Reportage

On y était : ICWA Revolution 7 à Maubeuge

Un an après avoir accueilli Chris Hero dans deux shows spéciaux, l’ICWA renouvelle l’expérience pour une seule soirée cette fois avec Revolution 7, son show phare, qui aura amener les foules pour une deuxième année consécutive.

pierre-booster-fontaine-icwa-revolution-7

Pierre Booster Fontaine lors de son match à Revolution 7 — © Gilbert Lefebvre

On était ressorti avec ce constat l’année dernière, celui d’avoir vécu un week-end probablement revigorant pour le catch français. Chris Hero en tête d’affiche ainsi que les catcheurs français et européens comme Tristan Archer, Peter Fischer, Lucas Di Léo ou Tommy End avaient réussi le pari d’un double succès, l’un populaire et l’autre technique. Revolution 6 et Adrenaline, deux shows aux ambiances différentes, l’un étant plus destiné à un public large et l’autre aux fans plus hardcore du catch.

Le bilan d’Adrenaline ayant été assez négatif en terme de fréquentation, le choix a été fait de se concentrer sur Revolution, show plus emblématique de l’ICWA et avec un succès plus large. Pierre « Booster » Fontaine, fondateur de l’ICWA, explique : « Notre but est que les gens dans la salle soient contents. S’il y a 10% de fans de catch dans la salle et 90% de public local, on construit le show pour le public local. On a essayé de faire un show que pour les fans (ndlr: Adrenaline l’an dernier), on a eu 84 personnes. On a appris la leçon. »

Chistophe Agius aux commentaires, deux grosses affiches mises en place

Du coup, c’est un show orienté local qui était présenté aux fans de tous horizons, certains traversant la France pour venir dans la salle de La Luna à Maubeuge, soirée sous l’égide des Amis de la Butte, association locale. À l’affiche cette année, un autre ancien catcheur de la WWE, Mason Ryan, qui a quitté la fédération de Stamford l’année dernière, avait pour mission de donner un visage un peu plus connu à ceux qui n’auraient pas croisé les stars européennes suscités et qui font vivre le catch en Europe.

En plus, remplaçant Célian Varini, c’est Christophe Agius qui s’occupe des commentaires malgré un micro qui, comme l’année dernière, aurait pu être de bien meilleure qualité. On admirera tout de même l’effort sur le stage. Écran, caméras et photographes étaient plus nombreux que l’année dernière et nulle doute que le DVD de Revolution 7 aura une finition plus dense que celui de son prédécesseur, en vente avec Adrenaline pendant les deux pauses de la soirée.

La soirée se compose de plusieurs affiches phares mais deux prennent particulièrement le devant de la scène : Tommy End affrontant Tristan Archer pour le titre poids-lourds de l’ICWA et Lucas Di Léo affrontant le monstre gallois Mason Ryan. Un match international qui se transforme d’ailleurs en France vs USA, Mason Ryan jouant un rôle heel, reniant le Pays de Galles.

Les autres affichent varient et il y en a pour tout le monde. Comedy wrestling entre les fêtards Yan Colby et Mike D. Vecchio, match plus technique et opposition de force pures. Quelques catcheurs comme Cormac Hamilton, Le Petit Ange, Monkey G ou le belge SNB ont pu quant à eux prendre un peu plus d’expérience dans le ring, montrant du catch pas tout le temps précis mais avec des bases stables pour évoluer.

Revolution 8 annoncé pour Mai 2016

La French Flavour de Lucas Di Léo et Peter Fischer aura brillé hier soir. Dans un premier temps, l’alsacien Peter Fischer commence bien le travail en réussissant à se défaire d’un impressionnant Bad Bones, catcheur allemand fréquemment vu à WxW – où la French Flavour est championne par équipe, dans un match qui aura été le premier morceau plus consistant de cette soirée de catch de plus de 3h. Dans une opposition de force, Lucas Di Léo réussira quant à lui à prendre le meilleur dans l’affrontement.

On prépare même Revolution 8, d’ores et déjà annoncé après le match tag team masculin de la soirée. La French Connection de Rosto et Booster n’avait pas d’adversaires connus car non-annoncés sur la carte. C’est finalement Big Abis et Hooligan Beef, deux anciens de l’ICWA, qui viendront confronter les deux lutteurs pour un match. Une opposition qui n’aura pas de vainqueur, Rosto trahissant son coéquipier – et lui ouvrant légère le front au passage. Après un beatdown interrompu par la French Flavour, l’annonce est faite, Rosto et Booster se retrouveront en face à face pour Revolution 8. Once in a Lifetime qu’on vous dit.

Quelques déceptions pointent toutefois, celle du match féminin, assez pauvre techniquement et jonché de nombreux botchs. Si Bulla Punk, Kalypso ou Jazz Lanka s’en sortent encore pas trop mal, c’est la catastrophe du côté de Kim Berley, championne féminine de l’ICWA lors du match par équipe. Après le match, Kim Berley défie Bulla Punk et s’en mordra les doigts puisque la locale de Maubeuge perd son titre. Sur une année, sa progression sur le ring n’aura pas été visible et même si le show est destiné vers le local, on ne peut pas se présenter avec tant d’approximations dans son catch.

À l’inverse, Tommy End et Tristan Archer auront offert une affiche démentielle, à un niveau de catch qu’on aimerait voir tellement plus en France. Patron du catch en Europe, Tommy End conserve son titre et impressionne à nouveau tout comme son adversaire. C’est l’opposition qui ce sera le plus rapproché de l’esthétique d’Adrenaline, avec un catch plus technique avec des contres spectaculaires, et même un affrontement qui ira jusque dans les gradins, mettant la foule en délire.

Le succès au rendez-vous à La Luna de Maubeuge

Le public aura été en feu face à chaque affiche, il aura crié, hurlé, chanté parfois. C’est l’atmosphère des shows locaux, le booking reste assez simple et travail in-ring moins léché parfois qu’espéré mais on ne peut pas dire que ce soit une surprise. L’ICWA a tout de même tenter des choses et l’annonce du prochain Revolution signifie que l’ICWA veut encore réussir à développer son show phare.

Il faut alors saluer l’ICWA qui même si elle effectue un seul show de ce type par an, le fait d’une manière que nulle autre association le fait en France. Sans rien promettre pour autant, Booster nous a d’ailleurs annoncés après Revolution que l’ICWA pourrait reprendre sa marche en avant autour de septembre : « On annonce au fur et à mesure. Oui il y a des trucs qui arrivent. On a toujours été partisans de faire étape par étape. On est en train d’étoffer l’équipe pour les vidéos, le site internet. On a des projets qu’on avait abandonné qu’on pense à relancer. »

C’est tout ce que l’on souhaite tant finalement Revolution reste l’événement majeur du catch en France, et si l’esthétique du show reste locale, il faut souligner que le résultat est en faveur de la décision de Booster puisque pratiquement un millier d’âmes se sont réunies à Maubeuge. Une réussite que l’on aimerait avoir plus souvent en France.

6 commentaires

Les plus lus

En haut