Review

Money In The Bank 2014 : John Cena, champion par défaut

Ce dimanche c’était Money In The Bank et c’était aussi double dose d’échelle avec un MITB ladder match et un ladder match pour le titre de WWE World Heavyweight Champion. Et tout plein de matchs tout autour pour remplir la soirée. 

john-cena-mitb

Dans un contexte où Daniel Bryan n’est plus champion et où son avenir sur le ring est encore très incertain, il a bien fallu tout chambouler au point de nous mettre l’échiquier dans un désordre assez étrange. Mais parfois ce genre de changement laisse paraître les choses trop prévisibles.

Bryan absent, il fallait donc désigner au plus vite un nouveau WWE World Heavyweight Champion. Money In The Bank approchant, à Stamford on a eu la bonne idée de nous servir un match de l’échelle à huit. Un nouveau champion qui dès ce soir aura déjà la menace d’un Mr Money In The Bank et sa mallette prêt à casher dès qu’il en aura l’occasion.

Mais en dehors de ça il y avait de quoi remplir la carte du show ce soir- là. En opener c’était aux Usos de mettre en jeu leurs titres par équipes face à Luke Harper et Eric Rowan de la Wyatt Family. Un match solide et sans trop de temps morts. Les mecs étaient là pour bien chauffer la salle — surtout qu’elle n’avait pas eu de match pendant le kick off cette fois — et ils ont bien rempli leur mission.

Avec une Wyatt Family autant en forme on pouvait s’attendre à ce que ce soit eux les champions à la fin de ce match. Voir Rowan et Harper faire des moves depuis la troisième corde reste toujours hallucinant. Mais dommage pour eux, ce sont les Usos qui conservent. Pour le moment.

wyatt-family-usos-mitb

Les Divas aussi étaient à l’honneur ce soir. Il n’y avait non pas un mais deux matchs féminins. Le premier et le plus important impliquait la championne des Divas Paige, toujours dans le cœur de votre serviteur, devant défendre son titre face à la danseuse Naomi. On va finir par croire qu’ils font exprès de proposer des adversaires de second rang à la championne.

Heureusement pour nos yeux (de passionnés) le match était plutôt bon. Bien loin de ce qu’on a vu de mieux de Paige mais assez long pour ne pas paraître ridicule comme le furent bon nombre de matchs féminins en pay-per-view. Évidemment Paige ne pouvait que conserver le titre.

L’autre match ne mérite pas autant notre attention, ni la vôtre d’ailleurs. Non seulement parce qu’il y a Summer Rae dedans mais aussi parce qu’elle se bat pour l’amour de Fandango — qui officiait en tant qu’arbitre dans cette affrontement — contre Layla. C’est d’ailleurs cette dernière qui a gagné. Voilà.

Dans la série matchs pas prévus sur la carte on a eu le droit à un affrontement entre Adam Rose et Paul Revere… enfin Damien Sandow déguisé en Paul Revere. La semaine dernière il était déguisé en Abraham Lincoln. D’ailleurs on ne comprend pas trop ce qu’a la WWE contre les personnages historiques américains ces temps-ci. Et puis on est un peu tristes pour Damien Sandow.

sandow-rose-mitb

La question c’est : Pourquoi ? S’il y a trop de temps dans un special event on rallonge un peu chaque match et on y verra que du feu. Un peu de respect quand même, des gens payent pour voir ça. On vous parlerait bien du match mais que voulez-vous qu’on vous dise de plus à part que Sandow s’est fait squasher par ce fêtard d’Adam Rose ? Ben voilà.

Du côté de la division tag-team on a eu le droit à deux matchs aussi ce dimanche. Le premier voyait les Usos conserver leurs titres par équipes comme déjà mentionné plus haut et le second était là pour installer ennui et malaise. D’un côté vous aviez Ryback et Curtis Axel qui forment une équipe parce qu’on a plus grand chose à faire d’eux — ils auraient mieux fait de prendre le train des licenciements il y a deux semaines — de l’autre les frères Rhodes, enfin plutôt Goldust et Stardust puisque comme vous le savez surement déjà, Cody Rhodes a quitté son frère pour revenir habillé comme lui sous le nom de Stardust. Thomas Bangalter appréciera le clin d’œil.

Malheureusement avec Ryback et Curtis Axel en face il ne faut pas s’attendre à du divertissement. Il ne s’est carrément rien passé pendant ce match, on se serait cru à RAW dans un match bouche-trou que vous aureiz oublié à la fin de la soirée. Malheureusement encore, l’équipe Goldust & Stardust ne semble pas être une petite passade et c’est gênant pour Cody Rhodes qui, on l’a vu par le passé, pourrait faire beaucoup mieux en solo. Ces derniers remportent le match grâce à leur nouveau finisher, le snapshot. Le même qu’utilisaient en leur temps John Morrison et Joey Mercury.

goldust-stardust-mitb

Et puis que serait un special event sans la présence de Lana et ses louanges envers la Russie et Vladimir Poutine ? Certainement pas aussi intéressant. Elle était ce soir toujours ici pour accompagner Rusev qui devait affronter Big E. Une sorte de Russie vs USA avec un Big E tout aux couleurs de son pays et un drapeau américain.

C’était étonnamment bon à regarder et c’est dans ce genre de match que l’on veut voir Rusev. On sait très bien que celui qui est passé de grec à russe en un claquement de doigts ne pourra pas en faire de même pour passer de low-midcarder à main-eventer. Mais tout de même, il était étonnant de voir un Rusev aussi bon. Les performances de Big E ont surement pas mal aidé mais tout de même, c’était probablement le meilleur match de Rusev qu’on ait pu voir depuis qu’il est entré dans le main-roster.

Rusev remporte le match et on n’aurait rien contre le fait qu’une petite storyline continue un peu jusqu’au prochain special event.

Mais passons aux choses sérieuses. Si on est là ce soir c’est surtout pour voir des échelles. Deux ladder matchs étaient prévu ce soir-là, un pour la mallette, un pour les titres. De quoi installer une nouvelle rivalité.

Le premier voyait Seth Rollins, Dean Ambrose, Dolph Ziggler, Kofi Kingston, Rob Van Dam, et Jack Swagger s’affronter pour la traditionnelle mallette. Wade Barrett aurait dû y participer lui aussi mais malheureusement le pourvoyeur de mauvaises nouvelles s’est luxé l’épaule cinq jours avant le show. Mais ce match était surtout construit autour de la rivalité entre Seth Rollins qui a récemment trahi The Shield et Dean Ambrose. Les deux se sont d’ailleurs beaucoup battus dans ce match, à noter l’impressionnante superplex depuis une échelle de Dean Ambrose sur Seth Rollins qui aurait pu mal se finir.

Mais Seth Rollins n’était pas le seul adversaire de Dean Ambrose dans ce match, The Authority, indirectement, a tout fait pour l’empêcher de décrocher la mallette. Après qu’il se soit fait mal au bras suite à un DDT sur Swagger, Ambrose a été forcé de quitter le ring pour être emmené en backstage pour être soigné. Mais on ne pouvait voir ici que les ordres de Triple H. Plus tard c’est Kane qui interviendra pour empêcher Ambrose, alors à deux doigts de devenir Mr Money In The Bank, de décrocher la mallette pour laisser Seth Rollins gagner. Une fin qui casse un peu la qualité du match.

seth-rollins-mitb

Le main-event de la soirée était lui aussi un match de l’échelle à huit. John Cena, Randy Orton, Roman Reigns, Alberto Del Rio, Sheamus, Bray Wyatt, Cesaro et Kane s’affrontaient pour décrocher le titre de WWE World Heavyweight Champion. Triple H et Stephanie McMahon étaient présents aux abords du ring pour observer l’action et la menace de l’intervention de Triple H s’est pas mal faite ressentir vers la fin du match, de quoi ajouter du suspense dans un match qui n’en avait pas assez.

Mais dans un match comme celui-ci avec de nombreuses grosses stars il est difficile de se démarquer. Malgré leur présence Kane et Randy Orton semblaient un peu en retrait de l’action. Ce dernier se fera surtout remarquer par sa blessure au cuir chevelu lui laissant le visage ensanglanté. Celui qui s’est surtout bien démarqué des autres c’est Roman Reigns, dominant une bonne partie du match.

Mais le catch aujourd’hui c’est toujours un divertissement sportif où à la fin c’est John Cena qui gagne. On ne va pas s’en plaindre, ça aurait pu être Kane ou de nouveau Randy Orton à la place. Mais c’est assez risqué dans ce contexte où la victoire de John Cena bien qu’attendue n’était pas une option excitante. On a un peu l’impression qu’il devient champion par défaut. Une victoire de Roman Reigns avec un cash-in de Seth Rollins aurait été bien plus palpitante, mais il est peut-être trop tôt pour voir ces deux-là champions pour le moment.

triple-h-mitb

C’est sur cette victoire que s’arrête le show. On a même pas eu le suspense de voir Seth Rollins débarquer pour prendre les titres de John Cena puisqu’à peine passé le replay des moments importants du match la WWE a rendu l’antenne.

Les deux ceintures ont désormais retrouvé un champion en la personne de John Cena, et Seth Rollins est Mr Money In The Bank. Rien de surprenant là-dedans et c’est dans les semaines qui viennent qu’il va falloir mettre le paquet pour ne pas décevoir les fans. Si le show ne laisse pas une mauvaise impression aux fans il n’est pas non plus ce qu’ils ont vu de mieux.

Battleground n’est que dans vingt jours — un peu n’importe quoi ce special event en plein milieu des vacances soit dit en passant — et on espère que la WWE va partir sur les chapeaux de roues dès cette semaine pour ne pas livrer un show construit à la dernière minute.

2 commentaires

Les plus lus

En haut