Review

NJPW Kizuna Road Nuit 9 : Un show à l’heure irlandaise ?

En ce mois de  Juillet, une succession de 9 shows dense se déroule avec en point d’orgue le 9ème se déroulant dans le hall d’Akita en pay-per-view. L’enjeu se porte sur le main event où Prince Devitt à la tête du clan Bullet Club veut créer l’Histoire en détenant les deux ceintures majeures de la NJPW.

KIZUNA4

 En ouverture du pay-per-view comme d’habitude les titres Junior poids lourd par équipes. La dernière fois, les champions Alex Koslov et Rocky Romero se disaient sans concurrence, il y en a une qui se présente du clan sans titre Suzuki-gun, cependant toujours dangereux. TAKA Michinoku, plein de vice, mentor de Taichi qui a autant de malice, donnent ainsi une opposition assez atypique caractérisée par moins de rythme et moins de spectacle. Il faut compter sur Koslov pour des éclairs en deuxième partie de match. Dans le bordel, les tenants auraient pu perdre pied mais ils conservent finalement sans grande frayeur leurs titres.

Dans cette première partie aux couleurs sombres de Suzuki-gun, le boss Minoru Suzuki doit repousser un impétueux de CHAOS, le costaud Tomohiro Ishii. Deux gabarits équivalents et exactement du même style, ce qui donne un combat dur et très engagé. Les coups répétés notamment les atémis sont en valeur. Pas un gros rythme mais un match plutôt intense que le vétéran Suzuki finit par conclure à sa main. La jeunesse n’a pas encore pris le pouvoir.

Pour les titres IWGP par équipes, rien d’emballant au programme avec les champions Satoshi Kojima et Hiroyoshi Tenzan qui affrontaient une équipe de tourmenteurs, Takashi Iizuka et Toru Yano. Ces derniers excellent dans le brawl, ce qu’ils font d’entrée pour un double décompte à l’extérieur assez piteux. Toutefois, le match est redémarré et sur le ring cette fois, les champions TenKoji montrent un peu de leur palette. Rien d’enthousiasmant pour autant et pas du catch par équipe de haut niveau, mais moins pire qu’attendu, et en toute logique les champions conservent leurs titres, en attendant une concurrence aux dents plus aiguisées pour rehausser le prestige de ces ceintures.

IWGP-Tag-Team

La dernière née des ceintures de la NJPW, le titre NEVER, soit celle s’adressant à tout catcheur n’ayant jamais remporté un titre individuel, est ici défendue par son seul porteur jusqu’à présent, le vétéran Masato Tanaka. Pour son retour de blessure, Tetsuya Naito se voit proposer un test dur face à une expérience qui ne s’éteint pas. Ainsi Tanaka rappelle son passé à l’ECW avec une kendo stick explosant à la tête de Naito et une table solide craquant sous le poids de son splash. Le match s’équilibre ensuite davantage avec une belle passe d’armes, Naito imprimant un rythme soutenu que Tanaka arrive à tenir. Et contre toute attente, Masato Tanaka déjoue tous les pronostics en sortant vainqueur et de façon pas si immérité que cela. Mais sans montrer le respect après le match, le vétéran n’aimant pas se faire bousculer par le jeunot.

Battu le 31 Mai au Mexique et abandonnant alors sa ceinture Intercontinentale, Shinsuke Nakamura retrouvait le luchador de la CMLL La Sombra pour ramener le titre au bercail. Mais le Mexicain est décidé à faire du grand spectacle, son élément, et il domine ainsi la grande majorité du combat, à coups d’hurricanranas, moonsaults, top suicida, enflammant même le public par un saut depuis un pylone qui lui vaut un rare ralenti vidéo. Face à une série de vagues faisant une formidable pub pour la CMLL, Nakamura résiste et finit par agacer La Sombra, qui cède son titre. Nakamura reprend ainsi le titre Intercontinental, pas la prime au plus productif mais au plus résistant.

Après l’entracte, la solidité du clan Bullet Club est testée. Karl Anderson, Tama Tonga, Bad Luck Fale et El Terrible affrontent Hiroshi Tanahashi, Jushin Thunder Liger, Togi Makabe et Captain New Japan. Ce dernier est un vrai facteur défaite habituellement mais pas là par miracle. Dans un match pas si long que cela et assez classique dans son déroulement, le Bullet Club tombe, enfin pas tout à fait car El Terrible est de passage et c’est lui qui prend le tombé. Un peu du RAS en fait concernant ce bout.

KIZUNA2

La rivalité qui dure et qui est toujours aussi intense va continuer. C’est le verdict de l’affrontement entre Katsuyori Shibata et Hirooki Goto qui ont décidément bien du mal à se séparer avec un autre double KO. La dernière fois, Shibata avait gagné et aurait pu clouer l’affaire mais la NJPW patiente un peu. La comparaison est forcément valable avec les précédents combats et ici l’affrontement est moins dense et le rythme moins relevé mais c’est toujours aussi décapant sur certains moves comme un dropkick en pleine tête. Un Last Man Standing semble la prochaine issue pour régler cet équilibre des forces rarement vu.

Match atypique avec le retour de blessure de Kazushi Sakuraba, 4 mois après s’être fait tordre le bras par Yuji Nagata. Les deux vétérans se retrouvent donc pour un match pas vraiment de catch et centré sur le terre à terre, lié évidemment par le style de Sakuraba, légende du MMA au Japon. Dans ce match à placement où le vainqueur ne l’emportera que par soumission, et à ce jeu au bout d’un faible rythme, Sakuraba prend sa revanche.

Le sommet de la carrière de Prince Devitt est là. Habitué depuis de longues années aux batailles à l’ombre du main event pour le titre Junior poids lourd qu’il détient, l’Irlandais voit là l’occasion d’ajouter le titre IWGP poids-lourd, soit le graal et un exploit réalisé une seule fois dans l’Histoire de la NJPW. Accompagné par son clan il a l’avantage du nombre face au champion Kazuchika Okada, accompagné du seul Gedo qui avait échoué contre Devitt deux semaines auparavant. Mais Okada bénéficie du soutien du public et de l’expérience du main event, qui est moins long que d’habitude, durant 19 minutes par ailleurs. La force du champion est qu’il arrive à produire quelque chose de différent adapté à l’adversité, allant jusqu’à faire un saut sur l’intégralité du Bullet Club. En éliminant les menaces et en résistant à un double stomp avec chaise réussi par Devitt, Okada a alors la voie ouverte et s’en sort face au nombre d’un Bullet Club arrivé fort et qui repart battu.

Okada-KIZUNA ROAD

Aucun changement au soleil, des certitudes renforcées ressortant de ce show. Le mois d’août pourrait redistribuer des cartes avec le fameux tournoi G1 Climax entre poids lourds tandis que le clan Bullet Club abattu en un show et sans doute un peu trop rapidement doit se relever.

Cliquez pour commenter

Les plus lus

En haut
//ad6media