Review

NJPW New Beginning 2014 : confirmation d’une ère de champions

Les 9 et 11 Février sur deux shows à Hiroshima et à Osaka, la New Japan pro Wrestling organisait New Beginning. Tous les titres étaient en jeu mais sur un espace plus étiré avec bon nombre de revanches de Wrestle Kingdom.

newbeg1

Le match par match serait fastidieux car pas moins de 20 matchs ont eu lieu sur les deux jours. La dimension grand show collait plus au second show à Osaka mais à Hiroshima le spectacle a tenu ses promesses.

Les rematchs sont le lot du premier show New Beginning avec les champions déchus à Wrestle Kingdom tentant de récupérer leur bien. C’est d’abord le cas de Davey Boy Smith Jr et Lance Archer contre Karl Anderson et Doc Gallows. La contenu s’avère assez similaire à Wrestle Kingdom et même un peu en-dessous. Champions IWGP par équipe, les deux crânes rasés maitrisent moins leur sujet mais l’issue est inéluctable. Pas un grand souvenir mais juste une confirmation que le BULLET CLUB a les deux mains sur les titres par équipe.

Des matchs par équipe, il en sera beaucoup question dans ce show, avec ce format habituellement dévolu à l’espace entre deux gros shows. Ainsi les rivalités s’entrecroisent et donnent des oppositions enlevées où les têtes d’affiche ne sont pas écornées. L’exemple va être le match par exemple entre Goto-Shibata et Okada-YOSHI HASHI. Le dernier nommé n’a pas l’étoffe des autres et prend ainsi le tombé après que son leader ait fait la majorité du match face à ses deux adversaires. Quelque part, ce genre de match est fait pour apporter un certain momentum et persuader le spectateur que le challenger a une chance réelle de poursuivre son élan dans le match simple du lendemain. Une vérité très peu suivie en réalité.

new-beginning-2014

Le main event était le main event de Wrestle Kingdom. Des entrées classiques cette fois ce qui fait qu’on regretterait les danseuses de Shinsuke Nakamura qui les a surement perdues en même temps que le titre Intercontinental. Il retrouve ainsi son rival récurrent Hiroshi Tanahashi. Cette fois, le match parait moins enlevé, le rythme est moins élevé qu’à Wrestle Kingdom et l’action davantage centrée sur les soumissions. Toutefois, même avec une qualité d’ensemble un peu moindre par rapport au précédent affrontement, la dernière partie vaut le détour avec des finishers qui trouvent une résistance. En cela le suspens est entretenu comme pour tout grand match mais Tanahashi ne pouvait pas perdre tout de suite le titre Intercontinental et il s’impose donc pour conclure cette première soirée, enfin matinée chez nous.

Le show d’Osaka ayant lieu deux jours plus tard offre ainsi plus d’oppositions pour les titres, à commencer par un match attendu entre les Young Bucks et Alex Shelley et KUSHIDA. Shelley a réussi le pari d’être un étranger apprécié au Japon et les « Shiliiii » retentissent souvent au cours d’un quart d’heure largement dominé par les challengers. KUSHIDA montre l’étendue de sa palette mais Shelley revient fort après une sévère blessure en 2013.  L’ensemble tient presque ses promesses mais on sent que les Bucks jouent un ton en dessous, sans doute troublés par le poignet cassé de Matt Jackson en cours de combat. Cela n’empêche pas le More Bang for Your Buck à la fin qui conclue une défense victorieuse des titres par équipe IWGP Junior poids-lourds.

njpw-Young-Bucks

Prince Devitt comme Minoru Suzuki n’ont pas eu de gros match à se mettre sous la dent et pourtant quand Suzuki a fait le carton plein en battant facilement à Hiroshima Tama Tonga puis en menant son clan à la victoire face à une partie du BULLET CLUB, Devitt a lui retrouvé comme adversaire son ancien partenaire Ryusuke Taguchi. Revanchard, Taguchi a le dernier mot, et Devitt expérimente à son tour le sort du leader subissant des déconvenues après son échec à Wrestle Kingdom.

On passera rapidement la prestation de Michael Tarver sur les deux jours, l’ancien membre de la Nexus aura trouvé le moyen de faire saigner Hiroyoshi Tenzan. En revanche le match MMA ne pouvant se finir que par soumission entre les Gracie et Yuji Nagata et Kazushi Sakuraba est meilleur qu’à Wrestle Kingdom où il avait fini en eau de boudin. Les deux frères brésiliens ont l’avantage final sur Sakuraba dans un match plus prenant sans être énorme non plus. Le seul souci est de gérer le fait que les soumission soient aussi facilement cassées.

Pour le titre les Junior poids-lourds, Kota Ibushi affronte le mystérieux El Desperado, venu tout droit du Mexique. Le style n’est pas celui d’un luchador avec ce gabarit un peu lourd pour cette catégorie, malgré qu’il ait été formé à la CMLL. L’ensemble est ainsi correct mais sans développer une action échevelée qui est d’habitude présente pour cette ceinture. Ibushi s’impose sans difficulté et n’a finalement pas de grande adversité face à lui pour l’instant, même si on se doute que Prince Devitt sera un jour prochain animé du gout de la revanche.

Le grand moment est surement celui de l’avant dernier match. A 39 ans, Tomohiro Ishii est dans sa meilleure forme. Gabarit cubique mais très mobile il reste sur une année 2013 marquée par des matchs très intéressants en Juin lors de G1 Climax. Dès lors, il acquiert une grande sympathie du public qui atteint des sommets dans ce match à Osaka contre Tetsuya Naito. La ceinture NEVER est en jeu, celle qui comme son nom l’indique sacre pour la première fois. Et ce sera le cas d’Ishii, totalement porté par le public et poussant Naito sur son terrain favori de l’intensité pour s’imposer. Quelques imprécisions émaillent un combat qui a tout de même des airs de main event, pas seulement grâce à la folie du public mais également par un contenu dense.

ishii

Le titre IWGP poids-lourd ferme ce double show avec le challenger Hirooki Goto soutenu par son ancien adversaire Katsuyori Shibata. En face, le champion Kazuchika Okada a le soutien d’un Raptor, un dinosaure surement évadé de l’île du Monde Perdu de Spielberg. Après le match, Okada définit la qualité de son règne par la qualité de ses matchs et c’est comme cela qu’il veut marquer son règne. Il a donc conservé son titre avec un nouveau match solide contre Goto où chacun a eu son moment mais l’issue n’a souffert d’aucune contestation. Kazuchika Okada a ce point commun avec Daniel Bryan de valoriser l’adversaire et de banaliser la performance. C’est encore une illustration qui est faite ici.

Katsuyori Shibata, la valeur montante, se pointe en possible futur challenger mais il devra gagner ce droit, ce qui fera le sel des futures semaines avec la New Japan Cup de mars en point de mire.

La NJPW maitrise ses shows en deux parties avec ces formats variés. On n’est pas dans des pay-per-views traditionnels mais le mélange plait au public. Un changement après Wrestle Kingdom qui consacre un besogneux. Les fruits du travail paient pour les audacieux.

Cliquez pour commenter

Les plus lus

En haut