Preview

Summerslam 2015, John Cena contre Seth Rollins : La valeur sûre contre le changement

Ce ne sera pas le main-event mais l'enjeu y est. À SummerSlam ce dimanche John Cena, champion des Etats-Unis affrontera Seth Rollins, champion de la WWE. La gagnant empoche les deux titres.
© WWE.com

Si vous êtes fans de catch, et que vous êtes restés dans un cocon pendant près d’un mois, sachez que Summerslam c’est pour ce week-end. Le plus gros rendez-vous de l’été débarque à Brooklyn et la WWE à mis les grands moyens pour nous produire un show d’une durée de 4h pour coller un peu plus à son image de WrestleMania de l’été. Et pour la défense du titre de la WWE, il fallait être sûr de son coup, pas question de se louper sur un événement pareil. La WWE a donc sélectionné comme challenger numéro celui qu’elle considère comme valeur sûre depuis presque quinze ans maintenant : John Cena.

Le ton est donc lancé, ça sera donc un John Cena contre Seth Rollins pour le titre de la WWE à Summerslam… mais pas que. En effet, John Cena est toujours champion des États-Unis et après une défense de titre réussie contre le champion du monde actuel — où il a récolté son fameux nez cassé — il n’en fallu pas plus pour que Rollins propose un match à John Cena. Un winner takes all, un seul vainqueur qui repartirait avec les deux titres.

Un nez cassé qui a tout changé

La rivalité décollait alors, surtout d’un côté car très largement dominé par le champion du monde en titre, en partie expliqué par la non-présence de Cena suite à ce nez cassé. Point positif : cela a permis de montrer que le jeune rookie savait alimenter une rivalité par lui-même. Même si cela résulte d’un événement fortuit, Rollins a su tout mettre en œuvre pour s’attirer les foudres du public en détournant les slogans du champ ou encore en accumulant moquerie sur moquerie. Bien que faible donc, la rivalité a continué au fil des semaines en attendant le point culminant : ce dimanche. Mais le champion est-il de taille pour un tel challenge ?

Après plusieurs défenses de titres contre plus ou moins les mêmes adversaires — ses anciens partenaires du Shield, Randy Orton et Brock Lesnar — Rollins doit maintenant passer par une étape cruciale lorsque l’on veut être au sommet de la WWE, cette étape s’appelle John Cena. Et Dieu seul sait que cette étape est dangereuse. Les exemples de Kevin Owens ou encore Rusev sont assez démonstratifs. Deux jeunes talents, des heels absolument monstrueux qui se sont vus stoppés net dans leur push par une victoire du leader de la Cenation. Si ces rivalités leur ont permis d’être mieux vu et d’exposer tout leur talent, l’intérêt semble très limité une fois celles-ci terminées.

John Cena est une légende de la WWE qui doit utiliser son savoir-faire, son expérience comme un tremplin pour la nouvelle génération. Et cela s’est déjà vu. Que serait Kevin Owens sans sa victoire contre Cena lors de son premier match en PPV ? Que serait Rusev sans sa victoire par soumission contre Cena à Fast Lane ? Que serait Cesaro sans ses impressionnants matchs contre le champ ? John Cena est utile à ces catcheurs.

Mais la WWE est méfiante et n’aime pas laisser trop longtemps son top face trop loin du titre principal et des rivalités qui le concernent. La compagnie de Stamord est aussi souvent très frileuse sur le fait de faire perdre sa figure de proue. C’est là que ça bloque : on arrive au deuxième show le plus important de l’année, tous les yeux sont braqués sur la WWE. Cette dernière choisira-t-elle la voix de la simplicité en mettant le titre sur les hanche de son top face ou laissera-t-elle celui qui a pris le titre en mars dernier le battre et repartir champion ?

Le dilemme de la valeur sûre contre le changement

C’est un carrefour un peu étrange qui attend la WWE, un vrai dilemme. Elle doit d’un côté conserver son public d’habitués avec ses têtes habituelles et bien connues, et de l’autre renouveler cette génération qui ne correspond plus vraiment à cette époque, où un certain public devient demandeur de nouvelles têtes et d’innovations. Un public plus exigeant qui grandit de plus en plus. Mettre le titre sur John Cena pourrait laisser penser à un échec de la WWE à renouveler son roster. Mais John Cena champion c’est aussi s’assurer un remontée des ventes de merchandising et autres par un public fidèle au champ.

Sans compter que cette victoire de John Cena marquerait un événement : ce serait son seizième sacre de champion, autant que la WWE en reconnait pour Ric Flair. On se doute bien que battre ou du moins égaler ce chiffre, c’est le genre de défi que la compagnie aimerait bien faire relever à John Cena.

Mais verra-t-on seulement Rollins arborer les deux titres ? Beaucoup de scénarios sont possibles dans un match comme celui-ci, il suffit tout simplement de regarder les éditions précédentes. Un cash-in de Sheamus ? Trop tôt. Une intervention de Triple H ? Du déjà-vu, trop vu. Il s’agirait aussi d’éviter lors de ce match un final sans queue ni tête qui ne laisserait que de la déception. Il faut un final clean et marquant dans un match et un show aussi important que SummerSlam.

On attend donc beaucoup de choses de cet affrontement, la première étant que la WWE fasse confiance à son champion en titre, suffisamment du moins pour lui octroyer une victoire. Seth Rollins doit montrer à tous qu’il est possible pour la WWE de faire ce qu’elle semble tant redouter : changer.

Auteur :
Manger. Dormir. Basher. Recommencer.