Actualité

TNA : Sale ambiance entre Vince Russo et Spike TV

Après les récents commentaires de l’ancien booker de la fédération, les esprits semblent s’échauffer entre le diffuseur historique de la TNA et Vince Russo.

Vince-Russo-spike-tv

Il y a un peu plus d’un mois, on apprenait que Spike TV comptait se séparer d’Impact Wrestling. Si depuis les rumeurs annoncent que le show principal de la TNA pourrait tout de même rester sur la chaîne, les esprits continuent de s’échauffer entre Spike TV et Vince Russo, annoncé comme la cause principale de cette légère mésentente entre la fédération et la chaine qui a bien failli lui couter sa case sur la grille des programmes.

Pour rappel, on a appris à l’époque que Russo travaillait en secret avec la TNA, il aurait accidentellement avoué la chose à un journaliste par e-mail. Quelque chose que Spike TV n’a pas apprécié d’apprendre et qui aurait été la raison de la non-signature d’un nouveau contrat entre la chaîne et la TNA.

« Ils ne connaissent rien au business du catch »

Depuis Russo ne mâche plus ses mots et n’hésite pas à tacler Spike TV, notamment dans une interview à Pro Wrestling Report : « Spike TV est un horrible partenaire. La raison pour laquelle la TNA voudrait faire équipe avec Spike TV m’échappe, à moins qu’ils n’aient pas d’autres options. Si Spike TV était la seule option pour rester à la télévision je comprendrais. Ce sont d’horribles partenaires » explique Russo au micro de PWR. « Ils ne connaissent rien au business du catch. La façon dont ils ont mis en avant et vendu le programme toutes ces années est absolument atroce », ajoute-t-il.

Russo n’hésite pas à faire un parallèle avec la WWE et le passage de Spike TV à USA Network en 2005 « Avec Bonnie Hammer de USA Network et Vince McMahon, le ciel était la limite. Si la TNA signe un nouveau contrat avec Spike TV, tant mieux pour eux. Ils vont travailler deux ans de plus et tout ira bien. Mais le produit ne grandira pas sur Spike TV ». Pour Vince Russo, Spike TV ne peut rien apporter à la TNA, le besoin d’un nouveau diffuseur est primordial. « Ce que j’espère c’est qu’un nouveau diffuseur vienne et s’occupe de la TNA, lui donne du temps et s’investisse pour faire grandir le produit. (…) La TNA ne grandira pas sur Spike ».

Des propos assez étonnants quand on sait que Spike a été très généreux avec la TNA ces dernières années. La chaîne a par exemple permis à la fédération de se lancer dans une tentative de Monday Night Wars II en mettant Impact le lundi soir face à RAW, un risque énorme qui même si le but n’a jamais été atteint, est difficilement oubliable.

Vince Russo n’intéresse personne à Spike TV

Alors évidemment, Spike TV n’a pas tardé à répondre aux propos de Vince Russo par la voix de son directeur de la communication David Schwartz qui ne mâche pas ses mots : « On a déplacé TNA Impact de la case de troisième partie de soirée d’une heure le samedi soir qui faisait 500 000 téléspectateurs pour un prime time de deux heures le jeudi et qui est passé au million de téléspectateurs. (…) On a payé Hulk Hogan, on a payé Eric Bischoff, avec notre argent. On a payé les shows du Royaume-Uni » se défend David Schwartz. « Je pense que ses commentaires sont à côté de de la plaque. Il ne sait clairement pas de quoi il parle. Vince Russo ne signifie rien pour Spike TV, il n’a jamais pris part aux négociations. Vince Russo n’intéresse personne à Spike TV. Tout le monde se fout ou ne sait qui il est ». Au moins, cela a le mérite d’être clair.

Difficile de dire qui a raison. D’un côté on peut affirmer que Spike TV ne fait plus beaucoup de promotion pour Impact, mis à part un spot de trente secondes une demi-heure avant le show, et si Vince Russo a bel et bien été la raison qui a failli voir Impact disparaître de la grille des programme de Spike, les propos de David Schwartz seraient totalement faussés. Mais de l’autre, connaissant les habitudes de Vince Russo et le fait qu’il ait caché avoir travaillé pendant plusieurs mois en secret avec la TNA, on ne peut que mettre en doute ses propos.

Cliquez pour commenter

Les plus lus

En haut