Preview

Extreme Rules : John Cena vs Rusev, un titre et deux enjeux importants

Après sa perte de titre à Wrestlemania face à l’inévitable John Cena, Rusev retourne une nouvelle fois face au Superman de la WWE pour tenter de récupérer la ceinture des États-Unis. Dans un Russian Chain Match, les deux superstars risquent fort de croiser le fer pour la dernière fois dans cette rivalité.

john-cena-rusev

Deux années de suite que John Cena entre en rivalité avec un visage montant de la WWE. L’année dernière, il affrontait Bray Wyatt alors présent dans le main roster depuis seulement quelques mois, cette année Rusev, lui aussi apparu l’année dernière mais juste après Wrestlemania. Son personnage de russe proche de la caricature du soviétique est simple mais si efficace sur les foules américaines et a eu le temps de s’installer en dominant toute la midcard et l’upcard de la WWE.

Une construction classique

Presque une année d’invincibilité à la WWE qui s’est donc achevée à Wrestlemania des mains de John Cena. Ce dernier s’est alors lancé immédiatement dans son rôle de fighting champion invitant qui en a le courage de le défier pour un match de championnat US. Dean Ambrose, Stardust, Bad News Barrett et Kane se sont cassés les dents sur le Marine avec plus ou moins d’éclats de chacun.

Un système sympathique pour mettre en avant une ceinture qui ne l’a parfois pas été pendant plusieurs mois mais qui en parallèle met de côté les deux rivaux. Sans trop tergiverser, on ne peut pas dire que la rivalité ait été plus loin qu’avant Wrestlemania, la seule différence étant celui qui est champion.

Une défaite qui n’affecte donc pas vraiment les personnages, Rusev niant en bloc sa défaite et attaquant Cena, alors que l’on nous annonce un Russian Chain Match, qui semble être comme un Strap Match mais avec une chaîne, les deux étant liés et devant toucher les quatre coins du ring sans que l’adversaire n’en touche un seul. Une stipulation qui pourrait permettre à Rusev de prendre une victoire sans faire les tombés sur Cena, et c’est généralement une astuce qui permet à la WWE de ne pas trop affaiblir son poster boy.

Un possible syndrome Bray Wyatt

Au même stade l’année dernière, Bray Wyatt – qui était en rivalité avec Cena – gagnait son Steel Cage Match dans une séquence bizarre où une assemblée d’enfants apparaissaient face à Cena, voués au culte du gourou de l’ex-Wyatt Family. Ici, rien de tout ça, le match finira sûrement sur l’évanouissement de l’un ou de l’autre via l’utilisation de la fameuse chaîne.

Le problème étant toujours avec Extreme Rules que toute l’exotisme possible de ce match sera calibré par le PG. Il ne faudra pas se leurrer, si Rusev arrive à pousser Cena, on pourrait avoir un match vraiment d’une opposition bien plus violente entre les deux, à l’image de ce qu’avait pu offrir Brock Lesnar à son retour en 2012.

Il faut évidemment prévoir une nouvelle défaite du bulgare. Avoir Cena champion est une aubaine pour la ceinture, et si celle-ci commence à reprendre une sorte de passage de main en main, cela risque de ne pas être vraiment passionnant. Il y a quelques oppositions qui apporteraient du crédit à des catcheurs d’upcard en mal de rivalités et de ceinture, oppositions que Cena est très bien placé pour offrir.

En cas de défaite de Rusev, il faudra gérer son passage après John Cena. Là où Wyatt avait connu un passage à vide jusque Hell in A Cell, Rusev ne peut pas se permettre un tel coup d’arrêt, tellement sa montée en tant que monster heel de la WWE a été préparée sur la durée. C’est aussi ce qui plaide en la faveur du Russe ce dimanche car continuer la rivalité et pousser encore les animosités entre les deux personnages permettraient à Rusev de gagner une expérience auprès d’un cadre en passant par des matchs qu’il n’a jamais vraiment pratiqué.

La nécessité d’une nouveauté

C’est d’ailleurs tout le soucis pour les deux hommes : apporter un vent de fraîcheur à une rivalité qui s’essouffle un peu à force de ne pas trouver de nouvel intérêt. Grimper l’intensité à un degré de violence supérieur pourrait être très cohérent. Brock Lesnar parti, la WWE peut aisément se permettre de donner à Rusev un côté dominateur un peu plus marqué encore, surtout avec une chaîne en jeu.

Peu importe le résultat, le story-telling aura besoin de ne pas laisser Rusev trop bas pour qu’il puisse soit reprendre une rivalité avec Cena mais avec un niveau d’opposition supérieur, soit effectuer une transition vers un autre rival et avoir un rafraichissement des objectifs de son personnage, en prenant pourquoi pas un catcheur ne touchant pas à la fibre nationale comme ses précédents opposants.

C’est tout l’enjeu de ce match finalement. Il ne faut pas enterrer Rusev sans nécessairement lui rendre la ceinture. Et mieux encore, si la WWE sent que le programme peut encore durer quelques temps, il ne faut pas hésiter à lancer les deux hommes plus loin. Trop de rivalités à la WWE ont tendance à faire le tour en deux ou trois matchs, offrir une opposition d’un peu plus longue durée ne serait pas trop mal.

Derrière un booking classique, ce match entre Cena et Rusev, troisième édition, cache des enjeux un peu plus grands pour les deux hommes. Wrestlemania passé, il faut survivre dans le main roster. Là où Cena n’est pas près de jouer sa place et de descendre dans la carte, Rusev a lui bien plus à perdre dans ce troisième match. C’est le moment pour lui de proposer quelque chose de nouveau, et pourquoi pas, prendre une dimension encore plus grande dans la carte.

Et on dit tout cela alors que le match est pour le titre des États-Unis, c’est peut-être ça le plus gros progrès.

Cliquez pour commenter

Les plus lus

En haut