWE vraiment passionnant en segments…

Rendez-vous sur l’ordi de Michael Cole, vive la technologie ! On y voit un tout de Sheamus qui est donc dehors avec la Ferrari.

La plus grande surprise de la WWE à présent. Alors déjà la dernière victoire d’Alex Riley datait de quand, mais elle arrive devant un Dolph Ziggler qui n’est vraiment plus dans l’état d’esprit de casher avec un Chris Jericho qui se met en faux fan de lui pour lui couter une victoire assurée. A mon avis, un choc des générations à venir à Summerslam. A noter que pendant le match, on a rarement l’occasion de ne pas être saoulé par le duo Cole-Lawler, là avec un Jericho actif aux commentaires ça rebooste.

Retour sur l’ordi de Michael Cole pour une nouvelle video de 15 secondes de Sheamus dans la Ferrari. Ah bravo, ça mange au boulot, et pas correctement.

Ensuite un match dont je ne saurais trop quoi dire. Kane prochaine challenger du Miz pour la ceinture Intercontinental ? Non plutôt du bouche trou car les deux hommes étaient dans les choix possibles d’adversaires de CM Punk. Après que The Miz y ait cru au début, c’est Kane qui le bat sans problème.

Même dans un brouillard épais il le bat, quel talent !

Après un fantastique concours YES-NO de Daniel Bryan avec le public, la Ferrari revient dans un bon état et c’est qui va nettoyer ? C’est le pauvre Ricardo. Un irlandais qui conduit une voiture de luxe ça n’a pas l’air d’aller de pair.

Nous voilà au main event assez inédit même si les deux hommes s’étaient affrontés il y a 9 ans dans un dark match à l’époque. Mais depuis, Daniel Bryan s’est fait un nom, qui était son prénom à l’époque. Sans surprise Daniel Bryan domine le tout pendant les 9/10 du combat sauf la fin, le toute fin du combat. Vintage Cena. Ensuite une petite explication entre les trois hommes du titre WWE à Summerslam. CM Punk est ravi de finir le show en prenant l’avantage sur ses deux challengers et il s’en vante à la manière d’un Chris Jericho de la belle époque arrogant. Il finit le show en vainqueur, bah non c’est le moins en valeur du show, le Big Show, qui finit en glorieux.

Tandis que les CM glorieuses, elles…

Je vais vous l’avouer, je ne suis pas régulièrement les RAW, donc je ne suis plus habitué au produit. Celui-ci est globalement bon, quoique ce format est bien long et à terme tuera vraiment l’intérêt du show sur la (longue) longueur.

Cliquez pour commenter

Les plus lus

En haut