Décryptage

WrestleMania 29 : L’ennuyeuse route vers New York

Habituellement, tout fan de catch qui se respecte est excité à l’approche de WrestleMania. Mais cette année, le goût n’y est pas pour pour tout le monde. Un booking paresseux, des build-up mauvais, un champion aux abonnés absent, une carte à deux visages… On est pas loin d’une des pires Road To WrestleMania.

john-cena-the-rock-wm29-live-conf

 C’est le 27 janvier 2013 à Phoenix, dans l’Arizona, le soir du Royal Rumble, que tout a commencé avec un Rumble match assez sobre où les choses marquantes ont été inexistantes, le tout se terminant sur une victoire attendue de John Cena qui pourtant logique débuta une route assez mauvaise. Le même soir est arrivé le match tant attendu des fans américains opposant le champion de la WWE, CM Punk à son challenger The Rock – qui avait dit un an plus tôt qu’il reviendrait un jour à la WWE avec la ceinture de champion. C’est sans véritable surprise que The Rock prendra le titre. On se dirige donc vers un Twice In A Lifetime.

On assistera ensuite à des shows weekly assez lourds et ennuyeux dans l’ensemble. Aucune véritable surprise dans l’annonce des combats d’Elimination Chamber qui eut lieu trois semaines après le Royal Rumble. On nous a vendu un Pay Per View de la pire des manières. Un seul Elimination Chamber Match et pas pour le titre, seulement pour devenir aspirant numéro un au World Heavyweight Championship. Et ça sera la seule chose vraiment sympa de ce Road to Wrestlemania. Une victoire inattendue de celui qui avait fait son retour quelques semaines auparavant à Smackdown, Jack Swagger, un beau pari de la part de la WWE. John Cena quand à lui a du en découdre avec The Shield, match qu’il perdra en compagnie de Ryback et Sheamus. Quand au Rock et CM Punk, le match revanche du Royal Rumble aura vu la victoire sans surprise du Rock.

On entre dans la dernière ligne droite le 18 Février 2013 lors de Monday Night RAW. La veille on a eu un build up intéressant entre Kane et Daniel Bryan, qui a été malheureusement abandonné par les bookers. Ils affronteront finalement Dolph Ziggler & Big E Langston. Mais inutile de s’étaler là-dessus, rien de passionnant. Place au fameux CM Punk contre John Cena, le match qui devait désignier  challenger numéro 1 au titre de champion de la WWE, où comment tuer l’intérêt du Rumble Match pour le coup. Sur le match en lui-même rien à dire, c’était parfait, le meilleur match de cette Road To WrestleMania, et un bon candidat au match de l’année. La victoire de Cena était attendue là-dessus rien à rajouter non plus, et il faut dire qu’après avoir perdu la mallette  de Mr Money in the Bank, le coup aurait été terrible s’il perdait. C’est donc avec un suspense phénoménal qu’on aura bien John Cena contre The Rock en main event avec quasiment la même rivalité que celle de l’an dernier, c’est-à-dire uniquement des promos. Et encore, quand les deux hommes sont présents, ce qui fut chose rare.

the-rock-via-satellite

CM Punk éloigné du titre WWE par le Rock et John Cena, il ne pouvait qu’affronter qu’un seul homme réellement après son règne record de 434 jours, il s’agit bien sûr de l’Undertaker. La façon dont a été amené le match est assez originale mais fatale à son booker d’origine qui a été licencié pour avoir booké un 4-way match entre CM Punk, Randy Orton, Big Show, Sheamus pour déterminer l’adversaire du Deadman a WrestleMania. Une semaine plus tard on apprenait que Paul Bearer, le légendaire manager du Taker était mort. C’est malheureux à dire mais cela a donné un vrai souffle à cette rivalité avec l’utilisation de cette mort qui a été un pari gagnant qui fait que le match est encore plus attendu des fans.

Quid de Orton, Big Show et Sheamus, les trois hommes qui ont perdu contre CM Punk le droit d’affronter le Taker à WrestleMania ? Ils feront équipe à Wrestlemania. Oui, oui ils affronteront The Shield. Choix assez surprenant et mal booké quand on sait que les trois s’affrontaient quelques jours plus tôt pour défier Taker. Au début c’était Ryback qui devait être la place du Big Show mais la WWE s’est rétractée et a décidé de plutôt lui faire affronter Mark Henry, une bonne idée en soi pour regrouper de la force brute. D’un côté on a eu des matchs phénoménaux opposant Orton, Show et Sheamus au Three Man Band, non c’était une blague. C’était à vrai dire inutile. Et de l’autre côté un sublime concours de développé couché entre Ryback et Mark Henry aura marqué cette brève rivalité, on ne manque pas d’imagination à Stamford.

Passons à quelque chose de plus intéressant quand même. Brock Lesnar vs. Triple H deuxième du nom. Une feud assez bien menée emmenant un retour du Game de bien belle manière. Lesnar allait attaquer Vince McMahon une nouvelle fois mais il s’est fait attaquer par Triple H juste avant et finira en sang. La feud a quand à elle été bien menée, l’ajout de la stipulation No Holds Barred étant assez curieuse car ce nom veut à la fois tout et rien dire, c’est un match sans disqualification quoi. Le fait de rajouter que la carrière de Triple H est en jeu donne un gros intérêt tout comme l’ajout de HBK dans son coin. On a hâte même si on sait que ça sera bourrin mais ça ne sera pas pire qu’à Summerslam où c’était le sommet de l’ennui dans un match simple.

brock-lesnar-triple-h-raw

On ne s’étalera pas sur Fandango vs Jericho, bien que l’idée de ce match ait atteint un niveau d’absurdité record. Mais on peut dire que s’il s’agit du dernier match de Jericho à WrestleMania, la WWE aura merdé jusqu’au bout. Le Miz vs. Barrett sort quand à lui de nulle part. Miz feudait il y a encore 3 semaines avec Antonio Cesaro pour le titre US. Le match veut juste dire que The Miz prendra le titre aux dépens de Wade Barrett. Au final c’est une bonne chose pour Cesaro qui conservera son titre US encore quelques semaines même si c’est on ne peut plus agaçant et troublant de ne lui voir offrir aucun challenger, donc encore moins un match à WrestleMania. Autre match bouche trous, le match mixte, sorti d’une brève altercation entre Cameron & Naomi et les Bella Twins qui ont fait leur retour avec un changement du côté de Nikki : une nouvelle poitrine. C’était la seule chose intéressante à dire sur ce match-là. Aucun intérêt pour le show puisqu’on voit les deux équipes s’affronter à Raw et Smackdown depuis l’annonce du match. Bref il s’agira de la pause pipi.

Puis pour finir, un Swagger vs. Del Rio. Une opposition pour le coup inédite dans l’histoire du catch. D’un côté le champion du monde qui avait détrôné le Big Show il y a 2 mois et de l’autre un ancien champion du monde, l’homme qui est revenus avec Zeb Colter comme manager. Nous, le peuple de Voxcatch, on approuve cette storyline qui est celle qui est la mieux menée jusqu’ici et pourtant au lendemain d’Elimination Chamber, Swagger était au poste de police. Mais il domine son sujet dans cette rivalité, en cassant la cheville de Ricardo puis quelques semaines plus tard en détruisant le dos de Del Rio assez sauvagement a coups de béquille. L’intensité de la feud nous fait envie mais ce sera l’opener si l’on en croit la logique de la WWE de placer ce titre en opener de son show depuis quelques années maintenant.

Pour faire bref, on a assisté à un Road To WrestleMania plus que médiocre cette année, il ne s’est rien passé. Un champion de la WWE plus présent sur TF1 qu’à RAW, forcément c’est un acteur. Les histoires sont parties sur des terrains vagues où les bookers semblaient eux-même perdus et surtout l’opposition physique n’a pas vraiment été présente. Du coup, pas de segment marquant, pas d’affrontement terrible, hormis le coup de sang de Brock Lesnar, autant dire que cette route a été bien trop gentillette et pas à la hauteur de ce qu’elle doit être.

1 commentaire

Les plus lus

En haut