Décryptage

Départ de CM Punk : Work ou pas work ?

Mardi 28 janvier 2014, deux jours après le Royal Rumble, une rumeur balancée sur le net par le Wrestling Observer et PWInsider se répend sur le net : CM Punk aurait quitté la WWE juste avant le Monday Night RAW de la veille. « I’m going home », a-t-il dit à Vince McMahon, toujours selon les mêmes sources. Panique chez les fans, a-t-il quitté la WWE définitivement ? Est-il rentré chez lui parce qu’il en a marre ? Où est-ce simplement du repos ?

De son côté, la WWE reste totalement silencieuse sur le sujet. Pas une seule annonce sur le site de la WWE, Punk n’est plus mentionné nul part, même pas à RAW le lundi suivant. Il est même retiré de tous les shows à venir. Ce mercredi WWE.com publie un article sur l’influence de la Ring of Honor, CM Punk n’y est pas mentionné une seule fois. Silence total, personne ne sait quoi penser et les seuls informations qui circulent sur le net ne sont que des rumeurs se contredisant toutes les unes des autres. Punk aussi est silencieux, nous laissant avec un tweet aux interprétations tellement multiples.

À ce niveau et en ces temps de gros doutes, on est en droit de se poser une question : Est-ce un vrai départ, ou un work ? La WWE nous prépare-t-elle un truc en secret en faisant tourner en bourrique internet ? Ou CM Punk, dégoûté par le booking que lui réserve la WWE, est rentré chez lui ? On ne sait rien, il nous reste notre imaginaire pour peser le pour du contre.

Work

Nous sommes en 2014. La WWE ne peut plus nous faire croire n’importe quoi en le publiant sur son site. Une annonce du départ de CM Punk sur le site officiel aurait eu le mérite d’éclaircir un peu les choses, certes. Mais y aurez-vous cru ? Quand Daniel Bryan a été viré en 2010, le lendemain des débuts de la Nexus, on criait déjà au work — même s’il s’est avéré par la suite que cela n’en était pas un. C’est à cette période que la WWE a découvert que les réseaux sociaux avaient une énorme influence. Devant la mobilisation des fans, s’étant faite entendre jusque dans les shows indépendants où Daniel Bryan s’est rendu, la WWE l’a rappelé.

En ces temps modernes où toute information, même la plus petite et improbable des rumeurs, est reprise massivement par les réseaux sociaux, la WWE doit s’adapter et force est de constater qu’elle s’y affaire plutôt bien. 2007 et la négligence des réseaux sociaux de Vince McMahon sont bien loin. On imagine très bien la WWE s’amuser à balancer une rumeur et se débrouiller pour qu’elle tombe dans l’oreille des mecs du Wrestling Observer. À partir de là, il n’y a plus qu’à laisser faire le bouche à oreille et les rumeurs les plus tarées se répandent sur le net.

Beaucoup de médias traditionnels se sont emparés de l’affaire voyant tout internet se passionner pour le départ de l’un des catcheurs les plus populaires de sa génération.  The Independant par exemple, ou encore le site people TMZ. Bien entendu ceux-là le font sans vraiment s’intéresser au sujet. Quand un média de masse s’intéresse à la WWE, c’est parce qu’elle a vu que c’était un sujet qui faisait beaucoup parler et que ça pouvait rapporter du clic.

Autre point important à prendre en compte : une nouvelle génération s’installe progressivement à la WWE, et on est en pleine Road To WrestleMania, vers le trentième anniversaire du plus grand show de catch au monde. Un timing parfait pour lancer une « nouvelle ère ». Pour cela rien de plus simple : mettre à dos l’ancienne génération contre la jeune. Les choses ont déjà commencé l’été dernier avec The Authority qui s’acharnait sur Daniel Bryan. Triple H en tête, dont tout le monde dit qu’il a un égo surdimensionné, et qu’il préfère mettre en avant ses potes.

Les récents retours de Batista — qui remporte le Royal Rumble —, des New Age Outlaws, Orton champion de la WWE et Poids Lourds, devant défendre ses titres contre John Cena. Et de l’autre côté Daniel Bryan, soutenu en masse par le public, quasi-oublié du Rumble puis CM Punk, soi-disant blasé du booking de la WWE, se tire. Tout ça permettrait à la WWE et The Authority de se mettre le public, les fans et l’IWC à dos.

À WrestleMania on se retrouverait avec les deux générations opposées dans un ou plusieurs matchs, avec d’un côté The Authority, et de l’autre la nouvelle génération qui veut qu’on l’écoute, qu’on la traite comme les actuels main-eventers, et non pas comme des marginaux dont on ferait ce que l’on veut, menée en tête par CM Punk et Daniel Bryan. Une position qui leur attribuerait sans problème les encouragements du public, et qui les mènerait à la victoire.

Pas work

C’est évidemment une possibilité. Et il y a autant d’arguments pour, si ce n’est pas plus que la probabilité du work. Là aussi beaucoup d’hypothèses sont d’ailleurs possible. La santé de Punk, sa susceptibilité quant à son utilisation, son âge et son envie de partir prochainement dont il parle beaucoup. Le 24 janvier dernier CM Punk était au ComiCon de Portland et a répondu à de nombreuses questions de fans, dont beaucoup pourraient faire pencher la balance vers un réel départ, ou un break.

CM Punk le dit souvent, il ne veut pas partir le jour où son corps ne supportera plus l’état dans lequel le met le catch. Aujourd’hui âgé de 35 ans et après 15 ans de carrière, le Chicago kid veut partir en pleine forme. Et puis après avoir été champion de la WWE pendant 434 jours et avoir affronté l’Undertaker à WrestleMania, il a déjà eu la carrière dont beaucoup de catcheurs rêvent.

Mais son contrat n’est pas encore terminé, il lui reste encore quelques mois à tirer. Bien sûr rien ne l’empêche de partir avant, même si l’on ne connait pas les détails du contrat, on a déjà en tête de nombreux catcheurs ayant demandé à mettre fin aux leurs avant la date de fin.

Il est tout aussi probable que son utilisation actuelle ne lui plaise pas. CM Punk rêve, au moins avant de partir, de prendre part à un main-event de WrestleMania. Il a eu la chance d’y lutter plusieurs fois depuis qu’il est à la WWE, il y a été deux fois Mr Money In The Bank, y a défendu le titre de la WWE contre Chris Jericho, et y a affronté l’Undertaker. Mais jamais de main-event. Et ça, ça le perturbe. Surtout que s’il part vraiment à la fin de son contrat cette année, cette année serait sa dernière chance. Malheureusement, à chaque fois un gros retour l’en a empêché, The Rock en 2013 et Batista, vainqueur du Royal Rumble cette année — dans lequel il a été éliminé par Kane après y avoir passé plus de 45 minutes.

Tout est possible, même la plus bête des explications. Il y a même des rumeurs de commotion cérébrale — tellement courant ces temps-ci. Le work, assez fantaisiste soyons honnête, serait la plus fantastique des solutions. On a tellement envie de voir arriver ce genre de chose pour pouvoir marker à WrestleMania 30 qu’on arriverait presque à se convaincre que c’est ce qu’il va se passer.

En attendant, CM Punk est silencieux, plus un seul tweet, plus une seule apparition, et plusieurs dont une dans un talk show américain sur la chaine Comedy Central pourraient bien être annulées. Un retour ? S’il doit y en avoir un, c’est le 3 mars prochain à Monday Night RAW, qui aura lieu à Chicago. Alors on est là, on attend. Sagement.

Cliquez pour commenter

Les plus lus

En haut
//ad6media