Preview

Payback : John Cena vs Rusev, le match le plus prévisible du monde

Ce dimanche se tiendra l’édition 2015 de Payback. Montré comme « la revanche de la revanche » de Wrestlemania, ce titre ne lui aura jamais aussi bien allé qu’avec le match suivant. C’est parti pour Rusev vs Cena : 3e volet.

john-cena-us-champion

Avant Wrestlemania 31, tout allait bien pour le Russe. Considéré comme LE heel montant de la promotion avec Seth Rollins, un bel avenir semblait s’ouvrir à lui. Cependant il était temps de faire rebondir sa carrière et c’est ici que John Cena est entré en jeu en lui prenant le titre des États-Unis, lui causant au passage sa première défaite par tombé.

La streak était fini, Rusev devenait alors un heel comme les autres, à plusieurs exceptions près. Tout d’abord Rusev refusait d’admettre sa défaite contre Cena, au point que selon lui, rien ne s’était passé à Wrestlemania. De plus, Cena restait le seul et unique adversaire à avoir battu Rusev. Le caractère invincible du Russe n’était donc pas tout à fait mort.

Mise à part donc sa mauvaise foi absolu et un désir profond de se venger contre l’Amérique, ou plutôt un américain en particulier, Rusev demanda une revanche dans un Russian Chain Match — un strap match avec des chaines si vous préférez. Extreme Rules fut le moment précis où la carrière de Rusev bascula.

Rusev n’est déjà plus le même

Alors qu’une reprise de son titre, même par les moyens les plus saugrenus, aurait relancé la rivalité entre les deux hommes, c’est John Cena qui sort vainqueur. Alors qu’un seul coin du ring restait à toucher pour les deux hommes, Cena porta son Attitude Adjustment et s’empare de la victoire pour ensuite brandir une nouvelle fois la ceinture de champion des États-Unis.

Si l’on vous dit que tout a basculé à ce moment-là c’est qu’il y a une bonne raison. Rusev, jusqu’alors désigné comme le « héros de la mère Russie », est aussitôt passé au rang de « catcheur hargneux et ridicule ». Une descente aux enfers pure et simple pour celui qui autrefois pouvait battre n’importe qui sur son passage et imposer le respect malgré l’animosité qu’il déclenchait. Pour ne rien aider, le personnage de Lana semble avoir pris plus d’importance, à tel point que Rusev est délaissé auprès du public pour sa compagne — Lana allant même jusqu’à danser avec Fandango, tout fout le camp.

Se montrant peu en action, lui qui était habitué à démolir des adversaires de plus en plus fort chaque semaine, Rusev ne s’attaque maintenant plus qu’aux jobbers. Pire, ses seules apparitions peuvent parfois se cantonner à des simples interviews où il clame sa grandeur, le tout en ordonnant à Lana de rentrer au vestiaire.

C’est donc un changement global de stratégie qui a eu lieu. Mais une question persiste : Pourquoi ? En quoi cette nouvelle campagne sera-t-il profitable au russe ? Le titre des États-Unis en lui-même aura pris du galon si l’on peut dire dans cette rivalité. Jamais un titre secondaire n’aura autant été mis en avant, notamment grâce au fait qu’il est maintenant détenu par la star numéro un de la compagnie.

Le destin du russe basculera dimanche

Quel est maintenant le plan de la WWE ? Car maintenant il n’y a plus d’échappatoire, ce match sera le dernier comme l’a dit The Authority. Plusieurs options : Cena fait dire « I quit » au Russe. On balance la musique, Cena répète une fois de plus qu’il n’abandonne jamais et continue son bout de chemin. Rusev est alors relégué au rang de jobber, et s’inclinant devant de plus en plus d’adversaires — on imagine déjà Jack Swagger tout fier de le vaincre une fois pour compenser ses 150 dernières défaites. Le scénario ne vend pas du rêve, mais il semble être tout de même le plus logique. Le titre des États-Unis continuera de profiter de son  second souffle, le tout en gardant Cena loin des main-event pour continuer à pusher la nouvelle génération.

Viens ensuite la deuxième option, très peu probable mais très intéressante : un abandon de John Cena. Oui oui vous avez bien lu, un abandon du Champ. Rusev bloquant Cena dans l’Accolade et le forçant à abandonner. Un twist inattendu, un changement total pour celui qui n’aura jamais dit « I quit ». L’ascension du Russe serait alors toute tracé, ainsi que son avenir. Cena quand à lui perdre la gimmick qui l’aura arboré pendant plus de dix ans, pour tranquillement se diriger vers la retraite.

On va devoir faire sans le suspens

Il y a réellement très peu de chance que ce soit Rusev qui gagne et c’est ce qui est malheureux dans ce match, cela fait de cet affrontement le match le plus prévisible de la soirée, aucun suspens dans son dénouement. Et on imagine mal ce face à face devenir époustouflant, Rusev et John Cena, bien que talentueux dans leurs styles respectifs, ne sont pas du genre à nous sortir des grands matchs très spectaculaires au point de nous faire oublier l’absence totale de suspense. Sans compter qu’un I quit match où vont s’enchaîner les soumissions peut vite devenir très ennuyeux.

John Cena en tant que champion est parti pour durer donc, mais on peut se dire que cela était attendu à l’annonce même du match quand on y réfléchit.

Cliquez pour commenter

Les plus lus

En haut
//ad6media