Preview

Hell in a Cell 2014 : Dean Ambrose aura-t-il enfin sa revanche ?

Malgré un build-up d’un mois supplémentaire, on ne peut pas dire que grand chose ait changé à la WWE depuis Night of Champions. Alors quand on voit arriver Hell in a Cell, l’attente n’est pas aussi énorme qu’elle devrait l’être.

dean-ambrose-hell-in-a-cell

S’il y a un special event à thème que l’on a la légitimité de détester, c’est bien Hell in a Cell. Depuis la création de ce qui était encore appelé pay-per-view à l’époque, on ne peut pas dire que l’événement ait accouché de matchs mémorables une fois dans la cage. CM Punk vs The Undertaker, les CM Punk vs Ryback ou même John Cena vs Randy Orton, ces affrontements n’avaient rien d’extraordinaire dans une époque où l’on met moins en danger la santé physique des catcheurs. Ce n’est pas pour rien que Mick Foley soit venu rappeler le danger de la cage puisque tout le monde semble peu à peu l’oublier.

Et même une fois la cage mise à part, c’est la construction des rivalités en générale qui est à cibler. Que faire quand on construit une émission seulement autour de deux rivalités? Si vous regardez Raw depuis début septembre – voire au-delà – le show repose essentiellement sur la lutte entre The Authority et le duo discordant John Cena et Dean Ambrose, avec un Brock Lesnar qui apparaît quand le besoin se fait sentir. Sinon, le plus souvent Rusev fait parti du second segment à promo, avec en point d’orgue cette confrontation contre le Rock la semaine passée. Le reste des rivalités grignote du temps, entre celle des Bellas, la rivalité entre AJ et Paige puis celles autour des ceintures secondaires qui restent bien maigres.

Hell in a Cell offre donc une carte avec de nombreux matchs revanches et peu de nouveaux catcheurs accédant au special event, montrant un certain immobilisme sur les derniers shows de la WWE.

Brie Bella vs Nikki Bella – la perdante devient l’assistante de l’autre pendant 30 jours

Cette rivalité, après avoir entravée légèrement le titre des Divas, arrive finalement à sa première confrontation directe avec une stipulation contraignante et qui semble indiquer la victoire de Nikki Bella. En effet, à moins d’une prise de conscience sur la qualité faible de cette rivalité, on risque de manger du Brie Mode et la « Fearless » Nikki Bella encore quelques temps.

Pas de grande complication donc, pour que la rivalité prenne une nouvelle tournure, il faut que Brie perde, la clause rajoutant que si la perdante refusait de se plier à la contrainte d’être l’assistante de l’autre, elle serait virée. Une mention qui semble nous pousser vers 30 jours de segments foireux où Nikki voudra pousser à bout sa sœur. Ô joie de regarder Raw pour cela.

brie-bella

Gagnante : Nikki Bella

Sheamus (c) vs The Miz – Match pour le titre US

Deux matchs consécutifs en special event pour le titre des États-Unis, c’est Noël. Malheureusement, c’est The Miz en face de Sheamus et avec une absence de rivalité, cela va être compliqué de donner une quelconque densité à ce match qui ne dépassera certainement pas la dizaine de minutes. On peut juste se dire que The Miz se fait en ce moment pas mal voler la vedette par Damien Mizdow, son fidèle imitateur, lui l’ancien détenteur de la mallette Money in The Bank, lui qui avait réussi à se transcender face à John Cena pour sombrer jusqu’à devenir la copie du Miz. Moche.

Sheamus, quant à lui, réapparaît tout doucement dans les cartes de special event, on ne peut pas dire que ce soit le grand luxe pour le celte mais c’est déjà mieux que son passage à vide depuis le début de l’année 2014. Loin de revenir dans les faveurs des bookers, on pouvait espérer un second match entre lui et Cesaro après la performance très physique des deux. Mais une confrontation face au Miz risque d’être plus plate, sans surprise, bien que l’on espère toujours l’être. Au pire, si The Miz prend le titre, il le perdra sûrement le lendemain.

Gagnant : Sheamus

Dolph Ziggler (c) vs Cesaro – 2 out of 3 falls match pour le titre Intercontinental

En voilà une affiche qui devrait réveiller le public. Annoncée pendant Smackdown, elle risque d’être le showstealer de ce special event, en tout cas au niveau de la performance in-ring. Car l’on ne peut pas dire que cette rivalité soit plus travaillée que celle pour l’autre titre secondaire. Pratiquement pas de segment mais des affrontements au travers de tag team matchs avec les Usos ainsi que Goldust et Stardust. Rien de bien nouveau donc. La suffisance autour des titres et rivalités de midcard commence tout de même à être très lourde.

Surtout que les deux sont extrêmement bons, on espère qu’ils auront le temps de s’exprimer sur le ring tellement le selling de Ziggler risque d’être parfaitement compatible au côté très stiff de Cesaro. Un match à manchette, uppercut et autres coups qui claquent bien fort sans aucun doute. Encore une fois, on ne peut pas vraiment miser plutôt sur l’un ou sur l’autre, et c’est un peu à pile ou face que se jouera ce match, et on prend ici le risque de miser sur Cesaro et pourquoi pas une rivalité qui pourrait alors prendre son envol.

Gagnant : Cesaro

cesaro-ziggler-hiac

AJ Lee (c) vs Paige – Match pour le titre Divas

Dernière catcheuse à avoir réussi à éviter d’être dans le casting de Total Divas, AJ Lee risque de nouveau de s’imposer en anti-diva. On ne peut pas vraiment dire que ce match sera meilleur que les autres, tellement on sait que les deux catcheuses auraient besoin de plus de temps in-ring pour pouvoir poser au mieux leur storytelling plutôt intéressant depuis le début de cette rivalité.

Reste que le temps d’antenne est trop restreint, et que les Bellas entravent pas mal le développement scénaristique que pourrait avoir cette rivalité. On espère toutefois avoir un match plus fluide, moins brouillon que les fois précédentes. Concernant le résultat, un peu de stabilité ferait du bien à la ceinture, et si Nikki Bella jouait le rôle de nouvel élément perturbateur pour justifier la reprise du titre d’AJ Lee. Ici l’on voit mal ce qui pourrait vraiment justifier un nouveau changement de titre, qui serait alors fade pour Paige.

Gagnante : AJ Lee

The Usos vs Gold & Stardust (c) – Match pour les titres par équipe

Encore une fois, pas grand chose de nouveau dans cette rivalité dont seule la close de rematch des Usos justifie un nouveau volet. Un match qui devrait être solide, avec des catcheurs qui doivent désormais se connaître sur le bout des doigts, et il y a plutôt intérêt à la vue du nombre de matchs par équipe qu’ils ont effectués ensemble.

Un match qui devrait être sans surprise, avec un hot tag des familles, quelques prises de risque à l’extérieur et un final où le chaos sera le plus total. Un schéma qui devient tellement classique que Michael Cole sera bientôt capable de faire ses commentaires les yeux fermés. C’est un peu triste, mais c’est sûrement ce qui va arriver.

Gagnants : Gold & Stardust

gold-stardust-hiac

Rusev vs The Big Show

L’un des seuls matchs sans enjeu de la soirée – avec le match entre Dean Ambrose et Seth Rollins – et probablement l’un des axes les plus développés ces derniers temps. La WWE adore faire revivre la guerre froide à ses compatriotes et nous le fait sentir. Car on ne peut pas dire que la WWE n’a pas mis le paquet sur Rusev et Lana. Des adversaires solides en midcard avec Jack Swagger, Big E, Mark Henry et maintenant The Big Show. Des cadres plus ou moins importants de la WWE mais des physiques tout à fait crédibles pour s’opposer à Rusev.

La confrontation verbale face à The Rock reste en point culminant dans la réussite de Rusev dans la carte et on ne peut pourtant pas dire que les promos soient exceptionnelles. Si ce n’est le répétitif – mais toujours efficace – couplet de The Rock, les segments de Rusev sont loin d’être originaux. Excepté la kick envoyé sur un militaire de ce dernier lundi, on sent une certaine stagnation du personnage qui ne pourra jamais se détacher de la Russie et de Poutine.

Le match en lui-même va être à double-tranchant, les oppositions de big men sont toujours assez dures à encaisser dans une carte et difficile de voir ce match comme une exception. Même si The Big Show est assez mobile, il reste assez limité en ce qui concerne le rythme d’un match qui devra plutôt miser sur une tension assez forte pour faire réagir la foule. On garde toutefois dans l’idée que la WWE aurait dû garder Jack Swagger et Zeb Colter sans changer de catcheur à chaque special event. En attendant, on voit mal à quoi servirait une victoire du Big Show, puisqu’elle mettrait un coup un peu trop dur à la réussite de Rusev.

Gagnant : Rusev

John Cena vs Randy Orton – Hell in a Cell pour la place de #1 Contender

Une confrontation rafraîchissante en vue entre ces deux espoirs avec un grand avenir devant eux. C’est peut-être ce que l’on vous aurait dit en 2002. Mais voilà, on est en 2014 et les années où Cena et Orton ont monopolisé les main-events sont passées par là. Et à la vue de leur dernière confrontation en Hell in a Cell – un match pour, surprise, le titre de la WWE en 2009 – il y a de quoi être inquiet sur la qualité intrinsèque du match. Probablement peu de prises de risques pour les deux posters boys de la WWE et le goût amer du vomi que l’on a recraché depuis trop longtemps pour apprécier une telle confrontation.

Est-ce que seulement une personne trouve encore cette affiche attrayante? On en doute. Et le développement de ce match s’est plutôt fait dans la relation qu’a chacun avec Seth Rollins plutôt qu’une confrontation directe. Ici, la seule nouveauté sont les RKO de Randy Orton sur Vine. C’est faible, surtout quand on voit la structure dans laquelle les deux s’avancent. Si en 2009 la rivalité avait été assez longue pour justifier un tel match – les deux avaient même donné un bon Iron Man Match qui semble être le dernier en date à la WWE – ici on est moins emballés par cette plongée directe dans la cage.

Mais sans le champion Brock Lesnar qui, on espère, reviendra défendre son titre avant 2015, il fallait trouver un match solide pour déterminer le prochain challenger, et quoi que l’on puisse dire, malgré la répétitivité de l’affiche, malgré le ras-le-bol de voir ce match, les deux restent crédibles pour prétendre au titre WWE. Reste que John Cena, avec sa dernière défaite par disqualification, devrait prendre la place pendant que Randy Orton ira déstabiliser un peu l’Autorité en s’embrouillant un peu plus avec Seth Rollins.

Gagnant : CENA WINS LOL

john-cena-hiac

Dean Ambrose vs Seth Rollins – Hell in a Cell

Le match de la soirée sans aucun doute. Celui que l’on attend depuis un moment, un match où l’on espère voir les deux prendre des risques comme ils pouvaient en prendre avec The Shield. La cage devrait limiter les interventions même s’il serait naïf de penser que le match en sera dénué. Toutefois, c’est le grand moment pour les deux qui devraient disposer du temps et de la structure nécessaire pour finalement exploser au plus haut niveau.

Avec le dernier segment de Mick Foley, on ose croire que ce Hell in a Cell nous surprendra et sera bien plus qu’un simple match où les deux catcheurs sont enfermés. La rivalité a bien trop été développée dans ce sens pour que Ambrose et Rollins aient le droit de nous décevoir. Il faut que ce match soit bon sinon cela en affectera l’impression globale du special event où seule cette affiche semble se démarquer dans sa fraîcheur et son développement.

Ce match semble être propice à une conclusion, une opposition finale avant que chacun passe à autre chose. Et c’est pour cela que Dean Ambrose a définitivement besoin de cette victoire. Bien qu’il soit over, sa popularité reste plus fragile que la heat de Rollins qui avec sa mallette, peut se permettre une défaite dans un match tel que le Hell in a Cell. Quand les possibilités de rivalités se multiplient pour Rollins, elles ne sont pas aussi importantes pour Ambrose. C’est pour cela qu’il est sacrément temps qu’il prenne une revanche franche et définitive sur Seth Rollins.

Gagnant : Dean Ambrose

Hell in a Cell a du potentiel. Peu de potentiel, mais il en a. Les affiches sont diverses, et malgré les multiples redites, on peut espérer que la cage et les stipulations apportent une bonne dose de piment à ce special event. On guettera davantage les confrontations entre Dolph Ziggler et Cesaro ainsi que celle entre Dean Ambrose et Seth Rollins pour la qualité de chacun des catcheurs, mais il faudra également voir si les matchs comme Sheamus vs The Miz ou Randy Orton vs John Cena arrivent à nous faire mentir et nous surprendre, ce dont l’on doute pas mal.

Cliquez pour commenter

Les plus lus

En haut