Review

AAA TripleMania XXII : la tournée d’El Patron

L’AAA faisait son grand show annuel célébrant sa 22ème année d’existence, TripleMania, dans l’Arena Ciudad de Mexico pendant que la WWE faisait SummerSlam. Du show, de l’enjeu forcément, du sang versé également, mais aussi l’arrivée soudaine au tout premier plan d’Alberto Del Rio, sont les piments de ce spectacle de quatre heures.

dos-caras-sr-alberto-del-rio-triplemania

Le début ne réserve finalement pas de surprise, Alberto Del Rio arrive bien, pas à bord d’une limousine mais toujours avec classe en compagnie de son père Dos Caras. Son theme song de la WWE est toujours présent, son identité aussi même si timidement il est évoqué qu’il s’appellera plutôt El Patron. Pour son commentaire ayant trait à son départ de la WWE, comme il le disait souvent à la WWE, vous le savez déjà. Et lui qui avait pour habitude à la WWE de qualifier ses adversaires de Perros -chiens- entre directement en feud avec de vrais Perros, les fameux Perros Del Mal, avec à leur tête l’arrogant et brutal Hijo Del Perro Aguayo et on sent d’entrée qu’on n’en restera pas là ce soir entre les deux.

Avec des theme songs très branchés qui collent au matricule de tout le roster de l’AAA, on démarre avec un match par équipe mêlant les différents genres. Luchador vs Luchador, Mini vs Mini, Diva vs Diva et Exotico vs Exotico. Cette dernière catégorie est très spéciale et ses deux représentants sont à pied d’oeuvre, Mamba côté Rudo mais surtout Pimpinela Escarlata côté Tecnico. Un Exotico est un homme totalement travesti et ressemblant ainsi à un transsexuel. Ainsi le baiser sur la bouche que veut mettre Pimpinela Escarlata à tout homme est dévastateur et causera la fin du match avec le plus grand des minis, Mini Abismo Negro, forcément troublé par ce baiser et qui prend la soumission de Mascarita Sagrada au bout d’un match sympathique.

Simplement, il est dommage de voir que les deux plus petits rôles aient été attribués aux deux Luchadors, Aerostar côté Tecnico -face- et Super Fly côté Rudo -heel. Mais le bonheur aura été de voir pas mal se déhancher Sexy Star arrivée habillée en princesse alors que sa rivale Jennifer Blake a eu peu d’occasions d’être mise en valeur mais elle ressort victorieuse avec son équipe.

Ensuite, c’est le championnat d’unification du titre Crucero, comprenez Cruiserweight. Du high flying au menu hélas sans Ricochet, absent de dernière minute et remplacé par Drago qui a seulement existé lors de son entrée où il tirait une longue langue noire. Pour le reste, 9 autres luchadores avec une grosse touche internationale. L’incontournable américain Jack Evans, Australian Suicide aux moves à très haut risque et trop vite éliminé, et pour finir le sud-africain Angélico dernier résistant battu par Hijo Del Fantasma qui est surement, après Drago, celui qui en aura fait le moins dans le match. Mais son opportunisme lui permet de décrocher le titre et d’asseoir encore plus la suprématie des Perros Del Mal. Pas de chance pour Bengala, très actif, mais blessé sur un Brainbuster. Les autres participants étaient Joe Lider, Fénix, Daga et Pentagon, chacun ayant eu son lot d’exposition bien réparti sur un match au rythme bien tenu.

lucha-libre-aaa-fotos-triplemania-xxii-41

Moment d’émotion ensuite avec le premier des deux intronisés au Hall Of Fame de l’AAA cette année. C’est en l’occurrence une plaque commémorative pour la famille d’El Brazo décédé l’année dernière et on retiendra les larmes de sa plus jeune fille, très marquée par cet honneur. Un peu plus tard, Rayo de Jalisco Jr sera aussi intronisé au Hall of Fame mais se fera attaquer par les Perros Del Mal, provoquant un brawl auquel s’est mêlé Blue Demon Jr.

Le titre Reina de Reinas est en jeu entre Faby Apache très aimée du public et la canadienne Taya Valkyrie, égérie des Perros Del Mal. Et encore un triomphe pour ces méchants chiens dans un match particulier, essentiellement dominé par Faby Apache mais surtout marqué par le nez cassé de Taya dès la première partie du match. Ainsi le rythme est très saccadé, Taya est régulièrement épongée par son amie Sexy Star mais elle parvient à s’imposer malgré cette gêne évidente, au bout d’un match marqué par des éclairs mais pas génial.

Dans la deuxième partie du show on passe inévitablement aux fameux matchs à stipu où des chevelures et des masques frémissent. C’est d’abord la cage dont le dernier à y rester perd cheveux ou masque. C’est Electro Shock qui va perdre ici ses cheveux qui étaient déjà courts mais bon, il finit rasé à blanc et refuse la poignée de mains d’El Mesias, de retour à la faveur de l’absence de Jeff Jarrett, rival d’Electro Shock mais coincé dans des soucis de transports. Ainsi c’est El Mesias qui tient le rôle de Jarrett avec le côté rudo en moins. La guitare est quand même là et c’est Chessman qui s’en servira sur la malheureux Electro Shock, déjà la tête en sang après un Knee Drop de Chessman, encore lui, à travers une table.

Le début du match est d’ailleurs assez déroutant car il démarre quand El Mesias entre dans la cage obscure en troisième position. Ainsi, le combat a son move principal de la table alors que la réalisation est tranquillement calée sur les autres entrées tout aussi tranquilles d’Electro Shock, puis de Blue Demon Jr et de LA Parka, entré sur Thriller de Michael Jackson et au passage vraiment troublant, aussitôt rentré aussitôt sorti de la cage sans que personne n’y prête la moindre intention mais en y laissant une botte. Même chose ensuite pour Averno, actif dans l’obscurité et qui sort tranquille dès que la lumière se fait, mais il en aura après Electro Shock ensuite en l’aspergeant de poudre. Après que Chessman, le plus actif d’un match décevant, est sorti aussi assez facilement, l’affrontement est disputé entre Electro Shock et El Mesias mais à l’avantage d’El Mesias, sortant tout doucement de la cage.

lucha-libre-aaa-fotos-triplemania-xxii-72

Le match que le public attendait arrive ensuite et c’est cheveux contre masque. Texano Jr, le Perro Del Mal mégachampion de l’AAA est face à Psycho Clown. C’est un affrontement d’invaincus et on comprend assez vite que ces deux-là sont voués à écrire de belles pages de l’histoire de l’AAA tellement ils regorgent de talent avec la force de leur jeunesse. Avec cette stipulation, la brutalité vient vite, et c’est d’abord Psycho Clown qui la subit, proche de se faire arracher le masque tout en se prenant des coups de fourchette d’un Texano Jr très vicieux. Le sang est ainsi une composante majeure ici car Texano Jr saignera ensuite à son tour, passera à travers une table, a failli bénéficier d’un arbitre très vicieux qui voit bien qu’il prend appui sur les cordes mais fait le compte.

Ainsi, le changement d’arbitre est effectif en plein match et Hijo Del Fantasma est prié par son père de repartir en coulisses, laissant Texano Jr seul après que Murder Clown ait subi une forte attaque le laissant sur le flanc. C’est vraiment par un affrontement d’homme à homme que l’affaire se conclue et entre le choix de couper les ailes de son nouveau Tecnico apprécié en lui retirant le masque et celui de faire encore raser des cheveux ce soir-là, le choix de l’AAA est de faire perdre son jeune mégachampion Texano Jr, connaissant sa première défaite et perdant sa longue chevelure. Un coup dans la soirée jusque là parfaite des Perros Del Mal.

La Copa Triplemania arrive en main event avec un match à quatre à éliminations. Le boss des Perros Del Mal, Hijo del Perro Aguayo, est vicieux, violent, opportuniste et est surnommé sans problème Luis Suarez lorsqu’il mord franchement jusqu’au sang l’épaule de Dr Wagner Jr. On sent très vite qu’il est le favori et qu’il s’imposera au bout car ses périodes sur le ring sont très calculées et ses actes vicieux se déroulent à l’extérieur. Sur le ring, c’est l’ancien Sin Cara, arrivé à l’AAA avec son theme song de Mistico, sa tenue de Mistico mais le nom Mysteziz qui s’illustre. Il est le plus actif, imprime le rythme et subit aussi le plus de dégâts avec une sérieuse coupure au visage et un masque bien déchiré dévoilant sacrément son visage.

hijo-del-perro-aguayo-triplemania

Vraiment pas de chance jusqu’au bout pour Myzteziz car même s’il aura échappé au balourd Cibernetico, machine à chokeslams, de très loin le moins actif, et qui a trouvé le moyen d’éliminer Dr Wagner Jr, il subit la lame fatale. L’affrontement final oppose ainsi Myzteziz à Hijo del Perro Aguayo mais tourne très court et donc le favori opportuniste remporte la coupe sans aucun dommage.

Les dommages arrivent juste après pour le Perro arrogant quand revoilà Alberto Del Rio qui le défie pour un match. Il a vraiment de très bons avocats El Patron car voilà la clause des 90 jours sans combattre qui prend un sacré coup de griffe car un match impromptu et très vite gagné avec son CrossArm Breaker sur Hijo del Perro Aguayo conclue le show. Ainsi, qui l’eut cru il y a encore peu qu’Alberto Del Rio serait victorieux dans le main event du grand show anniversaire de l’AAA sans verser une goutte de sueur et célébrant avec les légendes dont son père ainsi qu’avec le président Joaquin Roldan.

TripleMania XXII a mis en valeur un clan dominant, Los Perros Del Mal, ainsi que ses jeunes premiers déjà bien engagés. Toutefois, ils ont du souci à se faire car l’arrivée soudaine d’Alberto Del Rio brouille leurs cartes étant donné qu’il a déjà battu Hijo del Perro Aguayo et qu’il veut défier ensuite Texano Jr. Ainsi, le souffle des mexicains ex de la WWE risque de souffler cette année sachant que Rey Mysterio est aussi en approche et que Myzteziz n’a pas dit son dernier mot.

Les bases d’un main event de Triplemania XXIII entre Alberto Del Rio et Rey Mysterio sont ainsi déjà posées, mais les jeunes ne voudront quand même pas se laisser faire et ont l’engagement qu’il faut pour donner une bonne année à l’AAA qui débarquera en septembre sur la télé américaine. Se renforcer avec l’imprévu, c’est bien la force de la fédération mexicaine démontrée ici dans son grand show annuel.

Cliquez pour commenter

Les plus lus

En haut