Review

NXT TakeOver II : Le brillant futur de la WWE en action

Si vous payez 9.99$ par mois, vous avez pu assister dans la nuit de jeudi à vendredi à un nouveau show spécial signé NXT. Triple H clame sur tous les toits que le futur c’est maintenant. Le futur est-il de bon augure ?

adrian-neville-takeover

Au cas où vous ne seriez toujours pas au courant, WWE NXT est le programme à ne pas manquer du WWE Network. Chaque jeudi soir, la WWE réunit les fans les plus barges de Floride dans la Full Sail University pour assister à l’évolution des prochaines stars de Raw et Smackdown. S’il y a une dizaine d’années les jeunes pousses de la WWE avait un show télé diffusé sur une petite chaîne régionale, aujourd’hui les fans du monde entier peuvent suivre les premières aventures d’Adrian Neville, Sasha Banks et Colin Cassady sur les terres de Vince McMahon.

Triple H misait gros sur son produit jeudi soir, à tel point que pour la première fois, des catcheurs de NXT sont apparus à Raw et Main Event pour faire la promotion de TakeOver 2. Les fans présents à Baltimore lundi ont pu assister à un match par équipe entre les quatre catcheurs du main-event tandis que ceux présents à Wilkes-Barre mardi ont vu la démolition des Matadores par The Ascension.

En parlant de The Ascension, la WWE n’a pas perdu de temps avec puisqu’elle a débuté avec un match de championnat, match qui opposait la dominatrice équipe de The Ascension aux derniers représentant du peuple hispanique, Kalisto et Sin Cara. Kalisto avait déjà tenté à TakeOver premier épisode de repartir avec l’or en compagnie d’El Local mais la marche était à l’époque trop haute. Avec un coéquipier plus fluet, la mayonnaise prend. Les Lucha Dragons parviennent à se sortir des gros bras de Konnor et Viktor par une incroyable agilité et des coups de pieds bien sentis. En exactement huit minutes, ils deviennent les nouveaux champions par équipe NXT. Ce règne va leur permettre de parfaire leur association. Même si la chute a été rapide pour ceux qui promettent d’atteindre des sommets, The Ascension n’a pas connu une grande concurrence durant son règne d’une année. Cette défaite pourrait apporter quelque chose de beaucoup plus positif, un ticket vers le main roster.

sin-cara-kalisto-takeover

Il faut noter que côté production, la WWE a ajouté un écran à la place de la jupe du ring du côté de la caméra latérale. Plus les mois passent, plus le produit NXT se démarque du produit WWE. Fini les clips Make A Wish, les recaps de Raw comme c’était le cas lors des mois qui ont suivis le lancement de la brand, place aujourd’hui à des vidéos qui tirent le portrait des catcheurs impliqués dans le main-event.

CJ Parker n’était pas prévu sur la carte de ce TakeOver.  Si l’un de ses objectifs est d’éveiller les consciences sur l’écologie, on peut être certain qu’il n’avait pas en tête de durer qu’une trentaine de secondes face au mystérieux Baron Corbin. Une clothesline, un facecrusher et c’est terminé pour Parker. On a beau avoir le nom d’un personnage iconique des années 80, la douleur reste la même. Corbin démarre fort avec une victoire pour son premier match télévisé. L’ancien joueur de foot américain est promis à un grand avenir mais la route est encore longue.

« Attention, Attention, les Legionnaires sont là ! ». Le moment que tout le Paysage Audiovisuel Francophone Mondial attend. C’est le match à ne pas rater pour Sylvester Lefort. Notre LaRuffa va avoir tous les yeux braqués sur lui, à part pour ceux qui prendraient ce match comme pause pipi. Le public est chaud comme jamais pour Enzo Amore et « Big Cass », réagit très bien au petit discours d’avant match. Ce Hair vs Hair match aurait pu être renommé Glue Bucket Challenge puisqu’un seau de colle attend le perdant du match. On voit mal Lefort sortir chevelu après ce match pourtant, il sort quelques bons coups et domine la majorité du match. Malheureusement, une distraction ratée de Marcus Louis permet à Amore de rouler Sly pour le compte de trois. Tel un bon français, Lefort prend son courage à deux mains et ses jambes à son cou et laisse Louis subir les conséquences de la défaite.

enzo-amore-sylvester-lefort-takeover

Ric Flair absent pour une raison inconnue, c’est William Regal qui a l’honneur d’être introduit par Jojo et sa voix de chihuahua mais surtout de présenter au public de la Full Sail la star internationale KENTA. Le créateur du GTS est accueilli comme il se doit. Il n’y a pas grand chose à retenir de ce segment hormis que KENTA est déjà la cible de The Ascension et qu’il combattra sous le nom d’Hideo Itami à NXT. Droits d’auteur oblige, KENTA ajoute son nom à la longue liste de catcheurs indépendants qui se sont faits un nom en dehors de la WWE pour finalement en changer après y avoir signé.

Pour le troisième match de la soirée, on assiste à un autre squash. Bull Dempsey détruit en une poignée de secondes Mojo Rawley. Le match avait démarré sur un rythme tellement rapide que cela ne pouvait que se terminer abruptement. Rien à retenir hormis que Dempsey, le Taz du pauvre, sait faire un headbutt de la troisième corde.

On a beau eu avoir un match Hair vs Hair, aucun crâne rasé n’est apparu à l’écran, ce qui a le don de frustrer Enzo Amore. Lui et Big Cass vont à la chasse des français en coulisses, retrouvent Marcus Louis et exposent sa vilaine figure au monde entier. Tu peux rentrer à la maison Marcus.

marcus-louis-chauve-takeover

Reprenons un peu de sérieux, Ils sont nombreux ceux qui ont rêvé de faire partie de la WWE, Bailey y est arrivé. Mais elle désire plus, elle veut se voir championne, tel Shawn Michaels à Wrestlemania XII. Ce match pour le titre de championne NXT a une odeur particulière, une odeur vintage avec d’un coté Bailey qui porte une tenue qui fait immédiatement penser au Macho Man, et de l’autre Charlotte, fille de Ric Flair, le plus grand heel de l’histoire qui a connu de multiples matchs de légendes dans les années 80. Les aspirations de Bailey sont louables mais est-elle à la hauteur de la championne qui a dû battre Natalya pour accrocher ce titre autour de ses hanches ? Malgré une défense successive logique de la part de Charlotte dans un match plus long que les matchs de Divas en PPV, Bailey montre qu’elle sait encaisser les coups, qu’elle n’est pas là pour faire de la figuration. Avec un nouveau match de cran pour la division féminine de NXT, on ne peut plus douter de l’avenir du catch féminin. Et si on remplaçait les jumelles Bella par Charlotte et Bailey, on ne serait pas mieux ?

Lors du dernier TakeOver, l’ambiance était retombée avec un main-event fade comparé à la prestation de ces dames. On a mis les petits plats dans les grands pour pas que cela n’arrive: un Fatal Four Way composé des quatre personnalités les plus en vue de NXT. Adrian Neville, l’homme que la gravité n’atteint pas, Sami Zayn, innovateur au grand coeur, Tyler Breeze, aussi arrogant que surprenant et Tyson Kidd, grand technicien.

Neville n’a jamais combattu dans ce genre de match à NXT mais il avait mis un terme au soporifique règne de Bo Dallas dans un match de l’échelle, autre première à NXT. Comme à (presque) chaque match à plusieurs composants, le début du combat sépare les combattants qui démarrent le combat aux abords du ring.

Ce match ne fait pas exception, le public est toujours là pour exprimer son opinion. Ainsi, Tyson Kidd se verra rappelé qu’il n’est que le mari de Natalya, ou même « Nattie’s Wife » pour certains. Les plus critiques lui rappelleront que c’est la nièce de Bret Hart qui porte la culotte du couple avec un chant « Nattie is better ». Pas de réponses, d’énervement de la part de Kidd, il reste impassible. Dommage.

kidd-zayn-breeze-takeover

A-t-on besoin de rappeler que Sami Zayn est extraordinaire. Hormis une petite erreur de timing sur une prise qui était destinée à être portée sur Adrian Neville, Sami Zayn passe très près d’une victoire qui aurait pu enfin lui faire goûter à l’or.

Avec une première heure avec peu de saveurs, le rendu global est néanmoins plaisant à regarder avec deux matchs de championnats de qualité qui ne fait aucun perdant, hormis peut-être Tyson Kidd qui ne peut gagner une personnalité en une soirée. Sylvester Lefort s’en sort bien en laissant son comparse Marcus Louis se faire raser la tête. Le changement de champions par équipe offre de nouvelles perspectives qui pourraient animer la période automnal du côté de la Floride.

Cliquez pour commenter

Les plus lus

En haut
//ad6media