Hall of Fame

The Ultimate Warrior : le Hall of Fame de la réconciliation

Début de notre tour d’horizon de la classe du Hall of Fame de la WWE qui sera introduite le 5 Avril 2014 à la Nouvelle-Orléans. L’Ultimate Warrior est le premier nom qui a été annoncé par la WWE et il sera intronisé par Linda McMahon. Une preuve forte de l’attachement pour ce nom qui devait finir par figurer dans le panthéon de Stamford malgré des chemins très tortueux.

ultimate-warrior-hall-of-fame

La carrière de l’Ultimate Warrior a souvent fonctionné avec les conflits, notamment une fois qu’il ait eu son palmarès à la WWF. James Brian Hellwig a débuté sa carrière en 1985 avec un certain Steve Borden, qu’on connait sous le nom de Sting. A l’UWF, ils forment les Blade Runners mais leur association tournera très court mais la genèse de ces deux Superstars s’est faite dans l’association.

L’un a finalement débarqué à la WWF là où l’autre n’y a jamais posé les pieds, et c’est ainsi qu’à la fin de l’année 1987, l’Ultimate Warrior est né, autrement plus prestigieux que Dingo Warrior qui était jusque là l’identité de ses débuts. Ce guerrier maquillé arrivant à toute allure sur le ring et agitant comme un fou les cordes avant chaque combat a rapidement connu le succès. Tout va très vite chez lui qui avait la gimnick de celui qui ne dure pas longtemps sur un ring. L’illustration sera faite avec son premier titre, la ceinture Intercontinentale glanée à SummerSlam 1988 en moins de 30 secondes contre le Honky Tonk Man.

Le Warrior appartient à la caste des main eventeurs, toujours face et en rivalité avec Rick Rude puis André the Giant. Sa spécialité est le bodyslam qui est l’illustration même d’une gimnick survoltée qui renverse des montagnes en un mouvement. En 1990, il atteint le summum de sa carrière avec un combat contre Hulk Hogan à Toronto lors de WrestleMania VI. Il est à nouveau champion Intercontinental et dans un combat de 22 minutes qui sera le main event, il écrit sa légende et fait se lever la foule dans un match titre contre titre.

 

 

L’Ultimate Warrior supplante alors Hulk Hogan en devenant ainsi également détenteur du titre de la WWF. Il le gardera jusqu’au Royal Rumble 1991, battu par Sergent Slaughter à cause de Randy Savage qu’il battra ensuite à WrestleMania VII pour mettre fin à la carrière in ring de ce dernier. Deux icônes battues donc et c’est le début de la fin et la longue errance par la suite d’un caractère ingérable allant souvent au conflit. Cela lui vaudra un départ pour trois ans avant un retour express en 1996 pour battre le jeune Triple H.

Mais le Warrior ne brille plus depuis longtemps et il va à la WCW où il se distingue en montrant une certaine méforme. Un tout petit run d’une année mais il va encore pousser le bouchon dix ans après pour montrer une image désastreuse à la NWE en 2008 à Barcelone contre Orlando Jordan. Ainsi, à l’image de son entrée, tout est allé très voire trop vite pour lui, souvent ingérable mais finalement au panthéon. C’est le résumé d’un météore qui aura marqué le début des années 90 mais pas les générations. Cependant sa place au Hall of Fame est méritée et le symbole est fort puisqu’il sera intronisé par la famille McMahon avec laquelle il a eu tant de soucis relationnels.

Cliquez pour commenter

Les plus lus

En haut