Review

NJPW Power Struggle 2014 : Dernier obstacle avant Wrestle Kingdom

En ce début du mois de novembre, c’est le dernier stop pour la NJPW avant son grand évènement de l’année Wrestle Kingdom qui marquera le début d’année 2015. Mais ici il s’agit de finir l’année 2014 sur de nouvelles bases placées par les changements opérés un mois auparavant à King of Pro Wrestling.

Shinsuke-Nakamura-power-struggle

Pour lancer la soirée japonaise à Osaka, un pré-show par équipe rappelle les liens entre la NJPW et la CMLL qui organisent chaque mois de février la tournée Fantasticamania. Ainsi dans une promotion avancée, Mascara Dorada et Fuego sont en tournée et s’affrontent dans un match par équipe où le premier, vainqueur, est associé à BUSHI tandis que le second est avec Tiger Mask IV. L’occasion est belle pour eux de montrer leur dextérité et qu’ils sont vraiment la fine fleur des luchadores high flyers. La mission est accomplie sans souci ici.

Pour débuter le show proprement dit, le bal des habitués par équipe est lancé. Avec trois équipes, l’action est garantie surtout quand il y a les Young Bucks et les Forever Hooligans dans le coin. TAKA Michinoku et El Desperado ont moins d’interaction avec les quatre autres hommes mais s’insèrent bien. Les Young Bucks mettent fin à une série de défaites décevantes en virevoltant irrésistiblement sur la fin d’un combat qu’ils emportent comme une tornade qui s’achève avec le More Bang for Your Buck. Ainsi, le BULLET CLUB remontre les crocs.

L’énième chapitre de la rivalité la plus longue et ennuyeuse de la NJPW se déroule et évidemment l’ensemble du public en est lassé à force. Cette fois, Toru Yano et surtout Kazushi Sakuraba prennent le dessus sur Minoru Suzuki et Takashi Iizuka. Un tombé bizarre mais au moins normal conclue le match à l’avantage de Sakuraba sur Suzuki dans une rivalité encore appelée à s’étirer cette fois à un contre un pour un chapitre final qu’il faut espérer plus glorieux que tout le reste de leur livre jusqu’à présent.

Bruce Tharpe est toujours là pour rêver de gagner du terrain sur la NJPW. Mais l’invasion de la NWA n’en est plus une tellement elle perd des plumes au fur et à mesure de ses passages. Et pourtant ici, c’est surement son représentant le plus prometteur et le plus talentueux qui est tombé. Chase Owens, arrivé en champion junior poids-lourd de la NWA, a la gueule, l’attitude et le rythme in ring pour se révéler encore plus haut à l’avenir. Mais dans l’immédiat, il est cloué au sol par le vétéran Jushin Thunder Liger qui arrive toujours à fournir la prestation qu’il faut au meilleur moment. Le résultat est très convaincant pour le plus grand malheur de Tharpe.

Dans cette première partie du show, la revanche du BULLET CLUB sérieusement malmené le mois dernier se poursuit. Maquillés de blanc et de noir et toujours plus sombres, Karl Anderson, Doc Gallows, Bad Luck Fale, Tama Tonga et Yujiro Takahashi toujours en bonne compagnie ont l’appétit destructeur et une équipe de favoris de la foule sans grand statut présent leur est opposée. Togi Makabe et Tetsuya Naito se révèlent comme des vrais poisons pour leurs adversaires et si Tomoaki Honma qui ne se sert que de sa tête pour toucher l’adversaire est souvent la cible, c’est plutôt vers Captain New Japan que la conclusion se fera avec le Hip Toss de Bad Luck Fale toutefois malmené juste avant. Mais l’unité du BULLET CLUB est forte et bien démontrée dans un match rythmé.

bullet-club

L’équipe de l’année 2014 a confirmé ce statut. Bobby Fish et Kyle O’Reilly, portant déjà les titres par équipe de la ROH, font un sans faute dans leur tournée au Japon qui est un vrai triomphe. Vainqueurs du tournoi des Super Juniors, ils affrontent ainsi Alex Shelley et KUSHIDA avec les titres IWGP Junior poids-lourd en ligne de mire. En deux phases distinctes, le match parait d’abord s’offrir aux champions en titre mais tombe finalement dans l’escarcelle de ces deux visiteurs habitués à l’environnement japonais et auteurs d’une fin de match étourdissante, emportant tout de manière irrésistible. Leur moisson se poursuit et leur appétit tellement sans faim qu’après tout, les Forever Hooligans et les Young Bucks, déjà battus précédemment, pourront bien s’inviter à la table bien garnie des reDRagon.

La reprise traite du titre IWGP Junior poids-lourd. Avec Taichi bien dans le ton de son clan Suzuki-gun, le contenu est rude mais pas dénué d’intérêt malgré un début ronronnant. L’action est vraiment celle d’un match sans disqualification où Taichi malmène sérieusement Ryusuke Taguchi au point de le faire passer à travers une table avec un piledriver à l’extérieur. Finalement, pas d’ennui dans un match qui ne présentait pas de grandes attentes et les deux hommes en ressortent grandis avec la victoire pour Taguchi. Le BULLET CLUB revient encore pour présenter son nouveau membre, le canadien Kenny Omega auteur d’une sacrée promo de challenger de Taguchi pour lancer son parcours avec la NJPW.

Concernant cet afflux de catcheurs non japonais, AJ Styles en est encore le plus fier représentant. A l’exemple de tout son clan, il devait rebondir après la perte du titre IWGP poids-lourd suite à l’arrivée surprise de Yoshi Tatsu. Ce dernier revient sur les terres de sa formation auréolé évidemment de ce statut d’ex Superstar de la WWE qui ouvre plus facilement les portes. Mais d’une affiche bien curieuse, on aboutit à un match très solide où les kicks et le rythme imprimé par Tatsu font merveille dans une parfaite alchimie. Vraiment ce match passionne et a un déroulé très clair. AJ Styles en ressort vainqueur fort avec le Styles Clash non sans avoir dû fournir une partition solide.

yoshi

Et Jeff Jarrett a sa revanche ensuite en assommant Yoshi Tatsu avec sa guitare. Surprenant de voir débarquer Tetsuya Naito, pourtant défait dans le match par équipe plus tôt mais auteur d’une prestation individuelle qui lui aura donné la confiance pour avancer comme prochain adversaire du boss du BULLET CLUB. En fait, AJ Styles agit comme un relanceur pour la forme de son adversaire et il y a fort à parier que ce sera encore le cas la prochaine fois.

Match de la soirée en approche déjà dans l’air tellement Tomohiro Ishii et Hirooki Goto parviennent toujours à s’attirer les faveurs du public. Et là le rythme est dense, très physique, bien à l’image de ces deux profils similaires offrant une réelle bataille. Aucun ne veut reculer même en tombant à terre, les chocs sont nombreux et il faut bien deux grosses Superplex pour qu’Ishii parvienne à garder son titre NEVER Openweight et rappelle qu’il aura complètement éclaté cette année sur le tard mais avec bon nombre de promesses toutes tenues.

Pas d’enjeu ensuite mais plutôt un avant gout très léger de ce qu’il y aura en main event de Wrestle Kingdom 9. Kazuchika Okada et Hiroshi Tanahashi s’affronteront à nouveau pour le titre IWGP poids-lourd, et dans ce match par équipe ils croisent leurs armes, même s’il y a peu d’affrontement direct. Ce sont leurs acolytes, Kota Ibushi d’un côté et YOSHI-HASHI de l’autre, qui se partagent la partie résultat final ainsi que contenu. Okada et Tanahashi ont montré chacun leurs moves, et alors qu’Ibushi parachevait son succès, Okada mettait à terre Tanahashi à l’extérieur du ring, l’objectif étant vraiment de montrer les muscles jusqu’au 4 janvier 2015.

Le main event était attendu et n’aura pas rempli toutes les attentes. C’est un avis général tant devant l’écran que sur place et du coup la frustration a dominé. Shinsuke Nakamura a l’habitude du main event en cette année 2014 où il aura dansé avec et autour du titre IWGP Intercontinental. Face à lui, la révélation 2014 Katsuyori Shibata donc autant dire que tout était réuni pour un gros combat mais le rythme a été bien trop irrégulier. Les évitements de Nakamura donnaient bien le ton mais ensuite en dehors d’à coups le soufflé retombe et ne monte jamais réellement. Alors au bout du compte le sentiment est mitigé, c’est correct, ok, Nakamura a tout de même besoin de trois Booma ye pour conserver son titre, mais il n’a pas eu à vraiment s’employer. Kota Ibushi peut donc bien arriver par surprise pour le mettre à terre et s’imposer ainsi comme son prochain adversaire.

Après les changements du mois d’octobre, novembre aura figé les positions pour Wrestle Kingdom 9 de manière très percutante. L’intensité était bien réunie, les combats variés et bien inspirés avec du suspens bien présent. Tous les ingrédients sont bien placés pour la bonne soupe servie dans le Tokyo Dome le 4 janvier 2015, un grand show plus international que jamais qui s’annonce et où l’incertitude revenue en cette fin d’année 2014 fera le sel des matchs du coup d’envoi de l’année 2015.

Cliquez pour commenter

Les plus lus

En haut