Review

Elimination Chamber 2013 : Booking paresseux

La Road To WrestleMania a débuté depuis déjà quelques semaines et ce que l’on peut dire, c’est que les shows de la WWE se suivent et se ressemblent un peu trop malheureusement, donnant des shows trop prévisibles. Est-ce que la WWE va remédier à ça ? On en a pas l’impression…

the-rock-elimination-chamber

C’est par les visages de Tony Dawson – récemment arrivé à la table des commentateurs – et Matt Striker qu’ouvre le pré-show d’Elimination Chamber, ils nous rappellent les matchs qui auront lieu ce soir, puis après une première promo, on retrouve Randy Orton en zone d’interview qui fait une petite promo pour le chamber match qui aura lieu plus tard dans la soirée en nous disant qu’il se servira de la cage pour faire mal a ses adversaires et pour remporter le match.

Le match du pré show tant attendu par la foule – ou pas – oppose la team Monster Of Funk de Brodus Clay et Tensai à l’ancienne team qui se reformait pour un seul soir, Rhodes Scholars. D’ailleurs, Damien Sandow nous le rappelle en disant que le public a demandé un dernier match de cette team et demande une ovation. La cloche sonne enfin, pas grand chose à dire bien sûr, le rythme est plutôt mou, il ne se passe vraiment rien sur le ring, un ennui total. Rhodes Scholars est complètement humilié par ceux que l’on va devoir appeler les champions par équipe assez rapidement. Brodus Clay termine le combat sans aucune surprise, s’en suit une superbe danse de Tensai. Bref, un pré show à vite sortir de nos mémoires.

Le véritable show va enfin pouvoir débuter sur l’entrée du Big Show. Vous l’avez compris, le World Heavyweight Championship est de nouveau mis a l’écart à la WWE qui le place – ce titre est censé être majeur dans cette fédération – en opener du show et en plus de cela, le titre n’est même pas défendu dans la célèbre cage. Alberto Del Rio fait son entrée en bidant, il ne sera pas le seul durant cette soirée, le public de New Orleans était vraiment très faiblard, c’est dommage et le match s’en ressent, après nous avoir offert deux très bonnes prestations à Smackdown et au Royal Rumble, bah on s’ennuie encore une fois clairement, c’est pas très bon, pas fluide. Ce genre de match n’a même pas sa place en PPV. On note à la fin du combat un botch hallucinant de Del Rio qui foire son Enziguri. Ça se voit tellement que le Big Show reste sur place comme si de rien n’était pour enfin se prendre la prise, navrant ! Au final le Big Show tapera au sol après un cross ambreaker. Le personnage de Show en prend un sacré coup. Voir un type comme le Big Show abandonner n’est clairement pas crédible.

ricardo-rodriguez-alberto-del-rio-elimination-chamber

Suite du programme avec le titre des Etats-Unis défendu par Antonio Cesaro contre Le Miz – qui est complètement détesté par une bonne partie du public de l’IWC depuis qu’il utilise la Figure Four Leglock de Ric Flair. C’est aussi chiant mais là je ne sais pas si c’est vraiment le match qui n’est pas bon en fait, le PPV a souffert de son mauvais public. Ce qui se passe dans le ring est carrément pas intéressant, on se fait littéralement chier faut être vrai. Le booking final du match est pourri : une DQ comme celle-ci, c’est mal trouvé et c’est surtout que l’on va devoir se coltiner ce match de nouveau à WrestleMania, avec la peur de ce que ça peut donner.

Si on doit dire du bien d’un match durant le PPV, c’est bien de celui qui a suivi, le fameux Elimination Chamber sans titre malheureusement. Avant que le match débute, le nouveau Jack Swagger est là et vient faire un petit discours. Il nous présente Zeb Colter, son nouveau manager au look de pêcheur du dimanche. Je ne sais pas où ils veulent en venir avec lui, Swagger n’a pas besoin de manager.

Le match va enfin pouvoir débuter avec une très bonne affiche de début : Daniel Bryan contre Chris Jericho. Enfin l’action in ring est bonne ! C’est fluide, beau à voir, l’arrivée de Swagger ne gâche rien, au contraire il rajoute un peu d’intensité ! Que du bonheur. Kane suit ensuite, sans véritable surprise Bryan s’en prend assez rapidement à Kane pour installer le match de WrestleMania entre les deux qui devrait arriver. S’en suivent Mark Henry et le favori du match Randy Orton. Henry rentre et élimine assez rapidement Daniel Bryan après quand même 16 minutes de combat. Il est rapidement suivi par Kane. Le Henry destructeur est de retour. Son élimination n’enlèvera en rien son côté d’arme de destruction massive puisqu’il reviendra porter son finisher aux trois participants restants. La fin du combat est bien trouvée, une superbe séquence entre Randy Orton et Chris Jericho se terminera avec l’élimination de Y2J. Et là, quelques secondes plus tard, surprise totale, Jack Swagger remporte le combat, la WWE nous montre qu’elle veut prendre des risques pour son WrestleMania. Pas mal.

jack-swagger-randy-orton-elimination-chamber

Après un tel combat, un peu de repos ne serait pas de refus mais on enchaîne directement sur le match opposant The Shield à John Cena, Ryback et Sheamus ! Mauvais placement pour le match et on le ressent durant l’entrée vide de réaction des six hommes sur le ring. Le match souffre vraiment du booking de John Cena. On se croirait être revenus dans le même type de match qui avait eu lieu lors des Survivor Series de 2011 pendant le match entre Awesome Truth et The Rock & John Cena. C’est bête parce que ça commençait bien, le match reprend un peu de valeur durant l’entrée de Ryback qui redonne étonnamment un peu de vitesse au match et de l’intérêt à ce combat qui se terminera quelques minutes plus tard sur un Spear digne d’un Goldberg enragé de Reigns sur Ryback qui perd son 5ème match de Pay Per View consécutif. The Shield en sort grandi et c’est tant mieux. Gros coup dur quand même pour Cena qui doit affronter le WWE Champion à WrestleMania.

S’en suivent deux horribles matchs: le premier, sans aucune valeur entre Dolph Ziggler et Kofi Kingston. Je vais pas m’éterniser là dessus, il n’y a rien, ce n’est même pas notable en faite, ça dure 3 minutes rien de spécial. Victoire logique de Ziggler mais on se demande a quoi a servi la victoire de Ziggler sur John Cena à TLC après avoir vu un match pareil.
Le second c’est les Divas, brand avec actuellement peu d’intérêt pour la WWE. Kaitlyn vs. Tamina on s’en fout, surtout quand on connait le résultat plus qu’évident depuis trois jours. Kaitlyn conserve son titre qui peine à retrouver une valeurs aux yeux des bookers, triste.

Ah le Main Event que tout le monde attend, le champion de la WWE The Rock – je n’aurais jamais pensé écrire ça dans un article un jour en 2013 – défend son titre contre le champion déchu CM Punk. Une feud basée sur le turn de Punk l’année dernière lors du RAW 1000. Rivalité qui avait donné un match déjà moyen au Royal Rumble et qui en est venue au vol de la ceinture par Punk le lundi d’avant le PPV. D’ailleurs ils auraient pu trouver une parade puisque Rock aurait pu introduire la Brahma Bull belt qui date d’une dizaine d’années maintenant mais non, Rock débarque sans ceinture, dommage. Le match est également d’un ennui comme tout le reste du PPV. Rock est complètement cramé mais c’est normal, il a arrêté le catch pendant 7 longues années ne l’oublions pas. The Rock ne correspond plus au produit actuel de la WWE. Punk porte le match a lui tout seul tant bien que mal. Mais malheureusement, on n’a qu’une hâte, c’est que ce PPV se termine. Le Rock conserve la ceinture sans aucune surprise. La revanche de John Cena aura bien lieu à WrestleMania, on imagine déjà l’issue de ce match en plus. L’enthousiasme n’y est pas.

cm-punk-the-rock-elimination-chamber

Pour conclure, nous nous sommes clairement bien ennuyé pendant 3 heures. Seule chose à retenir c’est que la WWE a eu l’audace de faire remporter l’Elimination Chamber match à Jack Swagger, et ça c’est cool. La WWE prend quelques risques au moment de WrestleMania. Mais le problème là-dessus, c’est que Jack Swagger vs. Alberto Del Rio pour le World Heayvyweight Championship n’est pas vendeur pour un grand show comme le Grandest Stage Of Them All, on sait déjà qu’il sera en opener du show. Le Shield en sort encore grandi, mais en ce qui concerne tout le reste, il faut vite l’oublier et passer à autre chose. La WWE est en train de préparer une des pires Road To WrestleMania de son histoire. C’est bien triste.

1 commentaire

Les plus lus

En haut