Portrait

Les grands managers de l’histoire : Jimmy Hart

Les managers ont beaucoup de tchatche et sont même très agaçants pour ça. Leurs voix ne sont pas toujours mélodieuses et ils horripilent encore plus quand on les entend sans arrêt. Mais là est leur intérêt et leurs façon de se faire remarquer et ici c’est bien de Jimmy Hart qu’il sera question quand on évoque les casseurs de tympans.

jimmy-hart-portrait

Jimmy Hart, surnommé « The Mouth of the South », pour commencer n’a aucun lien familial avec les célèbres Hart canadiens même s’il a beaucoup été à leurs côtés. Il est même originaire d’une contrée bien éloignée du Canada car venant du sud profond des Etats-Unis, le Mississippi. Il n’a pas vraiment baigné dans le catch à proprement parler car il a d’abord fait partie du rock band The Gentrys, groupe réputé de Memphis pendant près de 15 ans, des années 60 à la moitié des années 70. Ainsi, c’est à l’âge de 30 ans que sa carrière de musicien s’arrête et qu’il revoit un ami d’enfance nommé Jerry Lawler.

Le duo du Mississippi s’illustre à la NWA, Hart encourageant son poulain et ami. Et très vite il développe ses talents en feudant contre Lawler à la tête du clan Hart’s First Family of Wrestling. Les noms qui y figurent et qui sont sous son management sont encore jeunes mais vont se faire connaitre au plus haut niveau, jugez plutôt : Jim Neidhart, Randy Savage, Lanny Poffo, Rick Rude, King Kong Bundy, Kevin Sullivan ou encore The Iron Sheikh et Kamala. Dans le même temps avec son complice Lawler, Jimmy Hart sera un complice d’Andy Kaufman, fameux homme de télévision du début des années 80. Son côté showman est ainsi connu à travers toutes les Etats-Unis.

Andy Kaufman & Jimmy Hart

Andy Kaufman & Jimmy Hart

En 1985, c’est un autre de ses amis proches, Hillbilly Jim, qui propose à Vince McMahon de l’engager à la WWF. Jimmy Hart se fait très vite connaitre avec son mégaphone dont il se sert largement encore aujourd’hui à l’âge de 70 ans, mais d’une façon plus mélodieuse qu’à sa grande époque. Son but était de casser les oreilles des adversaires, du public et des commentateurs, et si le besoin se faisait sentir, de s’en servir comme arme pour aider ses protégés.

Jimmy Hart a l’image du manager très homme d’affaires. Il commence par manager Greg Valentine, The Hammer qui deviendra champion Intercontinental sous sa houlette. En même temps que Valentine perd le titre Intercontinental à WrestleMania I, Jimmy Hart fait une acquisition d’importance avec King Kong Bundy qu’il retrouve ainsi après les années NWA. Une fois Bundy cédé à Bobby Heenan, Hart rebondit encore et enclenche le chapitre le plus remarquable de sa carrière en manageant un temps la famille Funk puis en se chargeant des débuts d’un certain Bret Hart qui forme la Hart Foundation avec son beau frère Jim Neidhart.

Wrestlemania-III-3_Tag-Team-Champions_Hart-Foundation_Bret-The-Hitman-Hart_and_Jim-the-anvil-Neidhart

The Hart Foundation

C’est ainsi sous l’aile de Jimmy Hart que Bret Hart débutera en heel. Les jours glorieux se suivent et se ressemblent avec un pic en 1987 quand grâce à l’arbitre véreux Danny Davis, la Hart Foundation défait les British Bulldogs et remporte les titres par équipe avant que Davis destitué du rôle d’arbitre rejoigne l’écurie pour une victoire à WrestleMania. Collant à son look très rock’n roll, l’association à Honky Tonk Man ne pouvait qu’être présente et il réussira dans cette année 1987 à le conduire au titre Intercontinental. Autant de lauriers pour ses poulains qui l’ont consacré du titre honorifique de manager de l’année 1987, un titre qu’il aura à nouveau lors de son départ en 1994.

En 1988, la fin de la collaboration avec la Hart Foundation le lance dans une guerre où il va devenir plus méchant que jamais. A WrestleMania 1991 par exemple, il conduit les Nasty Boys aux titres par équipe contre la Hart Foundation au summum d’une guerre sans relâche pendant 4 ans où tous ses poulains auront été mis face aux Hart. Toujours créateur d’équipe, il fait la Money Inc de Ted DiBiase et IRS. C’est d’ailleurs avec eux que l’éclatement de ce heel qu’on pensait éternellement dans ce rôle à face va se produire et va activer à l’écran une amitié croissante avec Hulk Hogan.

money-inc

Ted Dibiase, Jimmy Hart & IRS (Money Inc.)

Jimmy Hart et Hulk Hogan, c’est un destin lié et ce n’est pas étonnant que dernièrement quand Hulk Hogan faisait son retour à la WWE, c’était Jimmy Hart qui l’introduisait, le suivant même au Japon pour la signature de KENTA. Mais revenons à 1994, date du départ conjoint de Hart et d’Hogan à la WCW. Ainsi, Jimmy Hart est un témoin aux premières loges du succès d’Hogan contre Ric Flair pour le titre de champion WCW. Mais ensuite, il se détournera d’Hulk Hogan durant ses années WCW, allant même dans le camp de Ric Flair qui sera champion WCW contre Randy Savage, preuve en est qu’il a vraiment croisé la route de bon nombre de légendes, étant un témoin privilégié et très complice de leurs faits marquants.

Le run à la WCW est beaucoup moins marquant passé ce management des deux légendes, mais Jimmy Hart reste jusqu’à la fin de la fédération de Ted Turner. C’est à la TNA qu’on le retrouve ensuite où il pense retrouver son ami Hulk Hogan mais en fait ce ne sera pas le cas mais il aura eu le temps d’aider Les Naturals à battre la Team Canada en 2005, sans le mégaphone, ce qui est rare. Il retrouvera aussi les Nasty Boys qu’il managera début 2010 pour son deuxième bref passage à la TNA dirigée par son ami Hogan.

jimmy-hart-nasty-boys

The Nasty Boys

Fondu de catch non stop depuis qu’il s’y est plongé il y a 35 ans de cela, il garde de solides amitiés et on l’entend aux commentaires de la FCW en 2008 et toujours très proche de la WWE où il reviendra en 2011 de manière officielle, et depuis on a eu l’occasion de le voir par bribes mais il est surtout en action dans le programme Legends House.

Le récapitulatif de sa carrière aura été encyclopédique mais montre bien la portée de ce petit bonhomme portant des lunettes de soleil et toujours muni de son mégaphone avec la même voix grésillante. Le temps n’a pas de prise sur lui alors qu’il atteint ses 70 printemps. Sa place dans le Hall of Fame de la WWE est déjà assurée depuis 2005.

Star du rock et star du bord du ring, Jimmy Hart représente l’image du manager showman exubérant qui aura fait son trou à une époque très fournie en managers. Maintenant, il peut enfin poser le mégaphone pour le plaisir de millions d’oreilles.

Cliquez pour commenter

Les plus lus

En haut