Preview

Elimination Chamber : Un titre Intercontinental pour Sheamus

Après Wrestlemania, la ceinture intercontinentale semblait prendre le même élan que sa camarade américaine puisque sur les hanches d’un main-eventer. Malheureusement, Daniel Bryan devra de nouveau laisser une ceinture du fait d’une blessure, probablement la même qui l’avait mis de côté pendant plus d’un an. Pour la WWE, cet Elimination Chamber, c’est l’occasion de reprendre l’élan que l’on voulait donner à la midcard. Mais avec qui?

sheamus-ec

Le retour de la chambre à la WWE est loin de préoccuper les hautes sphères du roster. Cena et Owens s’affronteront dans le combat le plus intéressant d’un point de vue du renouvellement de la carte et Rollins essaiera de retenir la folie Ambrose dans un match simple. Loin de cette position d’aire de repos dans la Road to Wrestlemania, Elimination Chamber prend une forme de bonus cette année pour les abonnés du Network — et de AB1 qui continue de faire un travail monstrueux pour les fans de catch que nous sommes.

Du coup, les affiches concernent l’une des cages les plus impressionnantes que la WWE ait connu. Et on peut dire que malgré que la ceinture en jeu ne soit pas majeure, les catcheurs présents ont en majorité connu les joies du main-event ou au moins déjà connu une rivalité d’importance dans le roster principal. Et puis il y a R-Truth aussi.

Dolph Ziggler, Bad News Barrett, Sheamus, Ryback et Rusev accompagnent celui qui détonne face à ces catcheurs plus imposants dans le roster de la WWE. Avec la blessure de Rusev toutefois, il ne serait pas étonnant de voir Stardust prendre la place du monstre russe puisque la WWE semble vouloir conserver Bray Wyatt d’éventuelles défaites. De plus, son personnage n’a jamais montré d’intérêt pour les ceintures si ce n’est lors d’un vague instant d’été l’année dernière.

Une blessure qui tombe mal pour Rusev

Exit le russe donc, il faut trouver notre favori dans le reste des catcheurs présents. Bad News Barrett semble avoir mis Neville entre parenthèses pour cette affiche où le roi du ring va tenter d’imprimer sa domination. Déjà détenteur du titre par plusieurs fois, le britannique n’a jamais vraiment réussi à porter la ceinture très haut, lui aussi marqué par les blessures.

Dans le même registre, Dolph Ziggler a eu quelques belles défenses mais n’a jamais été champion bien longtemps, souvent champion dans des règnes courts, offrant des show-stealers souvent lors des pay-per-view de la WWE. Exit ces deux catcheurs et R-Truth, qui n’a jamais été champion intercontinental mais qui est clairement ici pour faire de la figuration, il nous reste trois catcheurs plus à même de représenter le renouveau de la ceinture.

Sans cette blessure, c’est Rusev qui aurait pu imprimer un nouveau rythme à la ceinture comme il avait pu le faire avec le titre des États-Unis qui n’a jamais eu autant d’importance depuis quelques années que maintenant avec cette rivalité contre John Cena. Il faudra faire sans le russe qui va devoir mettre sa remontée en suspens, malgré une rivalité avec Dolph Ziggler qui s’annonçait particulièrement intéressante.

Sheamus, vainqueur logique

Reste donc Sheamus et Ryback qui pourraient avoir la carrure nécessaire pour entamer leur premier run de champion intercontinental. Pour le Big Guy ce serait même un premier run de champion tout court, affichant un palmarès vierge malgré cinq années de présence à la WWE — en incluant son passage avec The Nexus en tant que Skip Sheffield, rapidement écourté par une blessure.

Le powerhouse semble cependant ne pas forcément en avoir fini avec Bray Wyatt, une rivalité un peu mise en suspens par ce format de match à plusieurs comme l’Elimination Chamber et potentiellement le Money in the Bank. Le seul à ne pas avoir des soucis extérieurs, c’est l’irlandais Sheamus.

Loin des soucis des uns et des autres, Sheamus semble avoir évincé Dolph Ziggler et n’a pas vraiment eu de confrontation claire avec d’autres catcheurs, si ce n’est un échange un peu plus vif avec Ryback. Avec sa nouvelle gimmick et son passage en heel, Sheamus semble être dans une dynamique plus vive que le reste de ses opposants, et le voir sortir de la cage en tant que champion est une possibilité majeure.

Une rare exposition pour le titre Intercontinental

En dehors de ces considérations concernant l’issue du match, il faut aussi voir en cette affiche un potentiel point de départ pour cette relance voulue du titre. Ce genre de match dépassera nécessairement le quart d’heure et tutoiera les vingt minutes, durée très rare pour les ceintures secondaires. Quand sa camarade américaine sera en congés pour un match presque d’exhibition entre John Cena et Kevin Owens.

Entre spots probables et tension due à l’arrivée successive des catcheurs, il y a une forte possibilité de pouvoir mettre plusieurs catcheurs en avant et de n’affecter aucun des protagonistes.

L’occasion pour la ceinture de prendre un peu les devants avec un peu de violence et de séquences fortes. Avec tant de talent sur le ring, il serait dommage de gâcher les précieuses minutes qui sont données à ces catcheurs. Surtout que ce défi, c’est aussi de définir l’avenir de la midcard, qui doit essayer de piocher un maximum de temps d’antenne face aux colosses du main-event entre la ceinture principale et le poster-boy John Cena.

Au-delà de la désignation du champion, c’est ce match qui doit relancer la marche en avant du roster de la WWE, avec un peu plus d’enjeu probablement dans les prochains mois autour de ces catcheurs-là et aussi on l’espère, autant de temps adonné à la ceinture classique et mythique de la WWE qu’à sa petite sœur issue de la WCW.

Cliquez pour commenter

Les plus lus

En haut