Reportage

On y était : WWE Live à Anvers

Seth Rollins à Anvers pour son match face à Randy Orton — © Laura Van den Abeele / VoxCatch

La Lotto Arena de Anvers est un hall omnisports un peu à l’image de la Pubeco Arena de Orchies qui avait été le lieu d’un des shows de la WWE l’année dernière. Sensiblement plus grand toutefois, c’est dans une salle à 90% remplie que les catcheurs de la WWE vont effectuer leurs matchs. À l’affiche, les cadors comme John Cena ou Randy Orton s’opposent à de plus jeunes loups, respectivement Rusev et Seth Rollins dans les deux seuls matchs revanche de Wrestlemania.

On sent d’ailleurs que envers et contre tous, John Cena garde cette infaillible popularité, les T-Shirts bleus, rouges, jaunes de la superstar pullulent dans l’arène à la palette de fans toutefois assez variée, mais la majorité reste en faveur du Marine, comme on l’entendra tout au long de son match face à Rusev.

Une foule des grands soirs

La salle est vraiment faite pour ce genre de show, avec un stage vraiment propre et proportionné. On sent avant même le début des hostilités que le public veut donner de la voix. Les classiques y passent dont le sempiternel « Let’s Go Cena! » s’opposant au « Cena Sucks! ». Une foule qui aura été globalement présente vocalement à chaque match. Une ambiance de feu qui lui a d’ailleurs permis d’obtenir quelques compliments mérités de la part des catcheurs eux-mêmes, Goldust prenant même le micro.

Dans l’ordre des réactions, John Cena domine largement le reste du roster tandis que Randy Orton et Dean Ambrose – opposé ce soir-là à Luke Harper – confirment leur grande popularité auprès du public de la WWE. Les Lucha Dragons, bien que très récents dans le main-roster, obtiennent eux aussi leur instant de gloire, la foule reprenant les « LU-CHA » sans problème. Même Nikki Bella, face d’un soir face à Naomi, peut se targuer d’avoir fait bruyamment réagir la foule.

Bien que leader dans le #BoycottTheRyback Movement, VoxCatch se voit également obligé de reconnaître la popularité de ce dernier à l’entrée et à la sortie. Enfin, son match avec Kane fut trop court (quatre petites minutes) pour que le public se rende compte de l’ennui dans lequel il le plongeait. Côté heel, Stardust gagne la palme d’or en annonçant le Royal Rumble 2016 à Anvers avant de dire qu’il mentait et Rusev ainsi que Seth Rollins sont incontestablement les top heels de la fédération.

Des affiches variées, des catcheurs au top

Entre l’opposition dynamique de Goldust et Stardust, la brutalité du match entre Cena et Rusev ou encore l’aspect comique d’un Dean Ambrose vs Luke Harper, la soirée fut animée par tout ce que la WWE peut offrir de meilleur in-ring. C’est d’ailleurs l’opposition fratricide des frères Rhodes qui prendra le rôle de show stealer, en brillant dans un catch technique, vif et bien stiff.

On pourra placer des matchs un peu plus longs en avant, mais les oppositions entre Rusev et Cena ainsi que Orton et Rollins réservent peu de surprises, les champions conservant leur ceinture, le premier en faisant un Attitude Adjustement à Rusev, le second en provoquant une disqualification avec J&J Security. Le show se termine toutefois sur Randy Orton dominant les trois hommes mais repartant bien sûr sans l’or.

Du côté féminin, alors que le #GiveDivasAChance est encore dans les mémoires, le Naomi vs Nikki Bella sonnait comme une volonté de prouver que AJ Lee et Paige n’étaient pas les seules à tenir un match. Mission accomplie, le public a suivi et le match était de qualité, avec une Nikki Bella vraiment en forme. Il semble vraiment que la division soit en direction d’une voie stable confirmée en Live Show.

Les lives sont l’occasion de voir aussi des catcheurs profiter de l’absence de storyline pour interagir un maximum avec le public pendant les matchs et après. Les Prime Time Players notamment n’oublieront pas d’en rajouter une couche en invitant tout le monde à effectuer quelques LU-CHA après leur victoire sur Curtis Axel, Heath Slater et The Ascension.

On signalera également les apartés de la WWE qui a rappelé qu’elle soutenait l’association Connor’s Cure en hommage à Connor The Crusher, la WWE mettant même en place un petit bracelet en vente dans les boutiques sur place, et déclarant tous les vendre chaque soirée. Un peu de tire-larme, mais c’est pour la bonne cause, donc on passera.

Globalement, l’action sur le ring et en dehors aura été excellente, et la WWE montre qu’elle sait donner cette dimension spectaculaire unique au catch. À la sortie, une seule envie semble pointer dans la tête des fans, celle d’y retourner pour profiter à nouveau de 2h30 de show comme la WWE sait en faire.

Une longue année à attendre

Il y a toutefois une ombre au tableau, aucune date n’a été annoncée sur le continent européen en dehors de la Grande-Bretagne et l’Allemagne. En effet, la WWE fera bien une deuxième tournée européenne mais seulement dans la Perfide Albion et ses voisins britanniques et irlandais. Et bien que l’on puisse comprendre que l’échec relatif d’un Bercy ait pu refroidir la WWE d’une envie d’y revenir, il faut également se demander si les promoteurs locaux ne sont pas tout simplement eux-mêmes un peu moins d’attaque à faire revenir leur show en Europe continentale.

Encore ce soir, le show n’était pas tout à fait rempli alors que la capacité de la salle n’était que de 5 600 personnes et que c’était la seule date pour tout le Benelux. Soyons clair, la soirée est une réussite pour la WWE, et ce n’est pas quelques trois-cent sièges vides qui vont la frustrer. Mais quand il s’agit de passer à des arènes un peu plus chargées, le cap risque d’être difficile à franchir pour convaincre les promoteurs.

En attendant, la ferveur des fans et la volonté de la WWE de rester sur un marché global les pousseront à revenir, surtout dans une ambiance comme celle de ce vendredi. On espère que vous avez été aussi bons à Toulouse, car pour Anvers, c’est mission accomplie.

1 commentaire

Les plus lus

En haut