Hall of Fame

Les Bushwhackers, du catch brutal au comedy wrestling à la WWF

Le 28 mars prochain à San José en Californie aura lieu la cérémonie traditionnelle du Hall of Fame de la WWE. Pour commencer la revue des noms qui s’ajouteront à tout jamais sur le mur des célébrités de la WWE cru 2015, une équipe pleine de paradoxes, les Bushwhackers.

bushwackers-hall-of-fame

Déjà dix équipes et pas des moindres, surtout des familles, font partie du Hall of Fame de la WWE. La onzième équipe sera donc les Bushwackers composée des néo-zélandais Luke Williams et Butch Miller. Les voir gravés dans la légende à tout jamais est un honneur mais aussi une surprise car leur carrière à la WWE n’a pas été des plus formidables et ils n’ont même jamais remporté les titres par équipe.

Ainsi il ne s’agit pas vraiment d’honorer leurs accomplissements dans le ring de la WWE mais plutôt la fraicheur qu’ils ont insufflé et une carrière de quarante ans très engagée sur les fédérations indépendantes. Encore maintenant Luke Williams s’illustre parfois sur les rings tandis que Butch Miller s’est retiré en 2001 sur blessure et maladie. On parle alors d’un duo de fous furieux du ring qui a pourtant évolué à contre courant de son style à la WWE.

Miller et Williams débutent dans leur pays sous le nom des Kiwis, rien de plus naturel finalement. À partir de 1972 le duo s’exporte à l’international au Canada à la Stampede Wrestling de Stu Hart. Ils remportent leurs premiers titres là-bas avant de s’illustrer aux États-Unis dans diverses promotions de la NWA. Puis ils vont à la WWC au Porto Rico où ils sont Los Pastores. Devenus ensuite les New Sheeperders, ils attendront près de trois ans avant de se reformer en 1984, Miller souhaitant se ressourcer auprès des siens.

Il faut forcément en venir au plus grand paradoxe, ils se sont surtout distingués par des matchs violents et extrêmes, notamment à la WWC, fédération porto-ricaine qui a longtemps privilégié les combats se finissant par des gueules ensanglantées. C’est leur catch engagé qui leur a permis d’écumer les plus grandes fédérations américaines telles que l’UWF où ils ont eu John Laurinaitis comme manager, ce dernier les introduira au Hall of Fame d’ailleurs. Le 30 décembre 1988 après déjà 25 ans de carrière, le duo qui a déjà livré de grosses batailles qui auront bien marqué leurs corps viennent se forger une légende dans un tout autre style à la WWF.

bushwackers-johnny-ace

Les Bushwhackers et Johnny Ace (John Laurinaitis) au micro de Jim Ross

Pas banal pour un duo reconnu pour son catch violent partout ailleurs de ne faire que de la comédie à la WWF et pourtant ils y sont arrivés avec brio. Leur démarche et leurs mouvements faisaient réagir les enfants qui venaient même faire la marche particulière avec eux sur le ring. Il ne s’agit pas de pionniers néo-zélandais, Tony Garea étant passé avant eux, mais avec une gimmick très simplette et un palmarès vierge, ils ont tout de même duré 7 ans.

La clé de cette longévité, c’est une participation régulière aux shows Saturday Night Main Event où parmi les légendes de l’époque ils se sont fait leur petite place par des longues rivalités, d’abord avec les Bolchevicks qu’ils avaient battus lors de leur tout premier combat et surtout lors de Wrestlemania V dans leur tout premier match en pay-per-view. Après cette feud initiale, les deux Kiwis vont livrer une rivalité de plusieurs mois contre les Fabulous Rougeau, Jacques et Raymond. Ainsi, le samedi, les deux duos se livraient des batailles régulières qui allaient aussi se produire aux Survivor Series 1989 et au Royal Rumble 1990 où les Bushwhackers remportaient une autre victoire dans un gros PPV, leur plus gros fait d’arme à la WWF.

Ensuite, ils tentaient bien de gravir l’échelon au-dessus mais leurs chances tombaient vite à plat avec notamment une défaite contre les Nasty Boys lors d’un de leurs rares matchs pour les titres par équipe. C’est ensuite une rivalité contre les Beverly Brothers qui les occupait en 1992 toujours loin des projecteurs et même en dark match, mais ils en ressortaient aussi vainqueurs.

Déjà expérimentés avec l’essentiel de leur carrière derrière eux à leur arrivée à la WWF, ils ont surtout servi à faire monter les nouveaux venus lors de la deuxième partie de leur parcours. Et ce rôle les a conduit petit à petit vers la fin et même une période sans aucune activité avant des apparitions faisant ressortir leurs origines australes. Miller et Williams ont quitté la WWF en 1996 et fait une tournée indépendante avec de bonnes choses comme les apparitions à la WWC et à l’ECW aux côtés des Dudley Boys en 1998 et de beaucoup moins bonnes avec le show Heroes of Wrestling en 1999.

Mais les associer à la médiocrité serait quand même bien injuste et preuve que leur gimnick aura été marquante à la WWF, ils ont participé à la Battle Royal des gimmicks à Wrestlemania 17 en 2001. C’est essentiellement leur côté comédie qui sera retenu pour le Hall of Fame. Ils seront aussi reconnus comme la plus fameuse équipe d’Océanie qui aura enflammé le catch par équipe du milieu indépendant pendant près de quinze ans.

Cliquez pour commenter

Articles populaires

En haut