Review

NJPW Destruction 2013 : Des dégâts chez les clans

Après un été de tournois, la New Japan Pro Wrestling attaque l’automne avec gourmandise. Les clans en place ont tout à perdre, plusieurs matchs ont un enjeu décisif avec une visée vers Wrestle Kingdom qui ouvrira 2014. Il ne s’agit donc pas de louper la marche dans le Kobe World Hall.

njpw-destruction-2013

Pour débuter, la partie Junior poids-lourd voit deux équipes se connaissant parfaitement bien. Un schéma répétitif vu le peu d’équipes qui sied à Alex Shelley et KUSHIDA, à l’aise quand ils rencontrent à nouveau des adversaires. Surtout que face à Taichi et Taka Michinoku, ils semblent être un cran au-dessus. Même s’il y a un équilibre dans le match, ils n’ont vraiment pas à forcer, et gagnent naturellement au bout d’un combat honnête mais où ils n’auront pas eu besoin de puiser beaucoup dans leurs forces.

La NWA de Bruce Tharpe continue gentiment son travail de sape à la NJPW. Le visage de la fédération Rob Conway vient défendre son titre pour la troisième fois, et à nouveau face à un vétéran reconnu. Là, la barre est même plus haute avec le légendaire Jushin Thunder Liger. Conway a tout à perdre mais aime bien montrer ses muscles et faire preuve d’arrogance. Liger domine avec le soutien du public mais Conway monte progressivement en puissance même si l’ensemble n’est pas encore de nature à faire peur. Cependant, une petite distraction de Tharpe suffit pour que Conway exécute son DDT de la troisième corde renversé et s’offre un morceau de choix. Un barreau de l’échelle est donc encore monté et la NWA continue à grignoter.

njpw-destruction-2013-3

Le BULLET CLUB composé de Tama Tonga, Karl Anderson, Bad Luck Fale et Rey Bucanero se voit proposer l’occasion de tourmenter Captain New Japan, le voltigeur dans le vide, Togi Makabe, Tomoaki Honma et Mascara Dorada. Ce dernier, venu de la CMLL comme Bucanero en face, s’avère être un joker. Bucanero en revanche est l’élément perdant. Le BULLET CLUB a l’avantage mais dans un match finalement assez rapidement emballé donc sans grand contenu, la fin est seulement à retenir avec un bon travail de Doarada sur Bucanero, dans un bout de Lucha Libre qui apporte la victoire aux siens. Et des migraines chez les brutes d’en face.

A l’échelle des ennuis, Minoru Suzuki est mal tombé. Le leader du clan Suzuki-gun se retrouve englué depuis des mois dans le tourbillon du troublant Toru Yano, jeune chien fou. Le match ne décolle jamais vraiment sans grande surprise, Suzuki pris dans le tourbillon tombe dans le jeu de Yano qui lui place des menottes, un détail important qui fait brièvement passer le match dans la colonne Strap match en quelque sorte avant que Yano attache finalement Suzuki à une barrière extérieure et s’impose d’une manière peu commune, par décompte à l’extérieur.

L’équipe Laughter7 se réunit à nouveau contre Yuji Nagata et Manabu Nakanishi. L’affaire tourne en rond et le match n’a pas vraiment grand intérêt, et s’avère bien plus intéressant dans son après. Après la victoire en filou de Sakuraba qui surprend Nagata, les deux s’asticotent à nouveau. On repart donc vers un affrontement entre eux, une redite pas forcément excitante. En revanche, Shibata pas franchement à son aise dans ce match voit débarquer Tomohiro Ishii après le match. Les deux hommes avaient livré une sacrée bagarre lors du tournoi G1 Climax, et cet affrontement s’annonce lui bien sympathique. Quand à Nakanishi associé à Nagata, c’était un fantôme qui aura fait acte de présence.

Déjà ébranlé, le BULLET CLUB s’en remet donc à son leader, Prince Devitt, le prince du Rock N’Roll avec sa veste brillante dans le noir. Pour réduire les interventions de son clan, le match est Lumberjack, une stipulation très peu utilisée au Japon. La cible de Devitt est du genre top niveau, Hiroshi Tanahashi. Et ce dernier est accompagné par ses vieux potes au sens propre du terme, des anciens en confiance qui avaient abattu le BULLET CLUB plus tôt dans le show. Malgré tout, la stipulation convient l’essentiel du temps au clan de Devitt qui domine allègrement. Mais finalement, un enchainement sur le ring à toi à moi entre tout le monde est profitable à Tanahashi, qui trouve l’ouverture avec le Styles Clash (en japonais dans le texte) puis finir avec le High Fly Flow. Sale soirée pour le BULLET CLUB dont le momentum de l’été semble être désormais éteint.

njpw-destruction-2013-4

Tout à perdre comme tout à gagner, tel est le thème du match entre Masato Tanaka et Tetsuya Naito. Depuis sa victoire surprise au tournoi G1 Climax il y a 50 jours, Naito a l’accès au main event de Wrestle Kingdom début 2014 grand ouvert. Mais avant cela, il doit conserver son contrat et essayer d’ouvrir son palmarès solo. C’est ce qui lui est proposé comme défi face à Tanaka, l’ancien de l’ECW, champion NEVER Openweight, le titre de ceux n’ayant jamais eu de titre solo dans leur carrière, et qui avait déjà battu Naito pour cette ceinture. L’ancien avait donc des motifs d’optimisme et il maitrise l’essentiel du match avec un rythme soutenu, faisant un splash sur Naito à travers une table, croyant bien finir l’oeuvre par un brainbuster. Mais Naito semble invincible depuis 2 mois et résiste miraculeusement avant de dominer toute la dernière partie et de remporter son premier titre. Maintenant, il a deux choses à défendre et son ex pote devenu grand rival, Yujiro Takahashi, sera sur sa route pour King of Pro Wrestling, le prochain show.

Shelton « X » Benjamin a l’occasion de mettre du baume au coeur de son clan Suzuki-gun ébranlé par 2 défaites en 2 matchs. Mais en face il a Shinsuke Nakamura, décidé à repousser à nouveau Shelton qui l’avait déjà défié sans succès pour le titre Intercontinental encore représenté ici. Le rythme manque d’entrain, avec un Benjamin dans un style rude pas forcément à sa convenance. Avec plus d’ouverture ensuite, Nakamura y trouve un train train plus à son aise. Il conclue finalement sans grand souci et proprement. L’horizon semble bien bouché pour Benjamin tandis que pour Nakamura il va encore avoir à faire face à un duel inter fédérations le 14 Octobre prochain avec Naomichi Marufuji de la Pro Wrestling NOAH.

njpw-destruction-2013-2

Pour sa 4ème défense du titre IWGP poids-lourd, Kazuchika Okada se voit proposer un vétéran revenu à cette occasion à la lumière. Satoshi Kojima a déjà tout gagné, donc sans vraie pression et avec son style rude, il compte créer la surprise. C’est un match très vieille école, adapté au rythme de Kojima avec énormément de travail au sol. Beaucoup d’affrontement physique également, ce qui fait essentiellement le sel du combat. Kojima est à son aise, étant proche de la surprise en accrochant Okada dans l’Anaconda Vice. Okada souffre un peu plus qu’à l’habitude, et Kojima voit venir la séquence finale qu’il contre lui-même par un lariato. Mais un peu de distance et un dropkick apporteront le lariato favori d’Okada qui conserve son titre après avoir résisté au tour de force physique, mais sans avoir donné l’impression d’avoir beaucoup puisé face à un Kojima méritant mais finissant blessé. Un classique incontournable sera proposé le 14 Octobre prochain avec Tanahashi revenant en challenger pour le titre IWGP poids-lourd.

Destruction aura porté son nom en révélant des fissures au BULLET CLUB et à Suzuki-gun, deux clans sortant du pay-per-view en guenilles avec le gout de la défaite à la bouche. A contrario, tout continue à marcher parfaitement pour CHAOS. Le show est tout de même en-dessous de ses précédents, dur de tenir parfois une cadence, d’autant que le rythme des pay-per-views s’accentue. Mais en revenant vers son passé, la NJPW compte comme à son habitude conserve une solidité dans ses valeurs sures.

Cliquez pour commenter

Les plus lus

En haut