Review

WWE Royal Rumble 2014 : Point de départ du #YESMovement

Dimanche soir le Royal Rumble a laissé une drôle d’ambiance chez les fans. Le vrai #JourDeColère c’était lundi, quand tout le monde a avec effroi découvert les résultats. Mais nous on est resté optimiste, parce que la suite promet.

review-royal-rumble-2014

Il est vrai que sur le moment, il y a de quoi péter un câble à la vue des résultats. Batista en vainqueur du Rumble, Randy Orton toujours champion après un match d’une lourdeur énorme, les New Age Outlaws champions par équipe, ça fait froid dans le dos. Pourtant dans ces résultats il y a des indices, et puis il y a les à côté, les réactions. Autant de choses qui laissent entrevoir une lueur d’espoir. Elle n’est pas perdue cette Road To WrestleMania.

Allons au principal, au show. C’est le Royal Rumble bordel, l’un des quatre plus important de l’année. La WWE a foiré ses Survivor Series en novembre dernier déjà, elle ne pouvait pas se rater sur le Rumble, même avec une carte assez triste. Et puis bon, c’est le Rumble, le début de la Road To WrestleMania. Faut vraiment être blasé pour ne pas être excité par ce show.

Bon d’accord, on peut vite déchanter en regardant le kick-off. Pour débuter la soirée Cody Rhodes et Goldust — notre équipe de l’année — défendaient leurs titres tag team contre les vieux New Age Outlaws. À première vue il n’y avait rien à attendre de ce match, nous sommes dans le kick-off, les matchs dépassent rarement les dix minutes et l’action n’y est que très peu présente.

new-age-outlaws-royal-rumble-2014

Six minutes de catch dominées en grande partie par Billy Gunn et Road Dogg avec en bouquet final et à la grande surprise de tous les New Age Outlaws champion par équipes. Bon ils ont beau avoir 50 et 44 ans, leur équipe fonctionne toujours bien. Les voir remporter les titres n’est pas déplaisant, mais la manière dont ça a été fait est assez surprenante. Le match aurait dû figurer pendant le pay-per-view pour donner un peu plus de valeur à cette victoire.

Le show, le vrai, s’ouvre sur un opener très solide. Daniel Bryan qui a quitté récemment et assez rapidement la Wyatt Family affronte le leader de ce clan Bray Wyatt pour ce qui semble être un règlement de compte booké assez vite, la WWE ayant avorté assez rapidement la storyline d’origine qui voyait Bryan dans la Wyatt Family. Et pour un opener, on a eu du solide.

On tient clairement un candidat au match de l’année. Vingt-et-une minutes durant lesquelles Bryan et Wyatt ne se sont pas laissés une seconde de répit, jusqu’à ce Sister Abigail du leader de la Wyatt Family contre la barricade avant de ramener Bryan sur le ring pour le tombé gagnant. Après un match comme ça Bryan n’en sort pas diminué, et Wyatt reste invaincu. Un excellent match, difficile de passer après ça.

bray-wyatt-royal-rumble-2014

Difficile, surtout quand le match suivant n’a quasiment pas lieu. Brock Lesnar devait affronter le Big Show et l’on s’attendait à quelque chose de décent. Mais bien avant que le match commence, Lesnar n’a pas attendu que la cloche sonne pour s’en prendre au Big Show et le rouer de coups de chaise. Quand le match commence, le Big Show reprend le dessus l’espace de quelques instant avec un KO Punch qui envoie Lesnar en dehors du ring. Après un petit affrontement en dehors du ring, Lesnar reprend le dessus et finit par le F5 pour la victoire. Pas suffisant pour Lesnar qui termine le Big Show avec à nouveau des coups de chaise.

Alors quand l’on s’attend à un match en bon et due forme et juste après un excellent opener, on redescend vite sur terre. Un match qui semblait plus être une sorte de mise à l’écart pour le Big Show, blessé à la main comme il a été dit ces derniers jours. Dommage, vu le peu de fois où l’on a l’occasion de voir Brock Lesnar combattre.

Et puis l’un des deux matchs les plus attendus voyait Randy Orton défendre ses titres de WWE Champion et World Heavyweight Champion contre John Cena. Attendu parce que mine de rien, en plus d’être un gros match de championnat, les deux rivaux nous ont déjà habitué à de bons matchs, du moins meilleurs que celui-ci.

randy-orton-royal-rumble-2014

Parce que disons-le franchement : c’était mauvais. A la limite de la caricature des deux catcheurs et à tel point que le public n’était absolument pas dedans, et on le comprend. En plus on nous a encore fait le coup du ref bump pour que le champion puisse utiliser une ceinture pour frapper son adversaire, une situation qui se répète trop souvent ces derniers temps.

A la fin on a presque envie de remercier la Wyatt Family, venue distraire John Cena pour permettre à Randy Orton de porter son RKO pour le tombé final. La rivalité entre John Cena et la Wyatt Family aura donc bien lieu et pour ce clan c’est quand même une sacrée occasion de push. Et surtout, ça laisse Bryan libre de faire des choses plus intéressantes.

Randy Orton est lui dans une situation plutôt floue, étant donné qu’il n’a plus l’autorité de son côté. Cette victoire absolument pas clean ne devrait pas arranger les choses et on ne donne pas cher de son règne s’il va le défendre à Elimination Chamber — peut-être dans la cage ? Surtout que Brock Lesnar rode dans les parages et il est clair : il veut sa chance.

brock-lesnar-royal-rumble-2014

Le match le plus attendu de la soirée c’est évidemment le Royal Rumble. Celui de cette année nous semblait pas mal prévisible, même si l’on n’est jamais à l’abri d’une surprise. Mais le retour de Batista nous a un peu mis sur la voie. L’animal veut tâter les ceintures unifiées et à part lui Bryan ou CM Punk, nous, on ne voyait pas grand monde gagner cette année.

CM Punk d’ailleurs, a dû commencer premier, comme il lui a été ordonné par Kane. Kane qui a d’ailleurs participé au match, mais probablement dans l’unique but d’éliminer CM Punk. Et même si Punk aura éliminé Kane avant et assez vite, la grosse machine rouge désormais en costard aura sa vengeance quelques dizaines de minutes plus tard en revenant éliminer CM Punk qui sera tout de même resté 49 minutes sur le ring et c’est une bonne performance.

Sinon on notera l’énorme performance de Roman Reigns dans ce Rumble, battant le record de catcheurs éliminés par une seule personne détenu par Kane depuis 2001, faisant passer par-dessus la troisième corde 13 catcheurs, dons ses deux potes du Shield. Chacun pour sa peau. Une nouvelle preuve de l’ambition que met la WWE sur Reigns, on va probablement souvent en entendre parler cette année.

roman-reigns-royal-rumble-2014

Sinon dans le genre moins intéressant, on notera le retour de Sheamus, l’annuelle pirouette de Kofi Kingston, l’élimination rapide et honteuse de JBL en 21 secondes — qui n’avait jusqu’à ce jour jamais participé à un Rumble sous ce personnage. Par contre voir Fandango se faire éliminer par El Torito était assez jouissif. On aime bien El Torito à la rédac. On essaiera d’oublier les passages des inutiles Kevin Nash et d’Alexander Rusev, par contre.

L’absence de Daniel Bryan aura pas mal marqué les esprits ce soir-là. Et si nous n’avions pas compris ce qui se trame derrière ça, nous aussi comme le public ou comme Mick Foley, on serait très énervé. Tout comme pour la victoire de Batista.

Mais voilà, son absence n’est pas une mise à l’écart et ça parait plutôt évident. La WWE sait depuis plusieurs mois que le public est à fond derrière Bryan. Elle a bien travaillé le terrain l’été dernier et maintenant, elle en a fait une bonne victime du système — non ne vous inquiétez pas, on n’est pas en train de pousser Bryan à faire des quenelles à Triple H. Mais les faits sont là et la WWE joue pas mal sur sa capacité à s’offenser assez rapidement.

On a pu en avoir un excellent exemple avec le public de Pittsburgh. Ainsi qu’avec Mick Foley qui n’a pas tardé à réagir ce soir-là sur Twitter et Facebook, mais on doute un peu parce qu’on a du mal à l’imaginer aussi naïf. Alors même s’il clame haut et fort qu’il n’est pas de mèche, il y a de quoi le soupçonner de vouloir lever les foules pour les mettre derrière Bryan.

La WWE a aussi l’air de jouer sur un autre truc, mais en visant un public plus averti : la réputation qu’a Triple H a avantager ses potes. Drôle de coïncidence que de voir le même soir les New Age Outlaws remporter les titres de champion par équipe, Batista gagner le Rumble et Randy Orton conserver ses titres WWE et World Heavyweight Champion.

En attendant, pour en revenir à Bryan quelque chose se prépare pour cette Road To WrestleMania et nous, on est déjà bien impatient de voir tout ça. Rejoignez le #YESMovement, n’ayez pas peur.

Et comme dirait Raffarin :

Cliquez pour commenter

Les plus lus

En haut
//ad6media