Portrait

Les grands managers de l’histoire : Vickie Guerrero

Le rôle de manager se conjugue au féminin. Il y a eu bien sûr beaucoup de grâce qui sera au programme d’une prochaine chronique comme des femmes harpies sur les bords. Et sur ce plan, Vickie Guerrero est la parfaite incarnation tout au long d’une carrière en hommage à son mari.

vickie-guerrero-portrait

Vickie Guerrero est arrivée de plain-pied dans le monde du catch dans ce qui aura été la dernière rivalité de son mari Eddie. Elle est venue donc dans le cadre de cette story avec Rey Mysterio et de son fils Dominick dont les deux catcheurs se disputent la garde. Dans ce cadre, elle ne démarre pas ainsi vraiment comme une manager mais plutôt comme une partie intégrée à l’histoire qui aura donné de grands matchs. Et au bout du compte, dans un rôle face, si si elle l’a été, mais ça c’était avant. Elle prive Eddie de la victoire dans le match pour la garde de Dominick.

Après cette petite histoire de ses débuts qui ne dévoilent pas encore les traits de caractère très forts qu’elle va démontrer ensuite, il faut ainsi noter que ce début en 2005 coïncide avec la mort malheureuse de son mari Eddie. Ainsi, tout ce qui va suivre aura valeur d’hommage, et niveau vice dont Eddie était un vrai maître en la matière, Vickie en aura fait énormément preuve, illustrant qu’elle était ainsi bonne élève.

eddie-vickie-guerrero

Bien sûr, sa carrière se conjugue au passé étant donné qu’il y a quelques semaines, après une fin dans une piscine de merde contre Stephanie McMahon, elle fera un dernier déhanché à la Eddie avant de voguer vers d’autres cieux. Et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’elle aura laissé une sacrée marque tout de même. Il n’y a qu’à voir les rôles joués en haut lieu et les catcheurs et catcheuses managés: Edge, son neveu Chavo Guerrero, Layla et Michelle McCool, Big Show et Dolph Ziggler. Et puis cette fameuse catchphrase née accidentellement comme les meilleures, se résumant en deux mots créant systématiquement une heat inégalable : « EXCUSE ME ! »

Le parcours de Vickie ressemble ainsi à un tour de force et elle s’y sera pleinement engagée, n’hésitant pas à s’impliquer directement, en disputant quelques matchs mais surtout en s’attaquant à l’Undertaker, ce qui lui a valu un premier Tombstone Piledriver l’écartant en 2007 pour quelques mois.

C’est à son retour que le pic absolu arrive quand elle est introduite à ce poste d’assistante du General Manager qui était Teddy Long, un sacré rival pendant quasi tout son parcours. Ainsi, elle trace une histoire de General Manager très vite, une place qu’elle occupera très souvent. Et c’est dans le show bleu de Smackdown, qui avait une vraie identité à cette époque, qu’elle s’impose en faisant le lien pour un certain Edge, rebondissant au summum de sa carrière après une année 2006 énorme. Vickie sera un témoin important de ses autres grandes années 2007 et 2008 et évidemment immanquablement on ne peut que parler de la rivalité Edge contre l’Undertaker.

Tout commence avec son groupe, la Familia composée de son neveu Chavo, de Curt Hawkins et Zack Ryder, de Bam Neely et bien évidemment d’Edge. Durant cette période, elle est en chaise roulante mais plus que jamais elle va révéler une heel attitude de haut vol. D’abord, elle retrouve Rey Mysterio mais cette fois de l’autre côté. Et son rôle sera indéniable dans la victoire d’Edge au Royal Rumble, et on parle ici du titre de champion du monde poids-lourd, un titre dont elle avait confié les clés à Edge dans un jeu affectif.

la-familia-wwe

Qui a pu faire autant vaciller l’Undertaker qu’elle ? A part Brock Lesnar, personne. Pour elle, pas besoin de F-5 mais juste de sa position dominante de General Manager qui priva le Taker de son cher Gogoplata qu’on connait aussi sous le nom de Hell’s Gate. Et le summum aura été ce match de carrière du Taker qui arrive après qu’elle lui ait aussi retiré le titre. Elle offre ainsi le match de One Night Stand 2008 à Edge et le départ du Taker qui en découle.

Cette histoire avec l’Undertaker est loin de la fin car ensuite, après le mariage à l’écran, il est révélé qu’Edge la trompe avec Alicia Fox et alors la Vickie vicieuse utilise l’Undertaker pour secouer totalement Edge et le faire disparaitre à Summerslam. Ainsi, c’est vraiment la femme qu’il ne faut pas blesser au risque de finir carrément dans les flammes.

Mais pour autant, elle reste toujours aussi tyrannique et quand il est dit que rarement quelqu’un n’aura autant tourmenté l’Undertaker, elle se pose encore car elle va exiger des excuses et manager le Big Show pour embêter encore un Taker sur lequel elle plante encore des banderilles. Dans cette rivalité, elle récolte un nouveau Tombstone Piledriver, preuve qu’elle se sera donnée à fond au milieu de ces poids-lourd, ce qui est un risque fortement respectable.

undertaker-tombstone-vickie-guerrero

Sa carrière ressemble en fait très fort à une saga des Feux de l’Amour. Elle ramène Edge aux Survivor Series 2009, lui permettant de décrocher le titre de la WWE et le couple repart de plus belle. Ainsi, l’Ultimate Opportunist et la vicieuse à la voix fort désagréable auront donné une association heel de très haute tenue. Vickie s’est créée sa petite écurie donc et même si le temps de la Familia est bien révolu, en 2009, elle garde Big Show et son neveu Chavo sous le coude quand elle passe à RAW, à une époque où les brands étaient bien distinctes.

Elle a vraiment fait partie d’une bonne époque et après un palmarès garni du titre de Miss WrestleMania en rivalité avec Santina Marella, elle clos le chapitre avec Edge avec une séparation en direct à RAW. Un chapitre qui de son propre aveu aura été très fort en expérience et lui aura permis d’avoir ce rôle de heel forte.

Après un laius, elle revient pour manager Eric Escobar, mais cette fois c’est vraiment un échec vu ce talent n’en avait pas un gramme en poche. Mais elle récupère quand même ensuite son poste fétiche de dirigeante et cela lui permet de s’associer à Layla et Michelle McCool, les LayCool alors ultra dominantes. Oui, il y a cette donnée qui colle à la peau de Vickie, Le succès. Tous les catcheurs qu’elle managera auront le droit à leurs titres et leurs grosses rivalités.

laycool

Elle sait virer facilement car les mots « You’re Fired » seront prononcés à la face de Kelly Kelly et d’Edge qui revient décidément toujours face à elle. Son parcours comporte une victoire de prestige sur Trish Stratus et le management de Dolph Ziggler, dans un rôle de cougar. Cela s’agrémente avec un titre des Etats-Unis, et Jack Swagger est aussi un temps rajouté comme poulain de Vickie qui aura ainsi vraiment été une entrepreneuse du management à une époque où il n’y avait qu’elle et elle a parfaitement pris toute la place.

Le parcours de Vickie est extrêmement riche et comporte ensuite des échanges musclés avec Stephanie McMahon pour ces places de general Manager qu’elle chérit tant et qui lui ont parfois complètement échappé. Sa dernière rivalité aura été avec AJ Lee, championne Divas d’alors. Et tout finit ainsi avec l’Autorité, où elle est toujours plus fragilisée et elle part avec un visage fortement humain et acclamée.

Ainsi, Vickie Guerrero a bien sa place dans cette dynastie familiale. Sur fond d’hommage à son mari Eddie, sa carrière à la WWE aura été jalonnée de beaucoup de montagnes et cela pourrait s’apparenter à une étape du Tour de France sur les grands cols où elle est parvenue à chaque fois à arriver au sommet des cols Hors Catégorie dans le groupe de tête. C’est donc forcément le respect qui vient dans le bilan face une telle richesse de parcours et cette position de seule manager durant cette période parfaitement accomplie. On ne va pas l’excuser quand même, et puis elle aimait bien être détestée car c’est ainsi qu’elle aura construit une carrière complètement folle, à son image finalement.

Cliquez pour commenter

Les plus lus

En haut
//ad6media