Review

Night of Champions, la soirée qui rassure

Après un été catchesque bien moisi à la WWE et un SummerSlam peu divertissant, Stamford se devait de réagir. Mais après quelques semaines d’un build up peu motivant, les raisons d’avoir peur d’un Night Of Champion décevant pouvaient être nombreuses. Heureusement il en est quand même sorti quelque chose de plutôt sympa.

Disons le franchement, la WWE fait un peu n’importe quoi ces temps-ci. Il m’est rarement arrivé, voir même jamais en y réfléchissant bien, de se lasser du produit de monsieur McMahon. Et pourtant c’est arrivé, à tel point que j’ai eu peur de devenir un de ces blasés du catch. Heureusement votre serviteur a su se contenir et garder espoir. Difficile quand même, avec des Monday Night RAW de trois heures qui n’arriveraient même pas à devenir intéressants en deux, des SmackDown vides qui ne répètent que ce qui s’est passé à RAW et qui ne font pas avancer les storylines, il fallait avoir le cœur solide pour suivre la WWE.

Evidemment, même un bon pay per view a son lot de déceptions. La plus flagrante fut le match pour le titre des Divas. C’est en effet juste après l’opener de la soirée que l’on découvre que Kaitlyn est blessée par quelqu’un qu’elle n’a pas vu. Une blessure à la cheville. Alors, vraie blessure maquillée à travers un angle pour qu’elle puisse s’absenter le temps de se remettre sans que ça paraisse bizarre ? Que nenni, Kaitlyn va bien. On apprendra plus tard, sur décision de Booker T qu’elle sera remplacée dans ce match par… Eve. Puis comme une déception peut en cacher une autre, Eve remporte le titre plus tard dans la soirée. Et même si le match était assez bon dans l’ensemble pour un match de divas, il reste en travers de la gorge.

Et puis le match pour le titre de champion du Monde Poids Lourds – dont on se demande si la WWE s’en soucie encore. Cela fait maintenant cinq mois que les deux lutteurs sont en rivalité, et ce match aurait pu changer des deux précédents. « Aurait » parce que le Brogue Kick, récemment interdit suite aux blessures de David Otunga et Ricardo Rodriguez et qui aurait pu laisser douter du résultat, voir laisser penser qu’Alberto Del Rio aurait pu remporter le titre, a été ré-autorisé juste avant le match par Booker T. Résultat, même si le match était bon, il ne changeait en rien des précédents et laisse sur une note décevante.

Merci Paul, merci…

Maintenant, le problème reste le futur adversaire de Sheamus. Il est champion depuis WrestleMania, et si la WWE souhaite faire durer le règne de Sheamus comme elle le fait pour CM Punk, il va falloir trouver quelqu’un qui a les épaules pour rivaliser avec le Celtic Warrior. Mais qui ? Randy Orton (qui semble vouloir redevenir heel) ? Vaut mieux pas. Cody Rhodes ? Pourquoi pas, mais le peu d’exposition qu’il a aujourd’hui me laisse perplexe. Le main-event de SmackDown semble bien pauvre, il est temps que Dolph Ziggler passe à la caisse.

Pour le reste, ce n’est que du bon. L’opener d’abord: Belle affiche, avec ce qu’il se faisait de mieux dans le midcard actuel. Et Rey Mysterio. The Miz, champion Intercontinental depuis le 1000e RAW remettait en jeu sa ceinture contre Cody Rhodes, Sin Cara et Rey Mysterio donc. Le match était cool, The Miz et Cody Rhodes, pendant leurs petites alliances au début de ce match travaillent bien ensemble et on a pu avoir une petite idée de ce que donnerait un match entre Sin Cara et Mysterio, ce qui malgré l’état de Rey n’était plutôt pas moche à voir. Mais c’est The Miz qui remporte logiquement le match, avec un masque de Sin Cara sur la tête que ce dernier avait tenté de mettre sur la tête de Rhodes en guise de vengeance pour toutes les fois où il a tenté de le démasquer. Pour un opener, c’était parfait.

Suit le match pour les titre par équipe qui oppose R-Truth & Kofi Kingston à Daniel Bryan & Kane, cette nouvelle équipe qui n’a pas fini de nous en faire voir, et des bonnes. C’est la première fois depuis qu’ils sont champions que Truth & Kingston font face à une équipe solide, et ça se voit. Le match est intéressant, des deux côtés on peut voir du bon travail d’équipe, parfois divertissant du côté de Bryan et Kane. Ces derniers remportent le match sur une légère dispute, Kane installé sur le poteau est poussé par Bryan et tombe sur Kingston. Je suis rarement fan des équipes composées de catcheurs qu’on a l’habitude de voir en solo, mais là je vais faire une exception. Ces champions promettent.

Aussi, la bonne surprise de cette soirée fut le match pour le titre de champion des Etats-Unis qui voyait Antonio Cesaro défendre son titre contre le vainqueur de la bataille royale qui s’est déroulée dans le pré-show du pay per view, Zack Ryder. J’ai souvent été méchant avec Ryder, mais je dois admettre que cette fois il m’a étonné et s’est vraiment bien débrouillé face au suisse. C’était donc un bon match qui a vu Cesaro conserver son titre, ça aurait été bête de le perdre aussi vite. En tout cas je ne dis pas non à un rematch à Hell In A Cell dans un mois.

Pendant ce temps-là, Dolph Ziggler est toujours Mr Money In The Bank et comme Chris Jericho – son précédent adversaire à SummerSlam – est parti, il faut l’occuper un peu le temps que son moment arrive. Et comme ça n’a pas l’air d’être prévu pour ce soir, il lui fallait un match. Il affronte donc Randy Orton, contre qui il est en rivalité depuis quelques semaines. Un bon match mais un peu long, c’est le seul point négatif de cet affrontement. En résulte beaucoup de temps morts entre les actions. Evidemment, Dolph Ziggler n’a pas battu Randy Orton, il n’en a pas eu besoin pour montrer ce dont il est capable et on ne bat pas Randy Orton en pay per view tant qu’on n’est pas au moins main-eventer. Patience Dolph, ça va venir.

Viens le moment tant attendu du Main Event. D’ailleurs CM Punk en main-event c’est rare ces temps-ci, il a fallu attendre que John Cena l’affronte seul pour que cela arrive. Bon n’oublions pas que lors des précédents PPV les affiches de main-events étaient plus attirantes pour le grand public que les matchs pour le titre de la WWE. Il reste au moment où la cloche sonne trente minutes de show, un long match s’annonce donc. Un peu lent durant les premières minutes mais le match prend vite en intensité, malgré la blessure réelle et visible de Cena à la cheville pendant le match. Mais ce n’est pas grave, parce que c’est John Cena et même avec une jambe en moins, il continuerait le match quoi qu’il arrive.

La fin est rapide et brutale, les deux lutteurs enchainent prises de finitions et soumission, CM Punk tente même un Rockbottom, possible signe envoyé à The Rock qui a défié celui qui sera champion au moment du Royal Rumble 2013. Le match se termine sur un draw. Les deux adversaires avaient tous deux les épaules rivées au sol au moment où l’arbitre a tapé. Et cette fois, le match n’a pas été relancé. Une petite impression de déjà vu d’il y a quelques mois, la même chose étant arrivée lors d’Over The Limit alors que Daniel Bryan affrontait CM Punk. Mais cette fois pas de vainqueur, un rematch aura certainement lieu à Hell In A Cell.

Pay per view terminé, on est rassuré. Malgré ces horribles semaines de build up la WWE a su se rattraper avec un bon PPV. Peu de points négatifs dans ce show donc, il n’y a que le match des Divas qui reste un mystère du booking WWEsque de cette soirée. Dans un peu plus d’un mois c’est Hell In A Cell, et la WWE a intérêt à mettre les bouchées doubles dans le build up pour ne pas lasser les fans comme elle l’a fait ces dernières semaines.

1 commentaire

Articles populaires

En haut