Review

WWE Survivor Series 2013 : Seul l’ennui survit

Il faut du courage pour oser regarder un show aussi pauvrement construit. On pensait qu’après Battleground et Hell In A Cell, la WWE ferait quelques efforts pour remonter le niveau, rien que pour le standing de ce pay-per-view du Big Four. Erreur : rien n’a changé. On est toujours dans l’ennui et le manque d’action et de créativité.

randy-orton-john-cena-surivor-series-2013

Jamais de mémoire de spectateurs assidus de la WWE, nous n’avions vu si pauvre build-up avant un pay-per-view aussi important que les Survivor Series. Les rivalités de cet été sont définitivement enterrées, certaines l’ont d’ailleurs été bien trop rapidement, peut-être. La WWE avait quatre semaines pour préparer le show, et une rivalité importante pour amener le traditionnel match à élimination en cinq contre cinq. Rien n’avait été préparé avant le précédent pay-per-view, pas une once de rivalité entre deux clans.

C’est ainsi que l’on s’est retrouvé avec le traditionnel match à élimination en opener, fallait s’y attendre. Le match a l’air d’être là juste pour ne pas dire que rien n’a été fait. Déception. D’autant que la storyline qui oppose les autorités de la WWE au reste du roster aurait pu permettre de créer quelque chose d’un peu plus intéressant, quitte à envoyer un final controversé, histoire de continuer la storyline et d’y mettre du piment. Là rien. Cette storyline se contente d’un Big Show contre le champion de la WWE Randy Orton.

Mais revenons-en à cet opener, déjà décevant au démarrage. Cody Rhodes, Goldust, Jimmy & Jey Uso et un Rey Mysterio limité dans ses actions affrontaient The Shield au complet et les Real Americans. Une affiche bonne aux premiers abords, même si l’on sait que l’on ne devra pas compter sur Rey Mysterio pour le spectacle cette fois. Mais pas grave, Cesaro est là pour mettre l’ambiance et faire la toupie avec les frères Usos… avant de se faire bêtement éliminer par Cody Rhodes. Hé oui, ça tourne.

antonio-cesaro-swing-survivor-series-2013

Entre autres on retiendra de ce match les éliminations précoces de Dean Ambrose par Cody Rhodes au tout début du match et de Jack Swagger par Jey Uso. Mais on retiendra surtout Roman Reigns, sans conteste l’homme du match. L’homme fort même, qui compte le plus grand nombre d’éliminations, quatre.

Un booking fort du Samoan du groupe pas très surprenant, le Shield ne durera pas éternellement, et une séparation prochaine n’est pas à exclure. De là à dire qu’il a un grand avenir au sein de la fédération, il y a encore un grand fossé, quand on voit ce que la fédération fait de ses big men et ses stars pushées. Mais il a déjà de quoi se faire une bonne place dans la midcard.

Changement d’ambiance : le fraîchement couronné Champion Intercontinental Big E. Langston défend son titre contre celui qui l’a perdu, le lâché de partout — mais surtout de Paul Heyman, disparu du jour au lendemain — Curtis Axel. L’ancien champion s’est quand même bien battu, il a essayé du moins. Mais en face t’as ce monstre au 95D Big E. Langston et ce n’est pas avec ton Perfect Plex que tu vas le calmer.

big-e-langston-win-survivor-series-2013

C’est malheureusement pas non plus avec ce genre de match que tu fais hurler de folie le public de Boston, même pas avec une victoire de Langston. Pire encore, on n’est pas encore sûr que le public accroche, la peur d’un Ryback bis peut-être. Mais un peu de cheap-pop dans une interview post-match sur le ring on t’acclame à nouveau, trop facile.

Sinon la WWE a tenté un truc avec les Divas. Un sept contre sept entre les participantes de l’émission Total Divas et les autres catcheuses. Ça partait d’une bonne intention, sauf que ça manquait salement d’organisation, et de logique. Le pire étant l’équipe d’AJ ou se mélangent Kaitlyn et Summer Rae, entre autres.

La bonne chose c’est qu’ils ont fait de Natalya la femme forte du match en la laissant éliminer les deux dernières filles de l’équipe d’en face, AJ Lee et Tamina. Par contre on attend toujours des explications quant à la présence de JoJo et Eva Marie dans ce match. Et le roster aussi.

kaitlyn-eva-marie-survivor-series-2013

Merci Kaitlyn.

Ryback était de la partie aussi ce soir-là. Quand il s’agit de soirée gâchée vous pouvez toujours compter sur lui. Il a lancé à RAW quelques jours avant le pay-per-view un open challenge à n’importe quelle superstar de la WWE. Pas de chance pour lui, c’est Mark Henry qui répond présent. Etant donné qu’on les avait déjà vu s’affronter auparavant on savait déjà à quoi s’attendre.

Un match de big men, c’est rarement fou à regarder. Ces deux types n’ont aucune alchimie sur le ring, c’est ennuyeux à regarder et en plus on sait déjà qui va gagner. Mark Henry gagne le match, rien ne change depuis leur dernier affrontement de WrestleMania. Il n’y a qu’à espérer qu’on ne décide pas de relancer la rivalité, pitié.

Le match revanche entre Alberto Del Rio et John Cena était plus intéressant. Les deux nous avaient déjà donné un match plutôt propre lors de Hell In A Cell, seul ombre au tableau, ce sont les temps morts entre les actions, véritable tradition chez John Cena. Une ombre beaucoup trop présente pour être ignorée et qui nuit énormément au déroulement et à l’intensité du match. Comme d’habitude tout s’accélère à la fin, avec la victoire de John Cena.

john-cena-alberto-del-rio-survivor-series-2013

Cette victoire était évidente, John Cena va avoir beaucoup à faire avec ce titre prochainement, il pense le porter jusqu’à au moins WrestleMania. Mais la question qui plane c’est : Que va-t-on faire d’Alberto Del Rio ? Pour la première fois depuis assez longtemps, il ne sera plus dans la title-picture et ne semble plus rien avoir à faire. Mis à part un retour dans la midcard, il n’y a malheureusement plus tellement de place pour lui…

Vous cherchez le match de la soirée ? Le voilà. Et pourtant ce n’était pas évident à imaginer. On avait certes d’un côté Daniel Bryan et CM Punk en équipe, mais de l’autre Erick Rowan et Luke Harper de la Wyatt Family. Punk et Bryan sont tombés dans cette rivalité on ne sait trop comment. On ne sait ni non plus si cette feud est un push pour la Wyatt Family ou une rétrogradation pour Punk et Bryan.

En attendant le match était bon et rapide. À ce niveau de la soirée croyez-le, ça fait du bien. Il ne faisait aucun doute quant à la compétence qu’ont Daniel Bryan et CM Punk pour travailler en équipe et la rapidité dans l’action ça les connait. De l’autre côté, Luke Harper et Erick Rowan ont fait un travail fabuleux, n’ayant rien à envier à leurs adversaires. Harper, malgré un physique qui ne s’y prête pas, a un moveset assez intéressant pour s’en sortir face à des adversaires très talentueux.

luke-harper-cm-punk-survivor-series-2013

Mais Daniel Bryan et CM Punk sont quand même assez au-dessus pour remporter le match grâce à un GTS de ce dernier sur Harper. Notons aussi Bray Wyatt, qui même s’il n’était pas sur le ring a fait un bon boulot de manager pour ses deux camarades. Il a d’ailleurs tenté d’en venir aux mains juste après le match, mais à deux contre un, valait mieux faire marche arrière. La rivalité n’est probablement pas terminée.

On aurait carrément voulu que cela se finisse là en fait. Mais non, il y a encore le main-event de la soirée. Randy Orton devait défendre son titre contre The Big Show. Le pire dans un match comme celui-ci, c’est d’en connaitre par avance non seulement l’issue, mais le contenu. Il était évident que le résultat de cet affrontement serait pénible, ennuyeux à regarder.

Randy Orton a passé le plus clair de son temps à essayer de mettre le Big Show à terre, mais en vain. Même après avoir par mégarde frappé l’arbitre — super, encore un ref bump! — Orton n’a pas pu placer un coup bas en douce pour faire plier la bête. Show résistait aux assauts de la vipère, et juste quand il s’apprêtait à terminer Randy Orton, qui apparait ? Triple H, Stephanie McMahon et Kane. Juste le temps de déconcentrer le géant et permettre à Randy Orton de placer un semblant de RKO + Punk Kick pour la victoire.

big-show-survivor-series-2013

Un semblant parce que ce match était un festival de botchs. Un tribute au show Botchamania tellement il y en avait, deux mains ne suffiraient pas pour les compter. Les DDT depuis la deuxième corde sur Big Show, le Punt Kick qui passe à dix centimètres de l’adversaire, etc… Aux botchs s’ajoutent les temps morts encore plus présents que pendant le John Cena / Alberto Del Rio. Le plus surprenant dans tout ça, c’est que chrono en mains, le match n’a duré que onze minutes et dix secondes. On aurait juré beaucoup plus.

Et à la surprise de tous, c’est un John Cena out-of-nowhere qui est apparu avec sa ceinture de Champion du Monde Poids Lourds. Probablement pour teaser une future unification des deux titres majeurs à WrestleMania XXX.

Il y a clairement un problème avec ce pay-per-view. Même plusieurs, si l’on constate tous les défauts de cette soirée. Un défaut de gestion du temps, qui après avoir vu un main-event bien court, a forcé le pay-per-view à se terminer un bon quart d’heure avant l’horaire habituel. Un problème aussi avec le cinq contre cinq traditionnel, mais cela semble être devenu une habitude ces dernières années, et c’est quand même dommage. L’une des institutions de la WWF réduite à un fourre-tout de tag-teams — qui n’ont pas vu leurs titres défendus du coup.

mysterio-rhodes-usos-survivor-series-2013

Mais le plus gros souci reste encore et toujours le build up. Tout nous semble bâclé et la raison est évidente : il y a trop de pay-per-views en cette deuxième partie de 2013. Depuis SummerSlam — dernier bon pay-per-view de cette année – on a vu s’enchaîner à une vitesse folle Night of Champions, BattleGround, Hell In A Cell et les Survivor Series. Le tout en moins de trois mois. Résultat : seulement trois voire quatre semaines entre chacun de ces shows, et c’est bien trop peu pour construire des storylines solides donnant envie de voir le pay-per-view.

Parce que le but de tout, il est là, donner envie — envie d’acheter le show surtout, et ces Survivor Series ne faisaient absolument pas envie. Si certains peuvent se contenter de deux ou trois matchs intéressants par soirée sur les huit proposés, grand bien leur fassent, seulement, quand on regarde du catch on a envie de bondir de folie sur son canapé. Là, on s’y endormait.

triple-h-stephanie-mcmahon-survivor-series--2013

Bon pour le business ? Cet homme vous ment.

On aimerait garder en souvenir que même si mal placé sur la carte et carrément mal amené, le match à élimination n’était pas mauvais, on aimerait se contenter de dire que le CM Punk & Daniel Bryan contre la Wyatt Family était très bon. Mais trop de points noirs gâchent ce show. Et vous savez quoi ? Tables, Ladders and Chairs c’est dans seulement trois semaines. Il n’y a rien à attendre, que voulez-vous construire de concret en trois semaines ?

Cliquez pour commenter

Articles populaires

En haut