Review

CZW Cerebral : Un show sans prise de tête

L’enjeu n’est pas de taille dans le pay-per-view du mois d’octobre de la CZW, Cerebral. Mais il s’agit de se révéler, de prendre le dessus dans une rivalité notamment dans un main event qui s’annonce ultra violent, le tout sans la présence du champion poids-lourd Drew Gulak.

czw-cerebral-main-event

Il ne vaut mieux pas arriver en retard pour voir Shane Strickland en action. Latin Dragon, luchador au gabarit de poids-lourd, a peu eu l’occasion de faire quelque chose contre un Strickland revanchard après avoir frôlé des doigts le titre Wired TV. En 4 minutes, l’affaire est donc déjà pliée, de bonnes choses mais Strickland avait vraiment envie de boucler le tout rapidement, une manière d’impressionner les officiels.

La CZW se cherche des équipes et confirme certaines associations. C’est le cas pour les jeunes JT Dunn et David Starr qui tiennent le beau rôle dans un match équilibré contre Caleb Konley et Shane Hollister, un peu plus expérimentés mais moins unis. Cela donne une micro mésentente en fin d’un match rythmé mais rapide et la Roaring Elbow frappe de chaque côté pour une victoire d’importance du tandem des rookies qui continuent à monter les marches de façon intéressante.

Au départ un match mixte du plus mauvais effet était dans les plans. Le massif Greg Excellent face à la sculpturale Cherry Bomb, l’opposition aura été bien trop déséquilibrée et gênante. Ainsi, la maline Cherry a conclu une alliance avec le nouveau groupe puissant amené par Sozio et surtout Biff Busick qui devient l’adversaire d’un Excellent qui passe soudainement une soirée des plus désagréables. Ils se retrouvent après une bataille par équipe il y a quelques semaines. A un contre un, le rythme est dicté par Busick aux moves toujours exécutés de façon explosive. Dans ce match plaisant où Excellent n’est pas non plus en reste, le talon aiguille de Cherry Bomb va faire la différence en faisant jaillir le sang et en permettant à Busick d’empocher une nouvelle victoire.

Cherry_Bomb_6

Haters gonna hate.

Le match de la relance oppose Chris Dickinson à AR Fox après un mois de septembre négatif. Entre le premier qui n’a pas pu prendre le titre poids-lourd et le deuxième qui a perdu son titre Wired TV après un règne d’un an, l’opposition de styles entre le puissant et le high flyer est flagrante et la question essentielle « Et après ? » est posée. Toutefois Dickinson est agile, ce qui donne un match rythmé, ouvert et spectaculaire. Mais le match n’a jamais échappé à AR Fox, dont le Lo Mein Pain allait finir par frapper. Et pourtant le KO a souvent été proche mais Fox l’emporte logiquement, non sans avoir monté Dickinson qui a probablement fourni sa meilleure prestation à ce jour.

Un croisé de clans proprets se fait. La Gulak Campaign n’a donc pas son leader et Kimberly a trouvé un substitut avec le sémillant Chuck Taylor, pote de Gulak dans le Gentleman’s Club. Seulement voilà, Gulak ne fait plus vraiment partie du Gentleman’s Club ce qui déplait fortement à Taylor et sa bande d’exotiques entre l’alcoolique Orange Cassidy et le monstre du marais, un costume assez particulier et pas évident à tenir pour un 450 splash on peut imaginer…

czw-gulak-campaign

Non, ceci n’est pas la chevelure de Carlito Colon qui se serait lancée dans une carrière solo.

La poursuite de la bagarre entre le petit groupe de Drew Blood et The Nation of Intoxication se fait dans un match simple sans grande saveur et franchement ennuyeux. Lucky 13 et Ron Mathis s’affrontent avec à la clé un match possible pour Devon Moore contre Drew Blood. Mais Lucky le high flyer doit passer pour cela l’obstacle du rustre Mathis qui gagne d’abord  en s’aidant d’un poing américain dans ce match aux multiples arbitres ou Moore décide un peu comme il veut finalement en poussant l’arbitre à donner la victoire à Lucky, dans ce qui est le passage boring du show.

Les femmes sont à l’honneur avec un match par équipe qui a un gout de cadeau empoisonné. Nevaeh associée à la punk Christina Von Eerie est loin de se douter que DJ Hyde va encore lui pourrir la soirée. Il introduit les adversaires Kimberly et Shanna et se place lui-même en arbitre. Avec Shanna notamment en évidence une nouvelle fois et qui retrouve Nevaeh, le match est agréable, évidemment ponctué par des comptes évidemment inégaux selon la tête de la cliente. Et Hyde va même directement décider que le match doit finir au moment où Shanna est sur le point d’être défaite. Un bon coup de coude à Nevaeh et un compte ultra rapide permettant à Kimberly de couvrir Von Eerie, et le tour est joué. Evidemment il y a une injustice dans le déroulement final mais Shanna méritait sur sa production de sortir les bras levés, même avec un statut heel prononcé.

shanna-czw-cerebral

La CZW ne manque pas d’équipes et le prouve avec un 4-way impliquant indirectement 4 équipes. 4 hommes s’affrontent, représentant chacun leur équipe, à savoir Jon Silver, Azrieal et Amasis qui doivent absolument éviter de se faire surprendre par Ruckus qui tient là l’occasion de mater toute adversité. Le talent est là et se montre de façon assez répartie en passages bien distincts sans temps mort. Ruckus et Azrieal se mettent le plus en évidence et ce n’est finalement pas une surprise de les revoir pour le final avec Azrieal faisant le tombé final sur Ruckus. Du neuf avec du vieux en somme car Bandido Jr et Azrieal sont de grands habitués de la chasse aux titres par équipe.

Champion Wired TV de manière miraculeuse, Alex Colon étrenne son titre contre Andrew Everett, un adversaire qu’il connait très bien mais cela ne rend pas le match intéressant pour autant. Le rythme est faible et lénifie complètement la salle. Le style de Colon a du mal à accrocher il faut dire, basé sur l’efficacité maximale. Cela donne un match décousu mais sans fil conducteur. En fait, l’attente de la fin est grande et elle déçoit avec toujours cet opportunisme de Colon qui n’exploite que les erreurs. Un manque de panache qui donne un mauvais gout dans la bouche.

czw-cerebral-alex-colon

Le temps que le personnel installe soigneusement tout le matériel sur et au bord du ring et la rivalité sanglante s’enclenche. Matt Tremont et Joe Gacy entrent dans la maison des horreurs, une attraction aux tables, chaises, fils de fer barbelés et citrouilles car c’est bientôt Halloween. La bataille est à sens unique et Matt Tremont en apparaît miraculeusement vainqueur. Le Bulldozer prend en effet à peu près tout, entre les tables avec fils de fer, une agrafeuse, une planche de clous, une visseuse sans compter les coups de chaise, sa résistance est mise à l’épreuve face à une domination de Gacy conduisant bien le jeu et étant de tous les moves spectaculaires. Tremont produit peu comme à son habitude, aime subir et finit par gagner de manière très discutable, en tirant le visage de Gacy avec deux fils de fer barbelés. Pas vraiment une bonne fin qui ne récompense pas le travail de Gacy et au final fait ressortir vainqueur un Tremont bien terne qui ne manque pas de sportivité en rendant hommage à son rival.

Cerebral n’aura finalement pas pris la tête. Les favoris ont tous gagné sans surprise dans un show manquant de saveur et de folie. La première partie aux matchs pourtant plus courts est plus intéressante qu’une deuxième partie dans l’ensemble fade d’où seul Joe Gacy tire son épingle du jeu et prend rendez-vous pour Cage Of Death, le grand rendez-vous hardcore de cette fin d’année.

Cliquez pour commenter

Les plus lus

En haut