En série

Une semaine jetable

Semaine calme, alors que The Shield fait tranquillement ses débuts à la WWE et que la romance entre John Cena et AJ Lee fait beaucoup parler, la rédac s’est focalisée sur Christian York qui n’en fini pas d’attirer l’attention, Cody Rhodes dont la blessure est plus grave que prévu mais qui permet à Damien Sandow de briller, Tyler Reks en roue-libre, et une rivalité qui s’annonce tout sauf passionnante à la TNA.

Le catcheur à suivre de la semaine: Christian York

À peine un mois qu’il a signé son contrat à la TNA et ce garçon nous impressionne déjà. Le 22 novembre dernier, il tient tête à l’énigmatique champion du monde poids lourd Jeff Hardy dans le main-event d’Impact Wrestling. Rien que ça. On pourrait se dire que c’était une soirée bénie des dieux. Que nenni ! Jeudi dernier, Bobby Roode, qui l’avait assommé suite à son match face à Hardy, lui est opposé. La victoire se joue à pas grand chose pour le catcheur natif du New Jersey. Deux bons matchs consécutifs pour celui qui revient de loin. « It’s a hard way to the top if you wanna rock’n’roll » chante AC/DC, ce qui le décrit parfaitement. Après avoir connu un grand succès grandissant en équipe sur le circuit indépendant avec un certain Joey Mercury, les blessures s’empilent ce qui l’oblige à s’écarter des rings durant près de 4 ans. Une remise en question a forcément été faite et il doit redémarrer de zéro dans un business qui ne fait pas de cadeau. 2012 se finit de belle manière pour Christian York mais 2013 pointe son nez. Arrivera-t-il à maîtriser le virage du nouvel an ?

La mauvaise nouvelle de la semaine : La blessure de Cody Rhodes

On l’a appris en fin de semaine, Cody Rhodes devrait être absent des rings de la WWE au moins jusqu’à janvier. Un coup dur pour la Team Rhodes Scholars, qui aurait sans doute remporté les titres par équipe avant la fin de l’année si cet incident n’était pas survenu. Un mal pour un bien puisque cela va permettre à Damien Sandow de nous gratifier un peu plus de sa culture générale monumentale. Dans cette optique, lors du dernier Smackdown, il s’est lancé à la recherche d’un apprenti, qui devra non seulement être digne d’apparaître à ses côtés, mais devra également répondre à des questions dont seul Sandown lui-même peut trouver les réponses. Les auditions sont ouvertes !

Le match de la semaine : Sheamus vs Antonio Cesaro

Un sommet Européen qui en réjouit plus d’un cette semaine. Le challenger #1 au titre Poids-Lourds du Big Show faisait face à l’actuel champion des Etats-Unis, Antonio Cesaro. 12 minutes de combat que l’on aimerait voir plus souvent, avec technique et rudesse. Au final, l’affrontement s’est fini en Count Out, histoire de pouvoir caser le Big Show avant la fin de Raw. Le tout nous laisse de belles perspectives d’avenir, quand on voit ce que ces deux-là ont réussis à nous proposer ensemble dans un ring. On espère aussi que ce match signera le début de la reconnaissance pour Cesaro, qui peine à trouver ses haters depuis qu’il a débarqué dans le roster principal de la WWE.

L’intello de la semaine : Damien Sandow 

L’intellectuel de la WWE nous a démontré mercredi dernier qu’il savait élever son niveau dans le ring lorsqu’il est mesuré à un plus gros poisson que lui. Provoquer les plus grands est une chose, assumer ses propos est une autre. Lors de cet épisode de WWE Main Event, Sandow a montré puissance et confiance, confiance qui aurait pu lui permettre de remporter le match. À 5 reprises si les comptes sont bons, la moitié barbue de la Team Rhodes Scholars a profité de la souffrance et de l’insuffisance respiratoire de John Cena pour faire… la roue. John Cena, plus de dix titres de champions du monde à son actif, vainqueur du Royal Rumble, main-eventer dans plusieurs WrestleMania, aussi grand qu’il puisse être, n’est pas une menace pour Sandow. Pourquoi ferait-il des roues dans le cas contraire ? Malgré donc une jolie prestation, Sandow mange les « 5 moves of doom » de Cena et repart la queue entre les jambes et la défaite dans les dents. Quel gâchis.

L’attention whore de la semaine : Tyler Reks

Vous vous souvenez de Tyler Reks ? Non ? On vous comprend. Un grand benêt avec des dread locks, pas trop mauvais mais avec le charisme aussi élevé que celui de de Colin Delanney ? Ça y’est, ça vous revient. Ce dernier, retiré des rings de la WWE et du catch en général – pour s’occuper de sa famille avait-il alors annoncé – est sorti de ses gonds dimanche sur Twitter et a attaqué entre autre la topstar de la WWE, John Cena. Ce dernier lui aurait interdit d’utiliser le Burning Hammer, sa prise de finition, sous prétexte qu’elle ressemblait trop à l’Attitude Ajustement. On aimerait le croire, Gabe Tuft – oui c’est comme ça qu’il s’appelle maintenant, vous pouvez rire – mais pourquoi le dire seulement maintenant, quand tout le monde l’a déjà oublié ? Pour nourrir les dirtsheets et faire parler de lui ? Pas impossible, ça devient une habitude (cf Kenny Dykstra). Et puis il aussi dit qu’Alex Riley était un mec plein de talent, alors niveau crédibilité de ses propos, on doute.

Le non merci de la semaine: la rivalité Hulk/Brooke/Bully Ray/Austin Aries

La TNA commet plusieurs erreurs assez flagrantes sur cette rivalité: compter sur le jeu d’actrice de Brooke Hogan – qui serait recalé à un casting de scripted reality; compter sur cette rivalité en y impliquant trois personnages forts de la TNA: le Hulkster, Austin Aries et Bully Ray (et non, on ne parle pas du poids de Brooke); impliquer Bully Ray dans une histoire de couple alors que son face turn est encore frais ou comment passer du coq à l’ânesse (là on parle d’elle), y impliquer Austin Aries qui joue un personnage de heel qui ne lui convient pas et enfin, réunir dans cette rivalité un tas de déjà-vu: la révélation d’Aries qui fait penser à celle de Triple H envers Edge et sa liaison avec Alicia Fox, et le pôpa qui protège sa fille rappelle l’approche de Randy Orton envers Brooke.

Vinc316 / Lord Snow / Darren

3 commentaires

Les plus lus

En haut
//ad6media