Review

Tables, ladders & Chairs 2012 : Terminer l’année en beauté

On a eu peur, mais après une seconde partie d’année 2012 au fond du trou, la WWE a réussi ce qu’il fallait: terminer l’année en beauté et redonner envie, ce qui était loin d’être chose faite il y a encore quelques semaines…

The Shield

Bon évidemment comme la WWE n’est pas du tout à son point culminant ces temps-ci, tout ne s’est pas si bien passé. D’abord dans le pré-show aussi intéressant qu’un speech d’André Manoukian qui te raconte sa passion pour Gilles Deuleuze, où Naomi – l’une des danseuses de Brodus Clay et ex-participante de la saison 3 de NXT, ne me remerciez pas – remporte une bataille royale qui lui permettra quelques heures plus tard de perdre son match pour le titre des Divas contre Eve Torres.

Dans ce même pré-show, Michael Cole et Josh Matthews ont aussi délivré les Slammy Awards qui ne rentraient pas dans le show du lendemain, à RAW. On y apprend donc que Brodus Clay remporte l’award du meilleur danseur, le web show de l’année revient à Zack Ryder, que l’award du meilleur « Social Ambassador » revient à Charlie Sheen – qui souvenons-nous avait supprimé son compte Twitter quelques jours avant la soirée où il était censé occuper ce poste -, que l’award de la grosse performance de l’année va à Daniel Bryan pour avoir réussi à conserver son titre contre Big Show et Mark Henry, ou encore qu’AJ Lee remporte celui de la Diva de l’année. Ce dernier méritait quand même d’être attribué à la soirée des Slammys, l’égalité homme-femme ce n’est pas pour maintenant à la WWE.

Parlant du pré-show d’ailleurs, la WWE a fait son pire score sur Youtube ce soir-là: à peine 3200 personnes étaient devant leurs PC à regarder la division des Divas continuer de sombrer. Ce concept de pré-show dont on ne comprend toujours pas l’utilité, ne marche pas, dommage pour un support censé attirer quelques personnes en plus sur le pay per view…

Passons au show, le vrai. Il s’est ouvert sur un bon opener, un match par équipe – certainement pour combler le fait que les titres tag team ne seront pas défendus ce soir – entre Rey Mysterio & Sin Cara contre Les Rhodes Scholars. Précédé d’une diatribe du distingué Damien Sandow qui fit ce soir-là une belle référence au côté hipster de Brooklyn. Un match qui se termine sur un spot spectaculaire de Sin Cara qui passe à travers une table, et qui du fait de la stipulation, un Table Match, fait gagner les Rhodes Scholars qui deviennent les prochains challengers aux titres par équipes. Un opener pas décevant du tout.

Rey Mysterio, Rhodes Scholars

Côté titres secondaires Antonio Cesaro, toujours champion des Etat-Unis continue son règne tranquillement. Beaucoup trop tranquillement. C’est la deuxième fois qu’il affronte R-Truth pour défendre ce titre et rien n’y fait, ça n’est pas intéressant. Il n’y a pas de rivalité du coup le match n’intéresse pas. En plus de perdre, R-Truth s’en sort avec une horrible blessure au genou (âmes sensibles s’abstenir). De l’autre côté Kofi Kingston défendait son titre Intercontinental contre Wade Barrett dont on croyait vraiment le moment venu vu la hype de ces dernières semaines et de ce qu’en disait récemment Jim Ross. Et bien non, Kingston conserve, dommage.

C’est devenu une habitude désormais dans les pay per view, on y glisse un segment qui aurait plus sa place dans un weekly, histoire de meubler un peu. Ce soir-là c’était un MizTV que l’on retrouve partout, à RAW, à SmackDown parfois à Main-Event et en pay per view donc. Un MizTV dont les invités étaient les 3MB et où l’on découvre désormais qu’Alberto Del Rio est face, ce dernier étant venu défendre les commentateurs espagnols malmenés par Slater, Mahal & McIntyre. C’est à la suite de cela qu’un match est décidé entre ces trois derniers et The Miz, Alberto Del Rio et un invité local que les fans récents ne peuvent pas connaitre… le Brooklyn Brawler. Un match pas trop long, remporté par l’équipe de Miz avec une belle place au Brooklyn Brawler à la fin.

Une feud qui n’en finit pas, qui traîne, oui, Big Show et Sheamus s’affrontent encore pour le titre de Champion du Monde Poids Lourd. D’ailleurs depuis WrestleMania c’est bien simple, Sheamus n’a fait que ça, défendre le titre puis tenter de le récupérer. C’était dans un chair match et la seule attente de ce match c’était surtout de savoir si Ziggler allait encaisser son contrat de Mr Money In The Bank après, afin de la faire à l’envers à John Cena contre qui il allait défendre la mallette plus tard dans la soirée. Et bien même pas, Big Show conserve après un match correct et pas de cash-in de Ziggler.

Sheamus vs Big Show

Ziggler qui comme dit précédemment est victime d’une Vickie Guerrero qui s’est laissée avoir par Vince McMahon en organisant un Ladder Match dans lequel il allait devoir défendre sa mallette de Mr Money In The Bank. Et là on pouvait avoir peur, il aurait suffi que McMahon décide de mettre le titre de World Heavyweight Champion sur John Cena pour l’emmener à WrestleMania et Dolph Ziggler se retrouvait à poil, sans mallette. Mais c’était sans compter sur cette folle d’AJ Lee qui, ne trouvant pas satisfaction avec John Cena, le trahit, le faisant tomber de l’échelle alors qu’il était prêt à décrocher la mallette, ce qui permit donc à Dolph Ziggler de conserver sa mallette. Un bon match, avec un John Cena qui aura surpris ses nombreux haters avec un Hurricanrana. Il en faut peu c’est vrai.

Et pour finir, le match qui aurait dû être le main-event tellement il mérite d’étoiles. CM Punk étant blessé, il fallait occuper Ryback, parce que c’est malheureusement l’homme du moment et ça fait bien mal au séant de le dire. Ryback donc, faisait équipe avec Daniel Bryan & Kane pour affronter les trois gars de The Shield: Dean Ambrose, Seth Rollins et Roman Reign dans un Tables, Ladders & Chairs qui contrairement à l’habitude ne devait se gagner que par tombé ou soumission étant donné l’absence d’enjeu.

Un excellent match, l’un des meilleurs de l’année sans aucun doute, qui démontre toute la puissance de The Shield qui font d’excellents débuts en pay per view. Ce qui rendait ce match impressionnant ce n’était pas seulement les incroyables spots mais son déroulement. Le fait de voir The Shield prendre chacun un leur adversaire pour aller s’en occuper dans un coin, tandis que ces derniers tentaient de s’en sortir et de reprendre le dessus, en vain. Notons quand même cette impressionnante chute de Seth Rollins jeté du haut d’une échelle par Ryback sur une table, et qui s’est mal réceptionné, heureusement plus de peur que de mal.

The Shield

La WWE a su gérer en beauté sa sortie de 2012 et semble remonter la pente, reste maintenant à garder le cap puisque la Road To WrestleMania approche et il ne faut pas rater cette période censée être la meilleure de l’année. Mais tout ce qui se met en place prédit un bon début d’année 2013 avec un Dolph Ziggler pas loin d’être champion, The Shield qui prend de l’importance, The Rock qui revient bientôt, Brock Lesnar ne doit pas être très loin non plus, voilà qui redonne envie.

Cliquez pour commenter

Les plus lus

En haut
//ad6media