Review

NXT Takeover : Une formalité pour Adrian Neville

NXT Takeover, deuxième special event de la branche de développement de la WWE avait lieu ce jeudi soir et après la qualité du premier, ArRIVAL les attentes étaient très hautes. Le show a-t-il rempli sa mission ?

adrian-neville-nxt-takeover

Deuxième special event pour NXT après ArRIVAL, c’est Takeover qui prend place avec cinq matchs à l’affiche à la Full Sail University. L’objectif pour la WWE étant de promouvoir encore un peu plus le WWE Network en plus de donner une exposition accrue aux jeunes talents. Parmi les affiches, la concentration était autour de Sami Zayn vs Tyler Breeze dont le vainqueur obtenait un title shot pour le titre NXT, le match pour le Women’s Championship vacant depuis qu’il a été retiré à Paige et bien entendu le match pour le titre entre Tyson Kidd et Adrian Neville. Récit d’une soirée de catch bien agréable.

Premier match de la soirée, et l’on sent déjà la grosse différence entre un public de NXT par rapport à celui plus classique d’autres events, ça suit les gimmicks. Une pop qui doit faire du bien à Adam Rose qui affrontait le cycliste  de GTA : San Andreas orphelin de sa bicyclette, Camacho. Pas de grosses surprises, ça ne fait pas de grandes étincelles entre deux catcheurs qui sont corrects. Sa place d’opener est parfaite puisque le gimmick d’Adam Rose prend bien avec ce public, qui reprend l’ancien theme song d’Adam Rose en cœur. Victoire du capitaine de l’Exotic Express sur son Party Foul. Pas grand chose d’autre à dire, ce match n’était ni mauvais, ni très bon, juste ok.

On continue avec cette fois-ci pour les titres par équipe entre l’ultra-dominante équipe de The Ascension et le duo mexicain El Local et Kalisto. El Local n’étant nul autre que Ricardo Rodriguez, qui ne s’annonce malheureusement pas lui-même. Un match une nouvelle fois rapide, avec pas vraiment de spots mémorables et ce finish tag team pour conclure un match qui montre que The Ascension dominent encore et toujours cette division sans partage. Il faut dire que les challengers ne se bousculent, un peu à l’image du main roster. En tout cas, il faudra continuer entre ces deux équipes pour que l’on est une opposition un peu plus disputée.

the-ascension-nxt-takeover

Commence les choses sérieuses avec un match entre pour la place de #1 contender au titre NXT. Chacun des catcheurs arrivant avec de nouveaux theme songs qui seront très vite oubliés. Sami Zayn tout d’abord, qui, à l’image Daniel Bryan à ses débuts, a ce gimmick de catcheur excellent, ayant parcouru le monde et étant déjà un nom avant d’arriver à la WWE, mais qui perd tout le temps lors des matchs à enjeu. C’était face à Cesaro à Arrival et c’est cette fois-ci c’est face à cet enfant étrange qu’aurait eu Dolph Ziggler et Cody Rhodes lors de sa période Dashing, Tyler Breeze.

Un gimmick intéressant en heel pour l’ex-Mike Dalton à la FCW, qui montre aussi un certain talent in-ring dans un match de très bonne facture. Une quinzaine de minutes où l’ex-El Generico brille comme à son habitude mais où Breeze ne démérite pas pour autant avec notamment un joli Superkick qui claque bien. Le finish sort un peu des habitudes avec Zayn qui s’élance vers Breeze et se prend un low-blow « involontaire » du catcheur qui a volé les bottes de John Morrison. C’est pas fait exprès, donc pas de DQ et victoire de l’autre canadien du match, après un échange de bonne facture avec des nearfalls dont le timing était parfait mais aussi qui comportait quelques imprécisions notables.

Petites pauses avec l’arrivée de Rusev et surtout de Lana qui nous servent le topo habituel :  discours pro-russe, catcheur ricain qui arrive – Ici c’est Mojo Rawley mais ne vous embêtez pas à retenir son nom c’est pas la peine, Rusev le lamine et applique deux fois sa soumission, puis clap de fin. Le sentiment du segment bouche-trou est grand, surtout que l’on a déjà eu le droit à cela au moins une dizaine de fois dans le roster principal. Et puis, si cela fonctionne dans le roster principal, pourquoi faire revenir Rusev à NXT?

alexander-rusev-lana-nxt-takeover

Deuxième petit segment avec Paige qui vient saluer un public qui l’aime, celui de NXT, qui applaudit une dernière fois son Anti-Diva ayant dû laisser le titre féminin de NXT vacant. Un discours classique sur le fait que le titre NXT lui a permis d’atteindre celui des Divas, et que la prochaine championne aura probablement le même destin qu’elle.

Justement, en parlant du titre, voici le match pour le titre féminin vacant de NXT entre Charlotte et Natalya. Et chose intéressante, il y a une HISTOIRE entre ces deux catcheuses. Quoi? Un scénario dans une rivalité pour un titre féminin? Oui, c’est dingue mais il se trouve que Charlotte est la fille de Ric Flair et que Natalya est la nièce de Bret Hart. Les deux légendes étant aux abords du ring pour ce match, cela ajoute tout de suite un certain cachet au storytelling. Une histoire que les deux catcheuses ne vont cesser d’agrémenter pendant ce match. Provocations, utilisations des finishers de la famille adverse, dont cette séquence de plusieurs Figure Four renversés à tour de rôle par les deux catcheuses. Tout y est.

En plus de cela, le match dure seize minutes. Vous vous souvenez du dernier match à la WWE impliquant des femmes et atteignant ne serait-ce que le quart d’heure? Nous non plus. Un temps d’exposition assez fort, justifié par le fait qu’il y a une vraie storyline derrière ce match, si simple soit-elle puisqu’elle se résume en une opposition de deux familles légendaires, chose assez commune à la WWE. Mais l’opposition est en plus de cela de qualité, Natalya est une catcheuse qui n’a plus vraiment besoin de démontrer grand chose à la WWE et Charlotte a fait preuve lors de ce special event d’un niveau remarquable, au moins digne de l’événement. C’est d’ailleurs elle qui remporte le titre, assez logiquement puisque l’on voit mal Natalya prendre un tel titre. Cette dernière félicite la fille du Nature Boy et celui-ci rejoint sa fille pour célébrer sa victoire avec une émotion similaire à celle de son segment de départ à la retraite.

charlotte-flair-nxt-takeover

Et ironiquement, après ce match, l’ambiance est retombée lors du main-event, ce qui explique peut-être la sous-exposition des divas de la WWE finalement. Car l’opposition entre le champion NXT Adrian Neville et son challenger, l’autre jobber du couple après Natalya, Tyson Kidd. Vingt bonnes minutes in-ring, franchement, c’était très bon, les deux ont livré une prestation digne d’un main-event, mais ça manque cruellement de charisme. Si Neville n’a pas un personnage tout à fait façonné, même s’il s’oriente vers le gimmick du Fighting Spirit, c’est plus inquiétant du côté de Tyson Kidd.

Cette houppette, ce ton heel qui sonne incroyablement faux, et c’est dans ce genre de moments que l’on se rend compte que si Kidd est un excellent worker, ce n’est pas un gars capable d’interpréter un personnage tout en étant convaincant. Du coup le match, sans suspense, s’il reste bon techniquement, fait un brin retomber l’ambiance d’un public pourtant difficile à endormir. Pas totalement absent pourtant puisque lors des phases animées, celui-ci reste présent pour réagir. Mais le storytelling était faible et passer après un tel match féminin était trop compliqué pour les deux hommes. Victoire sans surprise du champion, bousculade finale de Kidd assez inutile et clap de fin pour NXT Takeover.

Un show vraiment très agréable qui continue d’offrir une bonne exposition pour le roster de NXT avec des talents qui atteindront (ou ont déjà atteint dans le cas de Rusev ou Adam Rose) le roster principal. Le talent de Sami Zayn reste indéniable même si cette fois-ci et à la surprise générale, c’est bien un match féminin qui sort du lot et qui restera très probablement le match de la soirée. Le concept des special events est plaisant, avec deux heures qui passent rapidement, une qualité qui monte crescendo avec les trois derniers matchs officiels qui offrent des confrontations de bonne qualité pour les standards WWE. Avec quatre shows par an, NXT représente une alternative au main roster et un bon moyen d’offrir un contenu supplémentaire à un WWE Network déjà bien garni.

Cliquez pour commenter

Les plus lus

En haut