Beat down

Beat Down : Fous-nous la paix, Ryback

Cette fois, c’en est trop. À la rédac’ on n’aime pas vraiment Ryback, et avec ses derniers agissements sur la toile, il ne pourra pas échapper à un Beat Down en règle.

ryback-beat-down

On dit toujours que ce n’est pas bien de tirer sur l’ambulance, et c’est vrai. Et crois-moi, j’ai longtemps hésité avant d’écrire ces lignes, cela me semblait trop facile parce qu’au fond, tu n’as rien pour toi. Mais ça ne peut plus durer, tu gâches la fête.

En réalité, c’est surtout que ces derniers jours, tu tends le bâton pour te faire battre, tu joues avec le feu. La goutte d’eau qui a fait débordé le vase, c’est cette série de tweets tous plus débiles les uns que les autres que tu as postés dans la nuit de samedi à dimanche pour jouer avec internet et les dirtsheets — qui sont évidemment tombés dedans, mais ne t’en vantes pas, ce n’est pas un exploit. Et évidemment comme tu as trouvé ça drôle, tu as remis ça dimanche en essayant de nous faire croire que tu quittais la WWE.

T’aime bien ça, jouer avec Internet. Comme beaucoup de gens dans le milieu du catch tu sais que les dirtsheets tombent dans n’importe quel panneau, du coup tu leur donnes de quoi spéculer, s’imaginer des choses. Tu les nourris, un comble venant de toi. En décembre dernier tu leur as fait un sacré coup, en supprimant tous tes tweets et en changeant ton nom pour y indiquer le vrai. « Ryback sur le départ ? » titraient-ils tous, persuadés de tenir un scoop.

Ça chauffe chez les dirtsheets

Personne ne croit en toi et tu commences à t’en rendre compte, il était temps. Ça te ronge, du coup tu joues les victimes d’internet à chaque interview et sur Twitter. Tu joues l’autodérision mais ça ne te va pas, tu te ridiculises à chaque tweet.

Alors oui Ryan, puisque c’est ton vrai nom, je n’ai jamais cru en toi et les gens qui nous lisent régulièrement le savent. Et jusque-là ton booking ne m’a jamais contredit, tu ne sers pas à grand chose mis à part (essayer de) faire peur et le peu de fois où tu te retrouves sur le devant de la scène, le public n’en a rien à battre, tu entres dans l’arène dans un silence de mort. Quand tu prends le micro le public se marre.

Le soufflé est déjà retombé, et depuis un moment, même si depuis l’échec de ton association avec Paul Heyman c’est beaucoup plus clair. Le pauvre Paul, le forcer à te considérer comme un Heyman Guy et t’associer à des noms comme Lesnar, CM Punk, RVD ou Stone Cold, pas sympa la WWE. Oui bon, Heyman n’a pas propulsé que des génies, mais il ne s’en vante pas, et je ne peux pas croire qu’un type aussi passionné par le catch que lui ait pu voir un dixième de génie en toi.

who-the-fuck-is-ryback

Je ne peux pas non plus croire que la WWE mise beaucoup sur toi, contrairement à ce qui était dit. Ou alors tu les as franchement déçus, ce qui ne m’étonnerait pas vraiment non plus. Parce que si vraiment la WWE avait cru en toi, tu aurais des titres, même secondaires. Or ton palmarès est vide, mis à part un titre de champion de l’OWV à l’époque de ton développement — et encore, ce titre tu ne l’as gardé que deux semaines. Pour comparer justement, un type comme Big E. Langston est aujourd’hui champion Intercontinental, moins d’un an après être arrivé dans le roster principal.

Tu n’as pas ta place à la WWE, clairement. Le créneau des big men est déjà bien chargé de mecs qui font le boulot mieux que toi. The Big Show est toujours là, Mark Henry aussi. Big E. Langston comme déjà mentionné fait ce que tu aurais dû faire il y a un an. Ah et puis Batista revient, t’as vraiment pas de chance sur ce coup.

Maintenant moi je n’espère plus qu’une chose : que 2014 soit l’année de ton départ, fous nous la paix maintenant.

Cliquez pour commenter

Articles populaires

En haut