Review

ROH 12th Anniversary : Un bien trop sage anniversaire

La Ring of Honor, après un début d’année marqué par les retours d’AJ Styles et de Chris Hero, proposait son show 12ème anniversaire à Philadelphie. Le show marque définitivement d’autres perspectives pour cette année 2014 avec quelques nouveaux visages et de nouvelles alliances et attitudes.

adam-cole-roh-12th-anniversary

En ouverture, Silas Young n’a toujours pas relâché encore la sangle de son Strap match victorieux de la fin d’année 2013 mais il se retrouve bien dans un match simple. Matt Taven a changé depuis sa violente perte du titre Television. Il a viré Truth Martini, changé de theme song et n’est plus accompagné des Ouplah Girls. Dommage. Scarlett Bordeaux a d’ailleurs trouvé un autre rôle en étant l’annonceuse des matchs. Taven s’offre la victoire avec le Frog Splash à l’issue d’un match rapide, nerveux et équilibré, bref un opener sympathique mais sans histoire ni contenu énorme. Silas Young est mauvais perdant et Taven a eu le tort de l’oublier car il se fait attaquer après le match. Truth Martini se voit là l’occasion de jouir en récupérant un poulain mais il devra encore attendre car Young lui met un joli vent.

Créé à l’occasion du départ mouvementé d’Eddie Edwards à Final Battle fin 2013, le groupe Decade composé de Roderick Strong, Jimmy Jacobs et BJ Whitmer a un premier galop d’essai contre Mark Briscoe, Cedric Alexander et Adam Page. Toutefois, il ne s’agit pas d’une promenade de santé avec les gabarits fins et les caractéristiques de high flyers de Page et Alexander vont d’abord prévaloir. Mais la bouteille est du côté de Decade et pendant que Mark Briscoe est à l’extérieur du ring, ils concluent leur affaire victorieusement. Pas vraiment une démonstration concluante cependant.

Pour illustrer que c’est bien une nouvelle année qui commence pour la ROH, le titre Television détenu par Tommaso Ciampa est challengé par Hanson, le vainqueur du tournoi Top Prospect. Il ne s’agit pas vraiment d’une jeune et physiquement, Hanson ressemble beaucoup à Mike Knox. On a donc ici un gabarit peu commun à la Ring of Honor et ce n’est pas pour déplaire à Ciampa qui trouve une adversité exactement à sa mesure. L’ensemble est équilibré même si on ne doute jamais de l’issue finale et ce Project Ciampa qui frappe mais Hanson aura fait bonne impression dans un combat très physique où il a été en mesure de répondre coup pour coup.

Hanson et Ciampa

Le même genre de défi physique est proposé au finaliste du Top Prospect, Raymond Rowe. Encore un barbu comme Hanson, comme si c’était la mode qui réussit dans le catch nord américain en ce début 2014. Michael Elgin se retrouvait sans match après avoir été lâché par Matt Hardy et a donc proposé l’opportunité à Rowe de briller. Le pari est partiellement rempli dans un combat de bonne durée avec un Elgin toutefois parfois trop lourd pour Rowe. La victoire d’Elgin est logique après la Sitout powerbomb, comme s’il menait un entrainement avec un sparring partner. Mais la ROH peut capitaliser sur ses deux paris du Top Prospect, un concept qui lui a souvent réussi jusqu’à présent.

Adam Cole veut attaquer Michael Elgin par-derrière mais se fait prendre la ceinture par Rowe. Cerné et sans son chien de garde Hardy, Cole reçoit l’aide inattendue mais bienvenue pour lui de Mike Bennett. Jay Briscoe débarque et le match pour le « Vrai » titre de la ROH débute. Pas brillant mais engagé, on constate surtout que Bennett est plus intense qu’à l’habitude, sans doute remodelé par la correction de fin d’année 2013 des mains de Kevin Steen. Ce sont les filouteries qui vont prévaloir, Maria et Adam Cole essayant d’abuser l’arbitre mais c’est Briscoe qui en profite finalement par un coup bas ni vu ni connu lui permettant de gagner.

Jay Briscoe

L’équipe des fins limiers Adrenaline Rush composée de Tadarius Thomas et de l’éblouissant ACH avait sa première vraie chance pour les titres par équipe de la ROH face à reDRagon, Bobby Fish et Kyle O’Reilly. L’ensemble est fluide, les tags réguliers et les combinaisons augmentent quand ACH croit avoir gagné en faisant le tombé sur un Bobby Fish mettant le pied sur la corde à 2,9999 voire même 3, ce que l’arbitre Todd Sinclair compte avant de se rétracter. Les champions s’en sortent sans filouterie cette fois mais à la sauvette, Kyle O’Reilly cueillant ACH avec sa soumission Triangle. La moitié du show est atteinte et les premiers « This is Awesome » se font entendre. Malheureusement ce sera la seule fois qu’ils retentiront.

Le grand moment mark intervient avec le match d’AJ Styles contre Jay Lethal. Toutefois sur le contenu pur la foule est silencieuse et déchante quelque peu mais n’est pas rancunière. Pourtant, ce match est une déception car AJ Styles fournit le minimum et l’ensemble est plutôt brouillon. La victoire est bien sûre pour AJ Styles avec le Styles Clash mais au final il a moins produit que Jay Lethal qui n’a pourtant pas évolué à son meilleur niveau. Dommage car avec AJ on attend toujours une certaine magie qui ici n’était pas présente. Gageons que ce sera une exception.

AJ Styles

Après les rouspétances des deux clowns Homicide et Eddie Kingston, Nigel McGuiness garantit qu’il n’y aura aucune intervention lors du match entre Chris Hero et Adam Cole voué être un combat propre de bout en bout. Cependant on le sait qu’une telle résolution n’a pas souvent d’effet. Dans un combat propre et essentiellement dominé par Hero face à un Cole d’abord très fuyant puis acceptant le défi, le point tournant intervient sur une elbow d’Hero qui en tentant de se défaire de Cole allume Todd Sinclair. Sonné, l’arbitre ne voit donc pas que Cole tape ensuite sur une soumission d’Hero. toutefois, pas de rancune et le match se poursuit mais finit par se conclure rapidement après cet épisode, suite à une deuxième bridging suplex de Cole qui conserve son titre de champion de la ROH.

Dans ce show quelconque, il manquait un larron pour relancer, et il s’agit de Kevin Steen pour un combat libre  contre Cliff Compton, sans commentaires ni officiels aux alentours, mis à part un arbitre. Dans ce street fight placé en conclusion du matos est finalement dispersé partout. Mais là aussi ça ne décolle pas vraiment. Il y a un jeu durant ce combat, c’est de compter combien de doigts d’honneur Cliff Compton fait, assurément la vingtaine largement dépassée. A tour de rôle, Compton passe à travers les tables, Steen à travers les chaises et Compton sur l’échelle. L’échelle sera l’instrument final de la victoire de Steen avec le package piledriver qui conclut un combat correct mais pas des plus marquants, surtout à sa place de main event. Pour conclure, un speech où Steen promet qu’il va prochainement redevenir champion de la ROH, avec un petit chambrage des deux clowns d’Outlaw inc.

Les premières promesses de 2014 sont quelconques. Il y a un vent de fraîcheur, une volonté de nouveauté avec le retour de glorieux anciens mais l’ensemble s’avère très sage et peu marquant au final. Pas de quoi s’écrier « This is Awesome » à la folie.

Cliquez pour commenter

Les plus lus

En haut