Review

NXT TakeOver Unstoppable : Quand Samoa Joe vient gêner la domination de Kevin Owens

© WWE.com

Pour commencer, il faut d’abord passer par le pré-show où la WWE a scénarisé la blessure d’Hideo Itami, sévèrement blessé à l’épaule il y a quinze jours. On le voit ainsi à terre dans le parking, avec Kevin Owens passant à côté d’un air je m’en foutiste complet déclenchant les rires de la salle qui déchante quand il est annoncé que le Japonais ne participera pas au show et sera même probablement absent pour des longues semaines.

Entrée spectaculaire de Finn Balor en route pour le titre de NXT

Ainsi, pour lancer le show, ils ne sont plus que deux à se battre pour un match pour le titre NXT. Tyler Breeze n’a pas sa selfie stick mais quatre accompagnatrices dont l’ancienne Knockout de la TNA Sarita. Finn Balor a de son côté électrisé la salle avec une cape de dragon et une peinture inédite et très spectaculaire d’un oeil de dragon dans son dos.

Le match est très équilibré et même si Balor dirige le match, Breeze sort ses kicks bien sentis. Pour le dénouement, on voit une première indication du final quand Balor se dégage du Beauty Shot à deux reprises. Ainsi, la porte est ouverte pour son Double Stomp lui assurant une victoire logique à l’issue d’un match au très bon rythme. Finn Balor aura ainsi une deuxième chance au titre NXT deux mois après un échec contre Kevin Owens. Restera à savoir si l’irlandais pourra prendre sa revanche.

Les femmes ont la part belle à NXT. Et Stephanie mcMahon, venue assister au show au premier rang à côté de La Montagne de Game Of Thrones qui serait un sacré garde du corps pour Seth Rollins, s’est réjouit même de cette révolution qui reste quand même à confirmer au plus haut niveau. En attendant, l’ancienne championne Charlotte fait équipe avec Bayley. Les deux favorites du public affrontent Emma qui a du mal à se faire une place à la WWE et Dana Brooke qui aime bien montrer ses muscles.

Charlotte et Bayley montrent bien qu’elles peuvent figurer plus haut. Chaque fois qu’elles ont la main, elles accélèrent sensiblement le rythme du match. Malheureusement Emma se blesse au final mais prend le tombé par Charlotte qui lui inflige la Natural Selection. Pas très impressionnante Dana Brooke qui se fait bien effacer par les souplesses arrières de Bayley et par Charlotte qui peut faire le Wooo et le pas de célébration de son père.

L’ennuyeux Corbin s’impose face à Rhyno

Dans un show spécial de NXT il y a toujours un creux et ici on ne déroge pas à la tradition d’abord avec le combat de bourrins entre Rhyno et Baron Corbin. Difficile de penser que Corbin a un avenir à la WWE et qu’il peut viser plus haut que NXT. On lui met un vétéran pour un brawl pas génial. C’est même l’ennui qui guette et finalement Corbin s’impose avec le End Of Days sans surprise. Mais il faudra montrer bien plus pour franchir un palier, et Corbin en est loin pour l’heure.

A force de voir des équipes comme les Lucha Dragons partir dans le roster principal, on se doute bien que la division par équipe de NXT est sinistrée. Et c’est peu dire quand on voit l’affiche proposée. Alors oui, le public est diverti par l’introduction très SAWFT d’Enzo Amore et Colin Cassady mais c’est bien léger pour des ceintures par équipe. Mais que dire des champions Blake et Murphy plus occupés à se faire des couettes qu’à nous faire sauter de notre fauteuil devant leurs matchs.

Ainsi dans ce match, l’ennui et encore l’ennui dominent même si la foule est en feu pour ses favoris. Enzo Amore surprend tout le monde par un DDT. Il faut avouer que jusqu’à présent, il ne se distinguait qu’au micro et avec du comedy wrestling bien léger. Ici, il n’est finalement pas le plus critiquable tout comme Cassady assez bourrin et qui remplit bien son rôle. Cette équipe apporte des divertissements sans les grands matchs mais que dire des champions qui avaient déjà pris les titres dans un match médiocre contre les Lucha Dragons. A part le même finish que les Wolves utilisent à la TNA, c’est le néant interstellaire.

Du coup, il faut l’assistance d’une femme, Alexa Bliss en l’occurrence, qui a elle seule fait le ménage d’abord en mettant Carmella à terre puis en éjectant Enzo Amore de la troisième corde. On voit bien qui porte la culotte dans cette nouvelle association. Et pendant ce temps, les titres par équipe de NXT s’enfoncent, en attendant mieux et surtout une nouvelle équipe.

Becky Lynch impressionne bien plus que le public

En revanche, la division féminine de NXT est toujours pleine de promesses et très spectaculaire. On les a déjà vues voler la vedette aux hommes lors de shows spéciaux dans le passé, Charlotte et Sasha Banks notamment. Justement, on retrouve Sasha Banks, toujours championne depuis sa conquête dans le Four-Way il y a trois mois. Mais lors de ce match, elle s’est trouvée une nouvelle rivale qui était pourtant son amie.

L’Irlandaise Becky Lynch montre vraiment cette poussée du trèfle à la WWE. On la voit sous un nouveau look très réussi. Après des débuts en tant que danseuse irlandaise, place à la guerrière de feu à la chevelure orangée. Devenue ainsi la nouvelle attraction féminine, il lui reste à faire ses preuves contre la Boss. Et elle a même fait bien mieux. Physique, spectaculaire, rythmé, ce duel a tout du bijou féminin de l’année qu’on peut se repasser plusieurs fois sans s’ennuyer. En effet le catch féminin est en pleine révolution à NXT et les talents qui s’y produisent sont prêts à électriser de plus grandes salles. Ce serait en tout cas ce qu’elles méritent, surtout quand tu obtiens une standing ovation spontanée de la Full Sail même en perdant suivie des félicitations très appuyées de Triple H.

Becky Lynch a donc réussi avec brio l’examen de passage malgré la défaite. Ressortir plus forte d’une défaite, c’est possible car dans ce quart d’heure de match elle a montré une étendue de prises et un coffre physique de haute tenue. C’est même elle finalement qui conduit le match et Sasha Banks suit merveilleusement bien la partition. Aucun temps mort tout du long et une histoire racontée. Sasha Banks vise plusieurs fois le bras gauche de Becky Lynch, important pour son Fujiwara Armbar. L’Irlandaise tient bien le choc malgré ce handicap initial et le combat se déroule aux quatre coins du ring avec des passages réguliers à l’extérieur.

Les tentatives de tombé sont nombreuses mais les soumissions vont faire foi. Becky Lynch parvient à placer son Armbar mais la championne résiste. Là où on voit leur pleine maitrise, c’est sur le final quand Becky Lynch attrape Sasha Banks, qui tentait le Tope Suicida, pour l’envoyer contre les escaliers. Après tant d’efforts, l’Irlandaise monte sur les cordes mais Sasha est la plus prompte et écrase le bras gauche de Lynch au sol pour enchainer avec son terrible Bank Statement qui force Becky Lynch à taper. Mais leçon est donnée que même battue à la régulière, la challengeuse sort grandie et n’a clairement pas dit son dernier mot et peut s’imposer comme une Diva d’une prochaine génération qui s’annonce exceptionnelle.

Kevin Owens cloue Sami Zayn au sol

Les femmes ont fait plus qu’assurer le spectacle, aux hommes de continuer le show attendu dans le main event. Kevin Owens et Sami Zayn se retrouvent trois mois après cet affrontement singulier où Owens avait infligé une vraie raclée à Zayn, le dépossédant de son titre. Depuis, Kevin Owens est resté un champion fort, écartant Neville, Finn Balor, Alex Riley. Et bien sûr on a tous en mémoire sa dernière apparition sur un ring qui date de lundi à RAW avec cette Powerbomb sur John Cena et un match programmé pour Elimination Chamber.

Autant dire que Kevin Owens est en feu et de l’autre côté, Sami Zayn ne donne pas forcément toutes les garanties. La question est de savoir s’il a récupéré de cette blessure à l’épaule qu’il s’est faite il y a dix jours contre John Cena. La réponse vire carrément au oui au vu du match en lui-même radicalement différent du match à NXT Rival. Owens est bien plus arrogant et Zayn bien animé d’un esprit revanchard. Ce n’est pas compliqué, Sami Zayn tente absolument tout contre Kevin Owens, réussit aussi presque tout dans une domination sans partage et ultra rythmée.

Kevin Owens subit encore et toujours et survit presque par miracle à plusieurs reprises. Il arrive bien à surnager par moments, donnant ainsi le change dans l’intensité. Le tournant intervient quand Sami Zayn est à deux doigts de conclure avec le Helluvah Kick mais il ne le placera jamais. Kevin Owens s’est réfugié dans son territoire favori, celui du bord du ring où il a fracassé tellement de dos dont celui de Sami Zayn. Et là c’est rebelote avec cette terrible Powerbomb contre le bord du ring qui cloue instantanément Sami Zayn et tous ses rêves de victoire au sol.

C’est donc un no contest qui n’est pas vraiment prononcé en fait car tous les arbitres viennent au chevet de Sami Zayn. Ce dernier était quand même blessé avant le match donc cette fin ne peut pas décevoir car il lui faut se reconstruire physiquement pour revenir plus fort encore. Dans l’immédiat, on ne peut ainsi que louer sa prestation très pleine malgré la douleur.

Samoa Joe débarque à la Full Sail University

Mais en fait il n’y a pas le temps de saluer une sortie sur civière car Kevin Owens est reparti à l’assaut sur le ring. Il balance William Regal et prépare le tabassage à coups de chaise quand…IL est là ! NXT ressemble vraiment à un fantasme vivant pour tout fan de catch indy car c’est au tour de Samoa Joe de débarquer ! LE Samoa Joe ! Qui n’a pas besoin de se précipiter sur le ring ni de placer son Muscle Buster ou son Coquina Clutch. Tout ça viendra plus tard et on s’en réjouit très fort car en attendant, on gagne un face à face de monstres sur le ring pour conclure ce show.

Pour Kevin Owens, l’horizon est tout à la fois chargé et très excitant. Car un match pour le titre des Etats-Unis contre John Cena le 31 mai à Elimination Chamber. John Cena qu’il a bien chambré encore en portant sont t-shirt. Puis des affrontements programmés contre Finn Balor et vraisemblablement contre Samoa Joe, le champ des rêves va devenir réel. Et encore une fois, on a la preuve par l’image que NXT TakeOver est toujours rempli de surprises et l’inattendu fait notre bonheur.

Au final, ce show reste évidemment sur une grande note avec ces 45 dernières minutes de très haute volée et une première demi-heure de qualité. Bien sûr il y a le schéma des creux mais il faut aussi voir cela comme une volonté de reposer nos coeurs qui ont vraiment explosé devant ce final qui augure encore de lendemains excitants pour NXT dont le roster est toujours plus impressionnant. And You Can’t Teach That !

Cliquez pour commenter

Les plus lus

En haut