Review

Money In The Bank 2013 : Un manque de créativité

Money In The Bank avait lieu ce dimanche et nous a apporté son lot de surprises et d’actions. Malheureusement, il nous prouve encore une fois que l’action ne fait pas tout et que le manque de créativité et d’originalité dans les storylines nuit beaucoup à l’intérêt qu’on peut porter à un match ou un show tout entier.

orton_wins_mitb_match

Les choses n’ont pas changé, l’idée de regarder un pay-per-view de la WWE n’est toujours pas plus motivante que lors de Payback. Pourtant le niveau a l’air de remonter un petit peu, mais ce n’est pas encore ça, le suspense, ce petit truc qui te donne envie de revenir la semaine suivante n’y est pas. Money In The Bank devrait mettre au point les storylines de l’été, et lancer une dose de suspense qui te donne envie de voir ce que seront les jours suivant à RAW et SmackDown. Mais non, la chimie ne prend pas.

Il y a bien eu de la surprise pourtant, les deux vainqueurs de Money In The Bank n’étaient pas du tout ceux attendus. Mais ça s’arrête là, le reste n’est que suite logique des évènements. Pas de suspense, on sait où ça va aller, pire, on le craint. C’est pas comme ça que le catch doit être, imaginez la même chose dans une série, vous abandonneriez au bout de quelques épisodes, vous vous lasseriez des épisodes où il ne se passe rien.

Les titres par équipes étaient donc défendus dans le pré-show, devenu « Kick-off ». Et on peut déjà le dire, ceci est certainement le meilleur pré-show de l’histoire des pré-shows. Il faut dire que l’affiche y est pour beaucoup, Reigns & Rollins défendent leur titres contre les Usos. Rien que ça, ça donne envie. Par contre on sait à 90% qui sortira vainqueur de ce match, un manque de rivalité qui aurait pu réduire cet absence de suspense, mais passons.

mitb-the-shield-vs-usos

Le match commence un peu trop lentement, mais l’action va crescendo jusqu’à la fin. Les cinq dernières minutes sont les meilleurs avec notamment le Tower of Doom et surtout l’excellent travail d’équipe entre Reigns et Rollins sur le Spear final qui permet au Shield de conserver les titres. Un excellent match qui aurait pu être beaucoup plus appréciable si la WWE ne l’avait pas coupé pour diffuser quelques pubs.

On rentre direct en plein dans l’action comme cela se fait souvent, avec le premier Money In The Bank Ladder match, celui de Smackdown, ou du moins celui avec les midcarders, depuis la fin des brands on ne sait plus trop.

Tout le monde ou presque a brillé dans ce match. Barrett a bien joué le rôle de la brute agressive tandis que Cesaro et Swagger ont pas mal travaillé ensemble. Ambrose a bien montré qu’il était là en faisant quelques acrobaties sur l’échelle portée par Cesaro et Swagger. Rhodes et même Fandango ont bien montré qu’ils étaient présents. Le seul qui n’a pas autant brillé dans ce match fut Sandow, son seul grand moment c’est la victoire en traître contre son co-équipier Rhodes qu’il pousse de l’échelle pour décrocher la mallette.

mitb-damien-sandow-wins

Surprenante victoire, personne n’imaginait Damien Sandow remporter la mallette et même si la suite promet d’être intéressante avec la rivalité contre Cody Rhodes, on s’attend à ce que Sandow ne dure pas dans le temps, à l’image de Swagger ou The Miz en 2010.

The Miz, il en est d’ailleurs question dans ce match, et il montre bien ce à quoi il sert aujourd’hui. On le voit tantôt dans un match pour le titre des États-Unis, tantôt dans un match pour le titre Intercontinental comme ce soir, mais il ne gagne pas. Il stagne dans le midcard et ne grimpe plus. Triste quand on se souvient de lui en tant que main-eventer à WrestleMania. Le faceturn n’était peut-être pas une aussi bonne idée que ça.

The Miz qui tente donc sa chance face au nouveau Paul Heyman Guy, Curtis Axel, afin de remporter le titre Intercontinental que ce dernier a gagné à la grande surprise à Payback. Le pire quand on regarde ce match qu’il n’est pas mauvais, c’est que l’on sait que The Miz ne remportera pas le titre. Premièrement parce que comme déjà dit, The Miz ne remporte plus rien, et qu’en plus faire perdre le titre d’Axel maintenant ça aurait été bien bête. Comme pour les titres par équipe, le manque de storyline casse tout le suspense. Un peu plus de build up aurait pu nous faire croire que le Miz aurait pu prendre le titre des mains d’Axel, mais non.

mitb-curtis-axel

Un bon match et malgré tout ça, The Miz fait bien le job. Le coup un peu à la Eddie Guerrero où il fait semblant de s’être fait frappé par Heyman pour faire éjecter ce dernier des abords du ring pendant que l’arbitre a le dos tourné, c’était pas mal. Bon Curtis Axel gagne et ce qui est bien pour lui c’est qu’il le fasse clean et sans Heyman à ses côtés.

Si avant le match des Divas était un peu une pause dans le rythme du pay-per-view, depuis quelques mois ce n’est plus trop le cas. La branche féminine a même le droit à du build up lors des weeklies, incroyable hein ? Et les matchs de pay-per-view suivent. AJ Lee montre enfin ce dont elle est capable sur le ring et Kaitlyn gère. Le match était moins long que le précédent, mais plus brutal.

AJ Lee remporte et conserve le titre grâce au Black Widow. Une soumission. Vous le croyez vous, une diva qui, d’une ne gagne pas sur un roll-up et de deux, avec une prise de soumission ? C’est fou. Mais c’est cool.

mitb-aj-lee-wins

Ce qui suit est par contre une arnaque. Même le public n’avait pas l’air d’en vouloir de ce match. Chris Jericho ne s’en est jamais caché, il n’est pas seulement revenu pour briller seul mais aussi pour aider de « jeunes » lutteurs à grimper les échelons de la carte. C’est loin de nous déranger, mais encore faut-il proposer quelque chose de bon en face, et ce n’est pas vraiment le cas. On a eu Fandango ces derniers mois puis aujourd’hui Ryback. Et puis en plus, on savait aussi que ce match allait être le dernier avant un petit moment pour Chris Jericho qui repart en tournée avec Fozzy. Le truc cool ça aurait été de le faire partir sur une bonne note, mais même pas. Grosse arnaque.

Ryback gagne sur un roll up, un match qu’on n’a certainement pas envie de revoir et qu’on va assez vite oublier. On aura beau nous dire que c’est dans le personnage de Ryback de gagner par la facilité, ça n’en reste pas moins naze. Débarrassez-nous de ça.

Place au titre de champion du monde poids lourd maintenant. Détenu par Alberto Del Rio depuis Payback parce que Ziggler ne semblait toujours pas remis de sa commotion, on aurait pu croire qu’il allait le récupérer ce soir. Mais non, un faceturn semble engagé pour Ziggler, le match du pay-per-view précédent était une première étape, celui-ci une nouvelle qui le voit poussé à s’éloigner de AJ Lee.

mitb-dolph-ziggler-aj-lee

Del Rio et Ziggler fonctionnent bien ensemble, le match est bien orchestré, pas de temps mort. Il manquait juste une fin moins faiblarde, on la voyait venir et ça casse un peu tout. Mais si c’est pour lancer le faceturn de Ziggler alors pourquoi pas. La suite à SummerSlam sans doute. Une stipulation ajouterait le truc parfait pour mettre fin à la rivalité et permettre à un Ziggler acclamé de récupérer son titre.

Le match pour le titre de la WWE n’était étonnamment pas le main-event de la soirée. Là c’est surprenant. Mais c’est la seule surprise de ce match, faut pas déconner. Mark Henry s’est retrouvé face à John Cena après un faux discours d’adieux lors de RAW. Il s’en est pris au top guy de la WWE parce que le titre de la WWE, il ne l’a jamais eu et qu’avant de partir, il aimerait bien le toucher. On se dit qu’après tout, ce n’est pas impossible. Ce serait même presque logique.

Par contre le match ce n’est pas ça. C’est même très chiant, du début à la fin. John Cena ne peut pas délivrer un bon match sans un bon adversaire, c’est bien connu et ça ne change pas. Pire encore, quand son adversaire est lent, il le devient lui-même. Il ne lui manque plus que le pouvoir de ressembler physiquement à son adversaire et on l’appelle Metamorph.

mitb-john-cena-mark-henry

John Cena remporte le match et conserve son titre non pas sur un Attitude Adjustment – c’est pourtant pas faute d’avoir essayé — mais sur un STF beaucoup trop téléphoné. On est alors en droit de se dire « tout ça pour ça ? ». Refuser la retraite pour un vouloir un titre que l’on a jamais eu histoire de partir sur une bonne note et perdre ridiculement le match en abandonnant. La logique ce n’est toujours pas ça chez les bookers de Stamford.

Le Money In The Bank « All stars » comme ils l’ont appelé est donc le main-event de la soirée. Le star power certainement. On se passera de commentaire sur le retour de Rob Van Dam dont on se serait passé volontiers, bien qu’on ne l’ait toujours pas compris.

Un MITB Ladder Match assez brutal et sanglant qui laissera des traces à quelques-uns. Ça a commencé par un moment assez plaisant voyant tous les lutteurs se retourner vers RVD pour l’envoyer direct en dehors du ring. Comme dans l’autre MITB, chacun a eu son moment. Bryan a été génial sur la fin. CM Punk a brillé de part sa créativité, tellement que le public applaudit, et lui saluant la foule. Magique.

mitb-cm-punk

Le premier moment surprenant ce de match c’est la partie impliquant Curtis Axel et Paul Heyman. On a un Curtis Axel qui empêche d’abord Bryan d’aller décrocher la mallette, lassant penser qu’il est là pour aider CM Punk. Voyant ce qu’il se passe, ce dernier vire Axel du ring — on comprend pas vraiment pourquoi il s’en prend à lui — puis part pour monter sur l’échelle, sauf que gros choc, Heyman s’en prend à Punk à coup d’échelle. La rivalité CM Punk vs Brock Lesnar vient de monter un cran.

La victoire de Randy Orton est surprenante sur le coup. On aurait bien voulu voir quelqu’un d’autre gagner, Bryan pourquoi pas, mais quand on réfléchit on se dit que pour Orton c’était le mieux à faire si on veut le faire tourner heel prochainement.

Money In The Bank se termine là dessus. On a de nouveaux éléments quant à la suite des storylines, mais peu nous surprennent. On se doutait bien évidemment que le Shield conserverait ses titres, tout comme Curtis Axel. Pour John Cena aussi, même si c’était moins évident. On oubliera aussi le segment de Brad Maddox, ça prend du temps qui aurait pu servir à des mecs intéressants et en plus ce n’était pas drôle.

mitb-brad-maddox

Au niveau de l’action il n’y a rien à redire, Money In The Bank vaut le coup. Et le public de Philadelphie était dedans, c’était bon. Mais le manque de crédibilité dans les storylines et carrément de storylines pour certaines rivalités nuit beaucoup à l’intérêt que l’on porte aux matchs. C’est dommage.

SummerSlam arrivant, on aura certainement le droit à un peu plus de bonnes choses, CM Punk contre Brock Lesnar qui depuis ce dimanche a pris un tournant assez violent tandis qu’on se dirige vers un John Cena contre Daniel Bryan, on tient peut-être un match de l’année là-dedans. Mais attention, Randy Orton n’est pas loin et avec la mallette, il risque d’être inclus dans la storyline. Le pire scénario envisageable, ce serait le cash-in de Randy Orton juste après une victoire de Daniel Bryan à SummerSlam. Et la WWE ne se gênerait pas, pire, elle prendrait plaisir à voir les réactions. Le cauchemar.

Allez, en route pour Los Angeles…

Cliquez pour commenter

Les plus lus

En haut