Review

TNA 10 Reunion : un anniversaire sans bougie

Au programme du pay-per-view One Night Only mensuel, une célébration des grandes rivalités de la TNA. PPV ? en fait pas vraiment, le concept One Night Only pas du tout vendu par la TNA n’obtient pas satisfaction auprès du diffuseur Direct TV. Résultat, c’est en VOD que le show est disponible. La carte a de quoi attirer et concentre beaucoup d’attentes. Défi relevé ?

tna-one-night-only-TNA-10-Reunion

Dans la toujours aussi fantomatique Impact Zone, le One Night Only pompeusement appelé « TNA 10 Reunion », alors qu’on en est à la 11ème année de la TNA, rassemble quelques noms phares mais pas tous, et c’est bien le problème. Rien que sans AJ Styles et Sting, dur de vraiment coller à 100% au thème. Pourtant quelques matchs y parviennent. Mais autre problème, ce show n’obtient que peu d’égards déjà pour les clips vidéo qui sont recyclés de Slammiversary X en 2012. Autre détail qui aura une malheureuse importance, comme arbitres, il n’y a qu’Earl et Brian Hebner, tel père tel fils…

Mais pas de bêtise arbitrale pour le premier match, un pot pourri pas forcément représentatif de la X-Division tout du moins l’Histoire de la division où en dehors de Petey Williams, d’autres adversaires auraient été plus marquants. Mais Sonjay Dutt et Kenny King c’est pas mal et ça donne un match assez intéressant mais pas au grand rythme. Chacun fait gentiment ses choses, Williams frappe le Canadian Destroyer mais est pris par le Royal Flush de Kenny King qui sort vainqueur. Or forcément avec le temps depuis l’enregistrement en février, ce match n’a aucune signification et surprend donc pas son dénouement. King vainqueur, déjà une tendance que ce show ne sera pas comme ses devanciers et ne consacrera pas forcément les faces.

kenny-king-tna-10-reunion

Pour le deuxième match, place aux Knockouts. Logique d’y voir Gail Kim et Velvet Sky, étendards de la division, mais l’une contre l’autre cela n’a pas de valeur anniversaire d’autant qu’elles s’affrontent dans tous les house shows. Forcément c’est bien huilé, mené par Gail Kim comme souvent et gagné par Velvet Sky. Un passage plutôt sympathique d’un catch féminin qui offre de bonnes choses à la TNA, c’est à souligner. Même si les fans auraient plutôt attendu un Gail Kim contre Awesome Kong pour ce show.

Ce qui est moins à souligner est la Gauntlet Battle Royal, un pot pourri complet en grande partie pas intéressant. On y voit un homme parti de la fédération depuis un mois, Matt Morgan, un homme des Aces and Eights, Mr Anderson. Chase Stevens, Johnny Swinger, Cassidy Riley, Johnny Devine et même Shark Boy, vainqueur du même genre de match lors du précédent show One Night Only consacré au Hardcore, c’est logique après tout à défaut d’être emballant.  Joseph Park, Robbie E et Jessie Godderz par contre, par ordre décroissant de légitimité, c’est comme un ensemble de chiens balancés dans un jeu de quilles. Jessie le quasi débutant casé dans un show célébrant les 10 ans de la TNA, c’est ubuesque. Mais on fait avec ce qu’on a c’est-à-dire pas grand chose. Au bout du compte, le déroulé est linéaire, simple et correspondant aux statuts du moment en février. Au bout du compte, Matt Morgan alors tourmenteur d’Hulk Hogan est l’homme fort. Il s’impose face à Joseph Park mais la limite des One Night Only enregistrés à l’avance montre une absence de logique totale.

gauntlet-royal-battle-tna-10-reunion

Pour le match par équipe, affrontement plutôt logique. LAX, Bad Influence, Team 3D, aucune honte à voir ces équipes compte tenu des forces en présence. Le match est plus surement un affrontement entre Bad Influence et LAX. Bully Ray et Devon la jouent à l’expérience et du fait qu’Homicide discute avec Earl Hebner. Le 3D est alors aussi stupidement amené qu’il est inévitable, consacrant la troisième victoire heel de la soirée.

Austin Aries a moins de chance face à Jeff Hardy contre qui il avait perdu le titre poids-lourd à Bound for Glory fin 2012. L’affrontement avait été superbe. Cette fois, il n’a aucun éclat, déjà pour l’enjeu bien sûr, mais aussi et surtout pour le contenu. Un travail décevant, peu rythmé avec un Aries fuyant beaucoup l’action et grillé à la fin par un roll up idiot qui sanctionne un match décevant qui ne pouvait qu’avoir une fin décevante. A oublier à toute vitesse.

austin-aries-tna-10-reunion

En revanche, entre Bobby Roode et James Storm, anciens grands potes de Beer Money et rivaux intenses en 2012, l’action est plus vive. Il faut dire que les deux hommes se connaissent parfaitement mais alors qu’en 2012 c’était la rudesse qui caractérisait leurs combats, cette fois c’est le rythme et l’agilité qui dominent. Peu fréquent de voir James Storm placer un Hurricanrana par exemple et très agréable. On tient surement là le match du show qui souffre malheureusement d’une fin biaisée. A la surprise générale, Bobby Roode l’emporte mais comme il l’avait emporté parfois contre Storm par le passé. Tout en prenant joyeusement appui sur la troisième corde, il coince Storm et obtient le 1-2-3 par la grâce d’Earl Hebner, toujours là pour ne pas voir l’irrégularité et conclure de manière vilaine un match très plaisant.

Pour finir, deuxième main event d’un One Night Only pour Samoa Joe après le tout premier consacré à la X-Division, X-Travaganza. En face, Kurt Angle. Les deux hommes depuis sont sous la bannière de la Main Event Mafia mais à l’époque étaient chacun de leur côté. Le match ravive la plus grande rivalité de l’Histoire de la TNA, à cheval entre 2006 et 2007, où ces deux grands arrivants à l’époque s’affrontaient dans un clash où Angle avait pris le dessus sur un Joe jusque là invaincu. Bis repetita ici mais évidemment les sels de l’époque se sont dissipés. Les deux hommes par leur expérience produisent un spectacle plaisant avec une bonne alchimie retrouvée mais pour autant le match souffre forcément de la comparaison avec ses devanciers. L’évènement est surtout que Kurt Angle gagne par son Angle Slam, un fait suffisamment rarissime depuis des mois et des mois -voire des années- pour ne pas être noté ici. Fin correcte donc.

kurt-angle-samoa-joe-tna-10-reunion

Cependant, ce One Night Only « TNA 10 Reunion » a encore déçu. Le timing avec ces enregistrements lointains et surtout les uns après les autres empêchent aux matchs d’avoir un vrai rythme. Les alchimies sont bien là et rendent le caractère agréable mais la TNA ne s’est vraiment pas foulée, avec un habillage déjà vu en vidéos et un booking désastreux avec des fins de matchs désastreuses en partie. En clair, cet anniversaire décalé manquait de champagne, de bougies, d’un cadeau et surtout…d’une vraie fête.

Cliquez pour commenter

Les plus lus

En haut