Review

NJPW New Beginning in Sendai : Aucun risque pour le BULLET CLUB et Nakamura toujours présent

© NJPW

Dans ce deuxième show New Beginning de la NJPW, les attentes étaient moins fortes en apparence sur le papier. Il faut dire aussi que les plus gros titres étaient en jeu à Osaka alors qu’ici à Sendai, seul le titre Intercontinental représentait une vraie source d’intérêt en entrant dans ce show.

Comme à l’habitude, trois matchs par équipe lancent les hostilités. Dans le premier match, Captain New Japan décroche une rare victoire avec Manabu Nakanishi aux dépens du jeune Yohei Komatsu associé à Satoshi Kojima. Autant le jeune Komatsu a souffert, autant le jeune Jay White a montré de belles promesses dans le match suivant où associé à Tiger Mask IV, il a même l’adhésion de la foule. En face, les reDRagon doivent achever leur tournée par une victoire et c’est le cas, même s’ils ont perdu les titres IWGP Junior par équipe trois jours plus tôt.

Le BULLET CLUB lutte avec l’esprit tranquille

Le BULLET CLUB beaucoup plus relax et engagé dans des matchs sans enjeu lâche ainsi du lest en l’absence d’AJ Styles. Dans le troisième match de la soirée, la triplette de champions Junior poids-lourd composée des Young Bucks et de Kenny Omega se heurte à un Mascara Dorada qui aura électrisé la foule japonaise sur deux moves parfaits. Le champion de la CMLL, associé aux Time Splitters, délivre une suplex à l’extérieur du ring parfaitement réalisée et avec une prise de risque incroyable. Et avec ça il ajoute un tope suicida. Autant dire qu’il avait les clés en main pour arracher la victoire mais il le fait de manière opportuniste face à un Omega dérouté qui voit son prochain challenger le dominer.

Plus tard dans le show, il y avait encore deux matchs avec le BULLET CLUB. Dans le premier, Kazuchika Okada s’est à nouveau rassuré en venant à bout de Bad Luck Fale et Yujiro Takahashi, avec en toile de fond le premier tour de la New Japan Cup où il affrontera Fale. Dans l’autre match, Hiroshi Tanahashi était bien isolé de Goto et Shibata. Le trio composé de Karl Anderson, Doc Gallows et Tama Tonga s’est longtemps amusé à martyriser la star à la guitare invisible mais à l’arrivée, Tanahashi a eu le dernier mot.

En plein coeur du show, la portion consacrée à la NWA était rassemblée. Son président Bruce Tharpe aura passé une bien sale soirée, finissant même en sang. Ses malheurs commencent quand Chase Owens tente de reprendre le titre de Junior poids-lourd à Jushin Thunder Liger. Le jeune Owens tente tout mais dans un match moyen se fait surprendre à l’expérience.

Hiroyoshi Tenzan ajoute un titre à son palmarès

L’expérience est le maitre mot concernant Hiroyoshi Tenzan qui est opposé à Rob Conway pour le titre de la NWA. Et comme son collègue vétéran, Tenzan a le dernier mot dans un match meilleur et physique. Au palmarès très impressionnant de 4 titres IWGP poids-lourd et 11 titres IWGP par équipe par exemple, Tenzan ajoute un titre à sa collection pour le plus grand bonheur de son pote Kojima. Les titres de la NWA continuent ainsi de naviguer entre les Etats-Unis et le Japon, on est vraiment très loin de l’invasion promise par Tharpe au début.

Dans ce show marqué par l’expérience, il y a pourtant deux hommes peu habitués aux titres qui s’affrontent et qui vont voler le show. Tomohiro Ishii et Tomoaki Honma, bien qu’ayant plusieurs années derrière eux, ont peu gouté aux honneurs. Ici l’occasion est parfaite avec le titre NEVER Openweight laissé vacant par Togi Makabe qui s’est blessé. Le choix de la composition du match est parfait car entre les deux Tomo, le cocktail s’annonçait explosif.

Et mieux, on est surpris par le temps accordé au match et par le match en lui-même. Très agréablement surpris. Près de 25 minutes pour un match n’étant pas en main event, ça a l’odeur du show stealer. Et en regardant le contenu, la prestation de Tomoaki Honma est encore au-dessus par rapport à ce qu’on avait vu avant. C’est bien la sensation de voir un Honma énorme à tous les niveaux avec ses coups de tête ravageurs, dont un à l’extérieur du ring, mais aussi une panoplie complète, qui domine. Il tente vraiment tout pour assommer Ishii et ainsi il relève avec merveille le défi physique imposé. C’est du Puro comme on l’aime et qui électrise le public en feu derrière Honma. Mais celui qui vole le show n’est pas souvent le vainqueur, la preuve encore ici. Tomohiro Ishii s’en sort un peu par miracle dans un match qui aura comblé tout le monde, avec juste la déception de ne pas voir Honma enfin champion mais Ishii reste un beau champion.

Shinsuke Nakamura domine le main-event

Et après ce superbe match, il reste un main event entre deux valeurs sures de la NJPW. Shinsuke Nakamura défend son titre de champion IWGP Intercontinental contre Yuji Nagata. Nagata revient sur le devant de la scène à la NJPW peu de temps après avoir été champion à la NOAH, autant dire que c’est le moment ou jamais de profiter de l’élan pour un des derniers grands moments de sa carrière.

Deux techniciens sont à l’oeuvre mais avec moins de temps qu’à l’habitude pour un main event, 17 minutes. Il faut dire que le match avant a pris les miettes qui lui étaient laissées. Les deux anciens font quand même bien le boulot dans cet affrontement légèrement dominé par un Nakamura très facétieux, faisant un tombé en mode garde à vous. Le leader de CHAOS a la main et même si Nagata arrive à le contrer, on sent qu’il n’y aura pas de changement ici. Nakamura score la victoire sur son deuxième Booma Ye et savoure une nouvelle victoire en main event pour le titre Intercontinental décidément en lumière avec ce champion.

Ce deuxième show New Beginning aura été sur une note différente du premier, de qualité plus disparate et moins long. Cette fois, les anciens de la NJPW ont eu la main, marquant une diversité intéressante dans le paysage de la fédération japonaise. Nakamura, Liger et Tenzan restent des valeurs sures tandis que le match de cette tournée marquée par cinq nouveaux champions est incontestablement celui livré par Honma et Ishii.

Cliquez pour commenter

Les plus lus

En haut
//ad6media