Review

No Surrender, même pas pour Jeff Hardy

No Surrender, pas de murmures, donc parlons-en de ce PPV. Un pay per view dont tous les matchs ont été programmé trois jours avant. Il n’y a pas pire façon de promouvoir un show. De plus, le champion poids lourd de la fédération n’y défendra pas son titre puisqu’il doit affronter un membre des Aces & Eights. Il n’y avait pas de catcheurs importants de la TNA sans ceinture pour ce match ? Par exemple Kurt Angle ? Je ne parle même pas des rivalités sorties de nulle part comme Magnus vs RVD ou encore Ion vs Dutt.

« Il avait qu’à pas toucher mes cheveux ! »

La TNA lance son PPV comme à son habitude avec une belle petite vidéo promo. Des promos qui d’ailleurs se rapprochent de la qualité de celles de la WWE.

L’affiche Jeff Hardy vs Samoa Joe envoie du lourd. Hardy figure de la WWE de la fin des années 90 et 2000 face à Joe, proue de ce qui se fait de mieux à la TNA. Le match est étonnamment équilibré par rapport à la différence de poids qui sépare les deux catcheurs. Je ne sais pourquoi j’ai du mal à rentrer dans le match. Pourtant j’aime bien les deux, mais cela ne m’attire pas. Peut-être est-ce car on a eu le même match jeudi ? Ça doit jouer, tout comme la fatigue. Faut dire aussi qu’on n’a pas l’habitude de voir Jeff Hardy dominer un match. Le Muscle Buster est en voie d’apparition, mais Jeff Hardy renverse Joe pour un tombé. Là je me dis que si le match finit sur un roll-up ça serait vraiment dommage. Celui-ci n’est pas victorieux mais un autre quelques secondes plus tard le sera. Pour un match de demi-finale des BFG, ils auraient pu nous donner une « vraie » fin. Je me rassure en pensant que ça aurait pu être pire, du genre une victoire de Hardy par soumission sur la Submission Machine.

James Storm, au micro de JB, dit que son moment est venu, « my time » dit-il. Qu’il fasse attention quand même, Shad Gaspard avait dit la même chose en 2010.

Si on doit être logique, Jeff Hardy étant qualifié pour la finale et face, un heel devrait le rejoindre donc Bully Ray. Ça déjouerait les pronostics en tout cas, qui voient Storm sortir vainqueur du tournoi. Bully Ray est toujours excellent dans son rôle de heel. Par contre, je comprend pas trop Storm : il crache en début de match au visage de Ray, frappe ses parties intimes plus tard dans le match. Ça ne serait pas une attitude de heel ça ? Encore le crachat, pour énerver Ray à la rigueur. Mais un coup dans les nuts ?! Are you serious Bro ? Sinon le match est pas mal. Ce qu’on peut regretter, c’est la fin (comme presque toujours à la TNA). Personnellement, Roode qui brise une canette sur Storm ça me dérange pas le moins du mode car je sais que c’est pour construire une affiche Storm vs Roode à Bound For Glory. On assistera donc plus tard dans la soirée à un Hardy vs Ray. Et contrairement à ce que l’on pense les jeux ne sont pas faits.

Student vs Teacher, un combat dont vous rêvez chaque nuit ? Le prof sado-maso ne sera pas Mr Dupont malheureusement mais Tara, dont le string est plus léger que jamais. Le match est bien construit. Tara ne fait pas de cadeau à Tessmacher. « I like the doggy dog, catty cat » Taz est là pour le catch ouais. À moins que ce soit pour construire quelque chose, la fin en roll-up me fait chier. Tessmacher est dominée tout le match et sort un roll-up #kellykellystyle. Dommage, surtout que le match n’était vraiment pas mauvais.

Austin Aries déclare : « You want to declare war, it’s fine because I’m the god of war ». Je reviens, je vais changer de pantalon.

Pas mal de choses me dérangent d’entrée dans ce match. Premièrement qu’il soit en milieu de PPV. On nous saoule toutes les semaines avec ça et on le met en milieu de show ? Réfléchissez deux secondes les gars ! L’implication d’Aries dans cette storyline signifie également que le titre n’est pas défendu ce soir. Heureusement qu’il y a un tournoi à côté pour lui trouver un challenger ! La seule chose bien en fait c’est que ce n’est pas placé comme un match mais comme un règlement de comptes. Aries apporte sa vivacité dans ce match avec dès le début un tope suicida. J’ai lu que cela serait Mike Knox le « ArmBreaker ». Je ne me rappelais pas qu’il était aussi grand. Et forcément, cet avantage physique est transcrit dans le ring. Sauf qu’il ne faut pas oublier que notre champion a plus d’un tour dans son sac lorsqu’il aveugle le big man avec le restant de drogue de Jeff Hardy. Quelques secondes plus tard, après avoir esquivé un coup de chaise, Aries exécute son Brainbuster sur le terroriste (ouais j’avais envie de l’appeler comme ça en cette semaine du 11.09). C’est à ce moment que les autres membres des Aces & Eights rejoignent le ring pour tabasser Aries. Le roster présent de la TNA vient en aide au champion. Durant la bataille que se livrent les deux clans, Jeff Hardy est projeté épaule la première dans le poteau en acier du ring, ce qui compromet ses chances de victoire en finale des BFG Series.

Match pour la ceinture X-Division, le champion Zema Ion affronte Sonjay Dutt. Vous vous souvenez toujours de ce que c’est la X-Division ? Parce que son champion n’est pas apparu depuis le dernier PPV, ce qui est évidemment normal. Sonjay Dutt s’était blessé lors de l’ultimate X Match en juin dernier et avait reçu le spray de Zema dans les yeux. La revanche est donc bien présente. Sonjay Dutt revient très en forme avec des mouvements impressionnants comme un double jump armdrag ou un ciseau de tête en roulant sur le tablier. À un moment, Zema sort une powerbomb de nulle part, puis il enchaîne avec une soumission sur l’épaule blessé de Dutt. Je pense que c’est la fin mais non, Dutt réussit à atteindre les cordes. Quelques nearfalls et contres plus tard, Ion exécute son finisher sur Dutt pour la victoire. Question que je me pose : Pourquoi Zema continue à utiliser le Gory Splash comme finisher avec désormais Chavo Guerrero dans le roster ? Les deux poids-moyens ont fourni un super match mais le public n’en a rien à faire.
Peut-on lui en vouloir ?

Hulk Hogan parle aux flics sous la musique de Scott Steiner. Le GM veut que la salle soit fermée et quiconque qui tente de sortir soit tabassé et renvoyé à l’intérieur. Pratique la nouvelle réforme d’Hogan contre le tabagisme.

Jeff Hardy est sous surveillance médicale dans les vestiaires. Magnus vient donner un état des lieux de la santé de Jeff Hardy. Il souffre d’un gros manque de raison. Pourquoi s’impliquer dans une telle bagarre lorsqu’on est en finale d’un tournoi si important ? Une très grosse erreur concernant le business. Il est prêt à régler le compte de RVD.

J’ai très peur pour ce match. Entre l’inexpérience de Magnus et la perde de facultés de RVD, on pourrait avoir un match botché comme jamais. Le début de match est correct, Magnus est plus sur une stratégie de contre et de lutte au sol tandis que RVD place ses coups de pieds bien placés. Pas toujours bien placés puisque sa descente de la cuisse à l’extérieur est esquivée par Magnus (qui l’avait bien vu venir). Mis à part son cloverleaf, je ne suis pas spécialement convaincu par la période de domination de Magnus. De plus, RVD n’aidant pas, il y a un contre qu’il fait qui ressemble plus à un botch qu’autre chose. RVD gagne en sortant un dropkick retourné et un Frog Splash, pourquoi pas ? De toute façon, sa victoire était assez prévisible.

Christopher Daniels effectue une bonne petite promo, déclamant son mécontentement vis-à-vis de leur traitement. Des chants « We don’t care » de la foule. Seriously ?

La blague de la semaine : Taz qui dit que c’est perturbant et que cela devrait être interdit à la télé lorsque Daniels bouge le bassin au niveau des cordes mais alors, quand c’est Velvet Sky qui remue ses fesses au nez de la caméra, monsieur en a plein le pantalon ! WTF ! Vu le match qu’on avait eu en PPV il y a quelques mois, on ne devrait pas avoir de problèmes pour avoir de qualité. Par contre, aucun intérêt ce match hormis de caser AJ Styles et Kurt Angle et de pouvoir défendre décemment les ceintures par équipe. Le public totalement con qui chante « USA » alors que les quatre sont américains. Vraiment des débiles ceux-là. AJ Styles est bon mais dans ce match, Kurt Angle est extraordinaire. Sans parler de Daniels et Kaz qui endurent à merveille les souplesses et autre manœuvres. Daniels balance son verre à la figure de Styles mais qu’importe, de toute façon ce n’est pas la storyline qu’on attendait.

Le match qui doit conclure les BFG Series est de plus en plus proche et on n’a toujours pas de nouvelles de Jeff Hardy. Sa musique retentit une fois rien, deux fois, Hogan entre. Il est bourré ou quoi ? Il propose à Ray d’attendre jeudi avec Impact pour que Jeff puisse vraiment avoir toutes ses chances. What ? Défaite par forfait ou participation, pas de subterfuge, ni de favoritisme ! Je pense que tout est fait pour magnifier la victoire de Hardy : la blessure, la participation contre l’avis médical, un adversaire comme Ray. Je me demande quand même comment Hardy peut battre Ray avec un bras en moins. Et c’est ça le problème du match. Il y a une phase de travail sur le bras de Ray sur Hardy, mais cette partie est vite oubliée quand on veut placer les finshers. Surtout que deux Crushers de Ray ne sont pas suffisant pour clouer Hardy au sol, ce qui me parait inconcevable. Jeff Hardy gagne bien ce match sur une Swanton Bomb où il déploie bien les bras (plus de blessure ?). Après avoir connu l’enfer, Jeff Hardy est de retour en force sur le devant de la scène avec un match de championnat au plus grand PPV de la TNA, Bound For Glory, face au champion qui incarne l’excellence, Austin Aries.

AUSTIN ARIES, I’M COMIN’ FOR YOU NIGGAH!

Si le PPV est plus que correct au niveau des matchs, on notera sa pauvreté sur les storylines. Trois matchs en étaient presque dépourvus étant des matchs de tournoi. Il reste au moins trois matchs ajoutés à la dernière minute, ce qui nous fait un restant très peu conséquent. La victoire de Hardy dans les BFG Series peut elle aussi être critiquée.

8 commentaires

Articles populaires

En haut