Review

CZW Cage of Death XV : Un bilan 2013 saignant

Retour sur la fin d’année 2013 avec le dernier grand show de l’année de la Combat Zone Wrestling, la quinzième édition de Cage of Death dans son fief traditionnel et qu’on ne présente plus de la Flyers Skate Zone dans le New Jersey.

czw-cage-of-death-15-review

Le show démarre avec une bonne surprise, l’arrivée de Tommy Dreamer aux côtés du commissioner Maven Bentley qui rend un hommage à un photographe fidèle du ringside qui prend sa retraite. Comme quoi, le monde du catch est une grande famille que l’on soit devant comme derrière l’action. Maven ne manque pas de se moquer de Bad News Barrett au passage, pour le petit aparté il est largement approuvé. Dreamer quant à lui tient à rendre un hommage vibrant aux fans.

On commence d’entrée par un plat de résistance avec l’opener qui voit Chris Hero débarquer pour tenter de s’emparer du titre poids-lourd de la CZW. Surprenant ? Oui et non car Hero doit ensuite faire un autre show ce soir-là et sans tarder après le match se rendra à New York pour ROH Final Battle. Forcément, Drew Gulak n’est pas d’accord d’être relégué en opener mais doit faire avec. Sans sa Gulak Campaign bannie des bords du ring,  le champion en titre met un peu de temps à s’ajuster à Hero avant de commencer à imprimer son style très arachnéen qui convient peu à Hero en appel d’air permanent. Le match est technique, plutôt bon malgré un rythme parfois inégal et étonnamment dominé par Gulak qui s’amuse à tenter toutes les soumissions possibles à partir du moment où il a réussi à toucher la jambe gauche d’Hero. Au bout du compte et malgré 3 Elbows distribuées par Hero, Drew Gulak lance un message fort en s’imposant de manière très clean par soumission. Il gagne le respect d’Hero au bout de cet opener solide. Cependant, il voit au final le retour de Masada qui vient déjà composter son ticket pour 2014.

Gulak et Masada

Masada est déjà chaud pour 2014

Un match sinistré à plusieurs se déroule entre six lutteurs. Plusieurs forfaits ont en effet redessiné la moitié de la carte de ce match où les derniers arrivants sont les mieux servis. C’est ainsi que Joe Gacy non prévu au départ remporte le morceau ! Le plus costaud a ciblé AR Fox dont l’état de grâce n’a cessé de baisser en cette fin d’année 2013. De l’action dans tous les sens avec aussi Chuck Taylor, Andrew Everett, Azrieal et Anthony Nese. Du beau monde qui donne ce genre de match à plusieurs franchement trépidant que le catch indépendant peut sortir de sa poche. Le match fonctionne sur le roulement où à tour de rôle chacun a son morceau mais on en revient quand même toujours de manière cyclique à l’affrontement Fox vs Gacy. Nese et AR Fox sont les hommes de ce match, vaincus par la force de Gacy qui de façon très opportuniste frappe fort et juste.

On prend l’ascenseur et on descend plus bas que le rez-de-chaussée avec le choc des mastodontes Greg Excellent contre Freigh Train. Tout est fait en slow motion, volontairement mais le gros problème de Freigh Train est qu’il donne l’impression de disputer son tout premier combat de catch, même dans un contexte comique ça ne passe pas. On enchaine les moments gênants où la Momma Excellent ne peut s’empêcher de montrer sa poitrine. ça ne ressemblait à rien, on se dépêchera de tout oublier dans la seconde. Greg Excellent a gagné et c’est le plus grand des malheurs pour Cherry Bomb qui se fait embarquer.

On remonte quand même d’un étage avec les titres par équipe. Un match sympa mais bien trop court entre les Juicy Product et les indémodables champions Blk Jeez. David Starr et JT Dunn font une bonne production pour la première grande opportunité de leurs jeunes carrières mais en face c’est l’expérience qui prime. Ruckus fait forte impression avant que Blk Jeez vienne cueillir les fruits avec sa roublardise et son opportunisme habituel. Et les champions les plus contestés par les fans sont fidèles à leur réputation en faisant croire à une sportivité dont ils ne feront évidemment pas preuve.

blk-jeez-vs-juicy-product

Place à la portion féminine avec la punk Christina Von Eerie qui se frotte à l’égérie de la Gulak Campaign Kimber Lee, qui n’est plus blonde pour le point capillaire. Match ultra fouillis où les règles du sans disqualification permettent aux deux hommes, le costaud et le malin, de prêter main forte de façon salvatrice à Kimber Lee. Et avec une action réduite à l’extérieur, c’est sans surprise Kimber Lee au bout d’une énième distraction qui s’impose. Mais un moment d’une rare violence chez les femmes arrive ensuite. Von Eerie folle de rage sort ainsi des baguettes chinoises de son manteau qu’elle va planter dans le crâne de Kimber Lee. Made in CZW mais pas moins choquant.

Pour désigner les adversaires futurs de Blk Jeez pour les titres par équipe, les Beaver Boys affrontent The Colony, pas prévus initialement mais qui profitent de la blessure de Bandido Jr pour s’exprimer pendant que la CHIKARA est en blackout total depuis des mois. Fire Ant et Green Ant, les deux luchadores aux antennes se retrouvent dans une situation de domination contre Alex Reynolds et d’infériorité contre un John Silver survitaminé. Plusieurs échanges sont impressionnants notamment le point tournant du match quand les deux fourmis enchainent les prises sur Silver qui est sauvé par un Alex Reynolds peu à son avantage. Et c’est collectivement avec une prise jointe que les Beaver Boys remportent par double tombé un match de bonne facture.

les beaver Boys sur le tombé final

Surprise avec le pied de nez de Davey Richards qui lors du dernier soir de son contrat avec la ROH vient finalement lutter ici. Pour son adversaire Chris Dickinson, le test est donc d’importance. Malgré quelques imprécisions dues essentiellement au rythme élevé, l’ensemble est solide et agréable. Richards n’hésite pas à faire étalage de toute sa palette qui aurait en temps normal largement suffi à lui offrir la victoire. Mais sa belle domination sera veine face à un gabarit un peu plus costaud qui avait besoin d’une victoire marquante et qui la tient en force pendant que les lumières de la salle font des leurs. Le match de la soirée assurément qui vaut des louanges d’un Dickinson aux anges qui laisse le dernier mot à Richards qui fait ses adieux au catch indépendant en ne manquant pas de souligner que la ROH l’a déçu.

Le contentieux entre DJ Hyde et la famille Crist se règle sur le ring dans un match par équipe où Hyde et sa garde rapprochée composée de Biff Busick et Sozio affrontent Jake et Dave Crist et Nevaeh dans un vrai Grudge match, autrement dit une rivalité aigüe. Le match part très fort avant de ralentir sérieusement et d’aller vers une démolition de Jake Crist par DJ Hyde fortement assisté par un clan bien présent au bord du ring et surement trop. Et finalement l’arbitre en a plus qu’assez et renvoie les assistants d’Hyde. Le match revient alors à 3 contre 3 et finit sur une victoire féminine. Nevaeh inflige à elle seule la défaite à DJ Hyde à l’aide d’une chaise, prenant ainsi une revanche éclatante avec son mari et son beau-frère dans un match au rythme découpé qui a souffert d’un contenu après un bon début et les efforts des Crist.

Les matchs pour le titre CZW Wired Tv qui est l’apanage des voltigeurs ne dérogent jamais à la règle, ils sont toujours un moment fort des shows de la CZW. La preuve en est encore démontrée avec le combat entre le longiligne Shane Strickland et le champion trapu Alex Colon. L’essentiel de cette action explosive parfois imprécise mais tellement périlleuse est assuré par Strickland, un talent qui mériterait de gouter un jour ce titre. Mais Colon a le vice et l’assistance de la puce Chrissy Rivera pour le sauver de quelques situations très défavorables. Le cou de Strickland est visé et en feignant la blessure, Colon se fait assister par Azrieal dans une séquence qui dégoute le public mais heureusement le match ne se finit pas comme cela. Shane Strickland résiste mais c’est le début de la fin et malgré un baroud d’honneur, il plie sur un stomp particulièrement violent de Colon tout droit sur son cou qui plie ce match vif. Les crachats de Colon sur Strickland ne sont pas vraiment glorieux mais illustrent bien qu’un champion heel à la CZW l’est jusqu’au bout des ongles et de la salive.

Pour le traditionnel Cage of Death match, on poursuit la rivalité qui explose depuis quelques mois entre la Nation of Intoxication et Drew Blood, Rory Mondo et Ron Mathis qui reçoivent le renfort de Matt Tremont. Le match se donne un handicap par son format de rentrées toutes les 2 minutes. Il faut ainsi attendre que les 7 hommes soient rassemblés dans la cage pour que ça devienne sanglant. Et ce petit rythme qui est imprimé dans ce match à élimination trouve son premier moment avec l’élimination spectaculaire de Blood par Devon Moore qui l’envoie depuis le haut de la cage à travers un amas de chaises et une plaque de verre. C’est un vrai coup de feu donné à Tremont qui fait le déménageur avant que Mondo s’offre le highlight du show en envoyant Danny Havoc passer à travers des étagères. Le haut de la cage est déterminant pour déclencher tous les spots d’un match en manquant cruellement pendant un long moment et qui vaut par la façon dont les éliminations se font.

Cage of death match

Lucky tHURTeen reste seul à la fin contre Matt Tremont et les deux hommes sont naturellement attirés par le haut de la cage. Le retour surprise du vétéran Nick Mondo permet à Lucky d’envoyer Tremont valdinguer à travers une plaque de verre pour sceller la victoire de la Nation of Intoxication. Rory Mondo est défait pas ce retour de son mentor mais un vibrant hommage est rendu et sa retraite annoncée.

La CZW conclut son année de façon percutante, entre apparitions surprenantes et matchs solides, cette année 2013 aura été positive pour la fédération extrême. Une retraite mais un avenir toujours brillant avec un réservoir qui s’est affirmé.

Cliquez pour commenter

Les plus lus

En haut
//ad6media